Le point sur… André Robert, Directeur de l’école doctorale EPIC

IMAG0245

Comment en êtes-vous venu à diriger l’ED 485 : votre parcours a-t-il joué un rôle ?

Après une classe préparatoire littéraire au lycée du parc de Lyon, ma formation en philosophie s’est déroulée à l’Université de Lyon, avant sa scission entre Lyon 2 et Lyon 3, il y a 40 ans.

Je devins professeur de philosophie dans l’enseignement du 2nd degré durant vingt ans, avant de soutenir une thèse et d’être qualifié comme maitre de conférences en Sociologie et en Sciences de l’éducation. J’ai pu exercer sous ce titre au début des années 90, dans plusieurs IUFM et universités en France puis, fin 90, j’obtins mon habilitation à diriger des recherches et la qualification aux fonctions de Professeur des universités. J’ai été élu à Lyon 2, alors que le nombre de postes était rare.

En 2007, lorsque les écoles doctorales ont été redéfinies dans le paysage universitaire national et donc lyonnais, le président et le vice-président « recherche » de l’époque m’ont sollicité pour devenir directeur de l’Ecole doctorale EPIC. Pour m’y consacrer, j’ai dû prendre beaucoup sur mon temps de recherche personnel.

Comme directeur, comment avez-vous vécu la diversité des disciplines de l’ED 485 (EPIC:7 doctorats), quels ont été les challenges auxquels vous avez été confronté dans ce poste » ?

Je trouve encore beaucoup d’intérêt à orchestrer la diversité des laboratoires qui la composent : Education, SIC, psychologie, épistémologie et histoire des sciences, histoire des activités physiques et sportives…

Je relève d’une discipline plurielle et je suis convaincu de la nécessité des échanges scientifiques entre les disciplines : l’épistémologie pluridisciplinaire m’intéresse. Mais je reste conscient de la nécessité d’un ancrage disciplinaire initial, seul garant d’une scientificité autorisant leur dialogue. La richesse de cette Ecole doctorale plurielle a contribué à l’amélioration de son évaluation depuis 2009, puisque sa notation est passée de B à A.

D’une part, la recherche interne interdisciplinaire initiée à mon arrivée, en réponse à un appel d’offre de l’Université Lyon 2, avait déjà fait collaborer plusieurs équipes de l’Ecole doctorale EPIC autour d’un projet commun et, d’autre part, la nouvelle revue interdisciplinaire de l’Ecole doctorale –Inter Pares– perpétue cette démarche. Cette revue de doctorants et de jeunes chercheurs a été créée par un groupe de doctorants venus d’horizons disciplinaires différents, collaborant et échangeant scientifiquement très bien entre eux. Je les remercie encore.

Cela nourrit aussi mon ambition : donner une vie et une dynamique permanente à l’Ecole doctorale, afin qu’elle apparaisse comme un collectif ayant des objectifs, des perspectives annuelles, et des activités constantes. Les journées d’études « Doctoriales » créées en collaboration avec l’Ecole doctorale de Genève en sont l’exemple type. Tout ceci est possible grâce à une équipe administrative très performante, répondant aux missions nationales fixées dans le nouveau texte de cadrage des Ecoles doctorales de 2006.

Quelle a été la portée du thème « Scientifi-cité : créativité, recherche et société » des Doctoriales 2013 de Genève ?

Démontrer l’intérêt de l’interdisciplinarité, tout en insistant sur l’incidence que la recherche a (ou doit avoir) sur les pratiques humaines et sociales, et leur environnement. « La recherche œuvre pour le futur, certes, mais aussi pour répondre à des questionnements sociaux immédiats. Le chercheur est un médiateur entre l’objet qu’il étudie et ceux qui sont concernés par cet objet sans encore le savoir. En éclairant cet objet, il contribuera donc à l’équilibre sociétal ». C’est une question d’épistémologie située au cœur des problématiques contemporaines concernant la recherche.

Lors de mon intervention à Genève, j’énonçais ainsi deux modes de la connaissance :

-le mode 1, académique, ancien selon certains auteurs, appuyé sur une antériorité

-le mode 2, dit de «  recherche, développement, innovation » où les médiations entre recherche, société et pratiques sont beaucoup plus « immédiates ». Des résultats applicables très rapidement sont ici souhaités. Ce mode offrirait une hybridation, une plus grande circulation des savoirs et une redéfinition du paysage de ceux qui interviennent dans la recherche. Il y a les chercheurs en titre et d’autres acteurs sociaux tels les experts, les administrateurs etc. C’est une forme de « recherche diluée ». (cf : la science et la non-science – Bruno Latour).

Mais je considère cette opposition dépassée, car ces deux modes peuvent coexister, et le second a tendance à faire se confondre « la recherche » et « d’autres formes » d’activités. Comment envisager cet état « différent », nécessitant de défendre toujours une rigueur méthodologique et une administration de la preuve selon des critères définis et admis par la communauté scientifique ?

L’univers académique est capable à la fois de faire preuve de cette rigueur, de faire dialoguer les disciplines entre elles, mais aussi d’entendre d’autres « polarités de recherche » afin d’innover (cf. La Pierre de touche – Jean Marc Levy Leblond : l’ordre du savoir émerge de la confusion de la recherche). On s’inscrirait ici plutôt, en manière de dépassement de la dichotomie simplificatrice précédente, dans la position du modèle de la Triple hélice concernant les systèmes d’innovation (cf. Etzkowitz et Leydesdorff)..

Nous (Alec-Sic) organisons le 27 juin prochain une journée d’étude autour du sujet « Le corpus : ancrages théoriques et méthodologiques », que vous inspire la problématique choisie ?

Il me semble que dans les disciplines comme les Sciences de l’éducation, mais aussi d’autres telles que les sciences humaines et sociales, (Histoire, Sciences du langage), on ne peut se dispenser d’un ancrage empirique situé dans les matériaux recueillis à travers des enquêtes ou dans des corpus (verbaux, d’images), constituant la base empirique sur laquelle le chercheur va faire porter sa problématique à l’intérieur d’un cadre théorique déterminé. Je connais particulièrement cette référence au corpus du fait de mes travaux en histoire ou sociohistoire. Il est constitué pour moi par l’archive ou par le corpus de presse.

