Appels à contribution

« Sens et identités en construction : dynamiques des représentations »

 Cet appel à contribution pour le 12ème numéro de la revue Signes, discours et sociétés s’intéresse à la question identitaire. Identifier le sens de nos constructions discursives et donner du sens aux identités que nous nous construisons de façon permanente dans des contextes de contact de langues et cultures sont deux démarches qui exigent, de la part du chercheur, d’interroger leurs mécanismes opérationnels, d’interpeller leurs dynamiques et de comprendre les représentations qui les sous-tendent, qui les perpétuent, voire qui les déconstruisent. Le présent appel à contribution invite toute proposition à mettre la lumière sur les rapports qu’entretiennent nos représentations linguistiques et culturelles avec ces deux concepts évasifs, qui sont le sens et l’identité. Toutes les propositions seront évaluées selon leur pertinence aux deux axes suivants :

1/ Dynamiques identitaires et représentations culturelles

2/ Représentations sémantique et conceptuelle en situation de contact de langues/cultures

 Les propositions d’articles (titre, résumé et bibliographie ne dépassant pas les 350 mots) sont à envoyer avant le 15 septembre 2013 à bellachhab.abdelhadi@gmail.com et albin.wagener@gmail.com.

Pour plus d’informations : http://calenda.org/252147?file=1

« Ethique et relations publiques »

 Dans un numéro récent de la Public Relations Review, la chercheure Johanna Fawkes affirmait que les relations publiques sont, en communication, la discipline la plus « obsédée » par l’éthique (Fawkes, 2012 ; Holtzhausen, 2012). Elle y soulignait toutefois que la réflexion en éthique des relations publiques manque d’engagement et de profondeur. Pourtant, l’« effervescence éthique » (Bourgeault, 2004) qui agite les organisations devrait avoir un effet mobilisateur considérable sur la manière dont elles conçoivent et organisent l’éthique de la communication avec leurs publics (Grunig et Grunig, 1992).

Ce numéro de la Revue internationale de communication sociale et publique entend offrir un panorama des questions éthiques les plus susceptibles de transformer la pratique actuelle des relations publiques et de lui permettre de s’adapter au contexte social et communicationnel dans lequel elles évoluent.

 Les thèmes pouvant être abordés sont les suivants :

1/ Droit et déontologie en relations publiques

2/ Les communications numériques et leur impact sur les relations publiques

3/ Les relations publiques et l’éthique externe des organisations

4/ Les relations publiques et la gestion de la diversité

 Les contributions (d’une longueur de 45 000  à 60 000 signes) sont à envoyer avant le 1er septembre 2013 via la plateforme de la revue :

http://www.revuecsp.uqam.ca/soumissions/soum_article.php

Pour plus d’informations : http://www.revuecsp.uqam.ca/

« Les stars du petit écran »

 Ce numéro de la revue Télévision porte sur « Les stars du petit écran ». Le terme de star est ici entendu dans une acception large : les animateurs, les speakerines, les journalistes, les candidats de la téléréalité, etc. L’appel concerne les chercheurs issus de plusieurs disciplines : histoire, sociologie, anthropologie, sémiologie, économie, sciences de l’information et de la communication, droit.

 Les axes de réflexion proposés sont les suivants :

1/ Les formes spécifiques de la starification à la télévision : qu’est-ce qu’une star de télévision ? A partir de quel moment peut-on parler de star ? Quel rôle joue la presse télévisuelle dans la starification ?

2/ Les stars de la télévision sur le marché du travail : comment se construisent les schémas de carrière des stars ? Comment se négocient les transferts de la télévision vers la radio, le cinéma, etc. ?

3/ La vie sociale et économique de la star

4/ La star et son public de téléspectateur : quels sont les liens entre les téléspectateurs et les stars du petit écran ? Comment la star interagit-elle avec son public ?

