A propos de « Les marques, capital de l’entreprise. Créer et développer des marques fortes »

 

KAPFERER, Jean-Noël, Les marques, capital de l’entreprise. Créer et développer des marques fortes, Paris, Editions d’Organisation, 2007, 813 p.

Cet ouvrage est considéré comme la référence incontournable sur la gestion des marques en France et à l’international. Son auteur, Jean-Noël Kapferer, est l’un des trois experts mondiaux des marques. En France, il a conseillé toutes les entreprises du CAC 40 ou formé leurs managers, mais aussi des PME dynamiques et la grande distribution.

Cette quatrième édition apporte des concepts, des modèles et des exemples inédits issus de différents secteurs tout en incorporant ce qui, au sein de la recherche académique internationale, a réellement un intérêt pragmatique et opérationnel (c’est-à-dire des incidences directes sur l’organisation). Cette nouvelle édition prend en compte les différents changements économiques et sociaux qui ont affecté la marque au cours de ces dix dernières années : explosion du hard discount et des marques de distributeur, règne mondial de Google, progression de l’Internet et du pouvoir des consommateurs, interactivité, etc.

Cette nouvelle édition « se veut l’ouvrage de référence des VP Marketing européens ou internationaux, comme des directeurs de la stratégie. Elle exprime un point de vue de plus en plus personnel, fondé sur une expérience à la fois multisectorielle et internationale, sur les questions qui aujourd’hui définissent le « brand management », qu’il s’agisse de problèmes de marque corporate, ou de marques de produit » commente Jean-Noël Kapferer (p. 1).

Dans cette nouvelle édition, la marque est davantage abordée de façon pluridisciplinaire, aussi bien dans son aspect économique que socio-culturel. On peut consulter ce manuel de façon thématique, mais également problématique par problématique, ou encore secteur par secteur. Chaque chapitre traite d’une problématique particulière. En désordre, nous pouvons citer : « La logique de marque », « Les marques de distributeur », « L’identité de marque », « Lancement de la marque », « Facteurs de pérennité de la marque », « L’extension de marque », « Entreprise, institution, marque et produits », etc.

Dans le premier chapitre, l’auteur insiste sur la valeur ajoutée de la marque dans l’entreprise : « Nous sommes passés d’une vision où seuls les actifs tangibles avaient de la valeur, à une ère où l’on réalise que le vrai capital de l’entreprise est intangible, immatériel et réside dans ses marque » (p. 11). Depuis 1991, la valeur de la marque est appréciée indépendamment de la valeur nette de l’entreprise. Alors que nous assistons aujourd’hui à une crise de sens dans l’univers des marques, l’ouvrage de Jean-Noël Kapferer nous éclaire sur les différentes facettes de la marque. C’est ainsi que l’auteur consacre une grande partie de son ouvrage à définir l’identité de marque, un concept relativement récent par rapport à celui d’image ou de positionnement. Le concept d’identité a émergé dans un contexte de sur-communication dans lequel il devient de plus en plus difficile d’exister, d’où le besoin d’une identité forte. L’identité constitue en quelque sorte l’ADN de la marque, ce qui va lui permettre de durer dans le temps : « L’identité pose la question de l’unicité et de la permanence de l’émetteur, de la marque ou de l’enseigne dans le temps » (p. 216) nous explique l’auteur. Pour identifier la marque, il faut savoir cerner sa vision, son projet, sa nécessité, sa différence, sa permanence, sa ou ses valeurs, son héritage, son histoire, sa vérité et ses signes de reconnaissance.

C’est avec ce souci de précision définitionnelle des concepts entourant la marque que l’auteur parvient à maintenir l’intérêt du lecteur. Au final, chacun pourra donc piocher ce qui l’intéresse dans ce manuel : « Nous l’avons conçu comme un outil de travail permanent pour les directeurs de marketing : il ne se lit pas du début à la fin, mais se consulte selon les problèmes à résoudre. Nous croyons à la vertu des modèles, c’est-à-dire des méthodes d’aide à la décision pour les managers. Nous en proposons systématiquement des nouveaux, car à contexte nouveau, il faut des réponses nouvelles » explique Jean-Noël Kapferer (p. 5).