Dans certains de mes travaux, j’ai été amené à travailler sur la presse et notamment des éditoriaux de bulletins syndicaux. À cet égard, j’ai même écrit un « Que sais-je ? » portant sur la méthode de l’analyse de contenu, laquelle peut être faite de manière soit manuelle (qualitative), soit informatisée (quantitative), ou encore prendre les formes de l’analyse textuelle, de l’analyse du discours etc. Il ne s’agit donc pas de donner une apparence de scientificité à une lecture intuitive, mais bien de révéler de façon méthodique certains aspects imperceptibles dans le corpus à première vue. Le terme corpus doit être pris à la fois au sens strict et comme étant l’indice de la nécessité d’enquête ou de la base empirique pour les travaux en Sciences de l’Education, SIC, ou d’autres disciplines en Sciences sociales.

Quels rapports entre Sciences de l’Education et Info-com ?

Il faudrait connaître véritablement les SIC de l’intérieur, ce qui n’est pas mon cas. Le distinguo tient aux objets bien entendu. En Sciences de l’Education, nous sommes centrés sur les problématiques éducatives. Comme d’autres sciences humaines, les SIC me semblent adopter des démarches qui ne sont pas formellement en rupture avec celles des Sciences de l’Education.

Dans les deux cas, on accorde une assez forte importance à l’ancrage théorique des démarches, et donc de ce point de vue, il y a une communauté. Il me semble que les SIC sont tournées vers l’étude des signes, verbaux, iconiques, par lesquels se manifeste du sens. Les travaux de Roland Barthes, sous le couvert de la sémiologie, (notamment dans Système de la mode ou Mythologies) pourraient concerner des problématiques de SIC. Je pense que cette discipline relativement récente dans le paysage universitaire produit des lectures sémiologiques extrêmement  importantes pour nous aider à comprendre la société de communication et d’information qui nous environne et qui nous obsède de plus en plus.

Je vois passer des travaux sur le déchiffrage de la presse, la lecture des émissions, certains feuilletons télévisés, récits, sur ce qu’on pourrait appeler, en citant Barthes à nouveau, des mythes ou des mythologies contemporaines. Mais je n’ai pas une vision exhaustive de tout ce qui se fait en SIC.

Puisque nous parlions au tout début de l’interdisciplinarité, il me semble que les SIC peuvent tout à fait dialoguer et faire des apports à d’autres disciplines académiques historiquement plus anciennes. Par exemple l’Histoire. En entendant Yannis vendredi dernier à Genève traiter de l’arrivée du métro à Bron-Parilly dans la presse dans les années 70, la dimension historique manifeste était évidente et intéresse les historiens. Elle peut intéresser aussi les géographes urbains. On est là dans cette interconnexion qui a une pertinence et un intérêt très grand. Il me semble aussi qu’en SIC, dans les cadrages théoriques, on rencontre des problématiques qui intéressent la philosophie : image, signe, langage, etc.

L’ED 485 fait partie intégrante de « l’Université de Lyon ». Pouvons-nous dire que notre voix est entendue à Lyon et au-delà ?

À Lyon oui, dans la mesure où l’Ecole doctorale EPIC est certes portée par un établissement : Lyon 2, mais rassemble les étudiants, doctorants et laboratoires de l’ensemble du périmètre lyonnais : Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, Saint-Etienne  plus quelques grandes Ecoles. L’Ecole doctorale a donc une plus grande surface que son université de rattachement.

Il existe un collège doctoral qui réunit les 17 Ecoles doctorales du paysage, toutes disciplines confondues. Les directeurs de laboratoire de ce collège ont une réunion trimestrielle. Ils peuvent faire entendre leur voix, sinon celles de leurs doctorants, au plan régional.

Ceci est plus difficile au plan national car il n’y a pas d’instances qui réunissent plus de 500 Ecoles doctorales françaises. Il y a cependant parfois des interconnexions entre elles.

La revue Inter Pares, pour laquelle j’ai fait une information à l’échelon national, peut aussi aider à faire connaître l’Ecole doctorale hors du périmètre lyonnais. On peut commencer à se poser la question de savoir si cette revue sera en mesure d’accueillir des contributions extérieures. Pour l’instant nous n’avons ni la force, ni les moyens, ni le secrétariat pour le faire, mais c’est quand même une piste.

Dans un cadre extranational, les initiatives d’Ecoles comme la nôtre pour s’interconnecter et travailler en collaboration avec l’Ecole de Genève, sont un signe d’extériorisation.

L’Université de Lyon dispose aussi d’un service relations internationales qui nous met en contact avec d’autres pays, universités, laboratoires et Ecoles doctorales. Tel a été dernièrement le cas d’une mission en Belgique à l’université de Leuwen (une des plus anciennes) pour essayer de développer entre les deux Universités des cotutelles de thèse. Au niveau d’EPIC, j’ai des accords, avec le Brésil et le Liban.

Quelques conseils, suggestions pour dynamiser, enrichir nos activités de recherche ?

Ma recommandation est de concilier dans les activités le travail de production de la thèse, en alliance prioritaire avec le directeur ou la directrice, mais en considérant par ailleurs que ce travail s’inscrit dans une dimension d’Ecole. C’est-à-dire, dans une dimension collective, lequel collectif ne résout pas toutes les questions bien entendu, mais offre une dynamique qui est propre à faire interagir les doctorants entre eux à travers les séminaires, souvent organisés par les laboratoires, et à trouver d’éventuelles solutions favorables à la qualité de leur travail.

En tant qu’association, mais aussi comme membres pour certains du groupe d’animation des Doctoriales et de la revue, vous êtes la preuve du caractère collectif de l’Ecole doctorale.

Par définition, l’Ecole c’est un collectif. Faire une thèse n’est pas qu’un parcours solitaire, dynamisme et initiative individuelle nourrissent le collectif, au sein de formations, même non obligatoires.

Prendre des initiatives de création au sein d’une association comme vous le faites, c’est ne pas se renfermer dans une vision isolée ou solipsiste de l’activité de thèse. Avec le titre de docteur, les étudiants doctorants seront appelés à participer à la vie de la cité, d’une Université, d’une entreprise. Cela suppose l’acquisition de compétences relationnelles et d’interventions dans le collectif.

Merci pour votre disponibilité.

