Le point sur Alec.sic

2012 sera l’année du changement !

Non non je vous assure, ce n’est pas une blague. Oui je sais, chaque début d’année ressemble aux autres, avec son lot habituel de bonnes résolutions et de changements en tout genre…

Cependant à Alec.sic, on semble bien parti pour faire la révolution, preuve en est avec cette version 2.0 du Point Com. Finis les soucis d’impression de l’ancien support papier et vive la publication instantanée ! Adieu aussi le côté rigide et unilatéral de l’ancien média et bonjour l’interactivité ! Derrière cet engouement spontané se cache tout de même une réelle nostalgie. En effet, on doit bien vous avouer qu’au sein de l’équipe associative cela nous a fait un petit quelque chose de quitter le Point Com traditionnel, associé aussi et surtout à de bons moments de convivialité entre collègues thésards, masterants et enseignants, particulièrement au moment de la distribution du support papier dans les séminaires. C’est pourquoi nous avons décidé de conserver les principales rubriques de l’ancien support papier pour ne pas trop nous/vous déstabiliser, tout en poursuivant notre entreprise de rénovation du contenu.

Ha ben oui… on allait tout de même pas s’arrêter en si bon chemin… Nous avons donc entrepris quelques petits changements ici et là dans le contenu, à commencer par la rubrique Coin détente qui rendra cette année hommage aux dessins humoristiques d’une thésarde anonyme qui a bien voulu nous faire partager ses moments de doute, de bonheur et de « pétage de câble » tout au long de l’élaboration de sa thèse. En parlant de rubriques, il me semble que je m’égare un peu en oubliant de parler de celle qui nous concerne directement…

ALEC.SIC et ses activités sociales ! Car si l’année 2012 signe l’entrée du Point Com à l’ère numérique, n’oublions pas que l’association est aussi chargée d’animer des réunions mensuelles entre doctorants, et d’aider les masterants dans leurs principaux travaux. Cette année encore, nous ne dérogeons pas à la règle de l’entraide, puisque nous accueillons de nouveaux masterants au sein de l’équipe d’Alec.sic. Nous profiterons donc de ces rendez-vous mensuels pour partager avec eux notre savoir et notre méthodologie dans le vaste champ des Sciences de l’Information et de la Communication.

Nous sommes conscients que c’est en constituant un réseau solide et hétérogène que nous parviendrons à avancer ensemble. Oui moi aussi j’ai été traumatisé par cette Journée pour l’Emploi des Docteurs (JED) en Sciences Humaines et Sociales le 19 janvier dernier !

Gardons donc l’esprit ouvert (il faut penser « Out of the box »), et continuons d’échanger autour de nos compétences théoriques et méthodologiques avec les autres collègues doctorants et masterants au sein de l’association Alec.sic.

En espérant que vous serez nombreux à nous lire pour cette première édition du Point Com 2.0, je vous souhaite à tous une bonne continuation dans vos travaux de recherche.

 

Frédéric Aubrun

Les enjeux de l’inscription : tensions et négociations dans la rédaction d’un rapport

Par Clémence Emprin, doctorante en SIC au sein du laboratoire C2SO, pour son intervention dans le cadre du séminaire ALECSIC sur l’écriture (18.03.2011).

Mon travail de thèse sur le fonctionnement médiatique des projets de recherche m’a amené à participer à l’animation d’un programme de recherche. Le programme DIVA « Agriculture, biodiversité et action publique » regroupe 10 projets dont les chercheurs partagent une préoccupation : renforcer leurs liens à l’action publique. Une ancienne représentante des services de la Direction de la Nature et des Paysages du Ministère en charge de l’environnement et moi-même avons procédé à une série d’entretiens qui a donné lieu à une mise en discussion collective puis à un rapport écrit. Devenant moi-même actrice d’un processus communicationnel propre au programme, je souhaite revenir sur un moment particulier de cette expérience, l’écriture du rapport.

Ce moment d’écriture, les interactions entre moi et ma collègue professionnelle de l’action publique, éclaire certaines tensions de notre propre sujet de recherche commun. J’aborderai dans mon intervention trois « problèmes » auxquels cette écriture à deux mains m’a confronté.

  • La première tension porte sur le regard normatif de ma collègue, approche que j’ai essayé de mettre à distance sans être toujours consciente de la nature de mon enrôlement. Le fonctionnement et les difficultés de passage à une action collective DIVA trouve ici une résonance particulière.
  • La deuxième tension porte sur le statut donné à nos différentes productions, s’agit-il de
    résultat ? Comment expliquer les divergences de points de vue et quel sens donner à nos
    négociations ?
  • Enfin, c’est le rôle de l’apport conceptuel et de l’attraction de la notion de
    frontière, boundary object (Star&Griesemer, 1989) ou boundary organization (Guston, 2001), qu’il s’agira de comprendre.

