Edito du Point Com de mars-avril 2011

Par la rédactrice en chef du Point Com, Iryna Tuz.

Le printemps fleurit derrière nos fênetres nous appelant à laisser de côté nos écrans, mémoires, thèses et corpus pour sortir de nos quatre murs. L’équipe du Point.com va donc essayer de vous retenir près de vos ordinateurs en vous proposant les dernières nouveautés en Information-Communication. Alors, la nature vs infocom ?

Dépêchez-vous pour les dates limites des activités scientifiques! L’éducation aux médias, l’information locale, l’intercompréhension, le lexique de l’environnement, l’interculturalité ou encore l’émotion – voici quelques thématiques pour participer à un colloque ou écrire un article.

Dans l’interview, la chercheuse et enseignante Fidélia Ibekwe-Sanjuan explique qu’il manque un tronc commun entre les sciences de l’information et les sciences de la communication dans les formations en infocom. Quels sont ses arguments? Qu’est-ce que c’est une bibliothèque participative? – vous trouverez toutes les réponses dans la rubrique « Interview » !

Un journaliste peut-il être neutre ? Est-il est nécessairement engagé ? Des pistes de réflexions vous sont proposées dans l’ouvrage « Journalistes engagés ». Et pourquoi ne pas réunir la nature et l’infocom en lisant les ouvrages présentés dans la rubrique « Parutions » dans un parc sous le soleil ?

Bonne lecture et bon printemps à vous tous!

Appels à communication parus dans le Point Com de mars-avril 2011

Sélection d’appels à communication, par Lise Jacquez.

________________________________________________________

Colloque international : Interculturalité dans les constructions et déconstructions sur la couleur noire

Date et lieu : Université de Sousse (Tunisie) du 21 au 24 février 2012.
Propositions de 3000 signes à envoyer avant le 15 mai 2011 à eric.agbessi@univ-bpclermont.fr, khaled.zouari@univ-bpclermont.fr, abdellatif.mrabet@gmail.com
Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19262.html

C’est la société qui « fait » la couleur, qui lui donne sa définition et son sens, qui construit ses codes et ses valeurs, qui organise ses pratiques et détermine ses enjeux. En montrant l’ambivalence symbolique de cette couleur, les contributions devront être en mesure de mieux cerner la façon dont le noir conditionne nos comportements et notre manière de penser. De ces approches comparées, nous verrons si l’universalité annoncée par l’hyper développement des technologies de l’information et de la communication impose un diktat dans la manière dont est appréciée la couleur noire.  Ou si, a contrario, nous assistons  à une révolte contre la standardisation culturelle.

________________________________________________________

Colloque international : « L’émotion de l’espace privé à l’espace public, 19ème-21ème siècle »

Date et lieu : du 11 au 13 avril 2012 à Paris
Propositions de à envoyer avant le
1er juin 2011 à acambre@orange.fr; demartini@univ-paris-diderot.fr; nicole.edelman@wanadoo.fr
Pour plus d’informations :
http://www2.univ-paris8.fr/RING/spip.php?article1308

Ce colloque s’inscrit dans le projet d’une histoire des sensibilités, ce vaste continent encore peu exploré par les historiens malgré les appels déjà anciens de Lucien Febvre et l’œuvre d’Alain Corbin. Il prend pour objet les émotions comme des constructions sociales et culturelles. Dans cette perspective, la question est de savoir si l’on peut dégager un régime contemporain des émotions en relation notamment avec l’essor des médias ? Peut-on plus précisément, repérer des variations chronologiques dans l’appréciation des différentes émotions ? Comment les différents discours normatifs rendent-ils compte, suscitent, mettent en forme, encadrent et utilisent les émotions ? Les communications proposées porteront sur tous les types d’émotions à l’exception des émotions politiques collectives.

________________________________________________________

Colloque : « Photographier la ville contemporaine, XIXe-XXIe siècle »

Date et lieu : Nanterre, octobre 2011
Propositions de 2500 signes (+ corpus de photos) à envoyer avant le 31 mai 2011 à cecile.cuny@unistra.fr et heloise.nez@gmail.com
Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19324.html

Ce colloque a pour problématique générale : qu’apporte la photographie, considérée comme une source, une méthode d’enquête ou un mode de restitution de la recherche, à l’analyse des transformations urbaines aux XIXe, XXe et XXIe siècles ? Quatre axes de réflexion : l’histoire des études urbaines par la photographie, les modes de construction d’un corpus d’images, les types de lecture de la photographie et la photographie comme mode de restitution de l’enquête.

________________________________________________________

Colloque « Communication et journalisme : nouvelles frontières, nouvelles interdépendances ? »

Date et lieu : Université de Versailles, Saint-Quentin, 19 et 20 janvier 2012.
Propositions de 3000 signes à envoyer avant le 15 mai 2011 à kaciaf@yahoo.fr et jeremienollet@yahoo.fr
Pour plus d’informations: http://calenda.revues.org/nouvelle19368.html

Peu d’études existent sur les professionnels de la communication dans les organisations, appréhendés souvent uniquement comme des « sources » des journalistes. Pour contribuer à la connaissance de ces « communicants » et de ce qu’ils font à la production de l’information, l’objectif de ce colloque est de questionner ce qui joue aujourd’hui, en France comme dans d’autres configurations nationales, entre « communication » et « journalisme » ou, plus exactement, entre « communicants » et « journalistes ». Quatre axes problématiques sont proposés : 1) Construction et déconstruction des frontières, 2) Différenciation et indifférenciation des rôles, 3) Interactions et interdépendances au quotidien, 4) Normes et savoir-faire en partage ?

