Journée d’étude : Médiation et communication professionnalisée au musée, 8 juin 2011

Journée d’étude du 8 Juin 2011 : Médiation et communication professionnalisée au musée

Organisée par le CNE (ENS Lyon) et l’IEP Lyon
Lieu : ENS Lyon, C2S0, Centre Norbert Elias, 15 parvis René Descartes, métro Debourg, salle INRP, 9h30-18h

La journée d’étude propose une réflexion collective sur les mutations contemporaines des musées, à partir de deux domaines particulièrement concernés par ces transformations : la médiation et la communication.

Le public est devenu un mot d’ordre dans la rénovation des musées. La médiation et les médiateurs ont été à la fois agents et témoins de ces changements dans les cultures professionnelles muséales reconfigurées autour des relations entre le public et les œuvres, de la diffusion et du partage des savoirs, de l’élaboration collective des expériences culturelles.

Simultanément, c’est aussi conception médiatique du musée qui accompagne ce projet de rapprochement du musée et de ses publics. Un rapprochement s’est opéré entre l’institution muséale et le monde médiatique professionnel (publicité, marketing), et des secteurs de communication technicisée et professionnalisée se développent au sein des musées. Médiateurs et professionnels de la communication mobilisent avec une égale intensité des conceptions des publics et des modèles théoriques de la communication, qui peuvent cependant être assez différents.

Une conception de la communication promotionnelle tend à concevoir les expositions comme des événements, et les projets de musées actuels se conçoivent eux-mêmes, à travers cette communication promotionnelle, comme des phénomènes à la fois médiatiques, culturels et urbains, inscrits dans des stratégies de requalification identitaires des territoires. On assiste à la prise en charge d’une partie de la communication des établissements culturels ou des projets par des professionnels de la communication, notamment la communication politique.

A ce titre, il paraît intéressant d’envisager des rapprochements et des confrontations entre la communication promotionnelle des événements culturels et la communication publique et territoriale.

  • Il nous paraît ainsi intéressant, d’une part, de mener une réflexion sur l’évolution des formes de la communication culturelle et de ses acteurs, sur l’avènement de nouveaux « communicateurs » et sur leurs stratégies.
  • D’autre part, de considérer les pratiques et les discours de la médiation à partir d’évolutions ressenties, réfléchies et conduites par les acteurs.

Quelle relation existe-t-il au sein des musées existants ou en phase de projet, entre la communication et la médiation ? Quel rôle jouent-elles envers les publics, sur quelles pratiques et quels discours reposent-elles ?

A travers l’échange entre chercheurs, médiateurs et professionnels de la communication au sein des musées (qu’ils soient musées d’art ou musées de sciences et société), discuterons ensemble des différentes modèles de communication et des différentes conceptions de sa place dans le musée : communication interne au musée, communication qui s’autonomise, communication informationnelle, promotionnelle, en relation avec les médias.

Quel rapport au public est instauré à travers les pratiques de médiation et de communication ? La communication et la médiation se nourrissent-elles de leurs savoirs respectifs, et comment ?

Organisation : Maud Jarrige, ENS, CNE , Joëlle Le Marec, ENS, CNE et Isabelle Garcin Marrou, IEP Lyon

__________

Accueil à partir de 9 heures

9h30 – 12h : Évolutions conjointes de la médiation et de la communication professionnalisée , Modération : Maud Jarrige

  • - Isabelle Garcin-Marrou (ELICO, Lyon 2) : la place de la communication dans les formations à l’IEP, et Joëlle Le Marec (Centre Norbert Elias, C2So, ENS-Lyon)
  • - Sophie Deshayes (Centre Norbert Elias, C2So, ENS-Lyon) : la médiation muséale et la confrontation des modèles médiation/marketing/management
  • - Michèle Gellereau (GERIICO, Lille 3) : la médiation, la communication territoriale, la professionnalisation de ce secteur et de ses discours
  • - Dominique Bessières (Université de Reims Champagne-Ardenne, AEP) : le métier des communicateurs publics

13h30 – 15h30 : Pratiques professionnelles de la communication et de la médiation, Modération : Maud Jarrige

  • - Olivier Lossi, Musée de Bougoin-Jallieu, publics
  • - Cécilia de Varine, Musée des Beaux-arts de Lyon, médiation
  • - Juliette Giraud, Musée des Beaux-arts de Lyon, communication
  • - Anne Mozzo-Lemarchands, Musée des Confluences, médiation culturelle
  • - Nathalie Montoya (Université Paris-Diderot, Laboratoire du Changement social) : le métier de médiateur

16h – 17h30 : Pratiques et dispositifs de la communication professionnelle et de la médiation. Le discours de la communication de projet, Modération : Joëlle Le Marec

  • - Marie-Christine Bordeaux (GRESEC, Grenoble 3) : les politiques culturelles et les projets culturels
  • - Valérie Colomb (ELICO, Lyon 2) : le Musée des Confluences
  • - Cécile Bando (CREM, Université Nancy 2) : le centre Pompidou-Metz, le Louvre-Lens

Contact : Maud Jarrige, ENS Lyon, CNE maud.jarrige@club-internet.fr

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

Conférence « La fabrique du patrimoine » : Mardi 7 juin à 16h, à l’enssib

Conférence « La fabrique du patrimoine »

Dialogue entre Nathalie Heinich et Michel Melot dans le cadre du cycle « Lire des livres »

Mardi 7 juin – 16h00 – amphithéâtre de l’enssib

Nathalie Heinich, sociologue, a mené de nombreuses enquêtes de terrain sur les procédures mises en œuvre par les chercheurs de l’inventaire et l’administration des monuments historiques pour décider de la valeur patrimoniale de tel édifice ou de tel objet. Ces travaux ont donné lieu à la publication de La fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009).
Elle débattra des valeurs fondamentales sur lesquelles repose la notion de patrimoine avec Michel Melot, ancien sous-directeur au service de l’Inventaire général du patrimoine culturel.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Source : http://www.enssib.fr/ecole/calendrier-scientifique-de-l-enssib/conference-la-fabrique-du-patrimoine

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

« Nouveaux horizons de la formation à l’information » (11èmes rencontres Formist) : le 16 juin 2011 à l’Enssib

« Les bouleversements induits par le numérique font émerger de nouvelles compétences informationnelles : maîtrise de l’identité numérique, de la lecture numérique, de l’informatique ou des médias. Ces nouvelles compétences font évoluer les contours de la formation à l’information et appellent un renouvellement du partenariat entre les bibliothécaires et les autres acteurs de la formation à l’information (enseignants, ingénieurs, etc.).

Les 11èmes rencontres FORMIST souhaitent éclairer comment media literacy (éducation aux médias), digital literacy (culture numérique), information literacy (culture de l’information) convergent vers une « translitéracie », à travers l’analyse et la présentation de différents dispositifs de formation. »

Entrée libre sur inscription : formulaire d’inscription en ligne

 

Programme


Matinée

Animée par Maxime Szczepanski (Université d’Angers)

  • 9h00 : Accueil
  • 9h30-10h00 : Ouverture des Rencontres, Anne-Marie Bertrand (directrice de l’enssib)
  • 10h00-11h00 : Éducation aux médias, France Renucci (CLEMI ; Université Paris-Sorbonne)
  • 11h00-12h00 : Présence numérique, Louise Merzeau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) – Carine Garcia (SKEMA Business School).
  • 12h00-13h45 : Repas libre

Après-midi

  • 14h00h-14h45 : Lecture numérique, Alexandra Saemmers (Université Paris 8)
  • 14h45-15h30 : L’intégration du SCD dans la sphère pédagogique : nouvelles compétences, nouvelles relations, Françoise Dailland (Université Paris Descartes)
  • 15h30-16h00 : Pause
  • 16h00-16h45 : Quand la bibliothèque s’invite dans la controverse scientifique, Clothilde Zur Nedden, Doriane Ibarra (MINES ParisTech)
  • 16h45-17h30 : Translitéracie, Fabrizio Tinti (Université catholique de Louvain)

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

Conférence « Du goût de l’archive au monde moderne » : le 31 mai 2011 à l’ENSSIB

Conférence d’Arlette Farge dans le cadre du cycle « Lire des livres » de l’ENSSIB.