Problématiser les modalités d’engagement du chercheur dans des situations de
communication, ici la co-écriture d’un rapport, semble particulièrement riche (Le Marec, 2002). L’exercice donne en effet à voir des rapports au collectif, à l’écriture et aux sciences qui peuvent guider le chercheur dans son travail d’analyse.

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

Jack Goody : Entre oralité et écriture

Par Christophe Honet, décembre 2010.

Christophe Honet a ouvert les séminaires sur l’écriture le 3 décembre 2011, par une intervention sur Jack Goody, dont voici le texte.

Christophe Honet est étudiant en Master 2 HPDS (histoire, philosophie et didactique des sciences) à l’ENS Lyon (laboratoire C2SO, Centre Norbert Elias). Diplômé de l’IEP (Institut d’Etudes Politiques) de Strasbourg, il a obtenu un premier DEA (ex master 2) de Science Politique à Lyon 2 et travaille actuellement sur l’impact de la crise de la vache folle sur les pratiques et les représentations des professionnels de la filière bovine.

Introduction

Jack Goody est né en Grande Bretagne en 1919. A la fin des années 30, il entame des études de littérature à Cambridge mais s’interrompt pour s’enrôler dans l’armée britannique au commencement de la seconde guerre mondiale. Il sera fait prisonnier par les italiens à Tobrouk et passera une année entière sans lire ni écrire. Deux fois évadé et à chaque fois repris, il passera également plusieurs mois dans les Abbruzzes avec des paysans italiens qui n’avaient aucun usage de l’écriture.

Les questionnements nés de la confrontation de ce jeune intellectuel avec le monde de l’oralité prendront par la suite un caractère fondateur. Elles l’inclineront à commencer dans l’après guerre des études d’anthropologie à Oxford et à partir étudier certaines ethnies du Ghana, en particulier les Lo Daaga.

Au début des années 1950, cette ethnie participait d’une culture orale menacée par l’intrusion de l’écriture ; qu’il s’agisse de celle de l’Etat colonial ou de celle du futur Etat ghanéen en cours de gestation, des missionnaires chrétiens ou des tenants de la propagation de l’islam. Jack Goody y trouvera un lieu propice pour essayer de comprendre les différences entre les cultures de l’oralité et celles de l’écrit. Cette réflexion le mènera à une première formalisation en 1963, lorsqu’il rédige avec Ian Watts un article sur les «Conséquences de la littératie». Les thématiques de l’oralité et de l’écriture deviennent alors centrales dans son œuvre.

C’est un lieu commun : l’oralité qui est première pour la plupart des êtres humains n’obéit pas aux mêmes règles que l’écriture. Cependant, l’effet de naturalité que peut prendre l’utilisation de l’écrit pour les lettrés a longtemps occulté la prise en compte de ses incidences. C’est à partir de l’analyse de la société orale des Lo Daaga que Goody envisagera les effets transformateurs de l’écriture sur les sociétés et les individus.

Dans le corps de cet exposé qui a été largement réécrit pour donner la forme définitive que vous avez à présent sous les yeux, je m’attacherai à relever l’incidence cognitive de l’usage de l’écriture en explicitant le concept goodien de technologie intellectuelle. J’analyserai ensuite les incidences transformatrices de cet usage sur le fonctionnement des sociétés et j’exposerai quelques déclinaisons de ce que Jack Goody nomme la litteracy1.

I – L’écriture comme technologie intellectuelle

Avant de vous présenter cet exposé oralement, j’ai dû utiliser l’écriture de multiple manières. Je suis allé à la bibliothèque, j’ai lu des ouvrages, des articles, pris des notes, et organisé mon travail par écrit. Or la compréhension de ce caractère central, transversal, de l’écriture dans le travail intellectuel, est justement l’un des points d’entrée de la pensée de Jack Goody, au point qu’il a inventé un concept à ce propos : pour cet auteur, l’écriture est une « technologie intellectuelle ».

Il convient néanmoins, avant d’aborder les potentialités des développements cognitifs humains au commerce de l’écriture, de rappeler que pour Goody, les interactions entre oralité et écriture prennent des formes nombreuses et complexes, au point que l’oralité et l’écriture s’influencent constamment. Par ailleurs, il existe tout un continuum entre les rares humains qui vivent encore dans un contexte purement oral et ceux qui manipulent massivement de l’écrit dans leur vie quotidienne. La maîtrise de l’écrit est donc inégalement partagée alors même que l’oralité apparait toujours massivement prégnante dans les sociétés humaines.