________________________________________________________

Congrès « Intercompréhension, de l’Interspécifique à l’Intraspécifique », Université européenne de Bretagne

Date et lieu : Bretagne, 25 et 26 novembre 2011.
Les propositions de 400 mots sont à envoyer avant le 26 avril 2011 à contact-iii2011@listes.univ-ubs.fr
Pour plus d’informations : http://www-valoria.univ-ubs.fr/congres/iii2011/index.shtml.fr

L’objectif de ce congrès est de réunir une communauté pluridisciplinaire autour des dimensions qui construisent l’intercompréhension dans son sens le plus large. Il s’agit d’explorer le rôle : de la présence, du temps, du contexte, des rituels etc. à travers : les postures, les mimiques, le vocal, les émotions… et cela autour des trois entités que sont l’homme, l’animal et la machine. Le congrès est ouvert à des approches méthodologiques et disciplinaires diverses. Quatre axes de réflexion sont proposés : les interactions homme-machine, les relations homme-animal, la relation comme réalité inscrite dans un temps et un espace et les contextes de la communication et des interactions.

________________________________________________________

Journée d’étude « Le lexique de l’environnement, approches contrastives »

Date et lieu : 4 novembre 2011, Université du Sud Toulon-Var
Propositions de deux pages à envoyer avant le 17 avril 2011 à emilie.devriendt@univ-tln.fr
Pour plus d’informations : http://babel.univ-tln.fr/2011/01/aac1-2/

La sauvegarde de l’environnement est devenue un thème omniprésent, et les questionnements liés à la protection de l’environnement font désormais partie du sens commun. Cette journée d’étude sur le lexique de l’environnement vise à approfondir et à diversifier l’analyse de ce dernier, dans la continuité des travaux antérieurs consacrés aux discours écologistes. Les travaux pourront s’inscrire : 1) dans une perspective synchronique, qui rende compte de la structuration du champ lexico-sémantique de l’environnement ; 2) dans une perspective diachronique, à même de favoriser l’analyse de ses restructurations, à travers les évolutions de ce lexique en fonction des genres de discours et des situations géopolitiques et historiques.

Appels à contributions parus dans le Point Com de mars-avril 2011

Sélection d’appels à contribution, par Lise Jacquez.

________________________________________________________

Colloque international « Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux »

Date et lieu : 20 et 21 octobre 2011 à Toulouse.
Conditions : Propositions de 600 mots à envoyer sur le site http://medias-locaux.info/ avant le 13 mai 2011.
Plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle18757.html

Ce colloque international organisé par LERASS se propose d’interroger les mutations de l’information locale et régionale dans toutes ces dimensions. L’appel identifie sept axes : le rôle des médias dans la construction des territoires ; le journalisme local et la transformation des pratiques professionnelles ; les rapports avec les acteurs institutionnels; les changements des modèles d’affaires, le mouvement de concentration et l’émergence des nouveaux supports ; l’évolution du contenu des médias locaux d’un point de vue sémio-pragmatique ; les publics et les usages des médias locaux ; les médias locaux en Europe et ailleurs. Un numéro de la revue Sciences de la société sera publié à partir d’une sélection d’articles choisis par le comité scientifique.

________________________________________________________

Revue Tête-à-tête : « Témoigner »

Conditions : Rédiger une proposition d’entretien argumentée composée d’une présentation ne dépassant pas 1000 signes ; une ébauche de questionnaire donnant les principales orientations de l’entretien ; deux courtes bio-bibliographies (vous et la personne dont vous voulez faire l’entretien). Propositions à envoyer avant le 1er juin 2011 à contact@tete-a-tete.org
Plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19173.html

« Témoigner » pose la question de la médiation vers autrui de ce qui a été vu, entendu, vécu, donc nécessairement passé au crible de la parole, de l’image ou du texte. Les transformations, les écarts – même infimes – que suppose toute adaptation au médium choisi semblent faire de l’erreur et du mensonge des données consubstantielles à l’acte de témoigner.

_________________________________________________________________

Etudes de communication n° 38 : « L’éducation à l’Information, aux TIC et aux Médias : le temps de la convergence ? »

Conditions : Propositions de 6000 signes à envoyer avant le 15 avril 2011 à Eric.Delamotte@univ-rouen.fr, vincent.liquete@ims-bordeaux.fr, francoise.chapron@univ-rouen.fr
Plus d’informations : http://edc.revues.org/

L’objet d’étude de ce numéro de la revue Etudes de communication est l’éducation à l’information, à l’informatique et aux médias. Parmi les nombreuses thématiques proposées pour les contributions, on trouve notamment :

  • L’interrogation des enjeux (politiques, économiques, idéologiques,…) de la mise en œuvre de la culture informationnelle »,
  • Les bilans et les analyses historiques interrogeant et situant les politiques sur la question de l’information.
  • Les dispositifs et les démarches, les modèles et pratiques actuellement engagés.
  • Les compétences, les habilités, les connaissances, les savoirs compatibles et transférables entre l’information-documentaire, l’informatique et les médias.

________________________________________________________

Revue Reset : « Des classes sociales 2.0 ? »

Conditions : Propositions de 3000 mots à envoyer avant le 15 avril 2011 à sebastien.francois@telecom-paristech.fr et samuel.coavoux@ens-lyon.fr
Plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19207.html

Le premier numéro de la revue RESET sera consacré à la question de la stratification sociale, et notamment à l’actualité et à la pertinence du concept de classe sociale. Il se propose d’étudier la manière dont Internet continue d’éclairer les analyses en termes de stratification et de classes sociales, quand il ne permet pas de les affiner. Les auteurs sont invités à s’inspirer des pistes de réflexion suivantes : 1) Le concept de « classe sociale » à l’heure d’Internet, 2) Stratification sociale des pratiques numériques, 3) Internet et l’organisation du travail, 4) Internet comme espace de relations de classes ?

Nouvelles parutions en librairie : Sélection du 1er trimestre 2011

Voici, en guise de suggestions de lecture, quelques unes des dernières parutions en librairie, telles qu’elles ont été suggérées dans les deux derniers Point Com.

