Le point sur Alec.sic – Juin 2013

A l’occasion de la Journée d’étude de l’Association Lyonnaise des Etudiants Chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (Jec’SIC) organisée le 27 juin 2013 et centrée sur la question du « corpus », nous avons décidé de faire un numéro spécial, entièrement consacré à cette manifestation scientifique. Cette journée entend fournir des pistes de réflexion aux jeunes chercheurs qui sont confrontés, dans le cadre de leur recherche, aux questions méthodologiques, théoriques et épistémologiques posées par le travail sur le corpus. La notion de corpus intéresse un large éventail de disciplines. Défini par Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau comme « un recueil large quelquefois exhaustif de documents ou de données », elle pose (entre autres) la question de la clôture et de l’échantillonnage. Sylvie Mallet précise que ce recueil est formé « pour intéresser une même discipline » ; il y aurait donc des corpus propres à chaque champ disciplinaire. Dans celui des SIC, nous avons affaire à des corpus souvent très hétérogènes, et c’est justement sur ce point que Jean-Michel Rampon, maître de conférence à Sciences-Po Lyon, ouvrira la journée, en insistant notamment sur la disparité des données. « Construire et exploiter un corpus composite » est donc un exercice auquel les étudiants chercheurs en SIC sont souvent confrontés, comme le soulignera dans sa communication Fredj Zamit, Docteur en SIC.

Tout au long de la journée d’étude seront abordés les enjeux théoriques et méthodologiques qui entourent le concept de corpus à travers les communications de doctorants issus des SIC mais aussi d’autres disciplines telles que la sociologie ou bien l’histoire moderne et contemporaine. Le cadre pluridisciplinaire de ces échanges nous permettra également d’observer quels sont les points d’ancrage communs à la constitution du corpus malgré la diversité des objets étudiés, toutes disciplines confondues. A ce sujet, le Directeur de l’Ecole Doctorale EPIC, André Robert, souligne dans notre interview « que dans les disciplines comme les sciences de  l’éducation, mais aussi d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, l’histoire, les sciences du langage, on ne peut pas se dispenser d’un ancrage empirique qui est situé dans les matériaux recueillis à travers des enquêtes ou dans des corpus, verbaux, d’images. Ces corpus vont constituer la base empirique sur laquelle le chercheur va faire porter sa problématique à l’intérieur d’un cadre théorique déterminé ».

Nous espérons donc que cette Jec’SIC 2013 sera pleine d’apports constructifs dans la façon d’envisager le corpus en SIC et, plus largement, en sciences humaines et sociales.

Frédéric Aubrun

Le point sur… André Robert, Directeur de l’école doctorale EPIC

IMAG0245

Comment en êtes-vous venu à diriger l’ED 485 : votre parcours a-t-il joué un rôle ?

Après une classe préparatoire littéraire au lycée du parc de Lyon, ma formation en philosophie s’est déroulée à l’Université de Lyon, avant sa scission entre Lyon 2 et Lyon 3, il y a 40 ans.

Je devins professeur de philosophie dans l’enseignement du 2nd degré durant vingt ans, avant de soutenir une thèse et d’être qualifié comme maitre de conférences en Sociologie et en Sciences de l’éducation. J’ai pu exercer sous ce titre au début des années 90, dans plusieurs IUFM et universités en France puis, fin 90, j’obtins mon habilitation à diriger des recherches et la qualification aux fonctions de Professeur des universités. J’ai été élu à Lyon 2, alors que le nombre de postes était rare.

En 2007, lorsque les écoles doctorales ont été redéfinies dans le paysage universitaire national et donc lyonnais, le président et le vice-président « recherche » de l’époque m’ont sollicité pour devenir directeur de l’Ecole doctorale EPIC. Pour m’y consacrer, j’ai dû prendre beaucoup sur mon temps de recherche personnel.

Comme directeur, comment avez-vous vécu la diversité des disciplines de l’ED 485 (EPIC:7 doctorats), quels ont été les challenges auxquels vous avez été confronté dans ce poste » ?

Je trouve encore beaucoup d’intérêt à orchestrer la diversité des laboratoires qui la composent : Education, SIC, psychologie, épistémologie et histoire des sciences, histoire des activités physiques et sportives…

Je relève d’une discipline plurielle et je suis convaincu de la nécessité des échanges scientifiques entre les disciplines : l’épistémologie pluridisciplinaire m’intéresse. Mais je reste conscient de la nécessité d’un ancrage disciplinaire initial, seul garant d’une scientificité autorisant leur dialogue. La richesse de cette Ecole doctorale plurielle a contribué à l’amélioration de son évaluation depuis 2009, puisque sa notation est passée de B à A.

D’une part, la recherche interne interdisciplinaire initiée à mon arrivée, en réponse à un appel d’offre de l’Université Lyon 2, avait déjà fait collaborer plusieurs équipes de l’Ecole doctorale EPIC autour d’un projet commun et, d’autre part, la nouvelle revue interdisciplinaire de l’Ecole doctorale –Inter Pares– perpétue cette démarche. Cette revue de doctorants et de jeunes chercheurs a été créée par un groupe de doctorants venus d’horizons disciplinaires différents, collaborant et échangeant scientifiquement très bien entre eux. Je les remercie encore.