A rebours des préjugés ethnocentriques des premiers anthropologues et ethnographes qui faisaient le grand partage entre les « civilisés » et les « primitifs » au prétexte d’une prétendue différence de nature, Goody insiste sur la capacité de l’écriture à potentialiser certaines aptitudes humaines. C’est en ce sens qu’il faut comprendre l’usage de l’écriture comme technologie intellectuelle. La distribution visuelle et spatiale de l’écriture, la possibilité de l’inscrire ou de la consulter, de la stocker ou de la faire circuler contribuent à toutes sortes d’évolutions cognitives.

Si l’abstraction, la rationalité et la réflexivité sont observables dans les sociétés orales, leurs développements dans les sociétés écrites sont bien plus féconds par l’effet de potentialisation de l’écrit sur la cognition humaine.

a)L’abstraction

Cette idée d’abstraction mérite que l’on s’y intéresse quelques instants. Pour le Robert : « L’abstraction (est la): faculté de l’intelligence, (l’)opération de l’esprit qui sépare, isole, pour (…) considérer indépendamment, un élément (une qualité, une relation), de l’objet auquel il est uni, et qui ne se présente pas séparément dans la réalité. » Le mot « abstraction » correspond donc à l’idée de séparation et d’isolement ainsi qu’à celle de montée en généralité. Il est notable que ces deux aspects caractérisent l’écriture. En effet, l’écriture sépare et isole des informations de leur contexte de production, ce qui autorise leur transport à travers les espaces et à travers le temps. Tandis que par ailleurs elle permet la dé-contextualisation des mots sous forme de concepts et par voie de conséquence la formalisation de pensées plus générales et donc plus abstraites.

b)La rationalité

Par un double mouvement d’écriture et de lecture, l’expression de la pensée trouve un moyen de se fixer pour devenir un objet d’analyse, de synthèse et de critique, ce qui contribue au développement de différents types de rationalités.

Au niveau formel, l’écriture permet une construction plus rationnelle de l’expression de la pensée. Elle rend possible le développement des mathématiques et de la logique ainsi que la structuration de la langue par la formalisation de la grammaire, de la syntaxe ou de la rhétorique.

Elle autorise aussi la mise au point de catégories, et de normes de différents types, en particulier par l’utilisation de la liste ou du tableau qui utilisent les dimensions visuelles et spatiales de la surface écrite.

Entre autres normes, on peut rappeler les normes de classement qui rendent possible l’ordonnancement des objets et la régulation de leurs mouvements, quand il s’agit par exemple de livres dans une bibliothèque. Dans les bibliothèques justement, comme dans les archives ou sur les disques informatiques des banques de données, l’écriture favorise l’accumulation du savoir mais aussi sa cumulation. Car l’exégèse des auteurs du passé se cumule au fil du temps et enrichit notre compréhension des textes anciens.

Ordonnancement, accumulation et cumulation de l’écriture ont contribué au développement continuel de la rationalité scientifique et de fait à une compréhension toujours plus accrue du réel, par la lente maturation des sciences exactes et sociales.

c)La réflexivité

Au niveau individuel, tout comme au niveau social, l’écriture comme technologie intellectuelle présente un effet réflexif. Elle permet aux individus de mettre leurs pensées en perspective et de réfléchir au sens qu’ils donnent à leurs actions, entre autres par le biais des journaux intimes ou de la philosophie ; tout comme elle rend possible la réflexivité sociale par le biais des religions, des théories politiques, des systèmes juridiques, des sciences sociales ou des statistiques.

L’écriture rend aussi possible l’émergence de la poésie dont le caractère versifié est indissociable de l’écrit, tout comme celle du théâtre ou de la littérature. Lesquels sont chacun à leur manière des vecteurs de réflexivité individuelle et sociale.

II – L’inscription sociale de cette technologie intellectuelle.

a)La société comme produit de l’écriture

La transformation de la cognition et le développement de la réflexivité et des connaissances ne sont pas les seules manifestations liées à l’écriture. Son usage a fortement influé sur l’évolution des sociétés même si ce fut à chaque fois selon des modalités particulières. L’érudition de Jack Goody s’ouvre continuellement sur des perspectives mondiales et trans-historiques pour le prouver.

