Brauer, Markus, Enseigner à l’université : conseils pratiques, astuces, méthodes pédagogiques, Paris, Editions Armand Colin, 2011, 207 p., ISBN : 9782200254582

L’ouvrage de Markus Brauer[1] s’ouvre sur un constat (les enseignants chercheurs « n’ont pas reçu la moindre formation en pédagogie » – p. 7) auquel il entend remédier en proposant des méthodes pédagogiques permettant d’améliorer la qualité de l’enseignement. Le métier d’enseignant est, selon lui, un métier comme un autre dont il suffit de connaître les techniques pour, ensuite, les appliquer. « La recherche montre clairement que nous ne sommes pas nés « bons » ou « mauvais » enseignants » (p. 13). L’auteur oppose le « transmetteur d’informations » qui « considère que ce que les étudiants n’apprennent pas dans son cours, ils ne l’apprendront jamais » au « facilitateur d’apprentissage » qui, à l’inverse, les « aide […]  à apprendre par eux-mêmes » (p. 17). Cette seconde figure est celle d’un enseignant qui transmet des connaissances mais aussi (et surtout) des savoir-faire utiles dans le monde professionnel (trouver des textes pertinents sur un sujet, savoir en extraire des informations importantes, etc.). L’idée d’un « enseignement efficace » reposant sur un apprentissage actif est au cœur de l’ouvrage. M. Brauer invite le lecteur à ne pas considérer les étudiants comme des consommateurs passifs (ce qui est souvent le cas dans les cours magistraux) mais comme participant au processus d’apprentissage, la mémorisation des connaissances en étant alors grandement facilitée.

            L’ouvrage est organisé en 10 chapitres, chacun étant consacré à une thématique spécifique. L’auteur prend soin de distinguer les questions que pose l’enseignement des TD de celles soulevées par les cours magistraux. Il discute également des différentes façons de lutter contre le bavardage, de l’importance du rapport avec les étudiants (un « bon rapport » renforcerait l’efficacité de l’enseignement – p. 57), de la nécessité de donner du travail personnel ou encore des méthodes d’évaluation. L’ensemble des conseils et des techniques pédagogiques exposés repose sur l’expérience de l’auteur et sur les recherches actuelles en pédagogie et en sciences de l’éducation. Cette « assise scientifique » permet à M. Brauer de proposer des idées très concrètes que le « lecteur-enseignant » peut facilement s’approprier et réutiliser dans ses cours. Par exemple, comment gérer les excuses des étudiants qui ne rendent pas le travail demandé en temps voulu ? Toutes les excuses se valent-elles ? Comment évaluer leurs progrès au cours d’un semestre en minimisant les biais induits par les différents types de notation ? Peut-on les familiariser avec de la littérature scientifique en anglais dès la première année ? Chaque question donne lieu à un développement précis, exemples à l’appui. La lecture de cet ouvrage est donc à la fois stimulante et enrichissante, l’auteur prenant soin de toujours devancer les objections de son lecteur.

            Quelques réserves toutefois. M. Brauer insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de montrer aux étudiants que l’on s’intéresse à eux, suggérant notamment de leur demander des informations personnelles. La place accordée à la vie personnelle des étudiants dans la construction d’un « bon rapport » enseignant/étudiants peut sembler exagérée tout comme la façon dont l’auteur utilise sa vie privée en cours. L’autre réserve concerne la question du temps consacré à l’enseignement dans la carrière d’un enseignant-chercheur. L’auteur nous avertit : les méthodes présentées dans le manuel sont censées nous permettre de gagner du temps pour la recherche sans se « laisser envahir par l’enseignement » (p. 174). Les éléments proposés restent assez théoriques et pas forcément réalisables en pratique. En outre, ils ne prennent pas en compte certains facteurs tels que l’expérience de chacun (dans le temps consacré à la préparation des cours) et les différences disciplinaires (beaucoup d’exemples proposés sont relatifs aux sciences dures). Toutefois, cela n’enlève rien à l’intérêt de cet ouvrage dans lequel chacun peut se retrouver à un moment donné… que vous soyez jeune enseignant ou que vous ayez déjà plusieurs années d’expériences.

Audrey Arnoult


[1] Directeur de recherche au CNRS, enseignant et directeur d’un laboratoire de psychologie sociale et cognitive

Le point sur… Geneviève Lallich-Boidin, Professeure en SIC à Lyon 1

Chercheur membre de l’Equipe de recherche de Lyon en Sciences de l’Information et de la Communication (ELICO, EA 4147) / directrice d’ELICO

Comment en êtes-vous venue au SIC ?

