Nouvelles parutions – Juin 2013

SCIENCES_LANG_CALABRESE_15_PRESSE-MEMOIRE-SOC.indd

CALABRESE, Laura, L’Evénement en discours. Presse et mémoire sociale, Louvain-La-Neuve, Editions Academia / L’Harmattan, 2013, 289 p., ISBN : 978-2-8061-0098

Cet ouvrage explore un mécanisme récurrent du discours médiatique, celui de la nomination d’événements, qui joue un rôle fondamental dans notre perception de la réalité sociale. Comment expliquer le fait que des expressions génériques telles que « la crise » ou « la canicule » renvoient à des événements situés dans le temps et dans l’espace ? Pourquoi « Gaza, le voile » ou « Abu Ghraib » peuvent-ils renvoyer temporairement à des événements de l’actualité ? Comment les dates – 21 avril, 11 mars – se transforment-elles en dénominations d’événements ? Comment décodons-nous des expressions telles que « le 11 septembre de l’Europe » ou « un nouveau Tchernobyl » ?

Pour répondre à ces questions, l’ouvrage procède à une description minutieuse des désignants d’événements, à partir d’un corpus d’exemples tirés de la presse écrite. Ces séquences linguistiques, largement partagées, sont des « prêts-à-dire » capables de condenser une énorme quantité d’information sur l’événement, de ses données les plus objectives (où, quand, quoi) aux plus subjectives (images, représentations), mais partagées intersubjectivement. Dans le discours d’information, elles servent à conserver la mémoire de notre histoire immédiate, en mémorisant des informations, des images et des discours sur les événements.

 histoire et culture du libre

PALOQUE-BERGES, Camille et MASUTTI, Christophe (dir.), Histoires et cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées, Editions Framasoft, 2013, 580 p., ISBN : 978-2-9539187-9-3

Fruit de la collaboration inédite d’auteurs provenant d’horizons disciplinaires différents, par des approches thématiques et des études de cas, cet ouvrage propose une histoire culturelle du Libre non seulement à travers l’histoire de l’informatique, mais aussi par les représentations sociales, philosophiques, juridiques et économiques qu’a cristallisées le mouvement du logiciel libre jusqu’à nos jours. À l’aide de multiples clés d’analyse, et sans conception partisane, ce livre dresse un tableau des bouleversements des connaissances et des techniques que ce mouvement a engendrés. Le lecteur saura trouver dans cette approche ambitieuse et prospective autant d’outils pour mieux comprendre les enjeux de l’informatique, des réseaux, des libertés numériques, ainsi que l’impact de leurs trajectoires politiques dans la société d’aujourd’hui.

 la civilisation du clic

LAFRANCE, Jean-Paul, La Civilisation du clic. La vie moderne sous l’emprise des nouveaux médias, Paris, Editions L’Harmattan, 242 p., ISBN : 978-2336292892

 Penser la « civilisation du clic », c’est essayer de voir comment les nouvelles technologies d’information et de communication ont changé l’homme dans son quotidien et dans ses comportements : c’est se placer du côté de l’usager et non des techniques, c’est regarder comment vit et agit l’être humain sous l’emprise des médias et des technologies. Naître dans cette civilisation, c’est être toujours à un « clic » de l’énorme richesse contenue dans Internet : c’est pouvoir rejoindre n’importe qui grâce à son smartphone, c’est savoir en tous lieux et en tout temps où l’on se trouve, c’est se croire éternel et ignorer le risque et la mort parce que l’on peut toujours remettre à zéro les compteurs, comme dans les jeux vidéo.

 Les produits et marques au cinéma

LE NOZACH, Delphine, Les produits et les marques au cinéma, Paris, L’Harmattan, 2013, 196 p., ISBN : 978-2-336-00875-2

La sphère de la publicité intègre fréquemment celle du cinéma. Depuis plus d’un siècle, des produits et des marques figurent dans les longs-métrages de fiction. Au-delà des aspects marketing, commerciaux et économiques de cette technique, cet ouvrage adopte un point de vue innovant en examinant la place accordée aux produits et aux marques dans la création cinématographique.

Grâce à l’analyse d’entretiens menés avec des réalisateurs français et à l’étude de leurs films, il est démontré que les cinéastes pensent et maîtrisent le procédé d’insertions publicitaires filmiques et que les produits et les marques représentent des outils diégétiques. En effet, selon les choix de réalisation, les produits ou les marques peuvent prendre la forme d’une simple figuration comme celle d’un ressort dramatique majeur. Les insertions publicitaires filmiques offrent alors au réalisateur la possibilité de s’approprier l’univers de valeurs identitaires d’une marque et de métamorphoser des produits en signifiants filmiques. Originellement, les produits et marques marchands sont exogènes au cinéma. Néanmoins, lorsqu’ils sont intégrés aux films dans le but de remplir une fonction diégétique, les produits et les marques changent de statut et deviennent des éléments réellement endogènes au cinéma.

 

 

Piar, Christophe, Comment se jouent les élections. Télévision et persuasion en campagne électorale, INA Editions, 2012, 312 p., ISBN : 978-2869382008

L’ouvrage de Christophe Piar analyse l’influence des médias sur la vie politique, ainsi que le contenu et les effets de l’information médiatique sur le comportement électoral. L’auteur – Maître de Conférences en Sciences politiques – est un spécialiste de l’opinion publique, des élections et de la communication politique[1].

Les campagnes électorales constituent des moments importants dans l’activité des journalistes politiques puisque c’est généralement au cours de ces périodes que la vie politique est la plus intensément couverte par les médias. L’auteur cherche à savoir si les médias de masse peuvent former « la conscience publique des campagnes électorales, de quelle manière les décrivent-ils et les font-ils exister » (p. 69). Il s’interroge sur les critères qui permettent aux journalistes de choisir les événements susceptibles d’être médiatisés mais également sur la perspective adoptée pour traiter les faits sélectionnés.

Pour répondre à ces questions, Christophe Piar étudie les logiques et les contraintes qui participent à la fabrication de l’information télévisée en période électorale, ainsi que leurs conséquences sur son contenu. Pour cela, il analyse la couverture médiatique de campagnes électorales selon le type de scrutin, le jeu et l’enjeu de l’information médiatique, la couverture thématique des acteurs politiques et les effets des médias sur le sentiment de compétence politique. La méthode consiste à coder des communications langagières (articles, discours, conversations…) et des supports visuels (par exemple des émissions télévisées) pour pouvoir en observer les caractéristiques. Le corpus est constitué des deux principaux journaux télévisés français (le vingt heures de TF1 et de France 2) afin d’évaluer la nature de l’actualité à laquelle les téléspectateurs ont été exposés au cours des six mois précédant le second tour des élections présidentielles de 1981, 1988, 1995, 2002 et 2007. Il procède de même pour d’autres événements électoraux[2].

Il évoque un risque d’influence de la télévision sur les choix électoraux et détaille les moyens d’influence suivants :

– avec la « persuasion directe », les messages les plus intenses ont un impact plus élevé que les messages moins intenses ;

– avec l’« effet d’agenda », les médias orientent l’attention du public sur certains objets plutôt que d’autres ;

– avec l’« effet d’association », ils incitent les citoyens à voter pour le candidat que la couverture de la campagne associe le plus au problème qu’ils considèrent comme étant le plus important ;

– avec l’« effet de cadrage », ils imposent une définition des enjeux, des acteurs et des événements politiques que les électeurs reprennent à leur compte (p. 221-222).

