Audrey Arnoult – Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication

Attachée Temporaire à l’Enseignement et à la Recherche à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon depuis 2010 et rattachée au laboratoire Elico.

 

Question 1 : Vous avez soutenu en décembre 2011 votre thèse sur le sujet « La médiatisation des troubles liés à l’adolescence dans la presse quotidienne nationale (1995-2009) », pouvez vous nous retracer votre parcours de doctorante ?

Mon sujet de thèse s’inscrit dans la continuité de mon premier travail de recherche – mon mémoire de fin d’études réalisé à l’Institut d’Etudes Politiques sous la direction d’Isabelle Garcin-Marrou – qui portait sur le traitement médiatique de l’anorexie mentale dans la presse quotidienne d’information générale et dans la presse magazine de santé. J’avais montré que le sujet était relativement peu traité par la presse quotidienne alors que le corps médical le considère comme un problème de santé publique. J’ai souhaité poursuivre ces questionnements en élargissant mon objet de recherche aux troubles de l’adolescence (suicide, consommation d’alcool, usage de drogues, anorexie, etc.).

J’ai bénéficié d’une allocation de recherche pendant trois ans puis j’ai été recrutée comme Ater à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon ce qui m’a permis de financer ma thèse. J’ai également été monitrice – à l’Institut Universitaire de Technologie de Bron et à l’Institut de la Communication à Lyon 2 – pendant les trois premières années de ma thèse.

En parallèle, j’ai participé à trois reprises à l’organisation des Doctoriales (journée d’études de l’Ecole doctorale EPIC). Je garde de très bons souvenirs de cette expérience qui m’a permis à la fois de me familiariser avec les « rouages » de l’organisation d’un événement scientifique et de travailler avec des doctorants d’autres champs disciplinaires.

 

Question 2 : Comment votre problématique et démarche de recherche se rattache-t-elle aux SIC ?

L’enjeu de ma thèse était de comprendre quels sens les journaux donnent à des conduites qui constituent à la fois des transgressions médicales, sociales voire juridiques mais qui témoignent de la souffrance psychique des adolescents. L’intérêt résidait également dans la compréhension de la construction (ou non) de ce sujet comme un problème de santé publique. Mon analyse se voulait comparatiste et diachronique. Par conséquent, j’ai choisi de travailler sur une longue période (1995-2009) et sur plusieurs quotidiens nationaux (Le Monde, La Croix, Le Figaro, Libération et L’Humanité).

Mon travail s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire. J’ai mobilisé des références historiques pour étudier la généalogie de l’adolescence et pour comprendre l’évolution des problématisations de l’anorexie, de la consommation de drogues, de l’usage d’alcool et du suicide. Le concept de carrière, emprunté à la sociologie de la déviance, m’a permis d’envisager la performance adolescente de façon séquentielle et temporelle. Enfin, pour réfléchir aux rapports entre médias et santé, je me suis appuyée à la fois sur travaux en Sciences de l’Information et de la Communication et en Sciences politiques.

Mes analyses reposent sur une démarche à la fois quantitative et qualitative. L’analyse quantitative porte sur les 989 articles de mon corpus. J’ai eu recours à un logiciel de traitement d’enquêtes (Modalisa) pour étudier la couverture médiatique des différents troubles de l’adolescence. Je voulais voir quelle visibilité chaque journal accordait aux différentes conduites qui constituent mon objet de recherche et comment cette couverture évoluait. Les résultats m’ont permis de constituer un second corpus (en choisissant les articles les plus « représentatifs ») pour l’analyse qualitative. Celle-ci se focalise sur cinq troubles : l’anorexie, le suicide, l’usage de drogues, la consommation d’alcool et les troubles de l’adolescence en général. Pour l’analyse de ces sous-corpus, ma méthodologie se fonde sur la sémiotique narrative greimassienne, l’analyse lexicale et énonciative.

 

Question 3 : Comment a évolué ton projet de thèse initial ? Comment a-t-il été « impacté » par le travail sur ton terrain ?