En particulier, il analyse le lien consubstantiel entre la naissance de l’écriture et l’émergence de l’économie à Sumer. La gestion des palais des premiers souverains, tout comme les temples, y requéraient en effet la mise au point de systèmes complexes de gestions des ressources, que l’écriture a permise. Ce ne sont pas moins de 70% des premières traces de l’écrit sumérien qui ont trait à l’économie.

En ces temps anciens dans cette région du monde, comme aujourd’hui sur la quasi totalité du globe, la gestion immatérielle de l’économie matérielle, au moyen de la comptabilité et des circulations contractuelles, s’avère cruciale dans la formalisation des échanges de ressources. L’écriture a rendu possible les contrats de vente, d’assurance ou de mariage, ainsi que les testaments, dont la matérialité revêt toujours un effet de preuve. Elle irrigue aujourd’hui le système financier global.

Au niveau politique, elle a permis l’édiction de lois et par extension elle a rendu possible la mise en place de systèmes politiques, administratifs et juridiques complexes, cumulant et accumulant des jurisprudences, des textes administratifs et des textes de lois.

Elle a aussi permis la mise en place des religions du livre et le contrôle des mœurs au prétexte de normes religieuses et morales plus ou moins flexibles. Dans ce cadre, elle a rendu possible la formalisation de prières toujours identiquement répétées et la mise en scène de rituels religieux stables (au contraire de la variabilité des rituels Lo Daaga du fait du caractère homéostatique de la mémoire).

L’abstraction de l’écriture a par ailleurs permis sa diffusion par delà les barrières ethniques et a contribué à la construction des empires, à la rédaction de pactes diplomatiques, à la mise en place de routes commerciales ou à l’expansion des religions à vocation universelle.

Ces circulations ont favorisé à leur tour la diffusion des savoirs et des techniques, et permis la cartographie du monde. A tous les niveaux, la puissance de l’écrit s’est insinuée dans les activités humaines et a contribué à les modeler, à les normer.

Souvent garante de la pérennité des rapports de domination sociaux, elle a aussi rendu possible à l’inverse, l’organisation de la contestation, voire de la révolte. Goody montre ainsi que la planification rigoureuse de la révolte des esclaves de Bahia en 18352 est intimement liée à la maîtrise de l’écriture arabe par des esclaves ou des affranchis musulmans.

b) La littératie comme produit de la société

Si l’usage de l’écriture a très largement contribué à transformer les sociétés selon des modalités toujours variables dans le temps et dans l’espace, l’usage et la maîtrise de l’écriture dans les sociétés sont eux aussi fortement contingents. Un autre concept goodien mérite d’être exposé ici : « la littératie ». Personnellement, j’aurai tendance à résumer ce concept comme « la culture de l’écrit. »

Pour Jean-Pierre Jaffre la littératie « désigne l’ensemble des activités humaines qui impliquent l’usage de l’écriture, en réception et en production. Elle met un ensemble de compétences de base, linguistiques et graphiques, au service de pratiques, qu’elles soient techniques, cognitives, sociales ou culturelles. Son contexte fonctionnel peut varier d’un pays à l’autre, d’une culture à l’autre, et aussi dans le temps »3

Cette littératie peut donc prendre de multiples formes. Goody distingue de fait les littératies restreintes, des littératies ouvertes.

Les littératies restreintes sont celles où l’accès à l’écriture et à la lecture est limité. Ce peut être lié à la cherté, au manque de maniabilité ou à la rareté des outils et/ou des supports nécessaires à l’écriture. L’écriture peut aussi être réservée à des castes (scribes, prêtres…), ou retranscrire des langues mortes (latin, slavon…) ou encore des langues étrangères aux cultures locales (l’arabe dans les pays d’Afrique noire). Le système d’écriture peut enfin être particulièrement difficile à apprendre.

Les littératies ouvertes quant à elles supposent idéalement une diffusion généralisée et modique de l’éducation et des supports de l’écrit ; ainsi qu’un système d’écriture d’apprentissage aisé véhiculant une langue vernaculaire.

Religieuses ou politiques, économiques ou sociales, les restrictions de la littératie se comprennent à travers le fonctionnement des sociétés et les systèmes symboliques qu’elles produisent. On peut remarquer ici que ces restrictions sont souvent liées à des enjeux de pouvoir. La littératie y prend dès lors des formes différentes dans un contexte historique global d’évolution des techniques et d’interactions entre les sociétés.

De fait, la littératie est également liées à l’évolution de la matérialité des médiums utilisés. Pour Goody, « même si l’on ne peut raisonnablement pas réduire un message au moyen matériel de sa transmission, tout changement dans le système des communications a nécessairement d’importants effets sur les contenus transmis »4.