Christophe Piar fait une série de conclusions et de constats. Il montre que les journalistes présentent davantage les campagnes électorales comme un spectacle et comme une compétition pour le pouvoir que comme un moment de délibération en vue de la résolution des problèmes collectifs. Les médias privilégient le jeu aux enjeux en recourant à la « dramatisation », la « personnalisation »  et la « fragmentation » (p. 105) dans les récits sur les candidats à l’élection présidentielle.

L’auteur parle du principe de la crédibilité sectorielle selon lequel les candidats ont intérêt à insister sur les thèmes sur lesquels ils sont réputés plus crédibles que leurs adversaires et, à l’inverse, à éviter ceux sur lesquels ils sont considérés comme moins crédibles. Cependant, en insistant sur les thèmes pour lesquels les candidats bénéficient d’une plus grande crédibilité, les médias ont tendance à empêcher un véritable dialogue de se dérouler. En même temps, les événements qui surviennent dans l’information générale les contraignent à prendre position sur des sujets pour lesquels ils ne sont pas forcément avantagés.

Christophe Piar affirme que l’utilisation de la télévision comme principale source d’information a un effet positif plus réduit sur l’accroissement de la « compétence politique subjective » que l’usage des autres médias. La télévision semble en effet être le média qui traite les campagnes électorales le moins en profondeur. Dès lors, les individus qui utilisent principalement la télévision pour s’informer acquièrent peut-être moins de connaissances politiques, comprennent peut-être moins bien la vie politique, et se sentent donc peut-être moins compétents dans ce domaine.

Cet ouvrage présente un intérêt considérable pour comprendre les mécanismes de fonctionnement des médias pendant les campagnes électorales, la nature des relations entre les trois acteurs que sont les médias, les politiques et les citoyens, ainsi que pour voir l’impact de la télévision sur la vie électorale.

Elmira Prmanova


[1] Il travaille également au département Opinion de l’institut de sondages CSA.

[2] Six mois précédant les référendums sur la construction européenne de 1992 (traité de Maastricht) et de 2005 (traité constitutionnel européen), et au cours des dix semaines précédant les élections européennes de 1984,  1989, 1994 et 2004 ; les législatives de 1986, 1993 et 1997 ; les régionales de 1986, 1992, 1998 et 2004.

Nouvelles parutions – Février 2013

SCHMITT, Laurie, Quand les médias utilisent les photographies des amateurs, Paris, INA Éditions / Le Bord de l’eau Éditions, 2013, 230 p., ISBN : 9782356872067

Images spectaculaires, ne datant pas d’hier, devenues populaires, les photographies de ceux que l’on nomme « amateurs » trouvent au XXIème siècle lors de conflits, d’attentats, de situations dramatiques (Irak, États-Unis, Birmanie, Angleterre, Tunisie, etc.), une place dans nos dispositifs médiatiques. Pourquoi les professionnels les utilisent-ils dans la presse ? Pourquoi leur associent-ils ce terme ? Que vient-il dire de ces productions singulières et qu’occulte-t-il ? L’auteur montre combien les utilisations contemporaines de ces visuels – utilisations stratégiques, éditoriales, commerciales – sont révélatrices de mutations plus profondes du journalisme. Elle prend appui sur une analyse des contextes dans lesquels ces photographies ont été produites et diffusées, de leurs usages au sein d’articles, des discours qui les accompagnent, tant dans leurs manifestations corporatives que dans les entreprises de presse ou chez les professionnels du photojournalisme. Cet ouvrage explique comment les journaux et les journalistes se sont organisés pour tirer profit d’une disponibilité accrue d’images créées par des observateurs autres qu’eux-mêmes. Il révèle que cette situation inédite est saisie comme une occasion de maîtriser une offre photographique qui semblait de prime abord leur échapper. Il interroge l’évolution des représentations de l’actualité et particulièrement de la monstration de la douleur. Il met en évidence que les conditions numériques de circulation des images s’inscrivent dans un marché fortement soumis à des transformations. Il questionne les mutations en cours au sein des industries culturelles, où nombre de plateformes web se développent, jouant le rôle d’intermédiaire entre amateurs et médias. Ce sont là, certains enjeux, tous éminemment sociaux, abordés dans ce livre.

DEGAND, Amandine et GREVISSE Benoît, Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, Editions De Boeck, 2013, 384 p., ISBN : 9782804170684

Le journalisme en ligne bouscule les repères des professionnels de l’information. Ce livre, rédigé par une équipe internationale de scientifiques et d’acteurs de terrain, offre une synthèse inédite des nombreuses études qui abordent ce phénomène. Il fournit les clés essentielles qui permettent de comprendre les mutations rapides du journalisme en expliquant, d’une part, ce que sont les nouvelles pratiques professionnelles et en proposant, d’autre part, des méthodes d’analyse. L’ouvrage décrit le quotidien des rédactions Internet, précise les compétences nécessaires pour pratiquer ce journalisme de l’immédiat et les dérives potentielles auxquelles les professionnels sont exposés. Les étudiants et les chercheurs trouveront ici des données empiriques recueillies au cœur des rédactions, mais aussi de nombreuses pistes méthodologiques pour aborder leur objet d’étude : de la fabrication de l’information en ligne jusqu’aux produits finis présentés sur les sites Web, en passant par les études de réception.

JULLIARD, Virginie, De la presse à Internet : la parité en questions, Paris, Editions Hermès Lavoisier, 2012, 286 p., ISBN : 9782746239098

Comment une revendication féministe telle que la parité est-elle médiatisée ? Cet ouvrage expose le rôle joué par les médias dans la construction du problème de la sous-représentation des femmes en politique, dans l’orchestration du débat public et dans la sanction de l’action publique que ce problème suscite. Il établit les liens entre la manière dont le débat sur la parité s’est déroulé et la construction du genre en politique et étudie l’influence des dispositifs de communication sur cette dernière. De la presse à Internet : la parité en questions s’appuie sur une analyse de corpus variés (presse d’information générale, presse féminine, monographies autobiographiques ou sites web de campagne) pour étudier le déploiement de la parité dans l’espace public. Il considère à la fois les aspects langagiers, sociaux et techniques de ce déploiement.

MEYER Michaël (dir.), Médiatiser la police, policer les médias, Lausanne, Editions Antipodes, 2012, 219 p.,  ISBN : 9782889010486

Le travail policier est depuis longtemps l’objet de récits et d’images qui ont durablement influencé notre imaginaire. Cette puissance narrative acquise fait aujourd’hui de l’univers policier l’un des arrière-plans préférés des médias. À partir de ce constat, cet ouvrage se propose d’explorer comment des représentations de la police sont produites et circulent dans, et entre, les champs du divertissement et de l’information, mais également comment l’institution policière s’est elle-même constituée en pourvoyeuse et en gardienne de son « image publique ». Plus que jamais, le monde réel et le monde médiatique de la police coexistent et se confrontent, car les corps de police sont devenus des producteurs actifs d’images et de discours sur leurs propres actions. Par un double mouvement, « médiatiser la police » et « policer les médias », ce livre étudie l’imaginaire social sur la police, sa diffusion dans les médias de masse (télévision, presse, affiches, espaces muséaux…) ainsi que le travail communicationnel des polices modernes.