Propos recueillis par Marie Sophie Madiba, Elmira Prmanova et Yannis Cosmas

Le point sur… David Peyron, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication

Docteur en Sciences de l’information et de la Communication, membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines et sociales.

David, d’où viens-tu ?

De partout ! J’ai fait une licence de sociologie à Aix en Provence, un Master de sociologie de l’art à Grenoble et là j’ai rencontré mon futur directeur de thèse (qui donnait des cours). Ce dernier  m’a proposé à la fin de l’année de continuer en doctorat avec lui. J’ai quitté Grenoble où, je n’avais pas d’attaches particulières, et je me suis dit que pour rencontrer les autres membres de mon labo, pour voir mon directeur de thèse, avoir une vie de doctorant, il valait mieux que je me rende à Lyon, surtout que la ville est quand même très agréable. À Lyon j’étais plus près de mes collègues, la ville est plus grande, la vie universitaire y est plus riche et j’ai pu rencontrer, par exemple, les gens d’Alec.SIC ou assister facilement aux réunions de labo. Et puis pour être honnête, je n’étais pas fan de la ville de Grenoble alors autant aller là ou je suis rattaché.

En ce qui concerne le labo, j’étais rattaché à Elico, un labo assez divers mais c’est ça qui était intéressant. J’ai bien aimé surtout l’ambiance entre les doctorants qui faisaient des recherches assez variées. Le fait d’être tous rattaché à la même entité même un peu obscure qu’est un labo de recherche donne du lien et une cohésion. Après mon directeur a quitté le labo mais moi j’y suis reste rattaché.

Où en es tu et sur quoi portait ta thèse ?

J’ai soutenu ma thèse il y a environ deux mois donc je suis encore dans la phase où je ne réalise pas trop que ces cinq ans de travail sont terminés mais où il faut commencer à se tourner vers autre chose.

Ma thèse portait sur la culture geek, pour le dire vite ça se rattache à ce que les anglo-saxons appellent les Fan studies, études sur les fans et comment être fan peut devenir une identité culturelle revendiquée.

Tes auteurs préférés ? Avant et après la fin de thèse…

Ah question difficile, il y a un auteur qui traverse tout mon travail et qui est central dans toutes les Fan studies : c’est Henry Jenkins notamment autour de concepts comme la convergence culturelle et le transmédia. Mais après j’ai toujours essayé de lire au-delà de mon champ c’est souvent ça qui m’a le plus apporté en terme de réflexion, donc par exemple j’ai beaucoup appris de Bruno Latour en sociologie des sciences ou de Marc Augé en anthropologie. J’ai remarqué à quel point certaines questions qu’on se pose et qui semblent très spécifiques sont en fait transversales. Quand les auteurs ne travaillent pas sur une thématique qui est la nôtre ou avec un tout autre regard, on peut alors vraiment se concentrer sur les proximités sous-jacentes qui aident à régler nos problèmes.

Exemple d’une thématique que tu as retrouvée hors de ton champ ?

Eh bien par exemple dans le rôle de la fiction et de l’immersion dans un univers imaginaire cohérent très présent chez les geeks dans la construction identitaire. Cette idée de se construire un monde cohérent on la retrouve totalement dans la sociologie des sciences et ça tendrait à montrer qu’il y a aujourd’hui un réenchantement du monde par l’imaginaire scientifique chose que j’ai aussi retrouvée dans mon travail.

Et pour l’anthropologie j’ai beaucoup travaillé sur la question de l’ethnographie sur internet très en vogue dans les Fan studies. A cet effet, j’ai découvert que ce genre de terrain étrange avait déjà été pensé en anthropologie depuis longtemps mais sous d’autres formes.

Comment prendre de la distance avec son objet ? Le chercheur était-il aussi un geek ?

Je crois qu’un de mes plus grand plaisir d’apprenti chercheur a toujours été de faire parler à travers moi des auteurs d’horizons très différents mais qui pourtant se recoupent. Il existe deux traditions :

– Soit l’on fait semblant de n’avoir aucune proximité avec son sujet, ce qui est assez rare et hypocrite et on se cache derrière une pseudo objectivation (mais tout le monde sait bien que le sujet au moins nous intéresse), c’est plutôt la tradition française, bien sûr je caricature.

– Soit il y a une tradition anglo-saxonne où on assume tellement qu’on en vient à faire du mélange des genres (je suis fan donc pourquoi pas travailler pour une entreprise qui produit des objets que j’aime en plus étudier). J’ai essayé d’être entre les deux. En gros en assumant auprès des gens que j’ai interviewé mes connaissances du jeu vidéo, de la science-fiction, des séries, mais dans l’écriture de la thèse de prendre plus de distance et de prendre en compte ma place dans la construction du phénomène.

En plus, partager des goûts ne m’a pas empêché par exemple d’analyser la globalité de mon échantillon en terme sociologique. Il y a notamment un chapitre sur le rapport complexe à la masculinité des geeks qui conduit à des formes de violences symboliques envers les filles qui voudraient s’intégrer au mouvement. Ce n’est pas tellement vanter la beauté de la culture geek. Ou encore, j’ai beaucoup travaillé sur la définition complexe du mot geek et comme j’ai connu pas mal de visibilité médiatique, les fans eux-mêmes reprenaient ma définition pour la discuter sur les forums, eh bien il faut en parler.

C’est une perpétuelle mise en abyme, j’étudie des gens qui savent que je les étudie et discutent ma légitimité à le faire. Ce qui induit des biais sur leur comportement, mais c’est un exercice passionnant. Du coup assumer qu’on est geek ça rend les choses plus facile au niveau de cette légitimité justement.

Où vas-tu David ?

Pour l’instant je suis vacataire et j’attends les résultats des qualifications pour me lancer dans la grande valse des envois de candidatures sachant aussi que je n’ai jamais été encore Ater. Donc je me réserve la possibilité de faire un an ou deux comme ça en attendant de trouver un poste définitif. Je fais aussi pas mal de colloques et conférences et je commence à travailler un peu sur le manuscrit de la thèse en vue d’une possible publication.

Vois-tu une suite non universitaire à ton travail ? Envie d’entreprendre ? Quels postes s’ouvrent à toi dans le privé au cas où ?