« Le rôle des techniques dans la construction de la pensée et du sens est déterminant ; le texte ne peut exister sans son inscription sur un support, dont les propriétés matérielles influent sur la conservation, la diffusion, la médiatisation, les parcours et les activités de lecture. »5

La littératie se présente dès lors comme une émanation des systèmes symboliques, des usages sociaux et des économies matérielles étudiées, tout en influant en retour sur ceux ci. Et au final, si l’écriture se révèle chargée de toutes sortes de potentialités en terme d’évolutions personnelles ou sociales, celles ci s’actualisent dans des formes toujours irréductiblement spécifiques6.

Conclusion

Jack Goody n’a jamais arrêté ses recherches, il est aujourd’hui professeur honoraire à l’université de Cambridge. Au fil de ses œuvres, ce sont tous les aspects de l’écriture qui sont abordés uns à uns. Qu’il s’agisse de ses effets cognitifs ou normatifs, de ses distributions et inscriptions sociales, les conséquences et les formes de l’écriture sont innombrables. Au point que le fil de sa domestication apparaît comme un facteur crucial de l’évolution des sociétés humaines.

Goody considère que les deux plus grandes révolutions de l’histoire humaine sont l’invention du langage et celle de l’écriture. Dans ce contexte très général, il s’est intéressé à l’évolution de la distribution des différents supports d’écritures dans les sociétés historiques pour voir en quoi elle avait pu influer sur leurs interactions. Il insiste ainsi très logiquement sur le rôle de l’imprimerie dans la montée en puissance des sociétés dites « modernes ».

A l’heure où internet se surajoute aux médias plus ancien, c’est un nouveau mode d’écriture et de circulation de l’écrit qui impose aujourd’hui son épaisseur logicielle hyper et méta-textuelle. Les recherches de Goody sur l’écriture paraissent assez fertiles pour éclairer quelques problématiques de ce nouveau média d’écriture. Si bien que certains auteurs distinguent l’émergence de nouvelles formes de littératies.7

L’immédiateté de l’accès aux informations qu’il permet, la mise en relation des scientifiques qu’il rend possible ; sont vecteurs d’une accélération sans précédent de la circulation de l’écrit et de la spéculation intellectuelle. Cependant, alors que l’écrit a longtemps été cher et rare, nous pouvons aujourd’hui parler de son inflation indéfinie. De nouveaux défis s’imposent dès lors. Les individus tous comme les sociétés doivent parvenir à évoluer dans un environnement marqué par l’excès, la complexification et la hiérarchisation problématique de l’information disponible. Il s’ensuit que le niveau de littératie requis pour s’adapter à un tel contexte devient de jour en jour plus élevé.

Les logiques politiques, sociales, culturelles et religieuses influent par ailleurs sur la circulation et l’accessibilité des données8. Elles placent ce que l’on a appelé « le village global » devant un défi majeur : parvenir à relier tous les humains en dépit de toutes les restrictions observables de la littératie.

NOTES

1Un terme traduit en français par « littératie » et en québecois par « littéracie ».

2Jack Goody, Pouvoirs et savoirs de l’écrit. Trad. de l’anglais par Claire Maniez ; coordination par Jean-Marie Privat, Paris, La Dispute, 2007, 269 pages . Chapitre V. Ecriture et révolte à Bahia.

3 Jean-Pierre Jaffre,  « La littéracie : histoire d’un mot, effets d’un concept « , in Christine Barré-de Miniac, Catherine Brissaud & Marielle Rispail, eds, La Littéracie. Conceptions théoriques et pratiques d’enseignement de la lecture-écriture, Paris, L’Harmattan, 2004 .

4Jack Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Éditions de Minuit, Paris, 1986. page 46. (1re éd. 1979, titre original : The domestication of the savage mind, recueil de textes partiellement

6 Élisabeth Nonnon, « Goody Jack. Pouvoirs et savoirs de l’écrit / Privat Jean-Marie, Kara Mohammed (coord.). « La littératie. Autour de Jack Goody » », Revue française de pédagogie [En ligne], 161 | octobre-décembre 2007, mis en ligne le 24 novembre 2010, consulté le 05 décembre 2010. URL : http://rfp.revues.org/768

7 Howard Rheingold. City Brights Blog [online]. May 11 2009 at 04:53 PM [consulté le 05/12/10] URL : http://www.sfgate.com/cgi-bin/blogs/rheingold/detail?entry_id=39948

8 A cet égard, la récente affaire Wikileaks est assez exemplaire des contradictions d’un système d’information généralisé qui doit s’accommoder des implications multiples de la transparence qu’il véhicule.

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts