Brauer, Markus, Enseigner à l’université : conseils pratiques, astuces, méthodes pédagogiques, Paris, Editions Armand Colin, 2011, 207 p., ISBN : 9782200254582

L’ouvrage de Markus Brauer[1] s’ouvre sur un constat (les enseignants chercheurs « n’ont pas reçu la moindre formation en pédagogie » – p. 7) auquel il entend remédier en proposant des méthodes pédagogiques permettant d’améliorer la qualité de l’enseignement. Le métier d’enseignant est, selon lui, un métier comme un autre dont il suffit de connaître les techniques pour, ensuite, les appliquer. « La recherche montre clairement que nous ne sommes pas nés “bons” ou “mauvais” enseignants » (p. 13). L’auteur oppose le « transmetteur d’informations » qui « considère que ce que les étudiants n’apprennent pas dans son cours, ils ne l’apprendront jamais » au « facilitateur d’apprentissage » qui, à l’inverse, les « aide [...]  à apprendre par eux-mêmes » (p. 17). Cette seconde figure est celle d’un enseignant qui transmet des connaissances mais aussi (et surtout) des savoir-faire utiles dans le monde professionnel (trouver des textes pertinents sur un sujet, savoir en extraire des informations importantes, etc.). L’idée d’un « enseignement efficace » reposant sur un apprentissage actif est au cœur de l’ouvrage. M. Brauer invite le lecteur à ne pas considérer les étudiants comme des consommateurs passifs (ce qui est souvent le cas dans les cours magistraux) mais comme participant au processus d’apprentissage, la mémorisation des connaissances en étant alors grandement facilitée.

            L’ouvrage est organisé en 10 chapitres, chacun étant consacré à une thématique spécifique. L’auteur prend soin de distinguer les questions que pose l’enseignement des TD de celles soulevées par les cours magistraux. Il discute également des différentes façons de lutter contre le bavardage, de l’importance du rapport avec les étudiants (un « bon rapport » renforcerait l’efficacité de l’enseignement – p. 57), de la nécessité de donner du travail personnel ou encore des méthodes d’évaluation. L’ensemble des conseils et des techniques pédagogiques exposés repose sur l’expérience de l’auteur et sur les recherches actuelles en pédagogie et en sciences de l’éducation. Cette « assise scientifique » permet à M. Brauer de proposer des idées très concrètes que le « lecteur-enseignant » peut facilement s’approprier et réutiliser dans ses cours. Par exemple, comment gérer les excuses des étudiants qui ne rendent pas le travail demandé en temps voulu ? Toutes les excuses se valent-elles ? Comment évaluer leurs progrès au cours d’un semestre en minimisant les biais induits par les différents types de notation ? Peut-on les familiariser avec de la littérature scientifique en anglais dès la première année ? Chaque question donne lieu à un développement précis, exemples à l’appui. La lecture de cet ouvrage est donc à la fois stimulante et enrichissante, l’auteur prenant soin de toujours devancer les objections de son lecteur.

            Quelques réserves toutefois. M. Brauer insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de montrer aux étudiants que l’on s’intéresse à eux, suggérant notamment de leur demander des informations personnelles. La place accordée à la vie personnelle des étudiants dans la construction d’un « bon rapport » enseignant/étudiants peut sembler exagérée tout comme la façon dont l’auteur utilise sa vie privée en cours. L’autre réserve concerne la question du temps consacré à l’enseignement dans la carrière d’un enseignant-chercheur. L’auteur nous avertit : les méthodes présentées dans le manuel sont censées nous permettre de gagner du temps pour la recherche sans se « laisser envahir par l’enseignement » (p. 174). Les éléments proposés restent assez théoriques et pas forcément réalisables en pratique. En outre, ils ne prennent pas en compte certains facteurs tels que l’expérience de chacun (dans le temps consacré à la préparation des cours) et les différences disciplinaires (beaucoup d’exemples proposés sont relatifs aux sciences dures). Toutefois, cela n’enlève rien à l’intérêt de cet ouvrage dans lequel chacun peut se retrouver à un moment donné… que vous soyez jeune enseignant ou que vous ayez déjà plusieurs années d’expériences.

Audrey Arnoult


[1] Directeur de recherche au CNRS, enseignant et directeur d’un laboratoire de psychologie sociale et cognitive


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Compte-rendu de lecture, Non classé and tagged , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">