 Les propositions de contribution (1 000 mots maximum) sont à envoyer avant le 1er septembre 2013 à dominique.pasquier@telecom-paristech.fr et Myriam.Tsikounas@univ-paris1.fr

Pour plus d’informations : http://calenda.org/244120

« La communication de l’environnement »

 Les recherches menées sur les enjeux du thème de l’environnement ont atteint, mondialement, une maturité indiscutable. Elles ont soulevé des questions nouvelles ou déplacé des questions antérieurement posées dans d’autres champs, que ce soit sur l’industrie, les politiques d’État (européennes ou nationales), l’espace public, les controverses technologiques, les risques ou la société civile. En laissant de côté le modèle du « déficit », il n’en reste pas moins que la question de la communication – envisagée comme un processus public de confrontation et d’évolution des points de vue – est un ressort essentiel de la thématisation publique de l’environnement.

Cet appel à contribution vise à mieux cerner la communication « de » l’environnement. Il s’agit notamment de mettre en évidence qu’à la spécificité du thème environnemental correspond une spécificité de la communication. Cette spécificité est largement corrélée à la publicisation de la question environnementale et aux mobilisations collectives autour de ces questions. Dans cette perspective, le présent appel à contributions se propose de rassembler des articles qui, sur la base de démarches différenciées, abordent le problème de la thématisation de la question environnementale et de ses effets sur les décisions, les pratiques, les rapports entre les différentes parties prenantes ou encore les modalités de l’agir collectif.

 Les propositions de contribution (entre 2 500 et 3 500 signes) sont à envoyer avant le 15 juillet 2013 à essachess@gmail.com.

Pour plus d’informations : http://calenda.org/240133

Appels à communication

« Information et journalisme radiophonique à l’ère du numérique »

Ce colloque international organisé par le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) interrogera la capacité de la radio à informer les citoyens dans nos sociétés contemporaines. La radio peut-elle demeurer un média d’information majeur à l’heure du numérique ? La radio demeure un élément essentiel des pratiques et du système d’information, au quotidien mais aussi lors de circonstances plus exceptionnelles ou en temps de crise. La crédibilité de l’information radiophonique reste très élevée, et supérieure à celle des autres médias. Pour autant, de nombreuses mutations marquent son évolution. Comment la production de l’information radiophonique intègre-t-elle ces mutations liées au numérique ? Les acteurs qui contribuent à cette production ont-ils changé, ou vont-ils changer ? L’identité professionnelle des journalistes de radio a-t-elle été modifiée ? Les contenus médiatiques seront-ils différents ? etc.

Le colloque s’articulera autour de deux grands axes :

1/ Pratiques professionnelles de l’information radiophonique : remises en questions et évolutions

2/ Les contenus et leurs usages : extension des territoires radiophoniques

 Date et lieu : les 20 et 21 mars 2014 à Strasbourg

Les propositions de communication (5 000 signes maximum) sont à envoyer avant le 30 septembre 2013 à grer.mail@club-internet.fr  et christophe.deleu@unistra.fr

Pour plus d’informations : http://calenda.org/246059?file=1

 « L’autre et ses représentations dans la culture arabo-musulmane »

S’il existe en Occident, et ce depuis le Moyen-Age,  de très nombreux écrits ayant pour objet d’étude l’ « être arabe », à travers lesquels des intellectuels occidentaux ont essayé d’appréhender l’altérité arabo-muslmane selon différents prismes (religieux, philosophique, politique, ethnologique ou sociologique), qu’en est-il du monde arabo-musulman ? Quelle place les intellectuels de ce monde ont-ils assignée à l’Autre ? Ce colloque vise à mettre au jour et approfondir ces différentes appréhensions de l’altérité. Nous envisagerons l’« Autre » dans une acception métonymique pouvant renvoyer à un large ensemble, culturel, politique, géographique, identitaire… Ce colloque entend poser la question des représentations de l’« Autre » dans la culture arabe pour chercher à en distinguer les étapes-clés et les modalités selon les médiums d’expression. Les propositions pourront porter aussi bien sur le monde arabo-musulman classique que sur le contemporain. Elles trouveront leur champ d’application dans la littérature arabe, aussi bien francophone qu’arabophone, dans les écrits historiques aussi bien que philosophiques ou encore dans les arts visuels (cinéma, vidéo, etc.).