________________________________________________________

L’information scientifique et technique dans l’univers numérique : mesures et usages
BOUKACEM-ZEGHMOURI Chérifa (sous la dir.)
Paris, ADBS, 2010, 320 p., ISBN 978-2-84365-123-6.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.adbs.fr/

Rétif à toute définition, à la fois medium et media, Internet offre une panoplie infinie d’usages et de pratiques dont cet ouvrage cherche à en cerner les enjeux et logiques propres. L’approche adoptée, à la fois communicationnelle et globale, analyse les changements les plus significatifs opérés par Internet : nouvelles pratiques de lecture, accroissement du lectorat de la presse écrite, lecture zapping de l’actualité, diversification et concurrence accrue entre diffuseurs d’informations (blogs d’actualité, portails, plates-formes, sites de presse nationale, de radios locales, etc.), convergence des contenus médiatiques, gestion des commentaires par les rédactions multimédias, etc.

________________________________________________________

Communication et citoyenneté : L’équivoque du débat public : De la participation au consentement éclairé
BRESSON GILET Sylvie
Paris, L’Harmattan, 2011, 302 p., ISBN 978-2-296-13784-4.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr

En convoquant les citoyens à la controverse au sujet d’un projet sociotechnique international portant sur la recherche nucléaire, le débat public ITER en Provence fournit de façon circonstancielle un terrain propice à l’analyse et l’exploration d’un tel dispositif de médiation, intégrant opinion publique et exercice de citoyenneté scientifique. Pourtant, le débat public reste par sa nature, un dispositif de contrôle et de régulation du pouvoir politique sur la société civile.

________________________________________________________

L’usager numérique (séminaire INRIA, 27 septembre-1er octobre 2010, Anglet)
CALDERAN Lisette, HIDOINE Bernard et MILLET Jacques (coord.)
Paris, ADBS Ed., 2010, 203 p., 978-2-84365-126-7.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.adbs.fr

Qui est-il donc, l’« usager numérique » ? Comment le connaître ? Quelles représentations donne-t-il de lui-même ? Quelle est sa place dans l’e-entreprise ? Quel impact l’environnement numérique a-t-il sur ses usages ? De quels outils et méthodes dispose-t-il pour interagir avec les autres, pour analyser les masses d’informations qu’il reçoit, pour organiser sa veille ? Comment peut-il protéger sa vie privée et ses données personnelles ?
Cet ouvrage présente les contributions des intervenants de diverses disciplines réunis par l’INRIA en septembre 2010 lors du séminaire « IST et informatique » pour tenter de répondre à ces questions et de comprendre comment l’usager-internaute se situe dans le nouveau paysage de l’infosphère.

________________________________________________________

Penser la société de l’écran : Dispositifs et usages
FRAU-MEIGS Divina
Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011, 144 p., ISBN 978-2-87854-512-8. (Coll. Les fondamentaux de la Sorbonne nouvelle ; 5).
Pour plus d’informations : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100410600

Cet ouvrage enquête sur le développement de cet artefact cognitif et son insertion progressive dans la société occidentale, caractérisée par un besoin accru de médiation technique. Cette médiation a pour effet de renforcer la co-évolution homme-machine et l’hyper-visualité tout en favorisant le recyclage culturel de nos récits constitutifs, sous forme de spectacles et de services. Les étapes de ce processus socio-technique organisent la progression des chapitres : invention, domestication, médiation, médiatisation et socialisation.

________________________________________________________

L’espace public contemporain : approche info-communicationnelle
MIEGE Bernard, BAUTIER Roger (contrib.) et ROMEYER Hélène (contrib.)
Grenoble, PUG, 2010, 228 p., ISBN 978-2-7061-1617-9.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pug.fr

Cet ouvrage rediscute les fondements de la notion d’espace public ; dans ce but, l’auteur prend appui sur les propositions successives de Jürgen Habermas, il les critique et s’efforce de les prolonger. Il met en correspondance l’espace public, ou plutôt les espaces publics, avec des mutations contemporaines, en s’appuyant sur des enquêtes de terrain. Au final, il montre combien il est important, du point de vue réflexif mais aussi dans l’action, de distinguer les espaces publics partiels de l’espace public politique. Les espaces publics s’organisent toujours autour du débat public, de l’échange argumenté d’idées et de leur argumentation.

________________________________________________________

La norme numérique : savoir en ligne et Internet
PERRIAULT Jacques et VAGUER Cécile (sous la dir.)
Paris, CNRS Ed., 2010, ISBN 978-2-2710-7101-9.
En savoir plus : http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1205

Cet ouvrage invite à réfléchir sur le rôle de la normalisation ainsi que sur celui de l’éthique dans cette activité en grand développement, à partir de l’étude de dossiers : apprentissage en ligne (le e-learning), identifiants numériques des personnes, validation en ligne des compétences, recherche d’emploi, vote électronique, notamment. Pour les auteurs, la normalisation n’est pas l’apanage de l’informatique et de l’industrie, même si elles y jouent un rôle primordial. Elle concerne aussi les sciences humaines et sociales, car elle s’intéresse directement à l’utilisateur.

________________________________________________________

Otlet et la bibliologie : XXIe colloque international de l’Association internationale de bibliologie (Numéro 73 de la « Revue de bibliologie : schéma et schématisation »)
Paris,L’Harmattan, 2010, 166 p., ISBN 978-2-296-12741-8.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr

Ce numéro est consacré à l’histoire de l’une des sciences de l’information et de la communication, la plus ancienne de toutes, la bibliologie, qui remonte au XVIIIe siècle, devenue la science de l’écrit et de la communication écrite. Il a pour but de faire le point sur Otlet et la bibliologie, la documentologie, la médialogie, la communicologie.