J’ai défini mon projet de thèse au moment de ma candidature pour l’allocation de recherche. En première année, j’ai commencé par des lectures sur l’adolescence – un des thèmes principaux de ma thèse – mais très vite je me suis penchée sur la constitution du corpus car j’avais besoin de « concret » pour avoir le sentiment d’avancer. J’ai été amenée à définir et construire mon objet de recherche (les troubles de l’adolescence) et, devant l’ampleur du corpus, j’ai abandonné l’étude des discours télévisuels qui figurait dans mon projet d’allocation. Je suis ensuite revenue aux lectures tout en codant l’intégralité de mon corpus avec Modalisa. Cette étape a été assez longue. J’ai été confrontée aux « aléas » de l’indexation des articles sur les bases de données que j’utilisais et recommencer partiellement la constitution de mon corpus (et donc le codage de mes données)… tout en essayant de construire mon cadre théorique. Ce travail de construction de l’objet de recherche a été primordial dans ma recherche et a aussi orienté mes lectures.

Interview réalisée par Yannis Cosmas, Marie-Sophie Madiba et Elmira Prmanova

Appels à communication

Les sources dans la presse : vérités, rumeurs et mensonges

L’association PILAR (Presse, imprimés, lecture dans l’aire romane) organise une journée d’études sur le thème des sources. Les axes de réflexion s’inscrivent dans l’aire hispanique, des deux côtés de l’Atlantique :

  • Relation entre le journalisme et les sources  dans une perspective diachronique. Construction et transmission des réalités sociales. Rôle du journaliste. Relations avec le pouvoir. Sphères d’influence. Les nouvelles technologies.
  • Information et opinion publique. Les mécanismes de la rumeur. Discours de propagande. L’anonymat des sources.
  • Écritures et genres journalistiques : créer, raconter, inventer.

Date et lieu : le 20 octobre 2012 à Paris

Les propositions (résumé de 500 mots) sont à envoyer avant le 15 avril  2012 à nludec@gmail.com et aranzazu.sarriabuil@orange.fr

Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle22754.html

 

Image, image de soi, image des autres, quels enjeux possibles de recherche ?

Les Doctoriales de l’Ecole Doctorale EPIC proposent aux doctorants en Sciences de l’Education, Psychologie et Sciences de l’Information et de la Communication de s’interroger sur la notion d’image. Héritée, façonnée à partir des valeurs de la société à laquelle appartient son porteur, l’image se définit aussi en contrepoint de celle que  nous  renvoyons  à  l’autre  saisi  dans  sa distinction, ou  plus  indifféremment  aux  autres, dans  le dialogue, l’affrontement, la lutte des libertés ou d’autres modalités des relations interhumaines. Le chercheur s’attachera à comprendre quelles implications cet héritage et cette (ces) représentation (s) ont sur la formation identitaire des individus, leurs parcours d’apprentissage, leurs trajectoires sociales, etc.

Date et lieu : le 2 juin 2012 à Lyon

Les propositions de communication – et éventuellement de posters – sont à envoyer avant le 30 mars 2012 à doctorialeslyon2012@gmail.com

Pour plus d’informations :  http://recherche.univ-lyon2.fr/epic/236-Appel-a-communication-Doctoriales-2012.html

 

Les moteurs de recommandation

 Cette journée d’études co-organisée par les laboratoires Dicen et (CNAM) et Paragraphe (Paris VIII) porte sur les moteurs de recommandation :

Quel est leur historique ? Quels sont leurs impacts sur les habitudes des usagers de l’information ? Qui sont les acteurs scientifiques et commerciaux les plus impliqués ? Quels sont les méthodes et modèles les plus efficients de recommandation ? Quels sont les développements majeurs dans le domaine des plateformes de contenu ?