C’est une possibilité oui, mais franchement qui ne me fait pas trop rêver. J’ai déjà travaillé avec quelques boîtes privées dans la communication et j’ai été un peu consultant pour des fictions transmédia (lancer une série en même temps qu’un jeu vidéo et qu’un roman et un site internet dans le même univers), et il y a une grande mode autour de ce phénomène donc je pourrai creuser mais malgré tout j’ai la vocation de la recherche donc pour l’instant c’est vers ça que je tends.

Marie-Sophie Madiba, Yannis Cosmas, Elmira Prmanova : David, merci beaucoup

Le point sur… Geneviève Lallich-Boidin, Professeure en SIC à Lyon 1

Chercheur membre de l’Equipe de recherche de Lyon en Sciences de l’Information et de la Communication (ELICO, EA 4147) / directrice d’ELICO

Comment en êtes-vous venue au SIC ?

 Mon parcours est singulier pour un enseignant-chercheur de ma génération. Après une maîtrise de mathématiques à Lyon 1, j’ai cherché un métier. D’où le choix de mon troisième cycle en documentation, à l’INTD (CNAM de Paris) à l’issu duquel je suis devenue documentaliste spécialisée en informatique.

J’ai occupé divers postes en entreprise privée sur Paris. Suite à la mutation de mon conjoint, je suis partie exercer le métier de documentaliste à l’Ecole des Mines de St-Etienne en 1976. Au sein du département informatique, j’ai effectué des projets de recherches sous forme de documentation élargie. Cela a fait naître en moi l’envie d’une évolution de carrière vers la recherche.

Après un DEA en 1980-82 en Informatique et Sciences sociales à Grenoble, j’ai soutenu ma thèse en 1986 sur le thème « linguistique et indexation automatique ».

En 1988, alors que j’intègre l’Université de St-Etienne comme Maître de Conférences pour enseigner, la 71e section (SIC) est mal connue. Mon recrutement était une façon d’ouvrir un poste supplémentaire de linguistique alors que cette autre section était déjà complète. J’avais l’impression d’être une P.E.G.… (Ndlr : professeur d’enseignement général).

Mes recherches continuèrent entre Grenoble et St-Etienne. L’obtention d’un projet Européen a confirmé la légitimité de ma démarche.

En 1991, je demande ma mutation à l’Université Grenoble 3 où j’enseigne les « digital humanities » dans le cadre de la 27e section (informatique), tout en effectuant des recherches au GRESEC en SIC. En 1999, suite à l’obtention de l’HDR, j’hésite entre deux postes en information-documentation : l’IUT de Grenoble 2, ou Lyon 1. Pour des raisons familiales à nouveau, je choisis Lyon 1, où je suis toujours aujourd’hui.

Comment voyez-vous les SIC aujourd’hui ?

De l’Info-Com, on attend ouverture d’esprit et prise en compte des dimensions sociales. Par exemple les bibliothèques numériques sont un champ nouveau. Les enjeux sont forcément multiples et croisés.

Aujourd’hui, les SIC à Lyon jouent leur « va-tout » dans les trois ou quatre années à venir d’ici la prochaine évaluation AERES. Nous devons montrer que nous sommes un pôle solide et original en France. L’ENS-LSH ou l’ENSSIB sont incontournables pour traiter du document numérique par exemple. En plus, Lyon a des filières professionnelles, comme la documentation, le journalisme. La seule ville en France comparable est Lille, avec laquelle nous entretenons une collaboration.

Même si les métiers de l’information et de la communication sont spécifiques, l’époque d’URSIDOC et de Médias et Identités est révolue. Au sein du nouveau labo ELICO ces deux versants ne doivent plus coexister : ils fusionnent. L’évolution technique rend nécessaire le regard des spécialistes de l’information. Ainsi Franck Rebillard a pu étudier la pluralité et la redondance de la presse sur internet. L’analyse du discours permet de comprendre comment l’information se propage. Tel est le cas du Netvibes d’Alec-Sic par exemple.

Comment voyez-vous-les SIC demain ?

Je fais le pari de réussir à réunir à moyen terme les chercheurs de la 71e section à Lyon (du maître de conférences aux doctorants), en leur laissant de l’espace pour créer au sein de projets collectifs.

ELICO est un cadre accueillant dans lequel les SIC pourront développer leurs spécificités lyonnaises. Lyon bénéficie de grands équipements, d’archives ouvertes, des grandes conférences s’y déroulent – comme la W3C, le CIUEN 2012, et le W4A (Web For All) du 16 au 20 avril 2012 – De plus, Lyon est historiquement un lieu d’impressions et d’éditions, c’est un lieu de « résistance », d’alternative, par rapport à Paris.

Cependant, nous devons faire face à une difficulté. Dans le PRES, il y a sept établissements où les SIC sont présentes : Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, l’ENS-LSH, l’ENSSIB, l’IEP de Lyon et l’université de Saint-Etienne. Ils ont chacun leur ligne de crédit, leur présidence, leur fonctionnement spécifique, et négocient individuellement leur appartenance à ELICO. Le PRES délimite donc surtout un périmètre géographique mais ne nous aide pas à faire de la recherche.

 Yannis COSMAS

Marie-Sophie MADIBA

Elmira PRMANOVA

Le point sur… Jean-Michel Rampon, maître de conférences en SIC à l’IEP de Lyon

Chercheur membre de l’Equipe de recherche de Lyon en Sciences de l’Information et de la Communication (ELICO, EA 4147)

Comment êtes-vous venu au SIC ?

Par les sciences du langage. J’étais intéressé par la communication, mais à mon arrivée à Lyon en 1985, le “quorum” de cette filière était atteint. J’ai donc réalisé mon deug de sciences du langage – avec de nombreuses options liées à la communication –, avant de présenter ma candidature à la toute nouvelle licence d’info-com créée à Lyon 2, en 1988. Une fois passé le « concours » d’entrée, je commence à prendre la mesure de cette matière très disparate. Certains cours, comme ceux de Maurice Mouillaud, qui vient de mourir et dont je salue la mémoire, seront déterminants dans la construction de mon parcours en SIC. Mais surtout, je crois que l’année 1989 m’a marqué. Cette année-là, se succèdent : la mort de Khomeiny en juin, la chute du mur de Berlin en novembre, Tiananmen vers juin également, le bicentenaire de la Révolution française tout au long de l’année, et bien sûr la révolution roumaine en décembre conclue par la mort des Ceaucescu. C’est de ce croisement entre ce qui me venait de l’université et du « monde extérieur » au travers de la lecture intense de journaux (dont « Lyon Libération » sur lequel j’ai fait ma thèse) que se confirme définitivement mon goût pour les SIC.