Mardi 31 mai, à partir de 16h30, amphithéâtre de l’enssib

« Historienne, spécialiste des modes de vie au XVIIIe siècle (Le goût de l’archive, Seuil, 1989 ; Dire et mal dire : l’opinion publique au XVIIIe siècle, Seuil, 1992…), Arlette Farge a le goût, sinon la passion, de la transmission.
Travailler sur le XVIIIe siècle n’est pas s’intéresser à un corpus figé, clos, mais c’est surtout s’intéresser aux mutations de notre monde, et replacer nos conditions actuelles de vie et de pensée dans une perspective historique et critique. »

Entrée libre

Source : http://www.enssib.fr/ecole/calendrier-scientifique-de-l-enssib/conference-du-gout-de-l-archive-au-monde-moderne

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

Conférence « Culture : réinventons l’en commun de nos vies » le 19 mai 2011 à 19h au théâtre des Célestins

En écho aux créations, la conférence-débat est organisée par le Théâtre des Célestins pour approfondir les thèmes abordés au cours des spectacles.

Ce deuxième pourparler élargira la réflexion à une dimension plus politique sur les liens entre culture, société et utopies. Comment faire du consommateur un contributeur ? Quel peut être le rôle de la culture aujourd’hui dans notre société ? Comment participe t-elle à la fabrication d’une pensée collective ?

Avec la participation de :

  • Dominique Boivin, Chorégraphe – Cie Beau Geste.
  • Daniel Conrod, auteur et journaliste culturel (Télérama).
  • Denis Cerclet, anthropologue.
  • Mathurin Bolze, artiste de cirque – Cie MPTA.

Modérateur : Aude Spilmont.

> Entrée libre

En savoir plus : http://www.celestins-lyon.org

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

La bande dessinée numérique en perspective. Production, diffusion et conservation. A l’ENSSIB le 12 mai 2011 à 14h.

Table-ronde organisée par des élèves conservateurs DCB 20 de l’ENSSIB
Jeudi 12 mai 2011
de 14h à 17h, à l’enssib, salle N.1.13-N.1.14

Alors que la lecture numérique envahit peu à peu l’espace médiatique, que la notion de « livre numérique » est encore à construire, celle de « bande dessinée numérique » émerge doucement comme un nouveau média. En développement depuis le début des années 2000, elle est diffusée pour partie par le biais d’Internet et englobe à la fois la production d’œuvres originales et la numérisation d’œuvres publiées sur papier.

La bande dessinée numérique, ce sont bien sûr de nouveaux supports, de nouvelles pratiques de lecture et de nouveaux modèles économiques. Mais surtout, ce sont pour les professionnels des bibliothèques, de nouvelles œuvres à diffuser auprès du public.

La table ronde « La bande dessinée numérique en perspective » entend présenter la nature de ces œuvres nouvelles, et interroger leurs modes de production, de diffusion, et de conservation.

Intervenants :
– Arnaud Bauer, Manolosanctis
– Julien Falgas, Webcomics.fr
– Catherine Ferreyrolle, Bibliothèque de la Cité de la BD, Angoulême

Entrée libre dans la limite des places disponibles
Plus d’informations : http://www.enssib.fr/table-ronde-bande-dessinee-numerique

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

Journée d’étude « Identités numériques » le 13 mai 2011 à Montbéliard

Le séminaire Identités numériques propose d’animer un réseau interdisciplinaire de chercheurs et spécialistes des nouvelles technologies de l’information et de la communication et de mettre en place une cellule de veille sur l’identité numérique s’intéressant aux démarches des acteurs des TIC, aux projets nationaux et internationaux sur le sujet, aux personnalités du domaine, etc.

La journée d’étude sera consacrée à l’analyse du design des identités numériques et de la confiance/reconnaissance qu’elles se voient accorder. La multiplication de nos formes de vie en ligne passe effectivement par de nombreux formats de mise en visibilité qui se voient eux-mêmes attribuer des niveaux de confiance et de reconnaissance hétéroclites. Ces deux ateliers proposent d’illustrer cette diversité et de réunir des points de vue interdisciplinaires permettant de faire varier échelles et contextes d’analyse.

Contacts Alexandre Coutant et Thomas Stenger
Tél. : 03 81 99 46 30

________________________________________________________

Programme

9h – Accueil des participants et ouverture de la journée

9h30 – Conférence d’ouverture

  • Anne-Marie Laulan, philosophe, professeure émérite de sociologie à l’Université Michel-de-Montaigne Bordeaux 3, conseillère à l’ISCC, « Limite de confiance »

10h15/12h15 – Design des identités numériques

  • Fanny Georges, Telecom Paris-Tech, « La construction de soi médiée par ordinateur : modèle de la métaphore du profil utilisateur »
  • Ioan Roxin, OUN LASELDI, Université de Franche-Comté, « Outils sémantiques pour diminuer l’entropie dans les réseaux socionumériques »
  • Gwenaëlle Thouseau, I3M, Université de Nice Sophia Antipolis,« Twitter ou l’art de construire son identité numérique dans un espace-temps 2.0 »
    Nicole Pignier, CERES, Université de Limoges, « Des supports numériques aux identités de marque »

12h15/14h30 – Repas libre ou au restaurant du musée de l’Aventure Peugeot (participation demandée de 20€, merci de vous inscrire avant le 5 mai)

14h30/16h – Reconnaissance/crédibilité des identités numériques

  • Federico Tajariol, OUN LASELDI, Université de Franche-Comté, « Je voudrais le croire mais… : l’évaluation de la crédibilité des agents sociaux incarnés »
  • Pélissier Nicolas, I3M, Université de Nice Sophia Antipolis, « Entre normes techniques et régulation déontologique : les critères de distinction entre amateurisme et professionnalisme journalistique sur le Web »
  • Jean-Paul Lafrance, Département des communications, Université du Québec à Montréal, co-titulaire de la chaire UNESCO-BELL en communication et développement international, « Crédibilité et reconnaissance dans Twitter »

16h/17h – Clôture de la journée / discussion

  • Discussion générale et mot de clôture de Dominique Wolton, directeur de l’ISCC

Des manifestations auront lieu dès le jeudi 12 mai après-midi en prévision de la journée :

  • 16h – Visite de Numerica, le pôle numérique régional de Franche-Comté situé sur le campus.
  • 17h – Table-ronde sur les réseaux socionumériques dans le cadre de la sortie du numéro 59 de la revue Hermès Ces réseaux numériques dits sociaux. Intervenants : Geneviève Jacquinot-Delaunay, CEMTI, Paris VIII, Laboratoire Communication et Politique (ISCC), Anne-Marie Laulan, Université Michel-de-Montaigne Bordeaux 3, ISCC, Olivier Rampnoux, CEREGE, Université de Poitiers, Alexandre Coutant, OUN LASELDI, Université de Franche-Comté.
  • 19h – Sortie de chantier de la Compagnie Hana San Studio « Les démangeaisons de l’oracle » en résidence sur la scène numérique d’Ars Numerica depuis le 28 avril.
  • Un repas de gala aura ensuite lieu sur le campus (contribution demandée de 20€, merci de vous inscrire avant le 5 mai), où les travaux des étudiants du master Produits et Services Multimédia seront exposés (films d’animation, réalité augmentée, 3D).

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

Les enjeux de l’inscription : tensions et négociations dans la rédaction d’un rapport

Par Clémence Emprin, doctorante en SIC au sein du laboratoire C2SO, pour son intervention dans le cadre du séminaire ALECSIC sur l’écriture (18.03.2011).

Mon travail de thèse sur le fonctionnement médiatique des projets de recherche m’a amené à participer à l’animation d’un programme de recherche. Le programme DIVA « Agriculture, biodiversité et action publique » regroupe 10 projets dont les chercheurs partagent une préoccupation : renforcer leurs liens à l’action publique. Une ancienne représentante des services de la Direction de la Nature et des Paysages du Ministère en charge de l’environnement et moi-même avons procédé à une série d’entretiens qui a donné lieu à une mise en discussion collective puis à un rapport écrit. Devenant moi-même actrice d’un processus communicationnel propre au programme, je souhaite revenir sur un moment particulier de cette expérience, l’écriture du rapport.