Brauer, Markus, Enseigner à l’université : conseils pratiques, astuces, méthodes pédagogiques, Paris, Editions Armand Colin, 2011, 207 p., ISBN : 9782200254582

L’ouvrage de Markus Brauer[1] s’ouvre sur un constat (les enseignants chercheurs « n’ont pas reçu la moindre formation en pédagogie » – p. 7) auquel il entend remédier en proposant des méthodes pédagogiques permettant d’améliorer la qualité de l’enseignement. Le métier d’enseignant est, selon lui, un métier comme un autre dont il suffit de connaître les techniques pour, ensuite, les appliquer. « La recherche montre clairement que nous ne sommes pas nés « bons » ou « mauvais » enseignants » (p. 13). L’auteur oppose le « transmetteur d’informations » qui « considère que ce que les étudiants n’apprennent pas dans son cours, ils ne l’apprendront jamais » au « facilitateur d’apprentissage » qui, à l’inverse, les « aide […]  à apprendre par eux-mêmes » (p. 17). Cette seconde figure est celle d’un enseignant qui transmet des connaissances mais aussi (et surtout) des savoir-faire utiles dans le monde professionnel (trouver des textes pertinents sur un sujet, savoir en extraire des informations importantes, etc.). L’idée d’un « enseignement efficace » reposant sur un apprentissage actif est au cœur de l’ouvrage. M. Brauer invite le lecteur à ne pas considérer les étudiants comme des consommateurs passifs (ce qui est souvent le cas dans les cours magistraux) mais comme participant au processus d’apprentissage, la mémorisation des connaissances en étant alors grandement facilitée.

            L’ouvrage est organisé en 10 chapitres, chacun étant consacré à une thématique spécifique. L’auteur prend soin de distinguer les questions que pose l’enseignement des TD de celles soulevées par les cours magistraux. Il discute également des différentes façons de lutter contre le bavardage, de l’importance du rapport avec les étudiants (un « bon rapport » renforcerait l’efficacité de l’enseignement – p. 57), de la nécessité de donner du travail personnel ou encore des méthodes d’évaluation. L’ensemble des conseils et des techniques pédagogiques exposés repose sur l’expérience de l’auteur et sur les recherches actuelles en pédagogie et en sciences de l’éducation. Cette « assise scientifique » permet à M. Brauer de proposer des idées très concrètes que le « lecteur-enseignant » peut facilement s’approprier et réutiliser dans ses cours. Par exemple, comment gérer les excuses des étudiants qui ne rendent pas le travail demandé en temps voulu ? Toutes les excuses se valent-elles ? Comment évaluer leurs progrès au cours d’un semestre en minimisant les biais induits par les différents types de notation ? Peut-on les familiariser avec de la littérature scientifique en anglais dès la première année ? Chaque question donne lieu à un développement précis, exemples à l’appui. La lecture de cet ouvrage est donc à la fois stimulante et enrichissante, l’auteur prenant soin de toujours devancer les objections de son lecteur.

            Quelques réserves toutefois. M. Brauer insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de montrer aux étudiants que l’on s’intéresse à eux, suggérant notamment de leur demander des informations personnelles. La place accordée à la vie personnelle des étudiants dans la construction d’un « bon rapport » enseignant/étudiants peut sembler exagérée tout comme la façon dont l’auteur utilise sa vie privée en cours. L’autre réserve concerne la question du temps consacré à l’enseignement dans la carrière d’un enseignant-chercheur. L’auteur nous avertit : les méthodes présentées dans le manuel sont censées nous permettre de gagner du temps pour la recherche sans se « laisser envahir par l’enseignement » (p. 174). Les éléments proposés restent assez théoriques et pas forcément réalisables en pratique. En outre, ils ne prennent pas en compte certains facteurs tels que l’expérience de chacun (dans le temps consacré à la préparation des cours) et les différences disciplinaires (beaucoup d’exemples proposés sont relatifs aux sciences dures). Toutefois, cela n’enlève rien à l’intérêt de cet ouvrage dans lequel chacun peut se retrouver à un moment donné… que vous soyez jeune enseignant ou que vous ayez déjà plusieurs années d’expériences.

Audrey Arnoult


[1] Directeur de recherche au CNRS, enseignant et directeur d’un laboratoire de psychologie sociale et cognitive

Nouvelles parutions – Novembre 2012

EVENO, Patrick, Histoire de la presse française, de Théophraste Renaudot à la révolution numérique, Paris, Editions Flammarion, 2012, 304 p., ISBN : 9782081269750

Depuis près de quatre siècles, la presse représente le principal moyen d’information, de connaissance et de loisirs des Français. Le journal a contribué à établir et conforter la démocratie ; il a permis de tisser le lien social et a forgé la culture de masse.

L’aventure de la presse peut se lire à travers les journaux, mais elle peut aussi être racontée, comme dans ce livre, par les portraits des hommes et des femmes qui ont fait la presse : écrivains et hommes politiques, directeurs de journaux et reporters, ouvriers et employés, mais aussi crieurs et porteurs. Les hôtels de presse, les cathédrales industrielles, les affiches et les objets donnent à voir cette vie intense qui rythme le quotidien de nos villes et campagnes.

Depuis quelques années, dans une conjoncture difficile, la presse peine à trouver un nouveau modèle économique et rédactionnel face à la montée en puissance de la diffusion numérique : l’information permanente et transportable lui fait concurrence. Fortes de centaines d’années de pratiques et de savoir, elle peut toutefois se réinventer en changeant de support.

DE HOYOS, José Carlos et PÉRENNEC Marie-Hélène (dir.), Langue et Manipulation, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012, 240 p., ISBN : 9782862726045

Que la langue soit l’instrument privilégié de la manipulation est une évidence et nombreux sont les ouvrages consacrés à ce rapport. Ce livre se distingue des précédents par le fait qu’il traite de la manipulation selon trois axes généralement peu étudiés  : manipulation et politique des langues, manipulation dans et par le discours scientifique, relations entre manipulation et séduction. L’ensemble de l’ouvrage, issu d’un colloque qui s’est tenu à Lyon en novembre 2009, se situe dans le cadre méthodologique de la linguistique du discours. L’appartenance des auteurs à des aires culturelles différentes a montré que de Cuba à la RDA en passant par les Philippines, des grammaires du XVIème siècle aux manuels de conversation actuels, les stratégies manipulatoires se ressemblent et que le discours scientifique lui-même ne saurait échapper à la manipulation quand il ne se met pas à son service. La traduction systématique de tous les exemples permet l’accès des articles aux lecteurs non familiers des langues représentées.

LEGLISE, Isabelle et GARRIC Nathalie (dir.), Discours d’experts et d’expertise, Bern, Editions Peter Lang, 2012, 227 p., ISBN : 9783034312257

L’activité d’expertise et les discours d’individus érigés ou auto-proclamés en experts sont devenus omniprésents dans la société contemporaine. Cet ouvrage traite des discours et rapports qu’ils fournissent ou qui sont produits en leur nom. Il confronte les points de vue de plusieurs champs disciplinaires des sciences humaines et sociales : sciences politiques, droit, sociologie, sociologie politique, sciences de l’information et de la communication, analyse conversationnelle, linguistique et analyse de discours sont ainsi convoqués. L’ambition de ce livre est de faire communiquer les apports de ces approches avec les analyses de corpus attentives aux contraintes et aux effets sociaux dont le langage est porteur. Il traite de trois thèmes : expertise et médias, expertise et justice, expertise et citoyens. En caractérisant les discours qui sont produits, il interroge les liens entre expertise et savoir, rapproche expertise et manipulation et montre les liens entre expertise et pouvoir.