Vis-à-vis de mon milieu (classe moyenne-basse) ce projet n’était pas « évident ». La fac a donc été un « second foyer ». Elle m’a offert des « nourritures spirituelles » inconnues et m’a sensibilisé notamment à la notion d’« événement », au cœur de certains de mes enseignements aujourd’hui, à la fois via l’image et le discours.

Quelle est votre conception des SIC aujourd’hui ?

Elle est héritée de ceux qui ont conçu ce champ à la fin des années 1960. Mais le fait d’avoir commencé en sciences du langage va en marquer mon approche. Des auteurs comme Oswald Ducrot, Régine Robin (sur histoire et linguistique) ou Pierre Fiala, pour ne citer qu’eux, vont constituer ma « base » intellectuelle. L’analyse du discours, autre de mes terrains privilégiés, est en constante évolution. Je pense que les SIC, dont les objets de recherche peuvent être historicisés et placés dans des séries plus ou moins homogènes au cours du temps, auraient intérêt à prendre davantage en compte ce qui vient d’ailleurs. A l’instar de la géographie par exemple, autre “interdiscipline”, pour ne pas parler d’autres zones… géographiques justement. Décentrer son regard (Paul Ricoeur oui, mais tout autant David Carr) ne peut qu’être bénéfique. Voir la manière dont Jack Goody a récemment insisté dans un livre remarquable sur le caractère occidentalo-centré du récit que l’Europe a imposé au reste du monde à travers le temps [Le Vol de l’histoire]. Il y a là de quoi méditer… Pour filer la métaphore, essayons de sortir d’une conception « SICo-centrée » de la recherche en information et communication, même s’il est vrai que des objets ou préoccupations heuristiques s’y prêtent mieux que d’autres…

Comment vous situez vous aujourd’hui par rapport à ELICO et au PRES de Lyon  (Pole Recherche et d’Enseignement Supérieur )  ?

En fonction du mouvement des individus, qui changent de laboratoire ou se trouvent en fin de carrière, on se retrouve vite à être soi-même un « ancien » ! C’est ainsi que je suis arrivé en 1994 dans l’équipe de recherche « Médias et identités », l’ancêtre d’ELICO, créée sous l’impulsion de Jean-François Tétu, qui a toujours manifesté un souci de rassemblement des acteurs de la recherche et donc des entités différentes desquelles ils dépendent professionnellement. Cet effort est à saluer. Pour autant, si l’on s’en tient à la région Rhône-Alpes, le caractère unitaire n’a jamais fonctionné avec le site de Grenoble. A un tout autre niveau, il est du reste intéressant de constater que le label d’ « initiative d’excellence » vient d’être refusé une seconde fois dans cette région en raison d’un manque de “liant”, ou d’une absence de congruence, entre les pôles de Lyon – Saint-Etienne et de Grenoble, plutôt que sur la qualité des projets de recherche eux-mêmes reconnus par ailleurs (même si les sciences humaines et sociales de façon générale y ont à mon sens très peu de place, mais c’est un autre problème…). De façon générale, je constate, avec d’autres, que beaucoup d’acteurs  – et je ne suis pas épargné – se trouvent pris aujourd’hui dans un faisceau de contradictions qui n’est pas sans aller parfois avec une forme de souffrance : s’être impliqués en 2009 dans le mouvement universitaire contre la loi relative aux libertés et responsabilités des universités et 3 ans plus tard se retrouver à courir derrière des projets et autres montages ou dispositifs, qui tiennent pour certains de l’usine à gaz, dont le nom se termine par le « ex » d’excellence…

Yannis COSMAS

Audrey Arnoult – Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication

Attachée Temporaire à l’Enseignement et à la Recherche à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon depuis 2010 et rattachée au laboratoire Elico.

 

Question 1 : Vous avez soutenu en décembre 2011 votre thèse sur le sujet « La médiatisation des troubles liés à l’adolescence dans la presse quotidienne nationale (1995-2009) », pouvez vous nous retracer votre parcours de doctorante ?

Mon sujet de thèse s’inscrit dans la continuité de mon premier travail de recherche – mon mémoire de fin d’études réalisé à l’Institut d’Etudes Politiques sous la direction d’Isabelle Garcin-Marrou – qui portait sur le traitement médiatique de l’anorexie mentale dans la presse quotidienne d’information générale et dans la presse magazine de santé. J’avais montré que le sujet était relativement peu traité par la presse quotidienne alors que le corps médical le considère comme un problème de santé publique. J’ai souhaité poursuivre ces questionnements en élargissant mon objet de recherche aux troubles de l’adolescence (suicide, consommation d’alcool, usage de drogues, anorexie, etc.).

J’ai bénéficié d’une allocation de recherche pendant trois ans puis j’ai été recrutée comme Ater à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon ce qui m’a permis de financer ma thèse. J’ai également été monitrice – à l’Institut Universitaire de Technologie de Bron et à l’Institut de la Communication à Lyon 2 – pendant les trois premières années de ma thèse.

En parallèle, j’ai participé à trois reprises à l’organisation des Doctoriales (journée d’études de l’Ecole doctorale EPIC). Je garde de très bons souvenirs de cette expérience qui m’a permis à la fois de me familiariser avec les « rouages » de l’organisation d’un événement scientifique et de travailler avec des doctorants d’autres champs disciplinaires.

 

Question 2 : Comment votre problématique et démarche de recherche se rattache-t-elle aux SIC ?

L’enjeu de ma thèse était de comprendre quels sens les journaux donnent à des conduites qui constituent à la fois des transgressions médicales, sociales voire juridiques mais qui témoignent de la souffrance psychique des adolescents. L’intérêt résidait également dans la compréhension de la construction (ou non) de ce sujet comme un problème de santé publique. Mon analyse se voulait comparatiste et diachronique. Par conséquent, j’ai choisi de travailler sur une longue période (1995-2009) et sur plusieurs quotidiens nationaux (Le Monde, La Croix, Le Figaro, Libération et L’Humanité).