Ce moment d’écriture, les interactions entre moi et ma collègue professionnelle de l’action publique, éclaire certaines tensions de notre propre sujet de recherche commun. J’aborderai dans mon intervention trois « problèmes » auxquels cette écriture à deux mains m’a confronté.

  • La première tension porte sur le regard normatif de ma collègue, approche que j’ai essayé de mettre à distance sans être toujours consciente de la nature de mon enrôlement. Le fonctionnement et les difficultés de passage à une action collective DIVA trouve ici une résonance particulière.
  • La deuxième tension porte sur le statut donné à nos différentes productions, s’agit-il de
    résultat ? Comment expliquer les divergences de points de vue et quel sens donner à nos
    négociations ?
  • Enfin, c’est le rôle de l’apport conceptuel et de l’attraction de la notion de
    frontière, boundary object (Star&Griesemer, 1989) ou boundary organization (Guston, 2001), qu’il s’agira de comprendre.

Problématiser les modalités d’engagement du chercheur dans des situations de
communication, ici la co-écriture d’un rapport, semble particulièrement riche (Le Marec, 2002). L’exercice donne en effet à voir des rapports au collectif, à l’écriture et aux sciences qui peuvent guider le chercheur dans son travail d’analyse.

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

Jack Goody : Entre oralité et écriture

Par Christophe Honet, décembre 2010.

Christophe Honet a ouvert les séminaires sur l’écriture le 3 décembre 2011, par une intervention sur Jack Goody, dont voici le texte.

Christophe Honet est étudiant en Master 2 HPDS (histoire, philosophie et didactique des sciences) à l’ENS Lyon (laboratoire C2SO, Centre Norbert Elias). Diplômé de l’IEP (Institut d’Etudes Politiques) de Strasbourg, il a obtenu un premier DEA (ex master 2) de Science Politique à Lyon 2 et travaille actuellement sur l’impact de la crise de la vache folle sur les pratiques et les représentations des professionnels de la filière bovine.

Introduction

Jack Goody est né en Grande Bretagne en 1919. A la fin des années 30, il entame des études de littérature à Cambridge mais s’interrompt pour s’enrôler dans l’armée britannique au commencement de la seconde guerre mondiale. Il sera fait prisonnier par les italiens à Tobrouk et passera une année entière sans lire ni écrire. Deux fois évadé et à chaque fois repris, il passera également plusieurs mois dans les Abbruzzes avec des paysans italiens qui n’avaient aucun usage de l’écriture.

Les questionnements nés de la confrontation de ce jeune intellectuel avec le monde de l’oralité prendront par la suite un caractère fondateur. Elles l’inclineront à commencer dans l’après guerre des études d’anthropologie à Oxford et à partir étudier certaines ethnies du Ghana, en particulier les Lo Daaga.

Au début des années 1950, cette ethnie participait d’une culture orale menacée par l’intrusion de l’écriture ; qu’il s’agisse de celle de l’Etat colonial ou de celle du futur Etat ghanéen en cours de gestation, des missionnaires chrétiens ou des tenants de la propagation de l’islam. Jack Goody y trouvera un lieu propice pour essayer de comprendre les différences entre les cultures de l’oralité et celles de l’écrit. Cette réflexion le mènera à une première formalisation en 1963, lorsqu’il rédige avec Ian Watts un article sur les «Conséquences de la littératie». Les thématiques de l’oralité et de l’écriture deviennent alors centrales dans son œuvre.

C’est un lieu commun : l’oralité qui est première pour la plupart des êtres humains n’obéit pas aux mêmes règles que l’écriture. Cependant, l’effet de naturalité que peut prendre l’utilisation de l’écrit pour les lettrés a longtemps occulté la prise en compte de ses incidences. C’est à partir de l’analyse de la société orale des Lo Daaga que Goody envisagera les effets transformateurs de l’écriture sur les sociétés et les individus.

Dans le corps de cet exposé qui a été largement réécrit pour donner la forme définitive que vous avez à présent sous les yeux, je m’attacherai à relever l’incidence cognitive de l’usage de l’écriture en explicitant le concept goodien de technologie intellectuelle. J’analyserai ensuite les incidences transformatrices de cet usage sur le fonctionnement des sociétés et j’exposerai quelques déclinaisons de ce que Jack Goody nomme la litteracy1.

I – L’écriture comme technologie intellectuelle

Avant de vous présenter cet exposé oralement, j’ai dû utiliser l’écriture de multiple manières. Je suis allé à la bibliothèque, j’ai lu des ouvrages, des articles, pris des notes, et organisé mon travail par écrit. Or la compréhension de ce caractère central, transversal, de l’écriture dans le travail intellectuel, est justement l’un des points d’entrée de la pensée de Jack Goody, au point qu’il a inventé un concept à ce propos : pour cet auteur, l’écriture est une « technologie intellectuelle ».

Il convient néanmoins, avant d’aborder les potentialités des développements cognitifs humains au commerce de l’écriture, de rappeler que pour Goody, les interactions entre oralité et écriture prennent des formes nombreuses et complexes, au point que l’oralité et l’écriture s’influencent constamment. Par ailleurs, il existe tout un continuum entre les rares humains qui vivent encore dans un contexte purement oral et ceux qui manipulent massivement de l’écrit dans leur vie quotidienne. La maîtrise de l’écrit est donc inégalement partagée alors même que l’oralité apparait toujours massivement prégnante dans les sociétés humaines.

A rebours des préjugés ethnocentriques des premiers anthropologues et ethnographes qui faisaient le grand partage entre les « civilisés » et les « primitifs » au prétexte d’une prétendue différence de nature, Goody insiste sur la capacité de l’écriture à potentialiser certaines aptitudes humaines. C’est en ce sens qu’il faut comprendre l’usage de l’écriture comme technologie intellectuelle. La distribution visuelle et spatiale de l’écriture, la possibilité de l’inscrire ou de la consulter, de la stocker ou de la faire circuler contribuent à toutes sortes d’évolutions cognitives.

Si l’abstraction, la rationalité et la réflexivité sont observables dans les sociétés orales, leurs développements dans les sociétés écrites sont bien plus féconds par l’effet de potentialisation de l’écrit sur la cognition humaine.

a)L’abstraction

Cette idée d’abstraction mérite que l’on s’y intéresse quelques instants. Pour le Robert : « L’abstraction (est la): faculté de l’intelligence, (l’)opération de l’esprit qui sépare, isole, pour (…) considérer indépendamment, un élément (une qualité, une relation), de l’objet auquel il est uni, et qui ne se présente pas séparément dans la réalité. » Le mot « abstraction » correspond donc à l’idée de séparation et d’isolement ainsi qu’à celle de montée en généralité. Il est notable que ces deux aspects caractérisent l’écriture. En effet, l’écriture sépare et isole des informations de leur contexte de production, ce qui autorise leur transport à travers les espaces et à travers le temps. Tandis que par ailleurs elle permet la dé-contextualisation des mots sous forme de concepts et par voie de conséquence la formalisation de pensées plus générales et donc plus abstraites.

b)La rationalité

Par un double mouvement d’écriture et de lecture, l’expression de la pensée trouve un moyen de se fixer pour devenir un objet d’analyse, de synthèse et de critique, ce qui contribue au développement de différents types de rationalités.

Au niveau formel, l’écriture permet une construction plus rationnelle de l’expression de la pensée. Elle rend possible le développement des mathématiques et de la logique ainsi que la structuration de la langue par la formalisation de la grammaire, de la syntaxe ou de la rhétorique.

Elle autorise aussi la mise au point de catégories, et de normes de différents types, en particulier par l’utilisation de la liste ou du tableau qui utilisent les dimensions visuelles et spatiales de la surface écrite.