GLEVAREC, Hervé, La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Paris, Editions Ellipses, 2012, 160 p., ISBN : 9782729874414

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ? À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.

A propos de « Les marques, capital de l’entreprise. Créer et développer des marques fortes »

 

KAPFERER, Jean-Noël, Les marques, capital de l’entreprise. Créer et développer des marques fortes, Paris, Editions d’Organisation, 2007, 813 p.

Cet ouvrage est considéré comme la référence incontournable sur la gestion des marques en France et à l’international. Son auteur, Jean-Noël Kapferer, est l’un des trois experts mondiaux des marques. En France, il a conseillé toutes les entreprises du CAC 40 ou formé leurs managers, mais aussi des PME dynamiques et la grande distribution.

Cette quatrième édition apporte des concepts, des modèles et des exemples inédits issus de différents secteurs tout en incorporant ce qui, au sein de la recherche académique internationale, a réellement un intérêt pragmatique et opérationnel (c’est-à-dire des incidences directes sur l’organisation). Cette nouvelle édition prend en compte les différents changements économiques et sociaux qui ont affecté la marque au cours de ces dix dernières années : explosion du hard discount et des marques de distributeur, règne mondial de Google, progression de l’Internet et du pouvoir des consommateurs, interactivité, etc.

Cette nouvelle édition « se veut l’ouvrage de référence des VP Marketing européens ou internationaux, comme des directeurs de la stratégie. Elle exprime un point de vue de plus en plus personnel, fondé sur une expérience à la fois multisectorielle et internationale, sur les questions qui aujourd’hui définissent le « brand management », qu’il s’agisse de problèmes de marque corporate, ou de marques de produit » commente Jean-Noël Kapferer (p. 1).

Dans cette nouvelle édition, la marque est davantage abordée de façon pluridisciplinaire, aussi bien dans son aspect économique que socio-culturel. On peut consulter ce manuel de façon thématique, mais également problématique par problématique, ou encore secteur par secteur. Chaque chapitre traite d’une problématique particulière. En désordre, nous pouvons citer : « La logique de marque », « Les marques de distributeur », « L’identité de marque », « Lancement de la marque », « Facteurs de pérennité de la marque », « L’extension de marque », « Entreprise, institution, marque et produits », etc.

Dans le premier chapitre, l’auteur insiste sur la valeur ajoutée de la marque dans l’entreprise : « Nous sommes passés d’une vision où seuls les actifs tangibles avaient de la valeur, à une ère où l’on réalise que le vrai capital de l’entreprise est intangible, immatériel et réside dans ses marque » (p. 11). Depuis 1991, la valeur de la marque est appréciée indépendamment de la valeur nette de l’entreprise. Alors que nous assistons aujourd’hui à une crise de sens dans l’univers des marques, l’ouvrage de Jean-Noël Kapferer nous éclaire sur les différentes facettes de la marque. C’est ainsi que l’auteur consacre une grande partie de son ouvrage à définir l’identité de marque, un concept relativement récent par rapport à celui d’image ou de positionnement. Le concept d’identité a émergé dans un contexte de sur-communication dans lequel il devient de plus en plus difficile d’exister, d’où le besoin d’une identité forte. L’identité constitue en quelque sorte l’ADN de la marque, ce qui va lui permettre de durer dans le temps : « L’identité pose la question de l’unicité et de la permanence de l’émetteur, de la marque ou de l’enseigne dans le temps » (p. 216) nous explique l’auteur. Pour identifier la marque, il faut savoir cerner sa vision, son projet, sa nécessité, sa différence, sa permanence, sa ou ses valeurs, son héritage, son histoire, sa vérité et ses signes de reconnaissance.

C’est avec ce souci de précision définitionnelle des concepts entourant la marque que l’auteur parvient à maintenir l’intérêt du lecteur. Au final, chacun pourra donc piocher ce qui l’intéresse dans ce manuel : « Nous l’avons conçu comme un outil de travail permanent pour les directeurs de marketing : il ne se lit pas du début à la fin, mais se consulte selon les problèmes à résoudre. Nous croyons à la vertu des modèles, c’est-à-dire des méthodes d’aide à la décision pour les managers. Nous en proposons systématiquement des nouveaux, car à contexte nouveau, il faut des réponses nouvelles » explique Jean-Noël Kapferer (p. 5).

 Frédéric Aubrun

Nouvelles parutions – Mai 2012

PECQUEUX, Anthony (dir.), « Les bruits de la ville », Communications, n°90, 2012, ISBN : 978-2-02-106425-4

Ce numéro fait sien un apparent paradoxe concernant les sons en ville : d’un côté, la baisse du seuil de tolérance auditive face à des bruits jugés de plus en plus nombreux ; de l’autre, une incapacité à imaginer une ville silencieuse, comme s’il ne pourrait plus alors s’agir d’une ville. Les différents auteurs prennent le parti d’en faire un point de départ et un révélateur de la richesse d’une problématique orientée sur les bruits de la ville. Tout son intérêt se situe dans cet entre-deux parfois déroutant, entre gêne et nécessité des bruits, entre des définitions divergentes voire conflictuelles des mêmes (types de) sons : suivant qui les émet, les moments et les territoires où ils sont émis, etc. Cela signifie que les sons ne sont pas appréhendés ici en eux-mêmes ou pour eux-mêmes, mais en tant qu’ils constituent un point d’accès pertinent pour analyser les mutations urbaines, et certaines mutations du lien social urbain. L’argument central déployé tout du long de ce numéro consiste à s’intéresser, à partir des sons, moins au paysage sonore en tant que tel, qu’au « paysage des activités » auquel ils donnent accès. C’est pourquoi les différents auteurs de ce numéro s’attèlent à rendre le plus finement possible les expériences urbaines des agents sociaux, en accordant une attention spécifique à leurs activités perceptives (principalement auditives) et expositions sensorielles (principalement sonores), et à leurs conséquences sociales.

DAKHLIA, Jamil, Les politiques sont-ils des people comme les autres ?, Paris, Editions Bréal, 2012, 144 p., ISBN : 978-2-7495-3099-4

Accusés d’étaler leur bonheur privé mais se plaignant de l’intrusion des médias dans leur intimité, raillés pour leurs accointances avec le show-biz mais taxés de ringardise s’ils n’ont pas le bon look ou des artistes à la mode pour les soutenir. Bon gré, mal gré, nos dirigeants auraient-ils définitivement basculé dans la politique spectacle en ce début de XXIème siècle ? La « peopolisation politique » étonne ou, plus souvent, agace, voire inquiète. Mais cette évolution est-elle si récente ? Comment peut-on l’expliquer ? Et quels sont surtout ses enjeux pour la vie démocratique ? Dépassant la simple polémique, l’auteur revient sur l’histoire de ce phénomène et le met en perspective avec l’évolution de la médiatisation de la sphère politique à l’étranger, permettant ainsi de mieux comprendre cette « nouvelle » forme de communication dont l’enjeu central est la démocratie.

Jamil Dakhlia est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Nancy 2, chercheur au CREM (Metz) et au LCP (CNRS, Paris). C’est un spécialiste de la sociologie de l’audiovisuel, de la peopolisation de la politique et des médias.