 Frédéric Aubrun

Le point sur… Jean-Michel Rampon, maître de conférences en SIC à l’IEP de Lyon

Chercheur membre de l’Equipe de recherche de Lyon en Sciences de l’Information et de la Communication (ELICO, EA 4147)

Comment êtes-vous venu au SIC ?

Par les sciences du langage. J’étais intéressé par la communication, mais à mon arrivée à Lyon en 1985, le “quorum” de cette filière était atteint. J’ai donc réalisé mon deug de sciences du langage – avec de nombreuses options liées à la communication –, avant de présenter ma candidature à la toute nouvelle licence d’info-com créée à Lyon 2, en 1988. Une fois passé le « concours » d’entrée, je commence à prendre la mesure de cette matière très disparate. Certains cours, comme ceux de Maurice Mouillaud, qui vient de mourir et dont je salue la mémoire, seront déterminants dans la construction de mon parcours en SIC. Mais surtout, je crois que l’année 1989 m’a marqué. Cette année-là, se succèdent : la mort de Khomeiny en juin, la chute du mur de Berlin en novembre, Tiananmen vers juin également, le bicentenaire de la Révolution française tout au long de l’année, et bien sûr la révolution roumaine en décembre conclue par la mort des Ceaucescu. C’est de ce croisement entre ce qui me venait de l’université et du « monde extérieur » au travers de la lecture intense de journaux (dont « Lyon Libération » sur lequel j’ai fait ma thèse) que se confirme définitivement mon goût pour les SIC.

Vis-à-vis de mon milieu (classe moyenne-basse) ce projet n’était pas « évident ». La fac a donc été un « second foyer ». Elle m’a offert des « nourritures spirituelles » inconnues et m’a sensibilisé notamment à la notion d’« événement », au cœur de certains de mes enseignements aujourd’hui, à la fois via l’image et le discours.

Quelle est votre conception des SIC aujourd’hui ?

Elle est héritée de ceux qui ont conçu ce champ à la fin des années 1960. Mais le fait d’avoir commencé en sciences du langage va en marquer mon approche. Des auteurs comme Oswald Ducrot, Régine Robin (sur histoire et linguistique) ou Pierre Fiala, pour ne citer qu’eux, vont constituer ma « base » intellectuelle. L’analyse du discours, autre de mes terrains privilégiés, est en constante évolution. Je pense que les SIC, dont les objets de recherche peuvent être historicisés et placés dans des séries plus ou moins homogènes au cours du temps, auraient intérêt à prendre davantage en compte ce qui vient d’ailleurs. A l’instar de la géographie par exemple, autre “interdiscipline”, pour ne pas parler d’autres zones… géographiques justement. Décentrer son regard (Paul Ricoeur oui, mais tout autant David Carr) ne peut qu’être bénéfique. Voir la manière dont Jack Goody a récemment insisté dans un livre remarquable sur le caractère occidentalo-centré du récit que l’Europe a imposé au reste du monde à travers le temps [Le Vol de l’histoire]. Il y a là de quoi méditer… Pour filer la métaphore, essayons de sortir d’une conception « SICo-centrée » de la recherche en information et communication, même s’il est vrai que des objets ou préoccupations heuristiques s’y prêtent mieux que d’autres…

Comment vous situez vous aujourd’hui par rapport à ELICO et au PRES de Lyon  (Pole Recherche et d’Enseignement Supérieur )  ?