 Date et lieu : les 21 et 22 novembre 2013 à Bordeaux

Les propositions de communication (résumé de 2 000 signes) sont à envoyer avant le 30 juillet 2013 à colloquebordeaux2013@gmail.com

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/l-autre-et-ses-representations-dans-la-culture-arabo-musulmane_56701.php

 

« Représentation des guerres modernes : champs d’action, champs de vision »

 Ce colloque achève et complète un cycle d’étude de quatre ans consacré aux perceptions des guerres modernes et à leurs représentations visuelles – photographie, peinture, films, séries tv, jeux vidéo – et littéraires. Il a pour objectif d’enrichir les analyses présentées lors des journées d’étude en ouvrant de nouveaux champs d’investigation et perspectives théoriques. La réflexion pourra porter – de façon non exhaustive – sur les axes suivants :

 1/ Choix des sujets de la représentation (que montre-t-on d’une guerre ? que laisse-t-on dans le hors-champ ou le non-dit de la représentation ?)

2/ Mise en abîme de la représentation : la guerre comme spectacle (des « théâtres » d’opérations à la scénarisation/dramatisation de la guerre ; représentations de la représentation…)

3/ Effets de cadrage, de distorsion, de grossissement, de filtres, de focalisation dans les récits et images de guerre

4/ Genres et modes : adaptation, appropriation, survivance de genres anciens (épopée, récit mythologique, tragédie, élégie…) et des modes héroï-comique, réaliste/mimétique etc. mais aussi déconstruction ou remise en cause des modèles et modes de représentation de la guerre

5/ Guerre et réalité virtuelle/hyper-réalité

6/ Enjeux esthétiques et idéologiques de la sur-médiatisation et du silence, de l’abstraction ou mise à distance et de l’exhibition de l’horreur.

 Date et lieu : les 19, 20 et 21 mars au Havre

Les propositions de communication (300 mots maximum) sont à envoyer avant le 1er septembre 2013 à bowenclaire@aol.com

Pour plus d’informations : http://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/-colloque-Representations-des-.html

Brauer, Markus, Enseigner à l’université : conseils pratiques, astuces, méthodes pédagogiques, Paris, Editions Armand Colin, 2011, 207 p., ISBN : 9782200254582

L’ouvrage de Markus Brauer[1] s’ouvre sur un constat (les enseignants chercheurs « n’ont pas reçu la moindre formation en pédagogie » – p. 7) auquel il entend remédier en proposant des méthodes pédagogiques permettant d’améliorer la qualité de l’enseignement. Le métier d’enseignant est, selon lui, un métier comme un autre dont il suffit de connaître les techniques pour, ensuite, les appliquer. « La recherche montre clairement que nous ne sommes pas nés « bons » ou « mauvais » enseignants » (p. 13). L’auteur oppose le « transmetteur d’informations » qui « considère que ce que les étudiants n’apprennent pas dans son cours, ils ne l’apprendront jamais » au « facilitateur d’apprentissage » qui, à l’inverse, les « aide […]  à apprendre par eux-mêmes » (p. 17). Cette seconde figure est celle d’un enseignant qui transmet des connaissances mais aussi (et surtout) des savoir-faire utiles dans le monde professionnel (trouver des textes pertinents sur un sujet, savoir en extraire des informations importantes, etc.). L’idée d’un « enseignement efficace » reposant sur un apprentissage actif est au cœur de l’ouvrage. M. Brauer invite le lecteur à ne pas considérer les étudiants comme des consommateurs passifs (ce qui est souvent le cas dans les cours magistraux) mais comme participant au processus d’apprentissage, la mémorisation des connaissances en étant alors grandement facilitée.