Mon travail s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire. J’ai mobilisé des références historiques pour étudier la généalogie de l’adolescence et pour comprendre l’évolution des problématisations de l’anorexie, de la consommation de drogues, de l’usage d’alcool et du suicide. Le concept de carrière, emprunté à la sociologie de la déviance, m’a permis d’envisager la performance adolescente de façon séquentielle et temporelle. Enfin, pour réfléchir aux rapports entre médias et santé, je me suis appuyée à la fois sur travaux en Sciences de l’Information et de la Communication et en Sciences politiques.

Mes analyses reposent sur une démarche à la fois quantitative et qualitative. L’analyse quantitative porte sur les 989 articles de mon corpus. J’ai eu recours à un logiciel de traitement d’enquêtes (Modalisa) pour étudier la couverture médiatique des différents troubles de l’adolescence. Je voulais voir quelle visibilité chaque journal accordait aux différentes conduites qui constituent mon objet de recherche et comment cette couverture évoluait. Les résultats m’ont permis de constituer un second corpus (en choisissant les articles les plus « représentatifs ») pour l’analyse qualitative. Celle-ci se focalise sur cinq troubles : l’anorexie, le suicide, l’usage de drogues, la consommation d’alcool et les troubles de l’adolescence en général. Pour l’analyse de ces sous-corpus, ma méthodologie se fonde sur la sémiotique narrative greimassienne, l’analyse lexicale et énonciative.

 

Question 3 : Comment a évolué ton projet de thèse initial ? Comment a-t-il été « impacté » par le travail sur ton terrain ?

J’ai défini mon projet de thèse au moment de ma candidature pour l’allocation de recherche. En première année, j’ai commencé par des lectures sur l’adolescence – un des thèmes principaux de ma thèse – mais très vite je me suis penchée sur la constitution du corpus car j’avais besoin de « concret » pour avoir le sentiment d’avancer. J’ai été amenée à définir et construire mon objet de recherche (les troubles de l’adolescence) et, devant l’ampleur du corpus, j’ai abandonné l’étude des discours télévisuels qui figurait dans mon projet d’allocation. Je suis ensuite revenue aux lectures tout en codant l’intégralité de mon corpus avec Modalisa. Cette étape a été assez longue. J’ai été confrontée aux « aléas » de l’indexation des articles sur les bases de données que j’utilisais et recommencer partiellement la constitution de mon corpus (et donc le codage de mes données)… tout en essayant de construire mon cadre théorique. Ce travail de construction de l’objet de recherche a été primordial dans ma recherche et a aussi orienté mes lectures.

Interview réalisée par Yannis Cosmas, Marie-Sophie Madiba et Elmira Prmanova

Interview de Fidélia Ibekwe-Sanjuan, enseignant-chercheur en SIC à l’Université Lyon 3 (mars 2011)

Propos recueillis en mars 2011 par Céline Brun-Picard, initialement publiés dans le Point Com de mars-avril 2011.


Quels sont vos domaines de spécialité en SIC ?

Fidélia Ibekwe-Sanjuan : Mes axes de recherches s’inscrivent dans les grandes orientations de recherches en science de l’information (SI) en France. Depuis la soutenance de ma thèse en 1997, j’ai développé plusieurs thématiques de recherche qui s’articulent autour de trois pôles :

  • un premier pôle sur les objets porteurs de savoir, avec un travail sur l’analyse des discours scientifiques ;
  • un deuxième pôle sur les pratiques humaines et sociales en matière d’élaboration, de partage du savoir, d’accès à l’information, ou autrement dit, sur les pratiques informationnelles (usages des TIC dans le cadre du web 2.0 et recherche interactive d’information) ;
  • un troisième pôle sur la formalisation et le calcul, concernant l’élaboration de dispositifs techniques d’accès à l’information et de veille.

De façon assez remarquable, ces 3 pôles se retrouvent dans le programme tripartite que Marcia Bates (Université de Californie) avait énoncés pour la Science de I’information anglosaxonne. Depuis trois ans, je m’intéresse aussi aux fondements théoriques et épistémologiques des SIC.

Défendez-vous une vision autonomiste, ou une vision plus communicationnelle de la SI ?

F.I.-S. : Ni l’une, ni l’autre. La SI dans le contexte français ne peut pas vivre sans la science de la communication (SC) et vice versa. Les deux branches ont fusionné dès la naissance des SIC en 1974 et il serait mal venu aujourd’hui de prôner une scission, ne serait-ce que parce que l’une ne peut survivre sans l’autre.

Il est vrai néanmoins qu’il y a toujours eu des problèmes d’incompréhension. Certains collègues de SC seraient en peine de dire ou de comprendre ce que font leurs collègues de SI et vice versa. Personnellement, je mets ce problème d’incompréhension sur le fait qu’on n’a pas eu suffisamment de tronc commun dans nos formations et que lorsque ce tronc commun existe, il commence trop tard dans nos cursus, souvent juste avant la thèse. Cela est sans doute aussi lié au fait que les SIC étant une interdiscipline, elles recueillent un flux qui vient de plusieurs autres disciplines, des sciences humaines mais aussi des sciences. Ainsi, ces personnes arrivent déjà avec un bagage en licence voire en master propre à leur discipline d’origine. Lorsqu’elles intègrent une formation en infocom, elles l’intègrent à un niveau de spécialisation (M1 ou M2, Thèse). Elles ne voient donc pas les matières de l’autre spécialité.

Je me souviens avoir eu un ou deux cours en communication durant mon DEA SIC mais c’est tout. J’en garde des souvenirs très vagues. Avant, je n’avais jamais entendu parlé de l’école de Palo Alto, de la communication de masse. J’ai suivi un premier cycle en langues et en littérature. Ma connaissance des problématiques de communication est demeurée superficielle mais je travaille à présent à étoffer ma culture générale en communication.

Sans doute les chercheurs en communication méconnaissent-ils aussi souvent la science de l’information. J’ose espérer que la nouvelle génération sera plus ouverte aux thématiques des SIC dans leur intégralité. Les SIC doivent construire un vrai tronc commun qui permette à tous ceux qui désirent faire carrière dans la discipline d’avoir une vision globale des problématiques, des paradigmes, des concepts et des théories qui fondent la discipline, et ce assez tôt dans leur cursus.