En fonction du mouvement des individus, qui changent de laboratoire ou se trouvent en fin de carrière, on se retrouve vite à être soi-même un « ancien » ! C’est ainsi que je suis arrivé en 1994 dans l’équipe de recherche « Médias et identités », l’ancêtre d’ELICO, créée sous l’impulsion de Jean-François Tétu, qui a toujours manifesté un souci de rassemblement des acteurs de la recherche et donc des entités différentes desquelles ils dépendent professionnellement. Cet effort est à saluer. Pour autant, si l’on s’en tient à la région Rhône-Alpes, le caractère unitaire n’a jamais fonctionné avec le site de Grenoble. A un tout autre niveau, il est du reste intéressant de constater que le label d’ « initiative d’excellence » vient d’être refusé une seconde fois dans cette région en raison d’un manque de “liant”, ou d’une absence de congruence, entre les pôles de Lyon – Saint-Etienne et de Grenoble, plutôt que sur la qualité des projets de recherche eux-mêmes reconnus par ailleurs (même si les sciences humaines et sociales de façon générale y ont à mon sens très peu de place, mais c’est un autre problème…). De façon générale, je constate, avec d’autres, que beaucoup d’acteurs  – et je ne suis pas épargné – se trouvent pris aujourd’hui dans un faisceau de contradictions qui n’est pas sans aller parfois avec une forme de souffrance : s’être impliqués en 2009 dans le mouvement universitaire contre la loi relative aux libertés et responsabilités des universités et 3 ans plus tard se retrouver à courir derrière des projets et autres montages ou dispositifs, qui tiennent pour certains de l’usine à gaz, dont le nom se termine par le « ex » d’excellence…

Yannis COSMAS

Le point sur Alec.SIC – Mai 2012

L’été approche, le soleil pointe le bout de son nez, les terrasses lyonnaises se remplissent, …

Pendant ce temps, dans le monde des doctorants : l’échéance approche, les journées d’étude pointent le bout de leur nez, les copies s’entassent, …

Bon ok, je dramatise un peu la situation, n’empêche que nous avons quand même l’impression d’avoir affaire à deux réalités différentes en ce mois de mai : si les rayons de soleil et la perspective de partir en vacances d’été sont bel et bien présents, la correction des copies, l’écriture de la thèse, l’organisation de journées d’étude et bien d’autres activités scientifiques rendent notre planning un peu plus complexe à gérer chaque jour.

« En mai, fais ce qu’il te plaît » nous dit le dicton, je dirais plus justement : « en mai, le doctorant jongle sur tous les projets » ! Car le mois de juin risque d’être bien rempli au niveau des manifestations scientifiques, avec, entre autres, les journées d’étude de l’Ecole doctorale EPIC (Education, Psychologie, Information et Communication) sur l’image, l’image de soi, l’image des autres (les 14 et 15 juin) et la journée d’étude sur l’insertion professionnelle des jeunes docteurs (le 18 juin à l’ENS). Tout cela nécessite une organisation en amont (réunions, répartition des tâches, communication autour de l’événement, etc.) les mois précédents.

Le mois de mai, c’est aussi la réjouissance de la fin des cours pour tout doctorant qui enseigne, et aussi le début de la correction des copies et/ou dossiers (d’où l’intérêt de mettre plus d’un étudiant par dossier, pour éviter la surcharge !). C’est aussi le moment de remplir ses dossiers de candidature (postes d’ATER ou Maître de Conférences, …).

« Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés… »… oui oui, sur notre bureau abandonné, une pile de copies entassées, des journées d’étude à préparer…

Bon allez je m’en vais lire des bulles et une thèse, histoire de me détendre un peu J

Frédéric Aubrun.

Nouvelles parutions – Mai 2012

PECQUEUX, Anthony (dir.), « Les bruits de la ville », Communications, n°90, 2012, ISBN : 978-2-02-106425-4