 Les axes de la journée sont les suivants :

  • Axe 1 : Les moteurs de recommandation et e-commerce, historique
  • Axe 2 : Les moteurs de recommandation, modèles et méthodes
  • Axe 3 : Les moteurs de recommandation et les offres de contenus : développement et bilan
  • Axe 4 :  Impact des moteurs de recommandation sur les usages

Date et lieu : le 11 juin 2012 à Paris

Les propositions de communication (résumé d’une page indiquant l’axe choisi) sont à envoyer avant le 25 mars 2012 à gerald.kembellec@cnam.fr

Pour plus d’informations : http://www.enssib.fr/node/5068

Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique

Cette 15ème édition du colloque international sur le Document Electronique est ouvert aux chercheurs, aux étudiants et aux professionnels (spécialistes de l’information, concepteurs des systèmes d’information, éditeurs…) concernés par les transformations que connait le domaine de l’info-doc au niveau documentaire, technologique et aussi au niveau du public. Il entend valoriser les recherches sur les métiers de l’information à l’ère du numérique et plus particulièrement du web et de ses technologies qui s’imposent dans tous les services offerts par les centres d’information : la numérisation et les documents numériques, la gestion du cycle de vie des documents, les métadonnées, les réseaux sociaux, les blogs, etc.

 Date et lieu : le 30 avril 2012 à Tunis

Les textes de la communication (entièrement rédigées) sont à envoyer avant le 30 avril 2012 à cide@europia.org

Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle23058.html

Le point sur Alec.sic

2012 sera l’année du changement !

Non non je vous assure, ce n’est pas une blague. Oui je sais, chaque début d’année ressemble aux autres, avec son lot habituel de bonnes résolutions et de changements en tout genre…

Cependant à Alec.sic, on semble bien parti pour faire la révolution, preuve en est avec cette version 2.0 du Point Com. Finis les soucis d’impression de l’ancien support papier et vive la publication instantanée ! Adieu aussi le côté rigide et unilatéral de l’ancien média et bonjour l’interactivité ! Derrière cet engouement spontané se cache tout de même une réelle nostalgie. En effet, on doit bien vous avouer qu’au sein de l’équipe associative cela nous a fait un petit quelque chose de quitter le Point Com traditionnel, associé aussi et surtout à de bons moments de convivialité entre collègues thésards, masterants et enseignants, particulièrement au moment de la distribution du support papier dans les séminaires. C’est pourquoi nous avons décidé de conserver les principales rubriques de l’ancien support papier pour ne pas trop nous/vous déstabiliser, tout en poursuivant notre entreprise de rénovation du contenu.

Ha ben oui… on allait tout de même pas s’arrêter en si bon chemin… Nous avons donc entrepris quelques petits changements ici et là dans le contenu, à commencer par la rubrique Coin détente qui rendra cette année hommage aux dessins humoristiques d’une thésarde anonyme qui a bien voulu nous faire partager ses moments de doute, de bonheur et de « pétage de câble » tout au long de l’élaboration de sa thèse. En parlant de rubriques, il me semble que je m’égare un peu en oubliant de parler de celle qui nous concerne directement…

ALEC.SIC et ses activités sociales ! Car si l’année 2012 signe l’entrée du Point Com à l’ère numérique, n’oublions pas que l’association est aussi chargée d’animer des réunions mensuelles entre doctorants, et d’aider les masterants dans leurs principaux travaux. Cette année encore, nous ne dérogeons pas à la règle de l’entraide, puisque nous accueillons de nouveaux masterants au sein de l’équipe d’Alec.sic. Nous profiterons donc de ces rendez-vous mensuels pour partager avec eux notre savoir et notre méthodologie dans le vaste champ des Sciences de l’Information et de la Communication.

Nous sommes conscients que c’est en constituant un réseau solide et hétérogène que nous parviendrons à avancer ensemble. Oui moi aussi j’ai été traumatisé par cette Journée pour l’Emploi des Docteurs (JED) en Sciences Humaines et Sociales le 19 janvier dernier !

Gardons donc l’esprit ouvert (il faut penser « Out of the box »), et continuons d’échanger autour de nos compétences théoriques et méthodologiques avec les autres collègues doctorants et masterants au sein de l’association Alec.sic.

En espérant que vous serez nombreux à nous lire pour cette première édition du Point Com 2.0, je vous souhaite à tous une bonne continuation dans vos travaux de recherche.