________________________________________________________

Patrimoine et devoir d’oubli
Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, 150 p., ISBN 978-2-86781-699-4.
En savoir plus : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100476350

Le devoir d’oubli, une notion qui ne peut manquer de provoquer. Le risque est d’y voir un manque de respect pour le passé et ses représentations. Pourtant le devoir d’oubli reflète d’abord une réalité, celle de l’effacement dans le temps. Tout ne peut être gardé. Il est impossible de se souvenir de tout. La conservation à tout prix n’est pas souhaitable ; elle est économiquement impossible et sociologiquement absurde. Pour Nietzsche dans son livre Seconde considération inactuelle, ce devoir correspond au besoin de « fixer la limite où il devient nécessaire que le passé s’oublie pour ne pas enterrer le présent ». Perte de documents, disparition de vestiges, transformation du territoire, autant de faits pour souligner ce devoir d’oubli qui suppose de s’engager dans un choix volontaire de conservation qualitative. Mais un oubli pour combien de temps ? Des universitaires et des praticiens apportent leurs réflexions et leurs expériences.

Suggestions de lecture proposées par Céline Brun-Picard.

Interview de Fidélia Ibekwe-Sanjuan, enseignant-chercheur en SIC à l’Université Lyon 3 (mars 2011)

Propos recueillis en mars 2011 par Céline Brun-Picard, initialement publiés dans le Point Com de mars-avril 2011.


Quels sont vos domaines de spécialité en SIC ?

Fidélia Ibekwe-Sanjuan : Mes axes de recherches s’inscrivent dans les grandes orientations de recherches en science de l’information (SI) en France. Depuis la soutenance de ma thèse en 1997, j’ai développé plusieurs thématiques de recherche qui s’articulent autour de trois pôles :

  • un premier pôle sur les objets porteurs de savoir, avec un travail sur l’analyse des discours scientifiques ;
  • un deuxième pôle sur les pratiques humaines et sociales en matière d’élaboration, de partage du savoir, d’accès à l’information, ou autrement dit, sur les pratiques informationnelles (usages des TIC dans le cadre du web 2.0 et recherche interactive d’information) ;
  • un troisième pôle sur la formalisation et le calcul, concernant l’élaboration de dispositifs techniques d’accès à l’information et de veille.

De façon assez remarquable, ces 3 pôles se retrouvent dans le programme tripartite que Marcia Bates (Université de Californie) avait énoncés pour la Science de I’information anglosaxonne. Depuis trois ans, je m’intéresse aussi aux fondements théoriques et épistémologiques des SIC.

Défendez-vous une vision autonomiste, ou une vision plus communicationnelle de la SI ?

F.I.-S. : Ni l’une, ni l’autre. La SI dans le contexte français ne peut pas vivre sans la science de la communication (SC) et vice versa. Les deux branches ont fusionné dès la naissance des SIC en 1974 et il serait mal venu aujourd’hui de prôner une scission, ne serait-ce que parce que l’une ne peut survivre sans l’autre.

Il est vrai néanmoins qu’il y a toujours eu des problèmes d’incompréhension. Certains collègues de SC seraient en peine de dire ou de comprendre ce que font leurs collègues de SI et vice versa. Personnellement, je mets ce problème d’incompréhension sur le fait qu’on n’a pas eu suffisamment de tronc commun dans nos formations et que lorsque ce tronc commun existe, il commence trop tard dans nos cursus, souvent juste avant la thèse. Cela est sans doute aussi lié au fait que les SIC étant une interdiscipline, elles recueillent un flux qui vient de plusieurs autres disciplines, des sciences humaines mais aussi des sciences. Ainsi, ces personnes arrivent déjà avec un bagage en licence voire en master propre à leur discipline d’origine. Lorsqu’elles intègrent une formation en infocom, elles l’intègrent à un niveau de spécialisation (M1 ou M2, Thèse). Elles ne voient donc pas les matières de l’autre spécialité.

Je me souviens avoir eu un ou deux cours en communication durant mon DEA SIC mais c’est tout. J’en garde des souvenirs très vagues. Avant, je n’avais jamais entendu parlé de l’école de Palo Alto, de la communication de masse. J’ai suivi un premier cycle en langues et en littérature. Ma connaissance des problématiques de communication est demeurée superficielle mais je travaille à présent à étoffer ma culture générale en communication.

Sans doute les chercheurs en communication méconnaissent-ils aussi souvent la science de l’information. J’ose espérer que la nouvelle génération sera plus ouverte aux thématiques des SIC dans leur intégralité. Les SIC doivent construire un vrai tronc commun qui permette à tous ceux qui désirent faire carrière dans la discipline d’avoir une vision globale des problématiques, des paradigmes, des concepts et des théories qui fondent la discipline, et ce assez tôt dans leur cursus.

En 2007, vous avez démarré un nouveau chantier de recherche sur les bibliothèques participatives sur le web. Pouvez-vous nous en dire plus ?

F.I.-S. : Effectivement, j’ai démarré cet axe de recherche durant ma délégation à l’Université de Drexel. J’ai été interpellée par l’émergence du concept de « participatory libraries » en Amérique du Nord. L’objectif avoué est de changer radicalement le métier du bibliothécaire afin de le mettre en phase avec l’évolution d’un public qui est devenu, dans le sillage du web 2.0, un  »public 2.0 », à savoir un public qui ne veut plus être consommateur d’information mais producteur, diffuseur et échangeur. En France comme aux Etats-Unis, les initiatives se multiplient dans des bibliothèques pour aller à la rencontre des usagers 2.0, ceux qui habitent les espaces virtuels des réseaux sociaux. Certaines bibliothèques ont créé des comptes Facebook, Twitter.