Ce numéro fait sien un apparent paradoxe concernant les sons en ville : d’un côté, la baisse du seuil de tolérance auditive face à des bruits jugés de plus en plus nombreux ; de l’autre, une incapacité à imaginer une ville silencieuse, comme s’il ne pourrait plus alors s’agir d’une ville. Les différents auteurs prennent le parti d’en faire un point de départ et un révélateur de la richesse d’une problématique orientée sur les bruits de la ville. Tout son intérêt se situe dans cet entre-deux parfois déroutant, entre gêne et nécessité des bruits, entre des définitions divergentes voire conflictuelles des mêmes (types de) sons : suivant qui les émet, les moments et les territoires où ils sont émis, etc. Cela signifie que les sons ne sont pas appréhendés ici en eux-mêmes ou pour eux-mêmes, mais en tant qu’ils constituent un point d’accès pertinent pour analyser les mutations urbaines, et certaines mutations du lien social urbain. L’argument central déployé tout du long de ce numéro consiste à s’intéresser, à partir des sons, moins au paysage sonore en tant que tel, qu’au « paysage des activités » auquel ils donnent accès. C’est pourquoi les différents auteurs de ce numéro s’attèlent à rendre le plus finement possible les expériences urbaines des agents sociaux, en accordant une attention spécifique à leurs activités perceptives (principalement auditives) et expositions sensorielles (principalement sonores), et à leurs conséquences sociales.

DAKHLIA, Jamil, Les politiques sont-ils des people comme les autres ?, Paris, Editions Bréal, 2012, 144 p., ISBN : 978-2-7495-3099-4

Accusés d’étaler leur bonheur privé mais se plaignant de l’intrusion des médias dans leur intimité, raillés pour leurs accointances avec le show-biz mais taxés de ringardise s’ils n’ont pas le bon look ou des artistes à la mode pour les soutenir. Bon gré, mal gré, nos dirigeants auraient-ils définitivement basculé dans la politique spectacle en ce début de XXIème siècle ? La « peopolisation politique » étonne ou, plus souvent, agace, voire inquiète. Mais cette évolution est-elle si récente ? Comment peut-on l’expliquer ? Et quels sont surtout ses enjeux pour la vie démocratique ? Dépassant la simple polémique, l’auteur revient sur l’histoire de ce phénomène et le met en perspective avec l’évolution de la médiatisation de la sphère politique à l’étranger, permettant ainsi de mieux comprendre cette « nouvelle » forme de communication dont l’enjeu central est la démocratie.

Jamil Dakhlia est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Nancy 2, chercheur au CREM (Metz) et au LCP (CNRS, Paris). C’est un spécialiste de la sociologie de l’audiovisuel, de la peopolisation de la politique et des médias.

BARBET, Denis et DESMARCHELIER, Dominique (dir.), «Publicité et politique », Mots. Les langages du politique, n° 98, mars 2012, Lyon, ENS Editions, ISBN : 978-2-84788-356-5

Si l’influence des techniques publicitaires commerciales sur les campagnes politiques semble désormais admise, l’effet inverse, mettant en évidence les parodies et détournements politiques dans la communication publicitaire, semble plus récent, donc plus étonnant. À partir de plusieurs campagnes commerciales, ce dossier aborde les rapports entre publicité et politique en traitant une forme de « politisation » du discours publicitaire, voire du discours antipublicitaire. Ce sont principalement ces transferts entre la publicité et le politique qui sont visés : on pense en particulier à des messages ou campagnes faisant référence, selon une « logique de rebond », à une thématique ou à l’actualité politique et électorale, lorsque des campagnes commerciales surfent sur l’actualité de la compétition électorale ou recourent à des slogans politiques.

DELPORTE, Christian, Les grands débats politiques. Ces émissions qui ont fait l’opinion, Paris, Editions Flammarion / Ina, 2012, 445 p., ISBN : 978-2-08-126990-3