BARBET, Denis et DESMARCHELIER, Dominique (dir.), «Publicité et politique », Mots. Les langages du politique, n° 98, mars 2012, Lyon, ENS Editions, ISBN : 978-2-84788-356-5

Si l’influence des techniques publicitaires commerciales sur les campagnes politiques semble désormais admise, l’effet inverse, mettant en évidence les parodies et détournements politiques dans la communication publicitaire, semble plus récent, donc plus étonnant. À partir de plusieurs campagnes commerciales, ce dossier aborde les rapports entre publicité et politique en traitant une forme de « politisation » du discours publicitaire, voire du discours antipublicitaire. Ce sont principalement ces transferts entre la publicité et le politique qui sont visés : on pense en particulier à des messages ou campagnes faisant référence, selon une « logique de rebond », à une thématique ou à l’actualité politique et électorale, lorsque des campagnes commerciales surfent sur l’actualité de la compétition électorale ou recourent à des slogans politiques.

DELPORTE, Christian, Les grands débats politiques. Ces émissions qui ont fait l’opinion, Paris, Editions Flammarion / Ina, 2012, 445 p., ISBN : 978-2-08-126990-3

« Vous n’avez pas, M. Mitterrand, le monopole du cœur ! », « Vous êtes devenu l’homme du passif », « Dans les yeux, je le conteste »… Si ces répliques fameuses appartiennent à notre mémoire collective, c’est qu’elles ont été prononcées devant les caméras et entendues par des millions de téléspectateurs : la vie politique, sous la Vème République, se joue à la télévision. À travers les grands débats rassemblés ici, c’est ainsi toute l’histoire politique des cinquante dernières années qui s’offre au lecteur. Il y retrouvera les grands tribuns – de Georges Marchais à Jean-Marie Le Pen en passant par Pierre Mendès France, François Mitterrand, Nicolas Sarkozy ou François Hollande – se livrant à des joutes verbales tantôt grandioses, tantôt dérisoires ; il reconnaîtra les thèmes qui ont agité la France et soulevé les passions : Mai 68, le traité de Maastricht, mais aussi l’énergie nucléaire, le chômage, l’immigration… Lire aujourd’hui ces échanges, c’est retrouver la puissance d’une parole quasi théâtrale et les émotions d’une histoire qui s’écrit en direct ; c’est toucher du doigt comment la télévision, avec ses codes et ses exigences, a modifié notre façon de faire de la politique ; c’est enfin revivre, à quelques années de distance, ces grands moments qui ont fait l’opinion.

Christian Delporte est Professeur des universités en histoire contemporaine et Directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est notamment spécialiste  de l’histoire du journalisme et des médias et de l’histoire de la communication politique.

MUHLMANN Géraldine, Une histoire politique du journalisme (XIXe-XXe siècle), Editions des Presses Universitaires de France, 2004, 488 p., ISBN : 978-2-7578-0392-9

Une histoire politique du journalisme. XIXe-XXe siècle est l’un des deux ouvrages (avec Du journalisme en démocratie) publiés en 2004 par Géraldine Muhlmann, journaliste et professeure en sciences politiques. Dans ces travaux, l’auteure explore les définitions proprement politiques du rôle du journaliste. L’objectif de sa réflexion est moins de retracer l’histoire du journalisme moderne ou d’en faire une description sociologique que de proposer une analyse critique des différentes démarches journalistiques existant en démocratie. La perspective adoptée est donc essentiellement philosophique et politique.

Géraldine Muhlmann propose plus précisément de penser le journalisme à partir du problème de la mise en scène du conflit en démocratie. Ce faisant, elle prend de la distance avec les critiques adressées au journalisme depuis la fin du XIXème siècle, qui soulignent la tendance à « l’homogénéisation de l’espace public des opinions et des regards » et à la « neutralisation des conflits » (p. 21-22) sous l’effet des discours des médias de masse. Tout en convenant que « rassembler est probablement le grand geste du journalisme moderne », elle introduit un doute : « Et pourtant, faut-il lui faire dire systématiquement ce qu’on en dit – qu’il tue la conflictualité démocratique, qu’il lisse les regards ? Est-ce si simple ? » (p. 24). A partir de ces questions, l’auteure suggère qu’il existe plusieurs formes de journalisme en démocratie allant du journalisme le plus « rassembleur » évitant et lissant les conflits à des formes de journalisme plus radicales, « décentreuses », visant à bousculer le regard collectif dominant.

Une histoire politique du journalisme explore ces différentes figures du journalisme ainsi que leurs nuances et leurs échecs. L’auteure propose une « galerie de portraits » qui ne vise pas à être représentative de l’histoire du journalisme mais qui permet de donner corps aux deux gestes journalistiques (rassembler et décentrer) qu’elle distingue et conceptualise dans un premier chapitre.

Le premier constat de l’auteure est celui du triomphe de la figure journalistique du « témoinambassadeur » (« figure-clé du journalisme moderne », p. 27) qui accompagne les transformations du journalisme et de la société au XIXème siècle. La conception du journalisme qui domine progressivement est celle d’un journalisme d’informations plutôt que d’opinion. L’impératif du rassemblement découle de cette nouvelle définition : le journalisme qui ne livre « que des faits valables pour tous » en appelle au sens commun et peut donc rencontrer un large public (p. 31). Le journaliste est le témoin d’événements et c’est la confiance dans la « vue comme instrument de vérité » qui fonde sa légitimité et en fait un « représentant du nous » (p. 66). Muhlmann donne des exemples de cette figure du « témoin-ambassadeur » (Séverine, Nelly Bly, Albert Londres, Edward R. Murrow), ce qui lui permet de souligner la multiplicité des manières de rassembler et surtout la possibilité d’un rassemblement dans et par le conflit.

Après avoir mis à jour la force de ce modèle et sa persistance contemporaine, l’auteure consacre la deuxième partie de son livre à dessiner les contours et à explorer les possibilités d’un autre type de journalisme, critique de la figure du « témoin-ambassadeur » et de sa représentation simplifiée des conflits en un clivage « nous/eux » : « Comment concrètement se produisent dans le regard journalistique, la contestation de l’idée même de centre et l’avènement d’une représentation plus éclatée des conflits et des identités ? » (p. 254). L’étude des premières années du quotidien Libération permet d’illustrer la difficulté de concrétiser une telle démarche : la volonté du journal d’échapper au regard dominant pour représenter et faire entendre les opinions et voix multiples existant dans la société s’est heurtée à la tentation de délaisser le lieu de la confrontation pour recréer un « nous » des dominés contre les dominants. Au terme de la lecture, les portraits dressés par l’auteure ont permis de prendre la mesure du double enjeu qui fait la difficulté et l’ambiguïté du rôle politique du journaliste en démocratie : créer du commun et du lien social tout en donnant aux conflits et aux points de vue dominés une possibilité d’exister et de se faire entendre.

Lise Jacquez

Parutions scientifiques

AMEY Patrick et LEROUX Pierre (dir.), L’échange politique à la télévision. Interviews, débats et divertissements politiques, Paris, Editions L’Harmattan, 2012, 222 p., ISBN : 978-2-296-96041-1

La coexistence d’une variété importante de modes de représentation de la politique à la télévision conduit à s’interroger sur le sens de la relation entre acteurs politiques, journalistes, ou professionnels du divertissement dans les divers programmes proposés aujourd’hui aux
téléspectateurs. Peut-on se contenter d’opposer le sérieux et la profondeur de certaines émissions à la légèreté des talkshows qui occupent une large place dans les programmes
contemporains­?­ A­ ­quels types de transformation de l’activité politique, de la télévision ou des attentes des téléspectateurs renvoient l’existence et le succès de ces programmes­ ?