Le catalogue, produit phare des bibliothèques, évoluerait vers un blog, appelé « catalogablog  ». Ces nouveaux catalogues se présentent pour l’instant comme des blogs utilisés pour annoncer des nouveautés, en permettant aux lecteurs de laisser des commentaires. Certaines plateformes ont déjà intégré cette possibilité d’annotation par le public (LibraryThing, CiteUlike). Elles permettent aux gens qui aiment les livres de tagger les livres qu’ils ont lus, de les recommander en fonction de ce l’usager saisit, etc. Cependant, ces plateformes ne sont pas des catalogues des bibliothèques au sens strict du terme, comme par exemple celui du SCD de Lyon 1. Ce qui est visé, nous dit-on, c’est de faire évoluer les catalogues des bibliothèques vers celui de la Redoute ou celui d’Amazon, en autorisant des annotations du public. On n’en est pas encore là. On est encore au début de ce mouvement de participatory libraries.

La participation du grand public soulève des questions épistémologiques, théoriques et pratiques. La question de savoir jusqu’où on peut intégrer la participation du public se pose. Si on ouvre vraiment les catalogues des bibliothèques aux tagging collaboratif, quid de la cohérence des artefacts d’organisation des connaissances produits ? Qui contrôle le contenu ? Néanmoins, soulignons qu’il y a eu des cas de tagging collaboratif réussis : la bibliothèque du Congrès américain a appelé son public à l’aide pour étiqueter une collection de photos. Des amateurs ont pu compléter les informations dans ces catalogues.

Le chantier que j’ai démarré a pour objectif d’observer les mutations au sein des organismes documentaires face au paradigme participatif du web 2.0, et d’étudier la réception de ces nouveaux services du web 2.0 mis en place par les bibliothèques. Cette étude sera menée à l’échelle internationale, notamment dans les deux aires francophone et anglosaxonne.

En savoir plus :

  • Le site de Fidélia Ibekwe-Sanjuan : http://fidelia1.free.fr/

Interview de Stéphanie Pouchot, enseignant-chercheur en SIC à l’Université Lyon 1 (février 2011)

Propos recueillis par Céline Brun-Picard le 1er février 2011, initialement parus dans le Point Com de janvier-février 2011.


L’équipe du Point Com vous a interviewée lors de votre prise de fonction en tant que maître de conférence à l’UCBL en 2004. Vous aviez abordé votre parcours universitaire (d’un DEUG de sociologie à un doctorat en SIC plutôt axé « Information-documentation ») et votre post-doctorat à l’EBSI (Montréal). Depuis cette date, vous avez aussi intégré ELICO. Sur quoi vos recherches portent-elles actuellement ?

Une partie de mon activité est consacrée à l’infométrie. En ce moment, je travaille à la rédaction d’un ouvrage avec Thierry Lafouge (Université Lyon 1), sur l’utilisation des statistiques en SHS. Je travaille également avec Camille Prime-Claverie (Université Paris X) sur les images que les bases de données bibliographiques commerciales et les archives ouvertes renvoient de la recherche (nous venons de terminer une étude sur les SIC en France et allons nous intéresser à l’informatique).

J’ai aussi la chance de participer à plusieurs projets. Le projet IPRI sur le pluralisme de l’information sur le web, tout d’abord, dans son volet quantitatif. Le projet CANU XIX destiné à mettre en ligne les collections patrimoniales de presse locale de la Bibliothèque Municipale de Lyon. Et le dernier en date, le projet ACAV dont l’objectif est de développer, en partenariat avec Dailymotion, une plateforme d’annotation collaborative de vidéos permettant de les rendre accessible aux déficients visuels et aux aveugles selon plusieurs modalités (icônes sonores, synthèse vocale et plage braille). Dans ce projet, je travaille avec les utilisateurs finaux, spectateurs ou annotateurs, afin de leur faire valider et tester ces processus novateurs (rien de tel n’existe actuellement).

Le mot clef commun à ces recherches pourrait être l’accès à l’information.

La plupart de vos recherches s’appuient sur un partenariat fort avec des acteurs de terrain (entreprises, bibliothèques publiques…). Défendriez-vous une certaine conception de la place et du rôle du chercheur dans la société ?

Je considère qu’en tant que chercheur, j’ai une mission de service public et qu’il est important que la recherche ait des retombées concrètes sur le terrain. C’est pour cette raison que ma recherche sur l’annotation des vidéos pour les aveugles me motive tant !

Un pan de votre travail porte sur la scientométrie et la bibliométrie, deux champs de recherche particulièrement critiqués aujourd’hui. Que pensez-vous des arguments de défense de la bibliométrie développés par Yves Le Coadic dans le BBF ?

Cet article mérite vraiment d’être lu, même si la fin peut paraître un peu excessive. Nombreux sont les chercheurs qui s’insurgent contre l’infométrie et la bibliométrie sans savoir ce dont il est question. Et il faut aussi saluer le courage d’Yves le Coadic, qui défend avec force une position à contre-courant !

Enfin, un petit clin d’œil à la thématique de nos séminaires mensuels, l’écriture. Vous bouclez en ce moment même l’écriture d’un ouvrage sur les statistiques en SHS, avec T. Lafouge. Vous préparez un livre collectif sur la mise en ligne de la presse patrimoniale, dans le cadre du projet CANU XIX. Et vous publiez vos propres articles scientifiques. Ces différentes pratiques d’écriture vous posent-elles des difficultés comparables ?

C’est différent, surtout du point de vue des temporalités : les appels à communication pour les revues ou les colloques ont souvent des deadlines plus proches que les ouvrages, quand ils en ont. Le volume de travail est bien sûr différent et demande de la planification ; c’est précisément là toute la difficulté… J’utilise aussi des outils différents, pour les articles et pour les textes longs. Pour les premiers, je privilégie le traitement de texte « classique ». Pour les livres, je préfère travailler sous LaTeX, un outil bien plus robuste. La gymnastique intellectuelle est différente dans les deux cas : dans le premier est favorisée une écriture linéaire, là où le deuxième propose d’organiser son document en petites briques qui s’articulent les unes aux autres pour former l’ouvrage. De plus, dans un cas il s’agit de WYSIWYG, dans l’autre on doit apprendre la syntaxe et les balises nécessaires à la mise en forme (on doit coder le texte, c’est le même principe que faire du HTML).