 

Frédéric Aubrun

MUHLMANN Géraldine, Une histoire politique du journalisme (XIXe-XXe siècle), Editions des Presses Universitaires de France, 2004, 488 p., ISBN : 978-2-7578-0392-9

Une histoire politique du journalisme. XIXe-XXe siècle est l’un des deux ouvrages (avec Du journalisme en démocratie) publiés en 2004 par Géraldine Muhlmann, journaliste et professeure en sciences politiques. Dans ces travaux, l’auteure explore les définitions proprement politiques du rôle du journaliste. L’objectif de sa réflexion est moins de retracer l’histoire du journalisme moderne ou d’en faire une description sociologique que de proposer une analyse critique des différentes démarches journalistiques existant en démocratie. La perspective adoptée est donc essentiellement philosophique et politique.

Géraldine Muhlmann propose plus précisément de penser le journalisme à partir du problème de la mise en scène du conflit en démocratie. Ce faisant, elle prend de la distance avec les critiques adressées au journalisme depuis la fin du XIXème siècle, qui soulignent la tendance à « l’homogénéisation de l’espace public des opinions et des regards » et à la « neutralisation des conflits » (p. 21-22) sous l’effet des discours des médias de masse. Tout en convenant que « rassembler est probablement le grand geste du journalisme moderne », elle introduit un doute : « Et pourtant, faut-il lui faire dire systématiquement ce qu’on en dit – qu’il tue la conflictualité démocratique, qu’il lisse les regards ? Est-ce si simple ? » (p. 24). A partir de ces questions, l’auteure suggère qu’il existe plusieurs formes de journalisme en démocratie allant du journalisme le plus « rassembleur » évitant et lissant les conflits à des formes de journalisme plus radicales, « décentreuses », visant à bousculer le regard collectif dominant.

Une histoire politique du journalisme explore ces différentes figures du journalisme ainsi que leurs nuances et leurs échecs. L’auteure propose une « galerie de portraits » qui ne vise pas à être représentative de l’histoire du journalisme mais qui permet de donner corps aux deux gestes journalistiques (rassembler et décentrer) qu’elle distingue et conceptualise dans un premier chapitre.

Le premier constat de l’auteure est celui du triomphe de la figure journalistique du « témoinambassadeur » (« figure-clé du journalisme moderne », p. 27) qui accompagne les transformations du journalisme et de la société au XIXème siècle. La conception du journalisme qui domine progressivement est celle d’un journalisme d’informations plutôt que d’opinion. L’impératif du rassemblement découle de cette nouvelle définition : le journalisme qui ne livre « que des faits valables pour tous » en appelle au sens commun et peut donc rencontrer un large public (p. 31). Le journaliste est le témoin d’événements et c’est la confiance dans la « vue comme instrument de vérité » qui fonde sa légitimité et en fait un « représentant du nous » (p. 66). Muhlmann donne des exemples de cette figure du « témoin-ambassadeur » (Séverine, Nelly Bly, Albert Londres, Edward R. Murrow), ce qui lui permet de souligner la multiplicité des manières de rassembler et surtout la possibilité d’un rassemblement dans et par le conflit.

Après avoir mis à jour la force de ce modèle et sa persistance contemporaine, l’auteure consacre la deuxième partie de son livre à dessiner les contours et à explorer les possibilités d’un autre type de journalisme, critique de la figure du « témoin-ambassadeur » et de sa représentation simplifiée des conflits en un clivage « nous/eux » : « Comment concrètement se produisent dans le regard journalistique, la contestation de l’idée même de centre et l’avènement d’une représentation plus éclatée des conflits et des identités ? » (p. 254). L’étude des premières années du quotidien Libération permet d’illustrer la difficulté de concrétiser une telle démarche : la volonté du journal d’échapper au regard dominant pour représenter et faire entendre les opinions et voix multiples existant dans la société s’est heurtée à la tentation de délaisser le lieu de la confrontation pour recréer un « nous » des dominés contre les dominants. Au terme de la lecture, les portraits dressés par l’auteure ont permis de prendre la mesure du double enjeu qui fait la difficulté et l’ambiguïté du rôle politique du journaliste en démocratie : créer du commun et du lien social tout en donnant aux conflits et aux points de vue dominés une possibilité d’exister et de se faire entendre.