Pour répondre à ces questions, ce volume réunit les contributions de chercheurs (anglais, canadiens, français et­ suisses),­ tous spécialistes de l’analyse des discours journalistiques et politiques. En prenant pour objet d’études des émissions aussi emblématiques que sont notamment Le Grand journal, Vivement Dimanche et On n’est pas couché (en France), Infrarouge (en Suisse), ou encore Tout le monde en parle et Deux lles le matin (au Québec), mais aussi certaines mémorables interviews politiques des chaînes britanniques, les analyses proposées dans cet ouvrage jettent un éclairage neuf et pluridisciplinaire sur les enjeux  contemporains de ces mises en scène de la politique.

 

MERLINO Jacques, Profession reporter. Carnets de route : 1973/1998, Paris, Editions L’Harmattan, 2012, 210 p., ISBN : 978-2-296-56708-5 

Ce livre est le fruit de trente-cinq années de reportages à travers le monde durant le dernier quart du vingtième siècle : guerre du Liban, guerre du Golfe, guerre en Yougoslavie, révolution roumaine, libération des pays de l’Est, famine en Afrique… Il est aussi le témoignage de rencontres exceptionnelles avec Simone de Beauvoir, François Mitterrand, Lech Walesa, Woody Allen, Elie Wiesel… Il est enfin une réflexion sur le métier de journaliste, sa liberté, et ses difficultés de saisir le réel et d’en rendre compte.

Jacques Merlino, ancien rédacteur en chef de France 2, a commencé sa carrière de journaliste au journal Le Monde puis collabora à Elle et L’Express, avant d’intégrer la télévision publique comme grand reporter.

MAYAFFRE Damon, Nicolas Sarkozy. Mesure et démesure du discours (2007-2012), Paris, Editions Presses de Sciences Po, 2012, 368 p., ISBN : 978-2-7246-1243-1

Le sarkozysme constitue une rupture dans l’histoire politique de la Vème République. Dénonçant la pensée unique, rompant avec les codes lexicaux ou la bienséance discursive, Nicolas Sarkozy invente, jusqu’à choquer, une nouvelle forme d’expression dissensuelle au service d’une idéologie néo-droitière ou post-État providence. Discours populaire ou discours populiste ? Réformes sincères ou révolution conservatrice ? Président du peuple ou président des riches ? Sarkozy réhabilite-t-il la politique en abordant des questions fondamentales, comme celle du capitalisme, délaissées par ses prédécesseurs ? Ou l’abîme-t-il en s’abandonnant à des thématiques démagogiques ou compassionnelles, quitte à détourner la réflexion des citoyens vers le fait divers ? Damon Mayaffre révèle, à travers l’analyse de centaines de discours et d’interviews, les mots favoris du président, ses secrets rhétoriques, ses figures de style et les procédés manipulatoires. Il recourt aux sciences du langage pour analyser les traits linguistiques du discours, à l’histoire pour déceler ce qui relève de la modernité, de l’orléanisme à la Guizot ou du pétainisme, et aux sciences politiques pour comprendre Nicolas Sarkozy dans son temps. Il pose le verbe comme essence du politique et le volontarisme verbal comme définition du sarkozysme.

Nouvelles parutions en librairie : Sélection du 1er trimestre 2011

Voici, en guise de suggestions de lecture, quelques unes des dernières parutions en librairie, telles qu’elles ont été suggérées dans les deux derniers Point Com.

________________________________________________________

L’information scientifique et technique dans l’univers numérique : mesures et usages
BOUKACEM-ZEGHMOURI Chérifa (sous la dir.)
Paris, ADBS, 2010, 320 p., ISBN 978-2-84365-123-6.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.adbs.fr/

Rétif à toute définition, à la fois medium et media, Internet offre une panoplie infinie d’usages et de pratiques dont cet ouvrage cherche à en cerner les enjeux et logiques propres. L’approche adoptée, à la fois communicationnelle et globale, analyse les changements les plus significatifs opérés par Internet : nouvelles pratiques de lecture, accroissement du lectorat de la presse écrite, lecture zapping de l’actualité, diversification et concurrence accrue entre diffuseurs d’informations (blogs d’actualité, portails, plates-formes, sites de presse nationale, de radios locales, etc.), convergence des contenus médiatiques, gestion des commentaires par les rédactions multimédias, etc.

________________________________________________________

Communication et citoyenneté : L’équivoque du débat public : De la participation au consentement éclairé
BRESSON GILET Sylvie
Paris, L’Harmattan, 2011, 302 p., ISBN 978-2-296-13784-4.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr

En convoquant les citoyens à la controverse au sujet d’un projet sociotechnique international portant sur la recherche nucléaire, le débat public ITER en Provence fournit de façon circonstancielle un terrain propice à l’analyse et l’exploration d’un tel dispositif de médiation, intégrant opinion publique et exercice de citoyenneté scientifique. Pourtant, le débat public reste par sa nature, un dispositif de contrôle et de régulation du pouvoir politique sur la société civile.

________________________________________________________

L’usager numérique (séminaire INRIA, 27 septembre-1er octobre 2010, Anglet)
CALDERAN Lisette, HIDOINE Bernard et MILLET Jacques (coord.)
Paris, ADBS Ed., 2010, 203 p., 978-2-84365-126-7.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.adbs.fr

Qui est-il donc, l’« usager numérique » ? Comment le connaître ? Quelles représentations donne-t-il de lui-même ? Quelle est sa place dans l’e-entreprise ? Quel impact l’environnement numérique a-t-il sur ses usages ? De quels outils et méthodes dispose-t-il pour interagir avec les autres, pour analyser les masses d’informations qu’il reçoit, pour organiser sa veille ? Comment peut-il protéger sa vie privée et ses données personnelles ?
Cet ouvrage présente les contributions des intervenants de diverses disciplines réunis par l’INRIA en septembre 2010 lors du séminaire « IST et informatique » pour tenter de répondre à ces questions et de comprendre comment l’usager-internaute se situe dans le nouveau paysage de l’infosphère.

________________________________________________________

Penser la société de l’écran : Dispositifs et usages
FRAU-MEIGS Divina
Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011, 144 p., ISBN 978-2-87854-512-8. (Coll. Les fondamentaux de la Sorbonne nouvelle ; 5).
Pour plus d’informations : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100410600

Cet ouvrage enquête sur le développement de cet artefact cognitif et son insertion progressive dans la société occidentale, caractérisée par un besoin accru de médiation technique. Cette médiation a pour effet de renforcer la co-évolution homme-machine et l’hyper-visualité tout en favorisant le recyclage culturel de nos récits constitutifs, sous forme de spectacles et de services. Les étapes de ce processus socio-technique organisent la progression des chapitres : invention, domestication, médiation, médiatisation et socialisation.

________________________________________________________

L’espace public contemporain : approche info-communicationnelle
MIEGE Bernard, BAUTIER Roger (contrib.) et ROMEYER Hélène (contrib.)
Grenoble, PUG, 2010, 228 p., ISBN 978-2-7061-1617-9.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pug.fr

Cet ouvrage rediscute les fondements de la notion d’espace public ; dans ce but, l’auteur prend appui sur les propositions successives de Jürgen Habermas, il les critique et s’efforce de les prolonger. Il met en correspondance l’espace public, ou plutôt les espaces publics, avec des mutations contemporaines, en s’appuyant sur des enquêtes de terrain. Au final, il montre combien il est important, du point de vue réflexif mais aussi dans l’action, de distinguer les espaces publics partiels de l’espace public politique. Les espaces publics s’organisent toujours autour du débat public, de l’échange argumenté d’idées et de leur argumentation.