Entre autres normes, on peut rappeler les normes de classement qui rendent possible l’ordonnancement des objets et la régulation de leurs mouvements, quand il s’agit par exemple de livres dans une bibliothèque. Dans les bibliothèques justement, comme dans les archives ou sur les disques informatiques des banques de données, l’écriture favorise l’accumulation du savoir mais aussi sa cumulation. Car l’exégèse des auteurs du passé se cumule au fil du temps et enrichit notre compréhension des textes anciens.

Ordonnancement, accumulation et cumulation de l’écriture ont contribué au développement continuel de la rationalité scientifique et de fait à une compréhension toujours plus accrue du réel, par la lente maturation des sciences exactes et sociales.

c)La réflexivité

Au niveau individuel, tout comme au niveau social, l’écriture comme technologie intellectuelle présente un effet réflexif. Elle permet aux individus de mettre leurs pensées en perspective et de réfléchir au sens qu’ils donnent à leurs actions, entre autres par le biais des journaux intimes ou de la philosophie ; tout comme elle rend possible la réflexivité sociale par le biais des religions, des théories politiques, des systèmes juridiques, des sciences sociales ou des statistiques.

L’écriture rend aussi possible l’émergence de la poésie dont le caractère versifié est indissociable de l’écrit, tout comme celle du théâtre ou de la littérature. Lesquels sont chacun à leur manière des vecteurs de réflexivité individuelle et sociale.

II – L’inscription sociale de cette technologie intellectuelle.

a)La société comme produit de l’écriture

La transformation de la cognition et le développement de la réflexivité et des connaissances ne sont pas les seules manifestations liées à l’écriture. Son usage a fortement influé sur l’évolution des sociétés même si ce fut à chaque fois selon des modalités particulières. L’érudition de Jack Goody s’ouvre continuellement sur des perspectives mondiales et trans-historiques pour le prouver.

En particulier, il analyse le lien consubstantiel entre la naissance de l’écriture et l’émergence de l’économie à Sumer. La gestion des palais des premiers souverains, tout comme les temples, y requéraient en effet la mise au point de systèmes complexes de gestions des ressources, que l’écriture a permise. Ce ne sont pas moins de 70% des premières traces de l’écrit sumérien qui ont trait à l’économie.

En ces temps anciens dans cette région du monde, comme aujourd’hui sur la quasi totalité du globe, la gestion immatérielle de l’économie matérielle, au moyen de la comptabilité et des circulations contractuelles, s’avère cruciale dans la formalisation des échanges de ressources. L’écriture a rendu possible les contrats de vente, d’assurance ou de mariage, ainsi que les testaments, dont la matérialité revêt toujours un effet de preuve. Elle irrigue aujourd’hui le système financier global.

Au niveau politique, elle a permis l’édiction de lois et par extension elle a rendu possible la mise en place de systèmes politiques, administratifs et juridiques complexes, cumulant et accumulant des jurisprudences, des textes administratifs et des textes de lois.

Elle a aussi permis la mise en place des religions du livre et le contrôle des mœurs au prétexte de normes religieuses et morales plus ou moins flexibles. Dans ce cadre, elle a rendu possible la formalisation de prières toujours identiquement répétées et la mise en scène de rituels religieux stables (au contraire de la variabilité des rituels Lo Daaga du fait du caractère homéostatique de la mémoire).

L’abstraction de l’écriture a par ailleurs permis sa diffusion par delà les barrières ethniques et a contribué à la construction des empires, à la rédaction de pactes diplomatiques, à la mise en place de routes commerciales ou à l’expansion des religions à vocation universelle.

Ces circulations ont favorisé à leur tour la diffusion des savoirs et des techniques, et permis la cartographie du monde. A tous les niveaux, la puissance de l’écrit s’est insinuée dans les activités humaines et a contribué à les modeler, à les normer.

Souvent garante de la pérennité des rapports de domination sociaux, elle a aussi rendu possible à l’inverse, l’organisation de la contestation, voire de la révolte. Goody montre ainsi que la planification rigoureuse de la révolte des esclaves de Bahia en 18352 est intimement liée à la maîtrise de l’écriture arabe par des esclaves ou des affranchis musulmans.

b) La littératie comme produit de la société

Si l’usage de l’écriture a très largement contribué à transformer les sociétés selon des modalités toujours variables dans le temps et dans l’espace, l’usage et la maîtrise de l’écriture dans les sociétés sont eux aussi fortement contingents. Un autre concept goodien mérite d’être exposé ici : « la littératie ». Personnellement, j’aurai tendance à résumer ce concept comme « la culture de l’écrit. »

Pour Jean-Pierre Jaffre la littératie « désigne l’ensemble des activités humaines qui impliquent l’usage de l’écriture, en réception et en production. Elle met un ensemble de compétences de base, linguistiques et graphiques, au service de pratiques, qu’elles soient techniques, cognitives, sociales ou culturelles. Son contexte fonctionnel peut varier d’un pays à l’autre, d’une culture à l’autre, et aussi dans le temps »3

Cette littératie peut donc prendre de multiples formes. Goody distingue de fait les littératies restreintes, des littératies ouvertes.

Les littératies restreintes sont celles où l’accès à l’écriture et à la lecture est limité. Ce peut être lié à la cherté, au manque de maniabilité ou à la rareté des outils et/ou des supports nécessaires à l’écriture. L’écriture peut aussi être réservée à des castes (scribes, prêtres…), ou retranscrire des langues mortes (latin, slavon…) ou encore des langues étrangères aux cultures locales (l’arabe dans les pays d’Afrique noire). Le système d’écriture peut enfin être particulièrement difficile à apprendre.

Les littératies ouvertes quant à elles supposent idéalement une diffusion généralisée et modique de l’éducation et des supports de l’écrit ; ainsi qu’un système d’écriture d’apprentissage aisé véhiculant une langue vernaculaire.

Religieuses ou politiques, économiques ou sociales, les restrictions de la littératie se comprennent à travers le fonctionnement des sociétés et les systèmes symboliques qu’elles produisent. On peut remarquer ici que ces restrictions sont souvent liées à des enjeux de pouvoir. La littératie y prend dès lors des formes différentes dans un contexte historique global d’évolution des techniques et d’interactions entre les sociétés.

De fait, la littératie est également liées à l’évolution de la matérialité des médiums utilisés. Pour Goody, « même si l’on ne peut raisonnablement pas réduire un message au moyen matériel de sa transmission, tout changement dans le système des communications a nécessairement d’importants effets sur les contenus transmis »4.

« Le rôle des techniques dans la construction de la pensée et du sens est déterminant ; le texte ne peut exister sans son inscription sur un support, dont les propriétés matérielles influent sur la conservation, la diffusion, la médiatisation, les parcours et les activités de lecture. »5

La littératie se présente dès lors comme une émanation des systèmes symboliques, des usages sociaux et des économies matérielles étudiées, tout en influant en retour sur ceux ci. Et au final, si l’écriture se révèle chargée de toutes sortes de potentialités en terme d’évolutions personnelles ou sociales, celles ci s’actualisent dans des formes toujours irréductiblement spécifiques6.

Conclusion

Jack Goody n’a jamais arrêté ses recherches, il est aujourd’hui professeur honoraire à l’université de Cambridge. Au fil de ses œuvres, ce sont tous les aspects de l’écriture qui sont abordés uns à uns. Qu’il s’agisse de ses effets cognitifs ou normatifs, de ses distributions et inscriptions sociales, les conséquences et les formes de l’écriture sont innombrables. Au point que le fil de sa domestication apparaît comme un facteur crucial de l’évolution des sociétés humaines.

Goody considère que les deux plus grandes révolutions de l’histoire humaine sont l’invention du langage et celle de l’écriture. Dans ce contexte très général, il s’est intéressé à l’évolution de la distribution des différents supports d’écritures dans les sociétés historiques pour voir en quoi elle avait pu influer sur leurs interactions. Il insiste ainsi très logiquement sur le rôle de l’imprimerie dans la montée en puissance des sociétés dites « modernes ».