Lise Jacquez

Parutions scientifiques

AMEY Patrick et LEROUX Pierre (dir.), L’échange politique à la télévision. Interviews, débats et divertissements politiques, Paris, Editions L’Harmattan, 2012, 222 p., ISBN : 978-2-296-96041-1

La coexistence d’une variété importante de modes de représentation de la politique à la télévision conduit à s’interroger sur le sens de la relation entre acteurs politiques, journalistes, ou professionnels du divertissement dans les divers programmes proposés aujourd’hui aux
téléspectateurs. Peut-on se contenter d’opposer le sérieux et la profondeur de certaines émissions à la légèreté des talkshows qui occupent une large place dans les programmes
contemporains­?­ A­ ­quels types de transformation de l’activité politique, de la télévision ou des attentes des téléspectateurs renvoient l’existence et le succès de ces programmes­ ?

Pour répondre à ces questions, ce volume réunit les contributions de chercheurs (anglais, canadiens, français et­ suisses),­ tous spécialistes de l’analyse des discours journalistiques et politiques. En prenant pour objet d’études des émissions aussi emblématiques que sont notamment Le Grand journal, Vivement Dimanche et On n’est pas couché (en France), Infrarouge (en Suisse), ou encore Tout le monde en parle et Deux lles le matin (au Québec), mais aussi certaines mémorables interviews politiques des chaînes britanniques, les analyses proposées dans cet ouvrage jettent un éclairage neuf et pluridisciplinaire sur les enjeux  contemporains de ces mises en scène de la politique.

 

MERLINO Jacques, Profession reporter. Carnets de route : 1973/1998, Paris, Editions L’Harmattan, 2012, 210 p., ISBN : 978-2-296-56708-5 

Ce livre est le fruit de trente-cinq années de reportages à travers le monde durant le dernier quart du vingtième siècle : guerre du Liban, guerre du Golfe, guerre en Yougoslavie, révolution roumaine, libération des pays de l’Est, famine en Afrique… Il est aussi le témoignage de rencontres exceptionnelles avec Simone de Beauvoir, François Mitterrand, Lech Walesa, Woody Allen, Elie Wiesel… Il est enfin une réflexion sur le métier de journaliste, sa liberté, et ses difficultés de saisir le réel et d’en rendre compte.

Jacques Merlino, ancien rédacteur en chef de France 2, a commencé sa carrière de journaliste au journal Le Monde puis collabora à Elle et L’Express, avant d’intégrer la télévision publique comme grand reporter.

MAYAFFRE Damon, Nicolas Sarkozy. Mesure et démesure du discours (2007-2012), Paris, Editions Presses de Sciences Po, 2012, 368 p., ISBN : 978-2-7246-1243-1

Le sarkozysme constitue une rupture dans l’histoire politique de la Vème République. Dénonçant la pensée unique, rompant avec les codes lexicaux ou la bienséance discursive, Nicolas Sarkozy invente, jusqu’à choquer, une nouvelle forme d’expression dissensuelle au service d’une idéologie néo-droitière ou post-État providence. Discours populaire ou discours populiste ? Réformes sincères ou révolution conservatrice ? Président du peuple ou président des riches ? Sarkozy réhabilite-t-il la politique en abordant des questions fondamentales, comme celle du capitalisme, délaissées par ses prédécesseurs ? Ou l’abîme-t-il en s’abandonnant à des thématiques démagogiques ou compassionnelles, quitte à détourner la réflexion des citoyens vers le fait divers ? Damon Mayaffre révèle, à travers l’analyse de centaines de discours et d’interviews, les mots favoris du président, ses secrets rhétoriques, ses figures de style et les procédés manipulatoires. Il recourt aux sciences du langage pour analyser les traits linguistiques du discours, à l’histoire pour déceler ce qui relève de la modernité, de l’orléanisme à la Guizot ou du pétainisme, et aux sciences politiques pour comprendre Nicolas Sarkozy dans son temps. Il pose le verbe comme essence du politique et le volontarisme verbal comme définition du sarkozysme.

Appels à contribution

Théorie du « Cygne noir » – imprévisibilité et sérendipité dans les processus sémiotiques fondant l’épistémè.

En vue de la parution de son premier numéro, la revue d’exploration sémiotique Cygne noir lance un appel à contribution sur le thème du Cygne Noir, défini comme une figure symbolique renvoyant à un événement hautement imprévisible qui survient et qui ébranle nos cadres normatifs. Il force à la reconsidération de connaissances établies ainsi qu’à leur validation.