 Mon parcours est singulier pour un enseignant-chercheur de ma génération. Après une maîtrise de mathématiques à Lyon 1, j’ai cherché un métier. D’où le choix de mon troisième cycle en documentation, à l’INTD (CNAM de Paris) à l’issu duquel je suis devenue documentaliste spécialisée en informatique.

J’ai occupé divers postes en entreprise privée sur Paris. Suite à la mutation de mon conjoint, je suis partie exercer le métier de documentaliste à l’Ecole des Mines de St-Etienne en 1976. Au sein du département informatique, j’ai effectué des projets de recherches sous forme de documentation élargie. Cela a fait naître en moi l’envie d’une évolution de carrière vers la recherche.

Après un DEA en 1980-82 en Informatique et Sciences sociales à Grenoble, j’ai soutenu ma thèse en 1986 sur le thème « linguistique et indexation automatique ».

En 1988, alors que j’intègre l’Université de St-Etienne comme Maître de Conférences pour enseigner, la 71e section (SIC) est mal connue. Mon recrutement était une façon d’ouvrir un poste supplémentaire de linguistique alors que cette autre section était déjà complète. J’avais l’impression d’être une P.E.G.… (Ndlr : professeur d’enseignement général).

Mes recherches continuèrent entre Grenoble et St-Etienne. L’obtention d’un projet Européen a confirmé la légitimité de ma démarche.

En 1991, je demande ma mutation à l’Université Grenoble 3 où j’enseigne les « digital humanities » dans le cadre de la 27e section (informatique), tout en effectuant des recherches au GRESEC en SIC. En 1999, suite à l’obtention de l’HDR, j’hésite entre deux postes en information-documentation : l’IUT de Grenoble 2, ou Lyon 1. Pour des raisons familiales à nouveau, je choisis Lyon 1, où je suis toujours aujourd’hui.

Comment voyez-vous les SIC aujourd’hui ?

De l’Info-Com, on attend ouverture d’esprit et prise en compte des dimensions sociales. Par exemple les bibliothèques numériques sont un champ nouveau. Les enjeux sont forcément multiples et croisés.

Aujourd’hui, les SIC à Lyon jouent leur « va-tout » dans les trois ou quatre années à venir d’ici la prochaine évaluation AERES. Nous devons montrer que nous sommes un pôle solide et original en France. L’ENS-LSH ou l’ENSSIB sont incontournables pour traiter du document numérique par exemple. En plus, Lyon a des filières professionnelles, comme la documentation, le journalisme. La seule ville en France comparable est Lille, avec laquelle nous entretenons une collaboration.

Même si les métiers de l’information et de la communication sont spécifiques, l’époque d’URSIDOC et de Médias et Identités est révolue. Au sein du nouveau labo ELICO ces deux versants ne doivent plus coexister : ils fusionnent. L’évolution technique rend nécessaire le regard des spécialistes de l’information. Ainsi Franck Rebillard a pu étudier la pluralité et la redondance de la presse sur internet. L’analyse du discours permet de comprendre comment l’information se propage. Tel est le cas du Netvibes d’Alec-Sic par exemple.

Comment voyez-vous-les SIC demain ?

Je fais le pari de réussir à réunir à moyen terme les chercheurs de la 71e section à Lyon (du maître de conférences aux doctorants), en leur laissant de l’espace pour créer au sein de projets collectifs.

ELICO est un cadre accueillant dans lequel les SIC pourront développer leurs spécificités lyonnaises. Lyon bénéficie de grands équipements, d’archives ouvertes, des grandes conférences s’y déroulent – comme la W3C, le CIUEN 2012, et le W4A (Web For All) du 16 au 20 avril 2012 – De plus, Lyon est historiquement un lieu d’impressions et d’éditions, c’est un lieu de « résistance », d’alternative, par rapport à Paris.

Cependant, nous devons faire face à une difficulté. Dans le PRES, il y a sept établissements où les SIC sont présentes : Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, l’ENS-LSH, l’ENSSIB, l’IEP de Lyon et l’université de Saint-Etienne. Ils ont chacun leur ligne de crédit, leur présidence, leur fonctionnement spécifique, et négocient individuellement leur appartenance à ELICO. Le PRES délimite donc surtout un périmètre géographique mais ne nous aide pas à faire de la recherche.