En 2007, vous avez démarré un nouveau chantier de recherche sur les bibliothèques participatives sur le web. Pouvez-vous nous en dire plus ?

F.I.-S. : Effectivement, j’ai démarré cet axe de recherche durant ma délégation à l’Université de Drexel. J’ai été interpellée par l’émergence du concept de « participatory libraries » en Amérique du Nord. L’objectif avoué est de changer radicalement le métier du bibliothécaire afin de le mettre en phase avec l’évolution d’un public qui est devenu, dans le sillage du web 2.0, un  »public 2.0 », à savoir un public qui ne veut plus être consommateur d’information mais producteur, diffuseur et échangeur. En France comme aux Etats-Unis, les initiatives se multiplient dans des bibliothèques pour aller à la rencontre des usagers 2.0, ceux qui habitent les espaces virtuels des réseaux sociaux. Certaines bibliothèques ont créé des comptes Facebook, Twitter.

Le catalogue, produit phare des bibliothèques, évoluerait vers un blog, appelé « catalogablog  ». Ces nouveaux catalogues se présentent pour l’instant comme des blogs utilisés pour annoncer des nouveautés, en permettant aux lecteurs de laisser des commentaires. Certaines plateformes ont déjà intégré cette possibilité d’annotation par le public (LibraryThing, CiteUlike). Elles permettent aux gens qui aiment les livres de tagger les livres qu’ils ont lus, de les recommander en fonction de ce l’usager saisit, etc. Cependant, ces plateformes ne sont pas des catalogues des bibliothèques au sens strict du terme, comme par exemple celui du SCD de Lyon 1. Ce qui est visé, nous dit-on, c’est de faire évoluer les catalogues des bibliothèques vers celui de la Redoute ou celui d’Amazon, en autorisant des annotations du public. On n’en est pas encore là. On est encore au début de ce mouvement de participatory libraries.

La participation du grand public soulève des questions épistémologiques, théoriques et pratiques. La question de savoir jusqu’où on peut intégrer la participation du public se pose. Si on ouvre vraiment les catalogues des bibliothèques aux tagging collaboratif, quid de la cohérence des artefacts d’organisation des connaissances produits ? Qui contrôle le contenu ? Néanmoins, soulignons qu’il y a eu des cas de tagging collaboratif réussis : la bibliothèque du Congrès américain a appelé son public à l’aide pour étiqueter une collection de photos. Des amateurs ont pu compléter les informations dans ces catalogues.

Le chantier que j’ai démarré a pour objectif d’observer les mutations au sein des organismes documentaires face au paradigme participatif du web 2.0, et d’étudier la réception de ces nouveaux services du web 2.0 mis en place par les bibliothèques. Cette étude sera menée à l’échelle internationale, notamment dans les deux aires francophone et anglosaxonne.

En savoir plus :

  • Le site de Fidélia Ibekwe-Sanjuan : http://fidelia1.free.fr/

Interview de Stéphanie Pouchot, enseignant-chercheur en SIC à l’Université Lyon 1 (février 2011)

Propos recueillis par Céline Brun-Picard le 1er février 2011, initialement parus dans le Point Com de janvier-février 2011.


L’équipe du Point Com vous a interviewée lors de votre prise de fonction en tant que maître de conférence à l’UCBL en 2004. Vous aviez abordé votre parcours universitaire (d’un DEUG de sociologie à un doctorat en SIC plutôt axé « Information-documentation ») et votre post-doctorat à l’EBSI (Montréal). Depuis cette date, vous avez aussi intégré ELICO. Sur quoi vos recherches portent-elles actuellement ?

Une partie de mon activité est consacrée à l’infométrie. En ce moment, je travaille à la rédaction d’un ouvrage avec Thierry Lafouge (Université Lyon 1), sur l’utilisation des statistiques en SHS. Je travaille également avec Camille Prime-Claverie (Université Paris X) sur les images que les bases de données bibliographiques commerciales et les archives ouvertes renvoient de la recherche (nous venons de terminer une étude sur les SIC en France et allons nous intéresser à l’informatique).

J’ai aussi la chance de participer à plusieurs projets. Le projet IPRI sur le pluralisme de l’information sur le web, tout d’abord, dans son volet quantitatif. Le projet CANU XIX destiné à mettre en ligne les collections patrimoniales de presse locale de la Bibliothèque Municipale de Lyon. Et le dernier en date, le projet ACAV dont l’objectif est de développer, en partenariat avec Dailymotion, une plateforme d’annotation collaborative de vidéos permettant de les rendre accessible aux déficients visuels et aux aveugles selon plusieurs modalités (icônes sonores, synthèse vocale et plage braille). Dans ce projet, je travaille avec les utilisateurs finaux, spectateurs ou annotateurs, afin de leur faire valider et tester ces processus novateurs (rien de tel n’existe actuellement).

Le mot clef commun à ces recherches pourrait être l’accès à l’information.

La plupart de vos recherches s’appuient sur un partenariat fort avec des acteurs de terrain (entreprises, bibliothèques publiques…). Défendriez-vous une certaine conception de la place et du rôle du chercheur dans la société ?

Je considère qu’en tant que chercheur, j’ai une mission de service public et qu’il est important que la recherche ait des retombées concrètes sur le terrain. C’est pour cette raison que ma recherche sur l’annotation des vidéos pour les aveugles me motive tant !

Un pan de votre travail porte sur la scientométrie et la bibliométrie, deux champs de recherche particulièrement critiqués aujourd’hui. Que pensez-vous des arguments de défense de la bibliométrie développés par Yves Le Coadic dans le BBF ?

Cet article mérite vraiment d’être lu, même si la fin peut paraître un peu excessive. Nombreux sont les chercheurs qui s’insurgent contre l’infométrie et la bibliométrie sans savoir ce dont il est question. Et il faut aussi saluer le courage d’Yves le Coadic, qui défend avec force une position à contre-courant !