Cela nourrit aussi mon ambition : donner une vie et une dynamique permanente à l’Ecole doctorale, afin qu’elle apparaisse comme un collectif ayant des objectifs, des perspectives annuelles, et des activités constantes. Les journées d’études « Doctoriales » créées en collaboration avec l’Ecole doctorale de Genève en sont l’exemple type. Tout ceci est possible grâce à une équipe administrative très performante, répondant aux missions nationales fixées dans le nouveau texte de cadrage des Ecoles doctorales de 2006.

Quelle a été la portée du thème « Scientifi-cité : créativité, recherche et société » des Doctoriales 2013 de Genève ?

Démontrer l’intérêt de l’interdisciplinarité, tout en insistant sur l’incidence que la recherche a (ou doit avoir) sur les pratiques humaines et sociales, et leur environnement. « La recherche œuvre pour le futur, certes, mais aussi pour répondre à des questionnements sociaux immédiats. Le chercheur est un médiateur entre l’objet qu’il étudie et ceux qui sont concernés par cet objet sans encore le savoir. En éclairant cet objet, il contribuera donc à l’équilibre sociétal ». C’est une question d’épistémologie située au cœur des problématiques contemporaines concernant la recherche.

Lors de mon intervention à Genève, j’énonçais ainsi deux modes de la connaissance :

-le mode 1, académique, ancien selon certains auteurs, appuyé sur une antériorité

-le mode 2, dit de «  recherche, développement, innovation » où les médiations entre recherche, société et pratiques sont beaucoup plus « immédiates ». Des résultats applicables très rapidement sont ici souhaités. Ce mode offrirait une hybridation, une plus grande circulation des savoirs et une redéfinition du paysage de ceux qui interviennent dans la recherche. Il y a les chercheurs en titre et d’autres acteurs sociaux tels les experts, les administrateurs etc. C’est une forme de « recherche diluée ». (cf : la science et la non-science – Bruno Latour).

Mais je considère cette opposition dépassée, car ces deux modes peuvent coexister, et le second a tendance à faire se confondre « la recherche » et « d’autres formes » d’activités. Comment envisager cet état « différent », nécessitant de défendre toujours une rigueur méthodologique et une administration de la preuve selon des critères définis et admis par la communauté scientifique ?

L’univers académique est capable à la fois de faire preuve de cette rigueur, de faire dialoguer les disciplines entre elles, mais aussi d’entendre d’autres « polarités de recherche » afin d’innover (cf. La Pierre de touche – Jean Marc Levy Leblond : l’ordre du savoir émerge de la confusion de la recherche). On s’inscrirait ici plutôt, en manière de dépassement de la dichotomie simplificatrice précédente, dans la position du modèle de la Triple hélice concernant les systèmes d’innovation (cf. Etzkowitz et Leydesdorff)..

Nous (Alec-Sic) organisons le 27 juin prochain une journée d’étude autour du sujet « Le corpus : ancrages théoriques et méthodologiques », que vous inspire la problématique choisie ?

Il me semble que dans les disciplines comme les Sciences de l’éducation, mais aussi d’autres telles que les sciences humaines et sociales, (Histoire, Sciences du langage), on ne peut se dispenser d’un ancrage empirique situé dans les matériaux recueillis à travers des enquêtes ou dans des corpus (verbaux, d’images), constituant la base empirique sur laquelle le chercheur va faire porter sa problématique à l’intérieur d’un cadre théorique déterminé. Je connais particulièrement cette référence au corpus du fait de mes travaux en histoire ou sociohistoire. Il est constitué pour moi par l’archive ou par le corpus de presse.

Dans certains de mes travaux, j’ai été amené à travailler sur la presse et notamment des éditoriaux de bulletins syndicaux. À cet égard, j’ai même écrit un « Que sais-je ? » portant sur la méthode de l’analyse de contenu, laquelle peut être faite de manière soit manuelle (qualitative), soit informatisée (quantitative), ou encore prendre les formes de l’analyse textuelle, de l’analyse du discours etc. Il ne s’agit donc pas de donner une apparence de scientificité à une lecture intuitive, mais bien de révéler de façon méthodique certains aspects imperceptibles dans le corpus à première vue. Le terme corpus doit être pris à la fois au sens strict et comme étant l’indice de la nécessité d’enquête ou de la base empirique pour les travaux en Sciences de l’Education, SIC, ou d’autres disciplines en Sciences sociales.

Quels rapports entre Sciences de l’Education et Info-com ?

Il faudrait connaître véritablement les SIC de l’intérieur, ce qui n’est pas mon cas. Le distinguo tient aux objets bien entendu. En Sciences de l’Education, nous sommes centrés sur les problématiques éducatives. Comme d’autres sciences humaines, les SIC me semblent adopter des démarches qui ne sont pas formellement en rupture avec celles des Sciences de l’Education.