Enfin, s’agissant de l’ouvrage collectif, je dirais que mon rôle est moins de diriger que de coordonner. L’écriture est collective, certes, mais chacun a la responsabilité de sa propre partie. Ce n’est pas une écriture à plusieurs mains à proprement parler (même si je rédigerai un chapitre en collaboration avec une autre chercheure) !

Pour en savoir plus :

Interview de Samuel Lézé, Anthropologue et Maître de conférences en anthropologie des sciences à l’ENS de Lyon (décembre 2010)

Propos recueillis par Eda Gunay en vue du Point Com de décembre-janvier 2010.

Bonjour M. Lézé. De quelle université et laboratoire de recherche venez-vous ? Pourquoi avez-vous choisi d’enseigner à l’ENS ?

Samuel Lézé : A dire vrai, c’est plutôt l’ENS de Lyon qui m’a choisi au terme d’une longue sélection afin d’inaugurer et de développer l’enseignement de l’anthropologie sociale et, plus particulièrement, l’anthropologie des sciences ! Une dimension importante de mon parcours est en effet le franchissement de frontières et l’interdisciplinarité. J’ai été formé à l’université Paris I en philosophie des sciences et en logique, en ethnologie à l’université Paris 8 puis en sciences sociales à l’ENS-EHESS tout en étudiant les enjeux contemporains de la médecine mentale… Enfin, dans le cadre de mon postdoctorat, j’ai été accueilli par un laboratoire, l’IRIS (EHESS,CNRS, INSERM, Paris XIII), qui développe en France l’anthropologie critique en rupture avec l’ethnologie et son inépuisable fond de commerce, l’exotisme. Pour autant, ces glissements ne relèvent pas d’une simple fantaisie personnelle ou du goût, de luxe, de la bohème intellectuelle. Se déterritorialiser répond avant tout à des contraintes de résolutions de problèmes théoriques.

Votre livre « Autorité des psychanalystes » est un travail de dix ans. Pouvez-vous expliquer votre méthode et le contenu de votre recherche ?

S.L. : Voilà un problème qui exige justement de se déterritorialiser et il faut prendre parfois son temps. La psychanalyse est surtout abordée comme un discours et le plus souvent évaluée par l’histoire ou la philosophie des sciences. La démarche anthropologique inverse tous les termes. J’ai tout d’abord tenté de formuler clairement le problème que pose la psychanalyse aux sciences sociales et à la société. Puis, j’ai engagé un travail de terrain, assez classique, afin de connaître cet univers de première main à partir des préoccupations des patients et des psychanalystes. Enfin, et c’est un apport supplémentaire de l’anthropologie critique que je développe, la méthode analyse les conditions de possibilités de ma recherche : celles de la production épistémique de la connaissance sur ce terrain (réflexivité) et celles de la production sociale et historique d’un espace politique qui façonne le terrain (enjeux de structure et de conjoncture).

Pourquoi menez-vous vos recherches sur la santé mentale ?

S.L. : La santé mentale est une terra incognita et un laboratoire de nos subjectivités.
En faire l’anthropologie autour d’études de cas circonscrites permet de répondre
à une question anthropologique générale : qu’est-ce qu’une personne aujourd’hui? Quel type d’humain devenons-nous ? Les composantes de la personne sont au travail dans ce laboratoire et en étudiant la psychanalyse, c’est une réponse particulière à cette question générale que je tente de comprendre face aux autres réponses qui tentent actuellement de s’imposer. Une mutation des subjectivités est en cours, il s’agit de la comprendre par cet angle d’approche. Ainsi, derrière un terrain qui semble exiger une haute spécialisation, mais qui est en fait un puissant révélateur social, on trouve une question anthropologique classique et fondamentale.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

S.L. : Je termine un cycle de travaux sur la santé mentale dans le monde de la justice (expertise psychiatrique et soin psychiatrique aux détenus) et du travail (souffrance au travail et souffrance des adolescents). Je développe et prolonge actuellement ma réflexion dans le cadre d’une anthropologie des sciences. Je vais, par exemple, m’interroger sur la catégorie de critique depuis la fin des années 80 dans le champ de l’anthropologie sociale et dans le champ de la médecine mentale. Il y a des enjeux moraux et politiques à comprendre. Mais, c’est une période de transition où je suis en train de préparer de nouveaux terrains pour penser la mutation des subjectivités (cognition, émotions, actions). C’est l’apport principal de l’anthropologie : penser le général dans le particulier, conceptualiser le concret.

Quelles sont vos attentes des jeunes chercheurs à Lyon ?

J’espère développer des programmes d’anthropologie des sciences où des jeunes chercheurs puissent trouver l’occasion d’entrer dans une dynamique de groupe afin de s’initier à l’ensemble du processus d’une recherche : sa conceptualisation progressive, le travail de terrain et ses obstacles, la production collective de la connaissance et un cadre pour la rédaction d’articles. C’est aussi l’occasion d’ouvrir collectivement la boite noire de sa proche recherche (de thèse par exemple) et de comprendre à quel point nos inquiétudes et nos inhibitions n’ont vraiment rien de personnel !

En savoir plus :

A propos de : « Journalistes engagés »

Compte-rendu de Lise Jacquez. Initialement publié dans le Point Com de mars-avril 2011.

Sandrine Levêque, Denis Ruellan (sous la dir.), Journalistes engagés, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 180 pages.
ISBN : 978-2-7535-1211-5


Cet ouvrage collectif publié fin 2010, explore les modalités des relations entre le journalisme et l’engagement politique à partir des contributions de huit chercheurs. Les articles composant l’ouvrage présentent des analyses variées, basées sur des approches méthodologiques mêlant sociologie et analyse des discours (à titre d’exemples : entretiens et analyse quantitative d’un corpus d’articles dans le travail d’Eugénie Saitta, entretiens, observations ethnographiques et analyse qualitative de publications écrites dans celui de Benjamin Ferron). Les combinaisons de méthodes constituent d’ailleurs un des points les plus stimulants de l’ouvrage en ce qu’elles soulignent à quel point l’analyse des discours permet de mieux comprendre, en les mettant en perspective, les pratiques observées sur le terrain et les postures revendiquées par les acteurs dans les entretiens et vice-versa.