« Vous n’avez pas, M. Mitterrand, le monopole du cœur ! », « Vous êtes devenu l’homme du passif », « Dans les yeux, je le conteste »… Si ces répliques fameuses appartiennent à notre mémoire collective, c’est qu’elles ont été prononcées devant les caméras et entendues par des millions de téléspectateurs : la vie politique, sous la Vème République, se joue à la télévision. À travers les grands débats rassemblés ici, c’est ainsi toute l’histoire politique des cinquante dernières années qui s’offre au lecteur. Il y retrouvera les grands tribuns – de Georges Marchais à Jean-Marie Le Pen en passant par Pierre Mendès France, François Mitterrand, Nicolas Sarkozy ou François Hollande – se livrant à des joutes verbales tantôt grandioses, tantôt dérisoires ; il reconnaîtra les thèmes qui ont agité la France et soulevé les passions : Mai 68, le traité de Maastricht, mais aussi l’énergie nucléaire, le chômage, l’immigration… Lire aujourd’hui ces échanges, c’est retrouver la puissance d’une parole quasi théâtrale et les émotions d’une histoire qui s’écrit en direct ; c’est toucher du doigt comment la télévision, avec ses codes et ses exigences, a modifié notre façon de faire de la politique ; c’est enfin revivre, à quelques années de distance, ces grands moments qui ont fait l’opinion.

Christian Delporte est Professeur des universités en histoire contemporaine et Directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est notamment spécialiste  de l’histoire du journalisme et des médias et de l’histoire de la communication politique.

Appels à contribution – Mai 2012

Raconter à l’ère numérique

« Espèce narrative […] à dominante visuelle » (Groensteen, 2011), on considère généralement que la bande dessinée a pour vocation principale de raconter. Où il y a récit, on suppose un ordonnancement, un déroulé des événements, un début, un milieu, une fin. On suppose un (ra)conteur, un narrateur, qui guide le lecteur. Moyennant une certaine latitude dans ses marges, ces assertions et définitions sont justes et vérifiées dans toute l’histoire de la bande dessinée, c’est-à-dire quelle que soit sa place dans la société ou dans l’art, quel que soit son modèle esthétique, économique, quel que soit son support ou mode de diffusion.

Depuis 25 ans, la bande dessinée a, à l’instar d’autres médias, été absorbée dans l’espace numérique. Déjà présente sur les premiers réseaux ancêtres de l’Internet moderne, puis sur CD-rom, les années 2000 voient l’explosion du blog-bd, du webcomic et autre formes de bandes dessinées en ligne de même que le développement de nouveaux supports pour sa diffusion et sa lecture (de l’écran de l’ordinateur à la tablette, au smartphone ou à la liseuse).

Le secteur professionnel de la bande dessinée, comme d’ailleurs toutes les autres industries culturelles, est animé depuis quelques années de vifs débats quant aux modèles économiques et au droit d’auteur (changement de support ou de vecteur de diffusion, évolution des pratiques de réception et de production…).

C’est pourquoi, plutôt que de questionner le devenir de la bande dessinée, ce numéro de la revue Comicalités souhaite interroger ce que signifie raconter à l’ère numérique.

Les propositions d’article (résumé de 3 000 signes) sont à envoyer avant le 10 juillet 2012 à benoit.berthou@univ-paris13.fr, julien.falgas@gmail.com et anthony.rageul@yahoo.fr

Pour plus d’informations : http://comicalites.revues.org/

 

Les études sur le genre dans le contour méditerranéen

Les études sur le genre ont connu depuis quelques dizaines d’années une évolution nette et surprenante par sa portée quantitative et qualitative. Ce qui caractérise ces études dans leur ensemble, c’est un changement de méthode où progressivement  les approches économico-politiques vont être abandonnées vers des approches culturelles et discursives. Dès lors le genre devient une construction sémiotique ; le féminin ou le masculin se déclinent  à travers des systèmes de signes qui ont  leur code, leur encyclopédie spécifique et leurs règles interprétatives. Connaître ces divers systèmes de signes et  leur contexte culturel et historique, découvrir ce qu’il en est dans des sociétés  proches géographiquement et culturellement est l’ambition de ce projet de volume collectif.

Le but de volume collectif est de réunir des auteurs qui s’intéressent au genre et de confronter des points de vue, des analyses et des approches de réalités « genrologiques » différentes.