Enfin, un petit clin d’œil à la thématique de nos séminaires mensuels, l’écriture. Vous bouclez en ce moment même l’écriture d’un ouvrage sur les statistiques en SHS, avec T. Lafouge. Vous préparez un livre collectif sur la mise en ligne de la presse patrimoniale, dans le cadre du projet CANU XIX. Et vous publiez vos propres articles scientifiques. Ces différentes pratiques d’écriture vous posent-elles des difficultés comparables ?

C’est différent, surtout du point de vue des temporalités : les appels à communication pour les revues ou les colloques ont souvent des deadlines plus proches que les ouvrages, quand ils en ont. Le volume de travail est bien sûr différent et demande de la planification ; c’est précisément là toute la difficulté… J’utilise aussi des outils différents, pour les articles et pour les textes longs. Pour les premiers, je privilégie le traitement de texte « classique ». Pour les livres, je préfère travailler sous LaTeX, un outil bien plus robuste. La gymnastique intellectuelle est différente dans les deux cas : dans le premier est favorisée une écriture linéaire, là où le deuxième propose d’organiser son document en petites briques qui s’articulent les unes aux autres pour former l’ouvrage. De plus, dans un cas il s’agit de WYSIWYG, dans l’autre on doit apprendre la syntaxe et les balises nécessaires à la mise en forme (on doit coder le texte, c’est le même principe que faire du HTML).

Enfin, s’agissant de l’ouvrage collectif, je dirais que mon rôle est moins de diriger que de coordonner. L’écriture est collective, certes, mais chacun a la responsabilité de sa propre partie. Ce n’est pas une écriture à plusieurs mains à proprement parler (même si je rédigerai un chapitre en collaboration avec une autre chercheure) !

Pour en savoir plus :

Interview de Samuel Lézé, Anthropologue et Maître de conférences en anthropologie des sciences à l’ENS de Lyon (décembre 2010)

Propos recueillis par Eda Gunay en vue du Point Com de décembre-janvier 2010.

Bonjour M. Lézé. De quelle université et laboratoire de recherche venez-vous ? Pourquoi avez-vous choisi d’enseigner à l’ENS ?

Samuel Lézé : A dire vrai, c’est plutôt l’ENS de Lyon qui m’a choisi au terme d’une longue sélection afin d’inaugurer et de développer l’enseignement de l’anthropologie sociale et, plus particulièrement, l’anthropologie des sciences ! Une dimension importante de mon parcours est en effet le franchissement de frontières et l’interdisciplinarité. J’ai été formé à l’université Paris I en philosophie des sciences et en logique, en ethnologie à l’université Paris 8 puis en sciences sociales à l’ENS-EHESS tout en étudiant les enjeux contemporains de la médecine mentale… Enfin, dans le cadre de mon postdoctorat, j’ai été accueilli par un laboratoire, l’IRIS (EHESS,CNRS, INSERM, Paris XIII), qui développe en France l’anthropologie critique en rupture avec l’ethnologie et son inépuisable fond de commerce, l’exotisme. Pour autant, ces glissements ne relèvent pas d’une simple fantaisie personnelle ou du goût, de luxe, de la bohème intellectuelle. Se déterritorialiser répond avant tout à des contraintes de résolutions de problèmes théoriques.

Votre livre « Autorité des psychanalystes » est un travail de dix ans. Pouvez-vous expliquer votre méthode et le contenu de votre recherche ?

S.L. : Voilà un problème qui exige justement de se déterritorialiser et il faut prendre parfois son temps. La psychanalyse est surtout abordée comme un discours et le plus souvent évaluée par l’histoire ou la philosophie des sciences. La démarche anthropologique inverse tous les termes. J’ai tout d’abord tenté de formuler clairement le problème que pose la psychanalyse aux sciences sociales et à la société. Puis, j’ai engagé un travail de terrain, assez classique, afin de connaître cet univers de première main à partir des préoccupations des patients et des psychanalystes. Enfin, et c’est un apport supplémentaire de l’anthropologie critique que je développe, la méthode analyse les conditions de possibilités de ma recherche : celles de la production épistémique de la connaissance sur ce terrain (réflexivité) et celles de la production sociale et historique d’un espace politique qui façonne le terrain (enjeux de structure et de conjoncture).

Pourquoi menez-vous vos recherches sur la santé mentale ?

S.L. : La santé mentale est une terra incognita et un laboratoire de nos subjectivités.
En faire l’anthropologie autour d’études de cas circonscrites permet de répondre
à une question anthropologique générale : qu’est-ce qu’une personne aujourd’hui? Quel type d’humain devenons-nous ? Les composantes de la personne sont au travail dans ce laboratoire et en étudiant la psychanalyse, c’est une réponse particulière à cette question générale que je tente de comprendre face aux autres réponses qui tentent actuellement de s’imposer. Une mutation des subjectivités est en cours, il s’agit de la comprendre par cet angle d’approche. Ainsi, derrière un terrain qui semble exiger une haute spécialisation, mais qui est en fait un puissant révélateur social, on trouve une question anthropologique classique et fondamentale.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

S.L. : Je termine un cycle de travaux sur la santé mentale dans le monde de la justice (expertise psychiatrique et soin psychiatrique aux détenus) et du travail (souffrance au travail et souffrance des adolescents). Je développe et prolonge actuellement ma réflexion dans le cadre d’une anthropologie des sciences. Je vais, par exemple, m’interroger sur la catégorie de critique depuis la fin des années 80 dans le champ de l’anthropologie sociale et dans le champ de la médecine mentale. Il y a des enjeux moraux et politiques à comprendre. Mais, c’est une période de transition où je suis en train de préparer de nouveaux terrains pour penser la mutation des subjectivités (cognition, émotions, actions). C’est l’apport principal de l’anthropologie : penser le général dans le particulier, conceptualiser le concret.

Quelles sont vos attentes des jeunes chercheurs à Lyon ?

J’espère développer des programmes d’anthropologie des sciences où des jeunes chercheurs puissent trouver l’occasion d’entrer dans une dynamique de groupe afin de s’initier à l’ensemble du processus d’une recherche : sa conceptualisation progressive, le travail de terrain et ses obstacles, la production collective de la connaissance et un cadre pour la rédaction d’articles. C’est aussi l’occasion d’ouvrir collectivement la boite noire de sa proche recherche (de thèse par exemple) et de comprendre à quel point nos inquiétudes et nos inhibitions n’ont vraiment rien de personnel !

En savoir plus :