Dans l’introduction, Sandrine Levêque situe l’ouvrage dans le contexte actuel des débats sur le journalisme. Elle constate ainsi que la figure du journaliste « désengagé » et « neutre » qui semblait s’imposer dans la définition de l’espace journalistique tend à être remis en question : « (…) débat sur ce que doit être le journalisme aujourd’hui, plaidant pour un retour à un journalisme de combat, un journaliste acteur à part entière de l’espace public. » (S. Levêque, p. 10.) L’auteur rappelle que ces débats ne sont toutefois pas nouveaux et que le journalisme est un « monde en crise perpétuelle depuis le milieu du 19ème siècle » (p.10), structuré par des injonctions contradictoires entre engagements et distanciations.

Revenant à la situation actuelle, Sandrine Levêque souligne alors un paradoxe dans les dénonciations actuelles de « l’allégeance »  des médias aux classes dominantes et au système capitaliste : « Les journalistes seraient ainsi dans un cas de figure paradoxal où ils seraient sommés d’abandonner (par la socioanalyse) leurs allégeances inconscientes (liées à leurs trajectoires et à leurs positions dans un système économique qui les aliènent) pour adhérer « consciemment » et volontairement à un projet politique, ce qui sur les mêmes fondements, pourrait aussi leur être reprocher. » (p. 13.). Cette remarque invite à interroger les conditions de possibilité d’un journalisme engagé voire d’un journalisme militant dans un contexte où les garanties du professionnalisme journalistique restent largement liées à l’adoption d’une posture distanciée par rapport aux sources et aux opinions et dans lequel l’engagement politique peut apparaître a priori comme stigmatisant.

C’est cette interrogation qui traverse toutes les contributions de l’ouvrage. L’article de Denis Ruellan introduit ainsi de manière stimulante la réflexion sur l’engagement journalistique à travers l’étude des représentations des reporters au cinéma, dans laquelle il souligne combien l’engagement, au sens large du terme, est constitutif du métier de journalisme : « L’engagement est le système, il n’est pas le problème. Le problème, c’est de croire que l’on puisse être journaliste sans s’engager : dans son métier, dans l’histoire, dans la vie des autres, dans des relations plurielles, dans sa vie, la coexistence de toutes ces facettes exigeants des ajustements fins et toujours particuliers. » (p. 29).

Ce sont ces ajustements que les autres contributions de l’ouvrage explorent à partir de trois thématiques principales :

  1. La dépolitisation des espaces médiatiques marchands,
  2. Les stratégies mises en place par les journalistes pour tenter de relier et de rendre compossibles ou de transformer engagement professionnel et engagement militant
  3. L’investissement militant dans les arènes médiatiques. A titre d’exemple, dans cette dernière thématique, l’article de Benjamin Ferron sur le journalisme alternatif au contre-sommet de Cancun en 2003, montre particulièrement bien les difficultés pour les journalistes-militants à conjuguer « l’information de la cause » et « la cause de l’information » (p.117).

Ces difficultés se traduisent sur le terrain en une (re)division du travail d’information entre communicants du mouvement social chargés des relations presse et journalistes alternatifs chargés de produire de l’information inédite sur ce mouvement.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2495

A propos de : « Figures sociales des discours. Le « discours social » en perspectives »

Compte-rendu de Lise Jacquez, initialement publié dans le Point Com de novembre-décembre 2010.

Aurélie TAVERNIER, Jacques NOYER, Jean-Baptiste LEGAVRE et Bernard DELFORCE (sous la dir.), Figures sociales des discours. Le « discours social » en perspectives,Lille, Université Charles de Gaulle Lille 3, 2010, 247p.
ISBN : 2844671179

Cet ouvrage collectif est issu de la journée d’étude organisée à l’université Lille 3 en juin 2007 par le Groupe d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires en Information et en Communication (GERIICO) autour de la notion de « discours social ». Il regroupe les contributions de chercheurs de diverses disciplines des sciences sociales (sciences de l’information et de la communication, sociologie et sciences politiques principalement).

La question à l’origine de ce projet est formulée ainsi: « Comment les sciences humaines et sociales peuvent-elles rendre raison du discours que tiennent les acteurs dans leurs mondes sociaux ? ». Par cette question, les auteurs veulent souligner le fait que les discours sont l’objet d’analyses multiples et différenciées dans divers champs des sciences sociales, d’où le projet d’entamer un dialogue interdisciplinaire afin de confronter et de croiser les différentes « façons de faire » avec le discours. Par delà les divergences entre manières de faire, c’est la reconnaissance commune de la dimension profondément sociale du discours qui rend possible et nécessaire ce dialogue interdisciplinaire. La notion de « discours social » est donc mobilisée ici comme un point départ pour penser les divergences : « Le discours est de part en part social. Quitte ensuite à ne pas l’analyser selon les mêmes logiques. ».

Plus précisément, deux questionnements traversent l’ensemble des contributions : la première renvoie à la pertinence de la notion de discours social en tant qu’outil théorique et heuristique permettant d’observer et d’analyser des processus de communication et de médiatisation dans leurs contextes sociaux. La deuxième question porte plus particulièrement sur le comment (comment se saisir de cette notion de discours social pour l’analyse d’objets discursifs situés et divers ?) et porte par conséquent aussi sur la question des méthodes de constitution et d’analyse des corpus.