Les principaux axes du volume sont :

1. Les études sur le genre : aspects théoriques

2. La société méditerranéenne, différences  et répétitions

3. La construction sémiotique du genre dans les pays du contour méditerranéen

4. Genre et politique

5. Limites et contraintes du genre

Les propositions d’article sont à envoyer avant le 30 juin 2012 à barnoussim@ymail.com

Les notifications d’acceptation, de révision ou de refus seront envoyées  aux auteurs fin  juillet 2012.

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/les-etudes-sur-le-genre-dans-le-contour-mediterraneen_50767.php

Appel à contribution de la revue SEMEN

La revue Semen est une revue de sciences du langage qui propose un espace de réflexion sur le(s) discours, en dialogue avec les sciences humaines et sociales et dans les sciences de l’information-communication. La revue publie désormais deux articles de Varia par numéro. Les propositions doivent être transmises à la direction de la revue, qui se charge de les faire circuler auprès du Comité éditorial qui juge de la pertinence et de la qualité des travaux retenus pour édition.

Les contributions soumises ne devront pas dépasser 30 à 35000 signes espaces compris. Cette rubrique Varia cherche à donner une impulsion à de nouvelles configurations thématiques, et s’ouvre donc à des chercheurs confirmés aussi bien qu’à de jeunes chercheurs.

La date limite des soumissions de Varia pour le n°34 à paraître à l’automne 2012 est le 31 août 2012.

Pour plus d’informations : http://semen.revues.org

Contacts: philippe.schepens@univ-fcomte.fr / severine.equoy-hutin@univ-fcomte.fr

Appels à communication – Mai 2012

« L’interdisciplinarité en question dans les Sciences de l’Information et de la Communication »

L’Association des Doctorants Toulousains en Sciences de l’Information et de la Communication (ADT-SIC) organise un colloque sur le thème de l’interdisciplinarité. L’objectif de cet évènement est de fournir des pistes de réflexion aux jeunes chercheurs (doctorants ou jeunes docteurs) pour penser les modalités d’application d’une démarche interdisciplinaire dans le cadre d’un travail de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication.

Chaque journée débutera par une conférence, avec Patrick Charaudeau, chercheur au CNRS et professeur émérite de l’Université Paris 13 et Marc Lits, professeur au département de communication de l’Université Catholique de Louvain, en Belgique.

A titre indicatif, les axes de réflexion proposés sont les suivants :

  • Pluridisciplinarité, transdisciplinarité et interdisciplinarité en SIC
  • Construire son objet de recherche en SIC
  • Les méthodologies en SIC
  • Les apports théoriques de disciplines voisines

Date et lieu : du 22 au 24 novembre 2012 à Toulouse

Les propositions de communication (un résumé de 1300 mots) sont à envoyer avant le 30 juin 2012 à  colloque.adtsic@gmail.com

Pour plus d’informations : www.colloque-adtsic.com

Premier forum international sur les enjeux de communication dans le mouvement coopératif

Dans le cadre de l’Année internationale des coopératives proclamée par les Nations Unies et du Sommet international sur les coopératives organisé à Québec (Canada) au mois d’octobre 2012, la Chaire en relations publiques et communications marketing de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) organise un premier forum international d’échanges sur les enjeux de communication dans le mouvement coopératif.

Les propositions de communications attendues pour ce Forum, qui se veut avant tout un lieu d’échanges, pourront aborder les thématiques suivantes :

  • Comment communiquer efficacement avec les membres et les non-membres ?
  • Quelles définitions et quelles missions promouvoir ?
  • Comment intégrer le web 2.0 et l’esprit coopératif ?
  • Quels rôles peuvent jouer les communications dans l’avenir des coopératives ?
  • Comment positionner le mouvement coopératif comme un modèle d’avenir ?

Cet appel à communication s’adresse aux chercheurs ainsi qu’aux professionnels œuvrant dans le milieu des communications et/ou dans le milieu coopératif.