________________________________________________________

La norme numérique : savoir en ligne et Internet
PERRIAULT Jacques et VAGUER Cécile (sous la dir.)
Paris, CNRS Ed., 2010, ISBN 978-2-2710-7101-9.
En savoir plus : http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1205

Cet ouvrage invite à réfléchir sur le rôle de la normalisation ainsi que sur celui de l’éthique dans cette activité en grand développement, à partir de l’étude de dossiers : apprentissage en ligne (le e-learning), identifiants numériques des personnes, validation en ligne des compétences, recherche d’emploi, vote électronique, notamment. Pour les auteurs, la normalisation n’est pas l’apanage de l’informatique et de l’industrie, même si elles y jouent un rôle primordial. Elle concerne aussi les sciences humaines et sociales, car elle s’intéresse directement à l’utilisateur.

________________________________________________________

Otlet et la bibliologie : XXIe colloque international de l’Association internationale de bibliologie (Numéro 73 de la « Revue de bibliologie : schéma et schématisation »)
Paris,L’Harmattan, 2010, 166 p., ISBN 978-2-296-12741-8.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr

Ce numéro est consacré à l’histoire de l’une des sciences de l’information et de la communication, la plus ancienne de toutes, la bibliologie, qui remonte au XVIIIe siècle, devenue la science de l’écrit et de la communication écrite. Il a pour but de faire le point sur Otlet et la bibliologie, la documentologie, la médialogie, la communicologie.

________________________________________________________

Patrimoine et devoir d’oubli
Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, 150 p., ISBN 978-2-86781-699-4.
En savoir plus : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100476350

Le devoir d’oubli, une notion qui ne peut manquer de provoquer. Le risque est d’y voir un manque de respect pour le passé et ses représentations. Pourtant le devoir d’oubli reflète d’abord une réalité, celle de l’effacement dans le temps. Tout ne peut être gardé. Il est impossible de se souvenir de tout. La conservation à tout prix n’est pas souhaitable ; elle est économiquement impossible et sociologiquement absurde. Pour Nietzsche dans son livre Seconde considération inactuelle, ce devoir correspond au besoin de « fixer la limite où il devient nécessaire que le passé s’oublie pour ne pas enterrer le présent ». Perte de documents, disparition de vestiges, transformation du territoire, autant de faits pour souligner ce devoir d’oubli qui suppose de s’engager dans un choix volontaire de conservation qualitative. Mais un oubli pour combien de temps ? Des universitaires et des praticiens apportent leurs réflexions et leurs expériences.

Suggestions de lecture proposées par Céline Brun-Picard.

A propos de : « Journalistes engagés »

Compte-rendu de Lise Jacquez. Initialement publié dans le Point Com de mars-avril 2011.

Sandrine Levêque, Denis Ruellan (sous la dir.), Journalistes engagés, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 180 pages.
ISBN : 978-2-7535-1211-5


Cet ouvrage collectif publié fin 2010, explore les modalités des relations entre le journalisme et l’engagement politique à partir des contributions de huit chercheurs. Les articles composant l’ouvrage présentent des analyses variées, basées sur des approches méthodologiques mêlant sociologie et analyse des discours (à titre d’exemples : entretiens et analyse quantitative d’un corpus d’articles dans le travail d’Eugénie Saitta, entretiens, observations ethnographiques et analyse qualitative de publications écrites dans celui de Benjamin Ferron). Les combinaisons de méthodes constituent d’ailleurs un des points les plus stimulants de l’ouvrage en ce qu’elles soulignent à quel point l’analyse des discours permet de mieux comprendre, en les mettant en perspective, les pratiques observées sur le terrain et les postures revendiquées par les acteurs dans les entretiens et vice-versa.

Dans l’introduction, Sandrine Levêque situe l’ouvrage dans le contexte actuel des débats sur le journalisme. Elle constate ainsi que la figure du journaliste « désengagé » et « neutre » qui semblait s’imposer dans la définition de l’espace journalistique tend à être remis en question : « (…) débat sur ce que doit être le journalisme aujourd’hui, plaidant pour un retour à un journalisme de combat, un journaliste acteur à part entière de l’espace public. » (S. Levêque, p. 10.) L’auteur rappelle que ces débats ne sont toutefois pas nouveaux et que le journalisme est un « monde en crise perpétuelle depuis le milieu du 19ème siècle » (p.10), structuré par des injonctions contradictoires entre engagements et distanciations.

Revenant à la situation actuelle, Sandrine Levêque souligne alors un paradoxe dans les dénonciations actuelles de « l’allégeance »  des médias aux classes dominantes et au système capitaliste : « Les journalistes seraient ainsi dans un cas de figure paradoxal où ils seraient sommés d’abandonner (par la socioanalyse) leurs allégeances inconscientes (liées à leurs trajectoires et à leurs positions dans un système économique qui les aliènent) pour adhérer « consciemment » et volontairement à un projet politique, ce qui sur les mêmes fondements, pourrait aussi leur être reprocher. » (p. 13.). Cette remarque invite à interroger les conditions de possibilité d’un journalisme engagé voire d’un journalisme militant dans un contexte où les garanties du professionnalisme journalistique restent largement liées à l’adoption d’une posture distanciée par rapport aux sources et aux opinions et dans lequel l’engagement politique peut apparaître a priori comme stigmatisant.

C’est cette interrogation qui traverse toutes les contributions de l’ouvrage. L’article de Denis Ruellan introduit ainsi de manière stimulante la réflexion sur l’engagement journalistique à travers l’étude des représentations des reporters au cinéma, dans laquelle il souligne combien l’engagement, au sens large du terme, est constitutif du métier de journalisme : « L’engagement est le système, il n’est pas le problème. Le problème, c’est de croire que l’on puisse être journaliste sans s’engager : dans son métier, dans l’histoire, dans la vie des autres, dans des relations plurielles, dans sa vie, la coexistence de toutes ces facettes exigeants des ajustements fins et toujours particuliers. » (p. 29).

Ce sont ces ajustements que les autres contributions de l’ouvrage explorent à partir de trois thématiques principales :

  1. La dépolitisation des espaces médiatiques marchands,
  2. Les stratégies mises en place par les journalistes pour tenter de relier et de rendre compossibles ou de transformer engagement professionnel et engagement militant
  3. L’investissement militant dans les arènes médiatiques. A titre d’exemple, dans cette dernière thématique, l’article de Benjamin Ferron sur le journalisme alternatif au contre-sommet de Cancun en 2003, montre particulièrement bien les difficultés pour les journalistes-militants à conjuguer « l’information de la cause » et « la cause de l’information » (p.117).

Ces difficultés se traduisent sur le terrain en une (re)division du travail d’information entre communicants du mouvement social chargés des relations presse et journalistes alternatifs chargés de produire de l’information inédite sur ce mouvement.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2495

A propos de : « Figures sociales des discours. Le « discours social » en perspectives »

Compte-rendu de Lise Jacquez, initialement publié dans le Point Com de novembre-décembre 2010.

Aurélie TAVERNIER, Jacques NOYER, Jean-Baptiste LEGAVRE et Bernard DELFORCE (sous la dir.), Figures sociales des discours. Le « discours social » en perspectives,Lille, Université Charles de Gaulle Lille 3, 2010, 247p.
ISBN : 2844671179

Cet ouvrage collectif est issu de la journée d’étude organisée à l’université Lille 3 en juin 2007 par le Groupe d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires en Information et en Communication (GERIICO) autour de la notion de « discours social ». Il regroupe les contributions de chercheurs de diverses disciplines des sciences sociales (sciences de l’information et de la communication, sociologie et sciences politiques principalement).