 Yannis COSMAS

Marie-Sophie MADIBA

Elmira PRMANOVA

Appels à communication – Novembre 2012

Les lieux du corps : Politique et émancipation

Un corps hors de la place qui lui était assignée, reconfigurant les données d’un lieu, cela a été et reste une action politique forte. Comment penser les lieux politiques du corps, leurs spatialités et temporalités, les pratiques et dynamiques qui y prennent place, les possibles qu’ils suscitent? Nous entendons dépasser l’idée du corps comme simple lieu matériel de travail, de reproduction, de souffrance et d’exploitation ainsi que l’idée de l’émancipation comme le processus par lequel on s’élève de ses conditions corporelles dominées. Pour cela, il s’agira d’examiner comment les corps s’insèrent, s’agencent ou se subjectivent dans des situations politiques et des processus d’émancipation.

Les communications pourront s’articuler autour d’un ou plusieurs des axes suivants :

  • Pratiques des corps et processus d’émancipation
  • Corps, violence politique
  • Corps utopiques

Date et lieu : les 25 et 26 janvier 2013 à Paris

Les propositions (résumé de 2000 à 3000 signes) sont à envoyer avant le 3 décembre 2012 à colloque.critiques.politique@gmail.com

Pour plus d’informations : http://www.csprp.univ-paris-diderot.fr/Les-lieux-du-corps.

 

L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne : évolutions, limites et perspectives

La construction européenne est souvent présentée ou ressentie comme un processus technocratique imposé aux peuples européens par des élites majoritairement converties à l’unité politique et économique du continent à la suite du désastre des deux guerres mondiales et du traumatisme de la Guerre froide. La crise actuelle semble démontrer l’absence de solidarité entre États et peuples de l’Union européenne, par manque d’identité partagée et de projet politique démocratiquement accepté. Pourtant, la place et le rôle du citoyen a fait l’objet de multiples projets politiques dans l’histoire de la construction européenne.

La citoyenneté européenne a fait l’objet de nombreuses études juridiques dans les années 1990 et 2000, mais les travaux restent rares sur l’émergence de la thématique citoyenne depuis quarante ans. Ce colloque entend étudier les modalités et les visages de la citoyenneté européenne, son émergence progressive, les oppositions et les résistances à son affirmation, les limites de la citoyenneté européenne, mais aussi ses perspectives dans un futur proche. Dans une démarche interdisciplinaire, les thématiques suivantes seront abordées :

  • la citoyenneté par le politique
  • la citoyenneté par les droits
  • la citoyenneté par la culture : un axe étant consacré à « espace public et médias »
  • quels sens pour une citoyenneté en crise ?

Date et lieu : les 14 et 15 novembre 2013 à Nantes

Les propositions de communication (résumé d’une page avec CV) sont à envoyer avant le 23 novembre 2012 à thomas.burel@univ-nantes.fr et lucile.le-claire@univ-nantes.fr.

Pour plus d’informations : http://www.sciencespo.fr/departement-histoire/sites/sciencespo.fr.departement-histoire/files/Coll_nantes_nov2013.pdf

 

Communities at the Periphery: Perceptions and Representations of the French Banlieues

Au cours des dernières années, le terme ‘banlieue’ est devenu synonyme de poches d’exclusion à la périphérie des grandes villes françaises. Construites dans les années 50 et 60 afin de remédier à la pénurie de logements, nombres de banlieues cumulent aujourd’hui d’importants problèmes sociaux ainsi que des taux de chômage et de criminalité élevés. Depuis les années 80, les cités de banlieue ont été le théâtre de différentes formes de violence urbaine qui, durant les émeutes de 2005, 2007 et 2010, a atteint un niveau sans précédent.

Au sein de la société, la construction médiatique de la banlieue constitue souvent l’unique aperçu de la vie des quartiers les plus démunis. Cependant, le prisme des médias renvoie très fréquemment une vision partiale et partielle de la réalité. Se concentrant sur les questions de violence, d’immigration, d’intégration, de religion et d’identité, les discours médiatiques ont favorisé la consolidation des stéréotypes négatifs communément associés aux banlieues. Ce colloque souhaite aborder la question de la ségrégation urbaine en France par une analyse critique de l’image négative des banlieues relayée par les discours médiatiques, politiques et artistiques de différentes formes. Il se propose d’explorer les représentations des banlieues défavorisées dans différents types de discours publics à travers des perspectives multi- et interdisciplinaires.