A l’heure où internet se surajoute aux médias plus ancien, c’est un nouveau mode d’écriture et de circulation de l’écrit qui impose aujourd’hui son épaisseur logicielle hyper et méta-textuelle. Les recherches de Goody sur l’écriture paraissent assez fertiles pour éclairer quelques problématiques de ce nouveau média d’écriture. Si bien que certains auteurs distinguent l’émergence de nouvelles formes de littératies.7

L’immédiateté de l’accès aux informations qu’il permet, la mise en relation des scientifiques qu’il rend possible ; sont vecteurs d’une accélération sans précédent de la circulation de l’écrit et de la spéculation intellectuelle. Cependant, alors que l’écrit a longtemps été cher et rare, nous pouvons aujourd’hui parler de son inflation indéfinie. De nouveaux défis s’imposent dès lors. Les individus tous comme les sociétés doivent parvenir à évoluer dans un environnement marqué par l’excès, la complexification et la hiérarchisation problématique de l’information disponible. Il s’ensuit que le niveau de littératie requis pour s’adapter à un tel contexte devient de jour en jour plus élevé.

Les logiques politiques, sociales, culturelles et religieuses influent par ailleurs sur la circulation et l’accessibilité des données8. Elles placent ce que l’on a appelé « le village global » devant un défi majeur : parvenir à relier tous les humains en dépit de toutes les restrictions observables de la littératie.

NOTES

1Un terme traduit en français par « littératie » et en québecois par « littéracie ».

2Jack Goody, Pouvoirs et savoirs de l’écrit. Trad. de l’anglais par Claire Maniez ; coordination par Jean-Marie Privat, Paris, La Dispute, 2007, 269 pages . Chapitre V. Ecriture et révolte à Bahia.

3 Jean-Pierre Jaffre,  « La littéracie : histoire d’un mot, effets d’un concept « , in Christine Barré-de Miniac, Catherine Brissaud & Marielle Rispail, eds, La Littéracie. Conceptions théoriques et pratiques d’enseignement de la lecture-écriture, Paris, L’Harmattan, 2004 .

4Jack Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Éditions de Minuit, Paris, 1986. page 46. (1re éd. 1979, titre original : The domestication of the savage mind, recueil de textes partiellement

6 Élisabeth Nonnon, « Goody Jack. Pouvoirs et savoirs de l’écrit / Privat Jean-Marie, Kara Mohammed (coord.). « La littératie. Autour de Jack Goody » », Revue française de pédagogie [En ligne], 161 | octobre-décembre 2007, mis en ligne le 24 novembre 2010, consulté le 05 décembre 2010. URL : http://rfp.revues.org/768

7 Howard Rheingold. City Brights Blog [online]. May 11 2009 at 04:53 PM [consulté le 05/12/10] URL : http://www.sfgate.com/cgi-bin/blogs/rheingold/detail?entry_id=39948

8 A cet égard, la récente affaire Wikileaks est assez exemplaire des contradictions d’un système d’information généralisé qui doit s’accommoder des implications multiples de la transparence qu’il véhicule.

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

Edito du Point Com de mars-avril 2011

Par la rédactrice en chef du Point Com, Iryna Tuz.

Le printemps fleurit derrière nos fênetres nous appelant à laisser de côté nos écrans, mémoires, thèses et corpus pour sortir de nos quatre murs. L’équipe du Point.com va donc essayer de vous retenir près de vos ordinateurs en vous proposant les dernières nouveautés en Information-Communication. Alors, la nature vs infocom ?

Dépêchez-vous pour les dates limites des activités scientifiques! L’éducation aux médias, l’information locale, l’intercompréhension, le lexique de l’environnement, l’interculturalité ou encore l’émotion – voici quelques thématiques pour participer à un colloque ou écrire un article.

Dans l’interview, la chercheuse et enseignante Fidélia Ibekwe-Sanjuan explique qu’il manque un tronc commun entre les sciences de l’information et les sciences de la communication dans les formations en infocom. Quels sont ses arguments? Qu’est-ce que c’est une bibliothèque participative? – vous trouverez toutes les réponses dans la rubrique « Interview » !

Un journaliste peut-il être neutre ? Est-il est nécessairement engagé ? Des pistes de réflexions vous sont proposées dans l’ouvrage « Journalistes engagés ». Et pourquoi ne pas réunir la nature et l’infocom en lisant les ouvrages présentés dans la rubrique « Parutions » dans un parc sous le soleil ?

Bonne lecture et bon printemps à vous tous!

Appels à communication parus dans le Point Com de mars-avril 2011

Sélection d’appels à communication, par Lise Jacquez.

________________________________________________________

Colloque international : Interculturalité dans les constructions et déconstructions sur la couleur noire

Date et lieu : Université de Sousse (Tunisie) du 21 au 24 février 2012.
Propositions de 3000 signes à envoyer avant le 15 mai 2011 à eric.agbessi@univ-bpclermont.fr, khaled.zouari@univ-bpclermont.fr, abdellatif.mrabet@gmail.com
Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19262.html

C’est la société qui « fait » la couleur, qui lui donne sa définition et son sens, qui construit ses codes et ses valeurs, qui organise ses pratiques et détermine ses enjeux. En montrant l’ambivalence symbolique de cette couleur, les contributions devront être en mesure de mieux cerner la façon dont le noir conditionne nos comportements et notre manière de penser. De ces approches comparées, nous verrons si l’universalité annoncée par l’hyper développement des technologies de l’information et de la communication impose un diktat dans la manière dont est appréciée la couleur noire.  Ou si, a contrario, nous assistons  à une révolte contre la standardisation culturelle.

________________________________________________________

Colloque international : « L’émotion de l’espace privé à l’espace public, 19ème-21ème siècle »

Date et lieu : du 11 au 13 avril 2012 à Paris
Propositions de à envoyer avant le
1er juin 2011 à acambre@orange.fr; demartini@univ-paris-diderot.fr; nicole.edelman@wanadoo.fr
Pour plus d’informations :
http://www2.univ-paris8.fr/RING/spip.php?article1308

Ce colloque s’inscrit dans le projet d’une histoire des sensibilités, ce vaste continent encore peu exploré par les historiens malgré les appels déjà anciens de Lucien Febvre et l’œuvre d’Alain Corbin. Il prend pour objet les émotions comme des constructions sociales et culturelles. Dans cette perspective, la question est de savoir si l’on peut dégager un régime contemporain des émotions en relation notamment avec l’essor des médias ? Peut-on plus précisément, repérer des variations chronologiques dans l’appréciation des différentes émotions ? Comment les différents discours normatifs rendent-ils compte, suscitent, mettent en forme, encadrent et utilisent les émotions ? Les communications proposées porteront sur tous les types d’émotions à l’exception des émotions politiques collectives.

________________________________________________________

Colloque : « Photographier la ville contemporaine, XIXe-XXIe siècle »

Date et lieu : Nanterre, octobre 2011
Propositions de 2500 signes (+ corpus de photos) à envoyer avant le 31 mai 2011 à cecile.cuny@unistra.fr et heloise.nez@gmail.com
Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19324.html

Ce colloque a pour problématique générale : qu’apporte la photographie, considérée comme une source, une méthode d’enquête ou un mode de restitution de la recherche, à l’analyse des transformations urbaines aux XIXe, XXe et XXIe siècles ? Quatre axes de réflexion : l’histoire des études urbaines par la photographie, les modes de construction d’un corpus d’images, les types de lecture de la photographie et la photographie comme mode de restitution de l’enquête.

________________________________________________________

Colloque « Communication et journalisme : nouvelles frontières, nouvelles interdépendances ? »

Date et lieu : Université de Versailles, Saint-Quentin, 19 et 20 janvier 2012.
Propositions de 3000 signes à envoyer avant le 15 mai 2011 à kaciaf@yahoo.fr et jeremienollet@yahoo.fr
Pour plus d’informations: http://calenda.revues.org/nouvelle19368.html

Peu d’études existent sur les professionnels de la communication dans les organisations, appréhendés souvent uniquement comme des « sources » des journalistes. Pour contribuer à la connaissance de ces « communicants » et de ce qu’ils font à la production de l’information, l’objectif de ce colloque est de questionner ce qui joue aujourd’hui, en France comme dans d’autres configurations nationales, entre « communication » et « journalisme » ou, plus exactement, entre « communicants » et « journalistes ». Quatre axes problématiques sont proposés : 1) Construction et déconstruction des frontières, 2) Différenciation et indifférenciation des rôles, 3) Interactions et interdépendances au quotidien, 4) Normes et savoir-faire en partage ?