La question à l’origine de ce projet est formulée ainsi: « Comment les sciences humaines et sociales peuvent-elles rendre raison du discours que tiennent les acteurs dans leurs mondes sociaux ? ». Par cette question, les auteurs veulent souligner le fait que les discours sont l’objet d’analyses multiples et différenciées dans divers champs des sciences sociales, d’où le projet d’entamer un dialogue interdisciplinaire afin de confronter et de croiser les différentes « façons de faire » avec le discours. Par delà les divergences entre manières de faire, c’est la reconnaissance commune de la dimension profondément sociale du discours qui rend possible et nécessaire ce dialogue interdisciplinaire. La notion de « discours social » est donc mobilisée ici comme un point départ pour penser les divergences : « Le discours est de part en part social. Quitte ensuite à ne pas l’analyser selon les mêmes logiques. ».

Plus précisément, deux questionnements traversent l’ensemble des contributions : la première renvoie à la pertinence de la notion de discours social en tant qu’outil théorique et heuristique permettant d’observer et d’analyser des processus de communication et de médiatisation dans leurs contextes sociaux. La deuxième question porte plus particulièrement sur le comment (comment se saisir de cette notion de discours social pour l’analyse d’objets discursifs situés et divers ?) et porte par conséquent aussi sur la question des méthodes de constitution et d’analyse des corpus.

L’ouvrage se décompose en quatre chapitres. Dans le premier chapitre « Discours social  : filiation et enjeux d’une notion heuristique », trois contributions répondent plus particulièrement à la première question en invitant à considérer le « discours social » non pas comme un concept figé et rigide mais comme « une notion dynamique et opératoire, pour envisager les discours comme étant à la fois porteurs et vecteurs d’une histoire et d’une mémoire collectives, socialement marquées. » (A. Tavernier, p. 10.). La contribution de Bernard Delforce, « Discursivité sociale/discours sociaux : Penser les enjeux sociaux de l’information », ouvre ainsi de nombreuses perspectives pour la compréhension des processus de médiatisation et de construction du sens autour de questions ou de « problèmes sociaux » présents dans l’Espace Public.

Les contributions présentées dans les trois autres chapitres, (« Discours en corpus : les discours sociaux au fil du texte », « Du texte aux contextes : le discours social en situation » et « Le chercheur, le discours et le social : ouvertures méthodologiques »), répondent ensuite à la question du « comment » en explorant les différentes perspectives présentées dans ce premier chapitre programmatique et en les confrontant à des « objets discursifs » médiatisés.

De ces confrontations, des conclusions communes se dégagent : d’abord, le sens s’opère toujours dans « le maillage d’un discours social commun ». Pour tous, « le « discours social » apparaît ainsi comme une catégorie heuristique mobilisable pour « remettre à plat » les enroulés de significations auxquels le chercheur est confronté lorsqu’il se saisit d’un discours en apparence autonome (…) » (A. Tavernier, p.12.). Ensuite, la confrontation des points de vue et des méthodes (notamment entre chercheurs privilégiant l’articulation entre analyse du discours et enquête sociologique, et chercheurs pour qui l’analyse de corpus doit permettre de faire « remonter les déterminants sociaux qui configurent des discours sédimentés »), permet de souligner l’importance de l’interdisciplinarité et donc de l’ouverture à d’autres socialisations disciplinaires pour ne pas accumuler les « points aveugles » dans les manières de voir l’articulation entre discours et social.

L’ouvrage sur le site de son éditeur : http://commandes.recherche.univ-lille3.fr/publications/ul3/197-figures-sociales-des-discours-le-discours-social-en-perspectives-9782844671172.html

A propos de : « Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel »

Compte-rendu de Frédéric Aubrun initialement publié dans le Point Com des mois de janvier et février 2011.


SEMPRINI Andrea (sous la direction de). Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel. Paris. L’Harmattan. Collection Champs Visuels. 2007. 368 pages.
ISBN : 978-2-296-02289-8.

En partant du constat que la communication a souvent été sujette à une analyse purement technique, faisant par là même abstraction du contexte socioculturel dans laquelle elle prend place, cet ouvrage collectif (sous la direction d’Andrea Semprini) tente de conduire une approche sociosémiotique dans chacun des cas étudiés : médias d’information (télévision, presse, magazine), sites Internet (Edf, Adidas), communication politique (Berlusconi), publicité (Ferrero, Absolut, PlayStation, Vuitton), …

Cet ouvrage fait suite à un premier recueil d’analyses sémiotiques de différents types d’occurrences de communication (films et affiches publicitaires, discours radiophoniques et télévisuels, logos, identités visuelles, etc.) paru 10 ans plus tôt sous la plume d’Andrea Semprini : Analyser la communication. A travers ce premier ouvrage méthodologique et empirique, on observait déjà une volonté de son auteur d’introduire un regard sociosémiotique dans l’analyse des occurrences de communication : « Si montrer « comment » on analyse des communications est assurément son objectif méthodologique, cet ouvrage a également un objectif théorique. A travers les analyses proposées, il voudrait faire émerger le rôle et quelques champs d’application d’une sociosémiotique, entendue comme discipline étudiant l’inscription du sens au sein des pratiques sociales. » (Analyser la communication, p. 15).

Une autre spécificité de cet ouvrage consacré à l’analyse de cas est de proposer une pluralité de démarches méthodologiques, adaptées selon la spécificité de chaque occurrence. Libre alors au lecteur de construire sa propre analyse en choisissant la méthode adéquate au type de communication choisi. Le caractère collectif de ce second recueil vient davantage renforcer la diversité des méthodes, et lui confère une ouverture internationale, notamment avec quelques contributions d’auteurs italiens et anglo-saxons.

Depuis le premier ouvrage, le panorama des formes de communication a progressivement évolué (Internet a ainsi été ajouté dans les études de cas de ce second recueil), tout comme les méthodes pour les analyser. Mais le principal changement entre les deux ouvrages est le glissement d’un regard sémiotique à un regard sociosémiotique, ce qui justifie le nouveau sous-titre du recueil collectif dirigé par Andrea Semprini, à savoir Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel.

D’après Andrea Semprini, le regard sociosémiotique « analyse la façon dont un objet de sens particulier est pris en charge par un système de discursivité, est utilisé pour soutenir ou critiquer une vision du monde et des systèmes de croyance et finit par alimenter, en tant que ressource sémiotique, ces mêmes systèmes. » (Analyser la communication 2, p. 14).

A l’image d’un arbre aux multiples branches, la sémiotique s’articule autour de plusieurs approches, parmi lesquelles la sociosémiotique, qui étudie tout ce qui touche la dimension sociale de la discursivité. « Selon cette vision, ce qui opère un glissement de la sémiotique à la sociosémiotique n’est pas tant une vague dimension sociale du signifié que le passage d’une analyse centrée sur le texte à une analyse centrée sur le discours et sur les pratiques discursives, où le discours n’est rien d’autre que le texte énoncé et/ou les procédures qui gouvernent sa production » explique Andrea Semprini (Analyser la communication 2, p. 13).

Au final, nous retrouvons dans cet ouvrage collectif un des aspects qui fait la richesse des Sciences de l’Information et de la Communication, à savoir rendre complémentaires certaines notions jugées souvent opposées, comme le texte et le contexte.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=22858