Plusieurs thèmes de réflexion sont possibles :

  • les perceptions externes des banlieues et leurs représentations dans les médias et discours publics
  • le rôle de différents médias (film, photographie, presse écrite, télévision, etc.) dans la formation des images des banlieues
  • le rôle des médias lors des dernières émeutes
  • l’interaction entre images médiatiques et les représentations des banlieues dans différentes formes artistiques

Date et lieu : les 4 et 5 avril 2013 à Londres

Les propositions (résumé de 300 mots) sont à envoyer avant le 15 janvier 2013 à christina.horvath@brookes.ac.uk

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/communautes-a-la-peripherie-perceptions-et-representations-des-banlieues-francaises_53252.php

 

Lexie, lexème, lexique – Représentation et acquisition

Cette journée d’études est consacrée au lexique et à son acquisition. Le domaine lexical fait l’objet de nombreuses recherches et publications en linguistique mais aussi en acquisition du langage. Cette journée  pour but de réunir des chercheurs dans les deux domaines, intéressés par un dialogue entre ces deux pôles des sciences du langage afin de réfléchir à la façon dont l’un et l’autre interagissent et se complètent.

Les axes suivants pourront être abordés :

  • la représentation du lexique : nature des unités et lien entre les unités, intégration d’unités nouvelles, contraintes sur la formation des mots
  • la représentation abstraite des lexèmes : intégration de la polysémie dans la représentation, moyens employés pour parvenir à la formulation de la forme abstraite
  • l’acquisition du lexique et des lexèmes : mise en place et organisation du lexique mental chez l’apprenant, l’organisation du lexique mental chez le locuteur bilingue
  • l’enseignement du lexique : lien entre l’enseignement et les théories lexicales, les pratiques d’enseignement,
  • la traduction ou la comparaison entre les lexiques.

Date et lieu : le 28 juin 2013 à Pau

Les propositions (300 mots) sont à envoyer avant le 15 janvier 2013 à christine.copy@univ-pau.fr et amanda.edmonds@univ-pau.fr

Pour plus d’informations : http://crphl.univ-pau.fr/live/actualites

Musiques de séries télévisées

Longtemps considérée comme un avatar esthétiquement dégradé et moralement simpliste de la fiction cinématographique, la série télévisée s’est pourtant peu à peu autonomisée au sein des études culturelles. Forme sans doute la plus aboutie, dans la culture mass-médiatique contemporaine, du récit sériel ou feuilletonesque, elle intéresse autant pour la manière dont elle met en scène les phénomènes sociaux que pour la diversité des codes et des stratégies narratives qu’elle mobilise.

Ce sont essentiellement les professionnels engagés dans la fabrication des séries (auteurs, scénaristes, monteurs…), les publics, les stratégies narratives, et les représentations du social qui sont étudiées. La musique pour sa part reste largement ignorée et c’est autour de ce sujet que ce colloque entend focaliser les réflexions. Plusieurs axes sont proposés :

  • contexte historique et géographique des musiques de séries
  • du grand écran à la série
  • compositeur de musiques de séries
  • questions de genres
  • réception et usages des musiques de séries télévisées : le spectateur-auditeur

Date et lieu : 30 et 31 mai 2013 à Nantes

Les propositions (résumé de 300 mots) sont à envoyer avant le 1er décembre 2012 à philippe.leguern@univ-nantes.fr et  jerome.rossi@univ-nantes.fr

Pour plus d’informations :

http://www.univ-nantes.fr/1350982526566/0/fiche___actualite/

Le point sur Alec.SIC – Novembre 2012

Comme chaque année, l’espèce doctorante se précipite dans les méandres du mois de septembre, non sans quelques cabrioles : dossier de dérogation par-ci, préparation de cours par-là, article(s) par-ci, colloque(s) par-là… c’est qu’il n’est pas aisé de trouver une voie rapide et limpide dans le chemin sinueux de la rentrée. Heureusement, le doctorant n’est pas une espèce solitaire et renfermée comme on aime à le faire croire et il peut compter sur ses pairs et collègues de recherche pour mettre un peu d’ordre dans ses idées et ses affaires au moment de la rentrée. De nombreuses manifestations sociales et scientifiques ont lieu dans les différentes instances auxquelles il est associé, à commencer par son Ecole doctorale. A titre d’exemple, les représentants de l’Ecole doctorale EPIC (Education, Psychologie, Information et Communication) ont organisé une demi-journée sur la façon d’envisager le doctorat en France et à l’étranger en faisant intervenir des acteurs privilégiés du monde doctoral pour parler des possibilités de financement et faciliter les démarches administratives des doctorants en cours de thèse. Le laboratoire de recherche n’est pas en reste non plus, et propose des espaces de discussion aux doctorants, à l’instar du laboratoire ELICO (Equipe de recherche de Lyon en sciences de l’Information et de la COmmunication) qui organise des réunions mensuelles avec les membres de son équipe et les doctorants afin de discuter, entre autres, de leurs travaux de recherche. Enfin, les associations jouent un rôle important dans la dimension collective du doctorat. L’Association Lyonnaise des Etudiants-Chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (ALEC-SIC) met avant tout l’accent sur l’échange à travers des séminaires mensuels et une journée d’étude annuelle articulée autour d’une thématique spécifique. Cette année encore, l’équipe ne déroge pas à la règle en communiquant sur la notion de « discours » en sciences humaines et sociales. Enfin, en tendant la main aux masterants lors des réunions, nous espérons en quelque sorte passer le flambeau aux futurs doctorants, espèces en voix de socialisation !