            L’ouvrage est organisé en 10 chapitres, chacun étant consacré à une thématique spécifique. L’auteur prend soin de distinguer les questions que pose l’enseignement des TD de celles soulevées par les cours magistraux. Il discute également des différentes façons de lutter contre le bavardage, de l’importance du rapport avec les étudiants (un « bon rapport » renforcerait l’efficacité de l’enseignement – p. 57), de la nécessité de donner du travail personnel ou encore des méthodes d’évaluation. L’ensemble des conseils et des techniques pédagogiques exposés repose sur l’expérience de l’auteur et sur les recherches actuelles en pédagogie et en sciences de l’éducation. Cette « assise scientifique » permet à M. Brauer de proposer des idées très concrètes que le « lecteur-enseignant » peut facilement s’approprier et réutiliser dans ses cours. Par exemple, comment gérer les excuses des étudiants qui ne rendent pas le travail demandé en temps voulu ? Toutes les excuses se valent-elles ? Comment évaluer leurs progrès au cours d’un semestre en minimisant les biais induits par les différents types de notation ? Peut-on les familiariser avec de la littérature scientifique en anglais dès la première année ? Chaque question donne lieu à un développement précis, exemples à l’appui. La lecture de cet ouvrage est donc à la fois stimulante et enrichissante, l’auteur prenant soin de toujours devancer les objections de son lecteur.

            Quelques réserves toutefois. M. Brauer insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de montrer aux étudiants que l’on s’intéresse à eux, suggérant notamment de leur demander des informations personnelles. La place accordée à la vie personnelle des étudiants dans la construction d’un « bon rapport » enseignant/étudiants peut sembler exagérée tout comme la façon dont l’auteur utilise sa vie privée en cours. L’autre réserve concerne la question du temps consacré à l’enseignement dans la carrière d’un enseignant-chercheur. L’auteur nous avertit : les méthodes présentées dans le manuel sont censées nous permettre de gagner du temps pour la recherche sans se « laisser envahir par l’enseignement » (p. 174). Les éléments proposés restent assez théoriques et pas forcément réalisables en pratique. En outre, ils ne prennent pas en compte certains facteurs tels que l’expérience de chacun (dans le temps consacré à la préparation des cours) et les différences disciplinaires (beaucoup d’exemples proposés sont relatifs aux sciences dures). Toutefois, cela n’enlève rien à l’intérêt de cet ouvrage dans lequel chacun peut se retrouver à un moment donné… que vous soyez jeune enseignant ou que vous ayez déjà plusieurs années d’expériences.

Audrey Arnoult


[1] Directeur de recherche au CNRS, enseignant et directeur d’un laboratoire de psychologie sociale et cognitive

Edito du Point Com de mars-avril 2011

Par la rédactrice en chef du Point Com, Iryna Tuz.

Le printemps fleurit derrière nos fênetres nous appelant à laisser de côté nos écrans, mémoires, thèses et corpus pour sortir de nos quatre murs. L’équipe du Point.com va donc essayer de vous retenir près de vos ordinateurs en vous proposant les dernières nouveautés en Information-Communication. Alors, la nature vs infocom ?

Dépêchez-vous pour les dates limites des activités scientifiques! L’éducation aux médias, l’information locale, l’intercompréhension, le lexique de l’environnement, l’interculturalité ou encore l’émotion – voici quelques thématiques pour participer à un colloque ou écrire un article.

Dans l’interview, la chercheuse et enseignante Fidélia Ibekwe-Sanjuan explique qu’il manque un tronc commun entre les sciences de l’information et les sciences de la communication dans les formations en infocom. Quels sont ses arguments? Qu’est-ce que c’est une bibliothèque participative? – vous trouverez toutes les réponses dans la rubrique « Interview » !

Un journaliste peut-il être neutre ? Est-il est nécessairement engagé ? Des pistes de réflexions vous sont proposées dans l’ouvrage « Journalistes engagés ». Et pourquoi ne pas réunir la nature et l’infocom en lisant les ouvrages présentés dans la rubrique « Parutions » dans un parc sous le soleil ?

Bonne lecture et bon printemps à vous tous!