Dans les deux cas, on accorde une assez forte importance à l’ancrage théorique des démarches, et donc de ce point de vue, il y a une communauté. Il me semble que les SIC sont tournées vers l’étude des signes, verbaux, iconiques, par lesquels se manifeste du sens. Les travaux de Roland Barthes, sous le couvert de la sémiologie, (notamment dans Système de la mode ou Mythologies) pourraient concerner des problématiques de SIC. Je pense que cette discipline relativement récente dans le paysage universitaire produit des lectures sémiologiques extrêmement  importantes pour nous aider à comprendre la société de communication et d’information qui nous environne et qui nous obsède de plus en plus.

Je vois passer des travaux sur le déchiffrage de la presse, la lecture des émissions, certains feuilletons télévisés, récits, sur ce qu’on pourrait appeler, en citant Barthes à nouveau, des mythes ou des mythologies contemporaines. Mais je n’ai pas une vision exhaustive de tout ce qui se fait en SIC.

Puisque nous parlions au tout début de l’interdisciplinarité, il me semble que les SIC peuvent tout à fait dialoguer et faire des apports à d’autres disciplines académiques historiquement plus anciennes. Par exemple l’Histoire. En entendant Yannis vendredi dernier à Genève traiter de l’arrivée du métro à Bron-Parilly dans la presse dans les années 70, la dimension historique manifeste était évidente et intéresse les historiens. Elle peut intéresser aussi les géographes urbains. On est là dans cette interconnexion qui a une pertinence et un intérêt très grand. Il me semble aussi qu’en SIC, dans les cadrages théoriques, on rencontre des problématiques qui intéressent la philosophie : image, signe, langage, etc.

L’ED 485 fait partie intégrante de « l’Université de Lyon ». Pouvons-nous dire que notre voix est entendue à Lyon et au-delà ?

À Lyon oui, dans la mesure où l’Ecole doctorale EPIC est certes portée par un établissement : Lyon 2, mais rassemble les étudiants, doctorants et laboratoires de l’ensemble du périmètre lyonnais : Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, Saint-Etienne  plus quelques grandes Ecoles. L’Ecole doctorale a donc une plus grande surface que son université de rattachement.

Il existe un collège doctoral qui réunit les 17 Ecoles doctorales du paysage, toutes disciplines confondues. Les directeurs de laboratoire de ce collège ont une réunion trimestrielle. Ils peuvent faire entendre leur voix, sinon celles de leurs doctorants, au plan régional.

Ceci est plus difficile au plan national car il n’y a pas d’instances qui réunissent plus de 500 Ecoles doctorales françaises. Il y a cependant parfois des interconnexions entre elles.

La revue Inter Pares, pour laquelle j’ai fait une information à l’échelon national, peut aussi aider à faire connaître l’Ecole doctorale hors du périmètre lyonnais. On peut commencer à se poser la question de savoir si cette revue sera en mesure d’accueillir des contributions extérieures. Pour l’instant nous n’avons ni la force, ni les moyens, ni le secrétariat pour le faire, mais c’est quand même une piste.

Dans un cadre extranational, les initiatives d’Ecoles comme la nôtre pour s’interconnecter et travailler en collaboration avec l’Ecole de Genève, sont un signe d’extériorisation.

L’Université de Lyon dispose aussi d’un service relations internationales qui nous met en contact avec d’autres pays, universités, laboratoires et Ecoles doctorales. Tel a été dernièrement le cas d’une mission en Belgique à l’université de Leuwen (une des plus anciennes) pour essayer de développer entre les deux Universités des cotutelles de thèse. Au niveau d’EPIC, j’ai des accords, avec le Brésil et le Liban.

Quelques conseils, suggestions pour dynamiser, enrichir nos activités de recherche ?

Ma recommandation est de concilier dans les activités le travail de production de la thèse, en alliance prioritaire avec le directeur ou la directrice, mais en considérant par ailleurs que ce travail s’inscrit dans une dimension d’Ecole. C’est-à-dire, dans une dimension collective, lequel collectif ne résout pas toutes les questions bien entendu, mais offre une dynamique qui est propre à faire interagir les doctorants entre eux à travers les séminaires, souvent organisés par les laboratoires, et à trouver d’éventuelles solutions favorables à la qualité de leur travail.

En tant qu’association, mais aussi comme membres pour certains du groupe d’animation des Doctoriales et de la revue, vous êtes la preuve du caractère collectif de l’Ecole doctorale.

Par définition, l’Ecole c’est un collectif. Faire une thèse n’est pas qu’un parcours solitaire, dynamisme et initiative individuelle nourrissent le collectif, au sein de formations, même non obligatoires.

Prendre des initiatives de création au sein d’une association comme vous le faites, c’est ne pas se renfermer dans une vision isolée ou solipsiste de l’activité de thèse. Avec le titre de docteur, les étudiants doctorants seront appelés à participer à la vie de la cité, d’une Université, d’une entreprise. Cela suppose l’acquisition de compétences relationnelles et d’interventions dans le collectif.

Merci pour votre disponibilité.

Propos recueillis par Marie Sophie Madiba, Elmira Prmanova et Yannis Cosmas