Frédéric Aubrun.

Nouvelles parutions – Novembre 2012

EVENO, Patrick, Histoire de la presse française, de Théophraste Renaudot à la révolution numérique, Paris, Editions Flammarion, 2012, 304 p., ISBN : 9782081269750

Depuis près de quatre siècles, la presse représente le principal moyen d’information, de connaissance et de loisirs des Français. Le journal a contribué à établir et conforter la démocratie ; il a permis de tisser le lien social et a forgé la culture de masse.

L’aventure de la presse peut se lire à travers les journaux, mais elle peut aussi être racontée, comme dans ce livre, par les portraits des hommes et des femmes qui ont fait la presse : écrivains et hommes politiques, directeurs de journaux et reporters, ouvriers et employés, mais aussi crieurs et porteurs. Les hôtels de presse, les cathédrales industrielles, les affiches et les objets donnent à voir cette vie intense qui rythme le quotidien de nos villes et campagnes.

Depuis quelques années, dans une conjoncture difficile, la presse peine à trouver un nouveau modèle économique et rédactionnel face à la montée en puissance de la diffusion numérique : l’information permanente et transportable lui fait concurrence. Fortes de centaines d’années de pratiques et de savoir, elle peut toutefois se réinventer en changeant de support.

DE HOYOS, José Carlos et PÉRENNEC Marie-Hélène (dir.), Langue et Manipulation, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012, 240 p., ISBN : 9782862726045

Que la langue soit l’instrument privilégié de la manipulation est une évidence et nombreux sont les ouvrages consacrés à ce rapport. Ce livre se distingue des précédents par le fait qu’il traite de la manipulation selon trois axes généralement peu étudiés  : manipulation et politique des langues, manipulation dans et par le discours scientifique, relations entre manipulation et séduction. L’ensemble de l’ouvrage, issu d’un colloque qui s’est tenu à Lyon en novembre 2009, se situe dans le cadre méthodologique de la linguistique du discours. L’appartenance des auteurs à des aires culturelles différentes a montré que de Cuba à la RDA en passant par les Philippines, des grammaires du XVIème siècle aux manuels de conversation actuels, les stratégies manipulatoires se ressemblent et que le discours scientifique lui-même ne saurait échapper à la manipulation quand il ne se met pas à son service. La traduction systématique de tous les exemples permet l’accès des articles aux lecteurs non familiers des langues représentées.

LEGLISE, Isabelle et GARRIC Nathalie (dir.), Discours d’experts et d’expertise, Bern, Editions Peter Lang, 2012, 227 p., ISBN : 9783034312257

L’activité d’expertise et les discours d’individus érigés ou auto-proclamés en experts sont devenus omniprésents dans la société contemporaine. Cet ouvrage traite des discours et rapports qu’ils fournissent ou qui sont produits en leur nom. Il confronte les points de vue de plusieurs champs disciplinaires des sciences humaines et sociales : sciences politiques, droit, sociologie, sociologie politique, sciences de l’information et de la communication, analyse conversationnelle, linguistique et analyse de discours sont ainsi convoqués. L’ambition de ce livre est de faire communiquer les apports de ces approches avec les analyses de corpus attentives aux contraintes et aux effets sociaux dont le langage est porteur. Il traite de trois thèmes : expertise et médias, expertise et justice, expertise et citoyens. En caractérisant les discours qui sont produits, il interroge les liens entre expertise et savoir, rapproche expertise et manipulation et montre les liens entre expertise et pouvoir.

GLEVAREC, Hervé, La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Paris, Editions Ellipses, 2012, 160 p., ISBN : 9782729874414

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ? À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.