________________________________________________________

Congrès « Intercompréhension, de l’Interspécifique à l’Intraspécifique », Université européenne de Bretagne

Date et lieu : Bretagne, 25 et 26 novembre 2011.
Les propositions de 400 mots sont à envoyer avant le 26 avril 2011 à contact-iii2011@listes.univ-ubs.fr
Pour plus d’informations : http://www-valoria.univ-ubs.fr/congres/iii2011/index.shtml.fr

L’objectif de ce congrès est de réunir une communauté pluridisciplinaire autour des dimensions qui construisent l’intercompréhension dans son sens le plus large. Il s’agit d’explorer le rôle : de la présence, du temps, du contexte, des rituels etc. à travers : les postures, les mimiques, le vocal, les émotions… et cela autour des trois entités que sont l’homme, l’animal et la machine. Le congrès est ouvert à des approches méthodologiques et disciplinaires diverses. Quatre axes de réflexion sont proposés : les interactions homme-machine, les relations homme-animal, la relation comme réalité inscrite dans un temps et un espace et les contextes de la communication et des interactions.

________________________________________________________

Journée d’étude « Le lexique de l’environnement, approches contrastives »

Date et lieu : 4 novembre 2011, Université du Sud Toulon-Var
Propositions de deux pages à envoyer avant le 17 avril 2011 à emilie.devriendt@univ-tln.fr
Pour plus d’informations : http://babel.univ-tln.fr/2011/01/aac1-2/

La sauvegarde de l’environnement est devenue un thème omniprésent, et les questionnements liés à la protection de l’environnement font désormais partie du sens commun. Cette journée d’étude sur le lexique de l’environnement vise à approfondir et à diversifier l’analyse de ce dernier, dans la continuité des travaux antérieurs consacrés aux discours écologistes. Les travaux pourront s’inscrire : 1) dans une perspective synchronique, qui rende compte de la structuration du champ lexico-sémantique de l’environnement ; 2) dans une perspective diachronique, à même de favoriser l’analyse de ses restructurations, à travers les évolutions de ce lexique en fonction des genres de discours et des situations géopolitiques et historiques.

Appels à contributions parus dans le Point Com de mars-avril 2011

Sélection d’appels à contribution, par Lise Jacquez.

________________________________________________________

Colloque international « Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux »

Date et lieu : 20 et 21 octobre 2011 à Toulouse.
Conditions : Propositions de 600 mots à envoyer sur le site http://medias-locaux.info/ avant le 13 mai 2011.
Plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle18757.html

Ce colloque international organisé par LERASS se propose d’interroger les mutations de l’information locale et régionale dans toutes ces dimensions. L’appel identifie sept axes : le rôle des médias dans la construction des territoires ; le journalisme local et la transformation des pratiques professionnelles ; les rapports avec les acteurs institutionnels; les changements des modèles d’affaires, le mouvement de concentration et l’émergence des nouveaux supports ; l’évolution du contenu des médias locaux d’un point de vue sémio-pragmatique ; les publics et les usages des médias locaux ; les médias locaux en Europe et ailleurs. Un numéro de la revue Sciences de la société sera publié à partir d’une sélection d’articles choisis par le comité scientifique.

________________________________________________________

Revue Tête-à-tête : « Témoigner »

Conditions : Rédiger une proposition d’entretien argumentée composée d’une présentation ne dépassant pas 1000 signes ; une ébauche de questionnaire donnant les principales orientations de l’entretien ; deux courtes bio-bibliographies (vous et la personne dont vous voulez faire l’entretien). Propositions à envoyer avant le 1er juin 2011 à contact@tete-a-tete.org
Plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19173.html

« Témoigner » pose la question de la médiation vers autrui de ce qui a été vu, entendu, vécu, donc nécessairement passé au crible de la parole, de l’image ou du texte. Les transformations, les écarts – même infimes – que suppose toute adaptation au médium choisi semblent faire de l’erreur et du mensonge des données consubstantielles à l’acte de témoigner.

_________________________________________________________________

Etudes de communication n° 38 : « L’éducation à l’Information, aux TIC et aux Médias : le temps de la convergence ? »

Conditions : Propositions de 6000 signes à envoyer avant le 15 avril 2011 à Eric.Delamotte@univ-rouen.fr, vincent.liquete@ims-bordeaux.fr, francoise.chapron@univ-rouen.fr
Plus d’informations : http://edc.revues.org/

L’objet d’étude de ce numéro de la revue Etudes de communication est l’éducation à l’information, à l’informatique et aux médias. Parmi les nombreuses thématiques proposées pour les contributions, on trouve notamment :

  • L’interrogation des enjeux (politiques, économiques, idéologiques,…) de la mise en œuvre de la culture informationnelle »,
  • Les bilans et les analyses historiques interrogeant et situant les politiques sur la question de l’information.
  • Les dispositifs et les démarches, les modèles et pratiques actuellement engagés.
  • Les compétences, les habilités, les connaissances, les savoirs compatibles et transférables entre l’information-documentaire, l’informatique et les médias.

________________________________________________________

Revue Reset : « Des classes sociales 2.0 ? »

Conditions : Propositions de 3000 mots à envoyer avant le 15 avril 2011 à sebastien.francois@telecom-paristech.fr et samuel.coavoux@ens-lyon.fr
Plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19207.html

Le premier numéro de la revue RESET sera consacré à la question de la stratification sociale, et notamment à l’actualité et à la pertinence du concept de classe sociale. Il se propose d’étudier la manière dont Internet continue d’éclairer les analyses en termes de stratification et de classes sociales, quand il ne permet pas de les affiner. Les auteurs sont invités à s’inspirer des pistes de réflexion suivantes : 1) Le concept de « classe sociale » à l’heure d’Internet, 2) Stratification sociale des pratiques numériques, 3) Internet et l’organisation du travail, 4) Internet comme espace de relations de classes ?

Nouvelles parutions en librairie : Sélection du 1er trimestre 2011

Voici, en guise de suggestions de lecture, quelques unes des dernières parutions en librairie, telles qu’elles ont été suggérées dans les deux derniers Point Com.

________________________________________________________

L’information scientifique et technique dans l’univers numérique : mesures et usages
BOUKACEM-ZEGHMOURI Chérifa (sous la dir.)
Paris, ADBS, 2010, 320 p., ISBN 978-2-84365-123-6.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.adbs.fr/

Rétif à toute définition, à la fois medium et media, Internet offre une panoplie infinie d’usages et de pratiques dont cet ouvrage cherche à en cerner les enjeux et logiques propres. L’approche adoptée, à la fois communicationnelle et globale, analyse les changements les plus significatifs opérés par Internet : nouvelles pratiques de lecture, accroissement du lectorat de la presse écrite, lecture zapping de l’actualité, diversification et concurrence accrue entre diffuseurs d’informations (blogs d’actualité, portails, plates-formes, sites de presse nationale, de radios locales, etc.), convergence des contenus médiatiques, gestion des commentaires par les rédactions multimédias, etc.

________________________________________________________

Communication et citoyenneté : L’équivoque du débat public : De la participation au consentement éclairé
BRESSON GILET Sylvie
Paris, L’Harmattan, 2011, 302 p., ISBN 978-2-296-13784-4.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr

En convoquant les citoyens à la controverse au sujet d’un projet sociotechnique international portant sur la recherche nucléaire, le débat public ITER en Provence fournit de façon circonstancielle un terrain propice à l’analyse et l’exploration d’un tel dispositif de médiation, intégrant opinion publique et exercice de citoyenneté scientifique. Pourtant, le débat public reste par sa nature, un dispositif de contrôle et de régulation du pouvoir politique sur la société civile.