L’ouvrage se décompose en quatre chapitres. Dans le premier chapitre « Discours social  : filiation et enjeux d’une notion heuristique », trois contributions répondent plus particulièrement à la première question en invitant à considérer le « discours social » non pas comme un concept figé et rigide mais comme « une notion dynamique et opératoire, pour envisager les discours comme étant à la fois porteurs et vecteurs d’une histoire et d’une mémoire collectives, socialement marquées. » (A. Tavernier, p. 10.). La contribution de Bernard Delforce, « Discursivité sociale/discours sociaux : Penser les enjeux sociaux de l’information », ouvre ainsi de nombreuses perspectives pour la compréhension des processus de médiatisation et de construction du sens autour de questions ou de « problèmes sociaux » présents dans l’Espace Public.

Les contributions présentées dans les trois autres chapitres, (« Discours en corpus : les discours sociaux au fil du texte », « Du texte aux contextes : le discours social en situation » et « Le chercheur, le discours et le social : ouvertures méthodologiques »), répondent ensuite à la question du « comment » en explorant les différentes perspectives présentées dans ce premier chapitre programmatique et en les confrontant à des « objets discursifs » médiatisés.

De ces confrontations, des conclusions communes se dégagent : d’abord, le sens s’opère toujours dans « le maillage d’un discours social commun ». Pour tous, « le « discours social » apparaît ainsi comme une catégorie heuristique mobilisable pour « remettre à plat » les enroulés de significations auxquels le chercheur est confronté lorsqu’il se saisit d’un discours en apparence autonome (…) » (A. Tavernier, p.12.). Ensuite, la confrontation des points de vue et des méthodes (notamment entre chercheurs privilégiant l’articulation entre analyse du discours et enquête sociologique, et chercheurs pour qui l’analyse de corpus doit permettre de faire « remonter les déterminants sociaux qui configurent des discours sédimentés »), permet de souligner l’importance de l’interdisciplinarité et donc de l’ouverture à d’autres socialisations disciplinaires pour ne pas accumuler les « points aveugles » dans les manières de voir l’articulation entre discours et social.

L’ouvrage sur le site de son éditeur : http://commandes.recherche.univ-lille3.fr/publications/ul3/197-figures-sociales-des-discours-le-discours-social-en-perspectives-9782844671172.html

A propos de : « Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel »

Compte-rendu de Frédéric Aubrun initialement publié dans le Point Com des mois de janvier et février 2011.


SEMPRINI Andrea (sous la direction de). Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel. Paris. L’Harmattan. Collection Champs Visuels. 2007. 368 pages.
ISBN : 978-2-296-02289-8.

En partant du constat que la communication a souvent été sujette à une analyse purement technique, faisant par là même abstraction du contexte socioculturel dans laquelle elle prend place, cet ouvrage collectif (sous la direction d’Andrea Semprini) tente de conduire une approche sociosémiotique dans chacun des cas étudiés : médias d’information (télévision, presse, magazine), sites Internet (Edf, Adidas), communication politique (Berlusconi), publicité (Ferrero, Absolut, PlayStation, Vuitton), …

Cet ouvrage fait suite à un premier recueil d’analyses sémiotiques de différents types d’occurrences de communication (films et affiches publicitaires, discours radiophoniques et télévisuels, logos, identités visuelles, etc.) paru 10 ans plus tôt sous la plume d’Andrea Semprini : Analyser la communication. A travers ce premier ouvrage méthodologique et empirique, on observait déjà une volonté de son auteur d’introduire un regard sociosémiotique dans l’analyse des occurrences de communication : « Si montrer « comment » on analyse des communications est assurément son objectif méthodologique, cet ouvrage a également un objectif théorique. A travers les analyses proposées, il voudrait faire émerger le rôle et quelques champs d’application d’une sociosémiotique, entendue comme discipline étudiant l’inscription du sens au sein des pratiques sociales. » (Analyser la communication, p. 15).

Une autre spécificité de cet ouvrage consacré à l’analyse de cas est de proposer une pluralité de démarches méthodologiques, adaptées selon la spécificité de chaque occurrence. Libre alors au lecteur de construire sa propre analyse en choisissant la méthode adéquate au type de communication choisi. Le caractère collectif de ce second recueil vient davantage renforcer la diversité des méthodes, et lui confère une ouverture internationale, notamment avec quelques contributions d’auteurs italiens et anglo-saxons.

Depuis le premier ouvrage, le panorama des formes de communication a progressivement évolué (Internet a ainsi été ajouté dans les études de cas de ce second recueil), tout comme les méthodes pour les analyser. Mais le principal changement entre les deux ouvrages est le glissement d’un regard sémiotique à un regard sociosémiotique, ce qui justifie le nouveau sous-titre du recueil collectif dirigé par Andrea Semprini, à savoir Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel.

D’après Andrea Semprini, le regard sociosémiotique « analyse la façon dont un objet de sens particulier est pris en charge par un système de discursivité, est utilisé pour soutenir ou critiquer une vision du monde et des systèmes de croyance et finit par alimenter, en tant que ressource sémiotique, ces mêmes systèmes. » (Analyser la communication 2, p. 14).

A l’image d’un arbre aux multiples branches, la sémiotique s’articule autour de plusieurs approches, parmi lesquelles la sociosémiotique, qui étudie tout ce qui touche la dimension sociale de la discursivité. « Selon cette vision, ce qui opère un glissement de la sémiotique à la sociosémiotique n’est pas tant une vague dimension sociale du signifié que le passage d’une analyse centrée sur le texte à une analyse centrée sur le discours et sur les pratiques discursives, où le discours n’est rien d’autre que le texte énoncé et/ou les procédures qui gouvernent sa production » explique Andrea Semprini (Analyser la communication 2, p. 13).

Au final, nous retrouvons dans cet ouvrage collectif un des aspects qui fait la richesse des Sciences de l’Information et de la Communication, à savoir rendre complémentaires certaines notions jugées souvent opposées, comme le texte et le contexte.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=22858