Trois axes de réflexion sont proposés :

  • « Jeux de concepts » comprend les écrits scientifiques
  • « Jeux de langages » met à l’épreuve la plasticité de la langue sous toutes ses formes (de la narration à la poésie, et au-delà)
  • « Jeux d’images » capture et exploite les images fixes et mobiles dans une perspective sémiotique (de la photographie à la vidéo, et au-delà)

Les propositions d’article (un résumé d’environ 500 mots) sont à envoyer avant le 21 mars 2012 à l’adresse suivante : redaction@revuecygnenoir.org.

Si la proposition est acceptée, le texte final doit être envoyé avant le 31 mai 2012.

Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle22857.html

 

Epistémologies, théories et pratiques professionnelles en communication des organisations

La revue Etudes de communication lance un appel à contribution pour son 40ème numéro. L’enjeu est de questionner les pratiques et les soubassements théoriques existants en communication des organisations en France et à l’international.

Plusieurs axes de recherche sont proposés :

  • Les modèles qui structurent les pratiques notamment suite aux évolutions des théories des organisations (Rojot, 2003)
  • La place des réflexions issues des paradigmes émergents
  • L’adoption d’une approche constructiviste dans les pratiques serait-elle, comme le suggère Mucchielli (2001), avant tout idéologique ?
  • Ces modèles peuvent-ils participer à une rationalisation et une instrumentalisation de la communication ?

Les propositions (résumé entre 1500 et 2000 mots) sont à envoyer avant le 15 avril 2012 aux trois adresses suivantes : laurent.morillon@iut-tlse3.fr, arlette.bouzon@iut-tlse3.fr et carolyne@unimelb.edu.au

Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle22819.html

 

Enjeux et usages des données publiques : gouvernance, libre accès & transparence

 Les Cahiers du numérique lancent un appel à contribution autour de la problématique des données publiques. L’accès aux fichiers, aux données et aux documents administratifs évoque deux enjeux de société : un enjeu socio-économique et un enjeu politique. Les articles pourront porter sur les axes suivants :

  • nature et portée des documents ou des données publiques : bien public ou bien commun, appropriation ou libre-accès, usages et remploi, droits applicables, etc.
  • défis économiques, politiques & sociaux: disponibilité des données, gratuité ou tarification, transparence politique et reddition de compte (accountability), relations administration-administrés, relations gouvernants/gouvernés etc.
  • données publiques et société post-industrielle : libre circulation des données et de la connaissance, Linked Open Data, innovation socio-économique, culture collaborative et participative (explorez, prenez, innovez), etc.
  • impacts sur la recherche & sur les médias : data journalisme, crowdsourcing et silos de données, relations producteurs/consommateurs d’information, rôle des « communautés » et des groupes de pression etc.

Les projets d’article (résumé d’une vingtaine de lignes) sont à envoyer avant le 15 avril 2012 à joumana.boustany@parisdescartes.fr

Pour plus d’informations : http://lcn.revuesonline.com

 

 Identité fictive et fictionnalisation de l’identité

Le 15ème numéro de la revue Interrogations propose de s’attacher aux questions de l’identité fictive, en ce que celle-ci autorise une représentation nouvelle de l’individu mais aussi des groupes et des collectivités, dans des lieux et cadres particuliers. La pluridisciplinarité est une manière d’atteindre cet objectif, en mêlant différents points de vue et différentes approches. L’identité étant une notion plurielle, les explications à y apporter doivent aussi répondre à cette diversité.

 Plusieurs axes de recherche sont proposés :

  • La dimension imaginaire de l’identité
  • L’identité en situation et mise en scène
  • L’articulation pluridisciplinaire entre représentations et identité fictive
  • L’identité fictive au miroir de l’autre
  • L’identité virtuelle : une identité fictive ?
  • La construction médiatique de l’identité
  • La portée heuristique du concept d’identité : réalité ou fiction ?

Les articles (entre 35 000 et 50 000 signes) – rédigés aux normes de la revue – sont à envoyer avant le 31 mai 2012 à audrey.tuaillon-demesy[at]univ-fcomte.fr.

Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle23108.html