________________________________________________________

L’usager numérique (séminaire INRIA, 27 septembre-1er octobre 2010, Anglet)
CALDERAN Lisette, HIDOINE Bernard et MILLET Jacques (coord.)
Paris, ADBS Ed., 2010, 203 p., 978-2-84365-126-7.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.adbs.fr

Qui est-il donc, l’« usager numérique » ? Comment le connaître ? Quelles représentations donne-t-il de lui-même ? Quelle est sa place dans l’e-entreprise ? Quel impact l’environnement numérique a-t-il sur ses usages ? De quels outils et méthodes dispose-t-il pour interagir avec les autres, pour analyser les masses d’informations qu’il reçoit, pour organiser sa veille ? Comment peut-il protéger sa vie privée et ses données personnelles ?
Cet ouvrage présente les contributions des intervenants de diverses disciplines réunis par l’INRIA en septembre 2010 lors du séminaire « IST et informatique » pour tenter de répondre à ces questions et de comprendre comment l’usager-internaute se situe dans le nouveau paysage de l’infosphère.

________________________________________________________

Penser la société de l’écran : Dispositifs et usages
FRAU-MEIGS Divina
Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011, 144 p., ISBN 978-2-87854-512-8. (Coll. Les fondamentaux de la Sorbonne nouvelle ; 5).
Pour plus d’informations : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100410600

Cet ouvrage enquête sur le développement de cet artefact cognitif et son insertion progressive dans la société occidentale, caractérisée par un besoin accru de médiation technique. Cette médiation a pour effet de renforcer la co-évolution homme-machine et l’hyper-visualité tout en favorisant le recyclage culturel de nos récits constitutifs, sous forme de spectacles et de services. Les étapes de ce processus socio-technique organisent la progression des chapitres : invention, domestication, médiation, médiatisation et socialisation.

________________________________________________________

L’espace public contemporain : approche info-communicationnelle
MIEGE Bernard, BAUTIER Roger (contrib.) et ROMEYER Hélène (contrib.)
Grenoble, PUG, 2010, 228 p., ISBN 978-2-7061-1617-9.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pug.fr

Cet ouvrage rediscute les fondements de la notion d’espace public ; dans ce but, l’auteur prend appui sur les propositions successives de Jürgen Habermas, il les critique et s’efforce de les prolonger. Il met en correspondance l’espace public, ou plutôt les espaces publics, avec des mutations contemporaines, en s’appuyant sur des enquêtes de terrain. Au final, il montre combien il est important, du point de vue réflexif mais aussi dans l’action, de distinguer les espaces publics partiels de l’espace public politique. Les espaces publics s’organisent toujours autour du débat public, de l’échange argumenté d’idées et de leur argumentation.

________________________________________________________

La norme numérique : savoir en ligne et Internet
PERRIAULT Jacques et VAGUER Cécile (sous la dir.)
Paris, CNRS Ed., 2010, ISBN 978-2-2710-7101-9.
En savoir plus : http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1205

Cet ouvrage invite à réfléchir sur le rôle de la normalisation ainsi que sur celui de l’éthique dans cette activité en grand développement, à partir de l’étude de dossiers : apprentissage en ligne (le e-learning), identifiants numériques des personnes, validation en ligne des compétences, recherche d’emploi, vote électronique, notamment. Pour les auteurs, la normalisation n’est pas l’apanage de l’informatique et de l’industrie, même si elles y jouent un rôle primordial. Elle concerne aussi les sciences humaines et sociales, car elle s’intéresse directement à l’utilisateur.

________________________________________________________

Otlet et la bibliologie : XXIe colloque international de l’Association internationale de bibliologie (Numéro 73 de la « Revue de bibliologie : schéma et schématisation »)
Paris,L’Harmattan, 2010, 166 p., ISBN 978-2-296-12741-8.
Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr

Ce numéro est consacré à l’histoire de l’une des sciences de l’information et de la communication, la plus ancienne de toutes, la bibliologie, qui remonte au XVIIIe siècle, devenue la science de l’écrit et de la communication écrite. Il a pour but de faire le point sur Otlet et la bibliologie, la documentologie, la médialogie, la communicologie.

________________________________________________________

Patrimoine et devoir d’oubli
Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, 150 p., ISBN 978-2-86781-699-4.
En savoir plus : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100476350

Le devoir d’oubli, une notion qui ne peut manquer de provoquer. Le risque est d’y voir un manque de respect pour le passé et ses représentations. Pourtant le devoir d’oubli reflète d’abord une réalité, celle de l’effacement dans le temps. Tout ne peut être gardé. Il est impossible de se souvenir de tout. La conservation à tout prix n’est pas souhaitable ; elle est économiquement impossible et sociologiquement absurde. Pour Nietzsche dans son livre Seconde considération inactuelle, ce devoir correspond au besoin de « fixer la limite où il devient nécessaire que le passé s’oublie pour ne pas enterrer le présent ». Perte de documents, disparition de vestiges, transformation du territoire, autant de faits pour souligner ce devoir d’oubli qui suppose de s’engager dans un choix volontaire de conservation qualitative. Mais un oubli pour combien de temps ? Des universitaires et des praticiens apportent leurs réflexions et leurs expériences.

Suggestions de lecture proposées par Céline Brun-Picard.

Interview de Fidélia Ibekwe-Sanjuan, enseignant-chercheur en SIC à l’Université Lyon 3 (mars 2011)

Propos recueillis en mars 2011 par Céline Brun-Picard, initialement publiés dans le Point Com de mars-avril 2011.


Quels sont vos domaines de spécialité en SIC ?

Fidélia Ibekwe-Sanjuan : Mes axes de recherches s’inscrivent dans les grandes orientations de recherches en science de l’information (SI) en France. Depuis la soutenance de ma thèse en 1997, j’ai développé plusieurs thématiques de recherche qui s’articulent autour de trois pôles :

  • un premier pôle sur les objets porteurs de savoir, avec un travail sur l’analyse des discours scientifiques ;
  • un deuxième pôle sur les pratiques humaines et sociales en matière d’élaboration, de partage du savoir, d’accès à l’information, ou autrement dit, sur les pratiques informationnelles (usages des TIC dans le cadre du web 2.0 et recherche interactive d’information) ;
  • un troisième pôle sur la formalisation et le calcul, concernant l’élaboration de dispositifs techniques d’accès à l’information et de veille.

De façon assez remarquable, ces 3 pôles se retrouvent dans le programme tripartite que Marcia Bates (Université de Californie) avait énoncés pour la Science de I’information anglosaxonne. Depuis trois ans, je m’intéresse aussi aux fondements théoriques et épistémologiques des SIC.

Défendez-vous une vision autonomiste, ou une vision plus communicationnelle de la SI ?

F.I.-S. : Ni l’une, ni l’autre. La SI dans le contexte français ne peut pas vivre sans la science de la communication (SC) et vice versa. Les deux branches ont fusionné dès la naissance des SIC en 1974 et il serait mal venu aujourd’hui de prôner une scission, ne serait-ce que parce que l’une ne peut survivre sans l’autre.

Il est vrai néanmoins qu’il y a toujours eu des problèmes d’incompréhension. Certains collègues de SC seraient en peine de dire ou de comprendre ce que font leurs collègues de SI et vice versa. Personnellement, je mets ce problème d’incompréhension sur le fait qu’on n’a pas eu suffisamment de tronc commun dans nos formations et que lorsque ce tronc commun existe, il commence trop tard dans nos cursus, souvent juste avant la thèse. Cela est sans doute aussi lié au fait que les SIC étant une interdiscipline, elles recueillent un flux qui vient de plusieurs autres disciplines, des sciences humaines mais aussi des sciences. Ainsi, ces personnes arrivent déjà avec un bagage en licence voire en master propre à leur discipline d’origine. Lorsqu’elles intègrent une formation en infocom, elles l’intègrent à un niveau de spécialisation (M1 ou M2, Thèse). Elles ne voient donc pas les matières de l’autre spécialité.

Je me souviens avoir eu un ou deux cours en communication durant mon DEA SIC mais c’est tout. J’en garde des souvenirs très vagues. Avant, je n’avais jamais entendu parlé de l’école de Palo Alto, de la communication de masse. J’ai suivi un premier cycle en langues et en littérature. Ma connaissance des problématiques de communication est demeurée superficielle mais je travaille à présent à étoffer ma culture générale en communication.