 Date et lieu : le 8 octobre 2012 à Québec

Les propositions de communication (un résumé de 3000 signes) sont à envoyer à l’adresse suivante : lussiez.emmanuelle@courrier.uqam.ca avant le 15 juin 2012.

Pour plus d’informations : http://www.crp.uqam.ca/

« Le sujet digital : mémoire, hypermnésie »

Les technologies numériques d’inscription et de préservation permettent aujourd’hui de constituer d’importantes archives électroniques, des bases de données complexes et favorisent l’apparition de nouvelles pratiques d’archivage du savoir, comme les encyclopédies collaboratives. Un tel développement technique contient en germe une reconfiguration profonde du rapport humain au monde et au savoir mais aussi sans doute une mutation de notion même de sujet humain.

Préfigurée dès les années 30 dans les travaux d’H G Wells ou ceux de Borges, le motif de l’hypermnésie, récurrent au sein des récits de science-fiction, essaime au sein d’autres formes littéraires, qu’il s’agisse de romans édités de manière traditionnelle  ou d’œuvres littéraires sur support électronique. Parallèlement, la possibilité d’une extériorisation et d’une extension de la mémoire est un élément central dans des théories philosophiques contemporaines, notamment celle de « l’esprit étendu », de deux côtés de la frontière entre philosophies analytiques et continentales.

Le présent appel vise à susciter des contributions émanant de différents domaines (histoire des sciences et des techniques, littérature, philosophie notamment) et interrogeant le thème de l’hypermnésie, de la mémoire dans cette ambiguïté entre humain et machine, aussi bien sous un angle historique que dans son actualité.

Date et lieu : du 13 au 15 novembre 2012 à Paris

Les propositions de communication (un résumé de 3000 signes) sont à envoyer avant le 15 juin 2012 à hypermnesia@univ-paris8.fr

Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle23713.html

« Les récits de vie : histoire, mémoire et fictions identitaires »

Ce Colloque international organisé par le Département de Littérature, Linguistique et Journalisme de la Faculté des Lettres (Université de Galati – Roumanie) se propose une réflexion sur les rapports complexes existant entre la mémoire, l’histoire et la fiction dans les récits de vie, dont l’importance dans la recherche visant un contexte socioculturel donné est prouvée par l’intérêt croissant qu’on leur accorde dans plusieurs champs disciplinaires et dans la sphère de diverses méthodes critiques. La recherche sociologique et sociocritique ; l’herméneutique et la philosophie de l’histoire, la psychanalyse et la sociopsychanalyse, la narratologie et la critique de l’imaginaire n’ont pas pu éviter, dans leurs démarches épistémologiques, l’ancrage dans cet espace des « genres biographiques », doublement conditionné par la « pacte autobiographique » [Lejeune, 1997] et par le « pacte avec l’Histoire » [Simion, 2002.]

L’enjeu fondamental du colloque consiste justement dans un tel type de démarche (pluri- et interdisciplinaire), capable de permettre l’analyse des rapports entre les « vérités individuelles » des auteurs et la « vérité historique », entre l’histoire personnelle et l’histoire officielle, entre la mémoire individuelle, la mémoire collective et la mémoire culturelle, entre les narrations identitaires et les méta-narrations politiques, et entre le passé (l’histoire) qui circonscrit « l’espace de l’expérience » et le présent où l’on construit le récit (de cette histoire).

Cet appel à communication concerne différents disciplines et thématiques : Critique, théorie et histoire littéraire, littérature comparée ; sociologie ; linguistique ; anthropologie culturelle ; philosophie ; histoire de la culture et l’histoire des mentalités, l’histoire de l’art ; études politiques ; histoire de la presse, journalisme et communication ; psychologie et pédagogie.

Date et lieu : les 26 et 27 octobre 2012 à Galati (Roumanie)

Les propositions de communication (résumé de 200 mots en anglais) sont à envoyer avant le 30 août 2012 à crihanoali@yahoo.com et simoantofi@yahoo.com

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/les-recits-de-vie-histoire-memoire-et-fictions-identitaires_50099.php