Sans doute les chercheurs en communication méconnaissent-ils aussi souvent la science de l’information. J’ose espérer que la nouvelle génération sera plus ouverte aux thématiques des SIC dans leur intégralité. Les SIC doivent construire un vrai tronc commun qui permette à tous ceux qui désirent faire carrière dans la discipline d’avoir une vision globale des problématiques, des paradigmes, des concepts et des théories qui fondent la discipline, et ce assez tôt dans leur cursus.

En 2007, vous avez démarré un nouveau chantier de recherche sur les bibliothèques participatives sur le web. Pouvez-vous nous en dire plus ?

F.I.-S. : Effectivement, j’ai démarré cet axe de recherche durant ma délégation à l’Université de Drexel. J’ai été interpellée par l’émergence du concept de « participatory libraries » en Amérique du Nord. L’objectif avoué est de changer radicalement le métier du bibliothécaire afin de le mettre en phase avec l’évolution d’un public qui est devenu, dans le sillage du web 2.0, un  »public 2.0 », à savoir un public qui ne veut plus être consommateur d’information mais producteur, diffuseur et échangeur. En France comme aux Etats-Unis, les initiatives se multiplient dans des bibliothèques pour aller à la rencontre des usagers 2.0, ceux qui habitent les espaces virtuels des réseaux sociaux. Certaines bibliothèques ont créé des comptes Facebook, Twitter.

Le catalogue, produit phare des bibliothèques, évoluerait vers un blog, appelé « catalogablog  ». Ces nouveaux catalogues se présentent pour l’instant comme des blogs utilisés pour annoncer des nouveautés, en permettant aux lecteurs de laisser des commentaires. Certaines plateformes ont déjà intégré cette possibilité d’annotation par le public (LibraryThing, CiteUlike). Elles permettent aux gens qui aiment les livres de tagger les livres qu’ils ont lus, de les recommander en fonction de ce l’usager saisit, etc. Cependant, ces plateformes ne sont pas des catalogues des bibliothèques au sens strict du terme, comme par exemple celui du SCD de Lyon 1. Ce qui est visé, nous dit-on, c’est de faire évoluer les catalogues des bibliothèques vers celui de la Redoute ou celui d’Amazon, en autorisant des annotations du public. On n’en est pas encore là. On est encore au début de ce mouvement de participatory libraries.

La participation du grand public soulève des questions épistémologiques, théoriques et pratiques. La question de savoir jusqu’où on peut intégrer la participation du public se pose. Si on ouvre vraiment les catalogues des bibliothèques aux tagging collaboratif, quid de la cohérence des artefacts d’organisation des connaissances produits ? Qui contrôle le contenu ? Néanmoins, soulignons qu’il y a eu des cas de tagging collaboratif réussis : la bibliothèque du Congrès américain a appelé son public à l’aide pour étiqueter une collection de photos. Des amateurs ont pu compléter les informations dans ces catalogues.

Le chantier que j’ai démarré a pour objectif d’observer les mutations au sein des organismes documentaires face au paradigme participatif du web 2.0, et d’étudier la réception de ces nouveaux services du web 2.0 mis en place par les bibliothèques. Cette étude sera menée à l’échelle internationale, notamment dans les deux aires francophone et anglosaxonne.

En savoir plus :

  • Le site de Fidélia Ibekwe-Sanjuan : http://fidelia1.free.fr/

Interview de Stéphanie Pouchot, enseignant-chercheur en SIC à l’Université Lyon 1 (février 2011)

Propos recueillis par Céline Brun-Picard le 1er février 2011, initialement parus dans le Point Com de janvier-février 2011.


L’équipe du Point Com vous a interviewée lors de votre prise de fonction en tant que maître de conférence à l’UCBL en 2004. Vous aviez abordé votre parcours universitaire (d’un DEUG de sociologie à un doctorat en SIC plutôt axé « Information-documentation ») et votre post-doctorat à l’EBSI (Montréal). Depuis cette date, vous avez aussi intégré ELICO. Sur quoi vos recherches portent-elles actuellement ?

Une partie de mon activité est consacrée à l’infométrie. En ce moment, je travaille à la rédaction d’un ouvrage avec Thierry Lafouge (Université Lyon 1), sur l’utilisation des statistiques en SHS. Je travaille également avec Camille Prime-Claverie (Université Paris X) sur les images que les bases de données bibliographiques commerciales et les archives ouvertes renvoient de la recherche (nous venons de terminer une étude sur les SIC en France et allons nous intéresser à l’informatique).

J’ai aussi la chance de participer à plusieurs projets. Le projet IPRI sur le pluralisme de l’information sur le web, tout d’abord, dans son volet quantitatif. Le projet CANU XIX destiné à mettre en ligne les collections patrimoniales de presse locale de la Bibliothèque Municipale de Lyon. Et le dernier en date, le projet ACAV dont l’objectif est de développer, en partenariat avec Dailymotion, une plateforme d’annotation collaborative de vidéos permettant de les rendre accessible aux déficients visuels et aux aveugles selon plusieurs modalités (icônes sonores, synthèse vocale et plage braille). Dans ce projet, je travaille avec les utilisateurs finaux, spectateurs ou annotateurs, afin de leur faire valider et tester ces processus novateurs (rien de tel n’existe actuellement).

Le mot clef commun à ces recherches pourrait être l’accès à l’information.

La plupart de vos recherches s’appuient sur un partenariat fort avec des acteurs de terrain (entreprises, bibliothèques publiques…). Défendriez-vous une certaine conception de la place et du rôle du chercheur dans la société ?

Je considère qu’en tant que chercheur, j’ai une mission de service public et qu’il est important que la recherche ait des retombées concrètes sur le terrain. C’est pour cette raison que ma recherche sur l’annotation des vidéos pour les aveugles me motive tant !

Un pan de votre travail porte sur la scientométrie et la bibliométrie, deux champs de recherche particulièrement critiqués aujourd’hui. Que pensez-vous des arguments de défense de la bibliométrie développés par Yves Le Coadic dans le BBF ?

Cet article mérite vraiment d’être lu, même si la fin peut paraître un peu excessive. Nombreux sont les chercheurs qui s’insurgent contre l’infométrie et la bibliométrie sans savoir ce dont il est question. Et il faut aussi saluer le courage d’Yves le Coadic, qui défend avec force une position à contre-courant !

Enfin, un petit clin d’œil à la thématique de nos séminaires mensuels, l’écriture. Vous bouclez en ce moment même l’écriture d’un ouvrage sur les statistiques en SHS, avec T. Lafouge. Vous préparez un livre collectif sur la mise en ligne de la presse patrimoniale, dans le cadre du projet CANU XIX. Et vous publiez vos propres articles scientifiques. Ces différentes pratiques d’écriture vous posent-elles des difficultés comparables ?

C’est différent, surtout du point de vue des temporalités : les appels à communication pour les revues ou les colloques ont souvent des deadlines plus proches que les ouvrages, quand ils en ont. Le volume de travail est bien sûr différent et demande de la planification ; c’est précisément là toute la difficulté… J’utilise aussi des outils différents, pour les articles et pour les textes longs. Pour les premiers, je privilégie le traitement de texte « classique ». Pour les livres, je préfère travailler sous LaTeX, un outil bien plus robuste. La gymnastique intellectuelle est différente dans les deux cas : dans le premier est favorisée une écriture linéaire, là où le deuxième propose d’organiser son document en petites briques qui s’articulent les unes aux autres pour former l’ouvrage. De plus, dans un cas il s’agit de WYSIWYG, dans l’autre on doit apprendre la syntaxe et les balises nécessaires à la mise en forme (on doit coder le texte, c’est le même principe que faire du HTML).

Enfin, s’agissant de l’ouvrage collectif, je dirais que mon rôle est moins de diriger que de coordonner. L’écriture est collective, certes, mais chacun a la responsabilité de sa propre partie. Ce n’est pas une écriture à plusieurs mains à proprement parler (même si je rédigerai un chapitre en collaboration avec une autre chercheure) !

Pour en savoir plus :