Appels à communication parus dans le Point Com de mars-avril 2011

Sélection d’appels à communication, par Lise Jacquez.

________________________________________________________

Colloque international : Interculturalité dans les constructions et déconstructions sur la couleur noire

Date et lieu : Université de Sousse (Tunisie) du 21 au 24 février 2012.
Propositions de 3000 signes à envoyer avant le 15 mai 2011 à eric.agbessi@univ-bpclermont.fr, khaled.zouari@univ-bpclermont.fr, abdellatif.mrabet@gmail.com
Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19262.html

C’est la société qui « fait » la couleur, qui lui donne sa définition et son sens, qui construit ses codes et ses valeurs, qui organise ses pratiques et détermine ses enjeux. En montrant l’ambivalence symbolique de cette couleur, les contributions devront être en mesure de mieux cerner la façon dont le noir conditionne nos comportements et notre manière de penser. De ces approches comparées, nous verrons si l’universalité annoncée par l’hyper développement des technologies de l’information et de la communication impose un diktat dans la manière dont est appréciée la couleur noire.  Ou si, a contrario, nous assistons  à une révolte contre la standardisation culturelle.

________________________________________________________

Colloque international : « L’émotion de l’espace privé à l’espace public, 19ème-21ème siècle »

Date et lieu : du 11 au 13 avril 2012 à Paris
Propositions de à envoyer avant le
1er juin 2011 à acambre@orange.fr; demartini@univ-paris-diderot.fr; nicole.edelman@wanadoo.fr
Pour plus d’informations :
http://www2.univ-paris8.fr/RING/spip.php?article1308

Ce colloque s’inscrit dans le projet d’une histoire des sensibilités, ce vaste continent encore peu exploré par les historiens malgré les appels déjà anciens de Lucien Febvre et l’œuvre d’Alain Corbin. Il prend pour objet les émotions comme des constructions sociales et culturelles. Dans cette perspective, la question est de savoir si l’on peut dégager un régime contemporain des émotions en relation notamment avec l’essor des médias ? Peut-on plus précisément, repérer des variations chronologiques dans l’appréciation des différentes émotions ? Comment les différents discours normatifs rendent-ils compte, suscitent, mettent en forme, encadrent et utilisent les émotions ? Les communications proposées porteront sur tous les types d’émotions à l’exception des émotions politiques collectives.

________________________________________________________

Colloque : « Photographier la ville contemporaine, XIXe-XXIe siècle »

Date et lieu : Nanterre, octobre 2011
Propositions de 2500 signes (+ corpus de photos) à envoyer avant le 31 mai 2011 à cecile.cuny@unistra.fr et heloise.nez@gmail.com
Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle19324.html

Ce colloque a pour problématique générale : qu’apporte la photographie, considérée comme une source, une méthode d’enquête ou un mode de restitution de la recherche, à l’analyse des transformations urbaines aux XIXe, XXe et XXIe siècles ? Quatre axes de réflexion : l’histoire des études urbaines par la photographie, les modes de construction d’un corpus d’images, les types de lecture de la photographie et la photographie comme mode de restitution de l’enquête.

________________________________________________________

Colloque « Communication et journalisme : nouvelles frontières, nouvelles interdépendances ? »

Date et lieu : Université de Versailles, Saint-Quentin, 19 et 20 janvier 2012.
Propositions de 3000 signes à envoyer avant le 15 mai 2011 à kaciaf@yahoo.fr et jeremienollet@yahoo.fr
Pour plus d’informations: http://calenda.revues.org/nouvelle19368.html

Peu d’études existent sur les professionnels de la communication dans les organisations, appréhendés souvent uniquement comme des « sources » des journalistes. Pour contribuer à la connaissance de ces « communicants » et de ce qu’ils font à la production de l’information, l’objectif de ce colloque est de questionner ce qui joue aujourd’hui, en France comme dans d’autres configurations nationales, entre « communication » et « journalisme » ou, plus exactement, entre « communicants » et « journalistes ». Quatre axes problématiques sont proposés : 1) Construction et déconstruction des frontières, 2) Différenciation et indifférenciation des rôles, 3) Interactions et interdépendances au quotidien, 4) Normes et savoir-faire en partage ?

________________________________________________________

Congrès « Intercompréhension, de l’Interspécifique à l’Intraspécifique », Université européenne de Bretagne

Date et lieu : Bretagne, 25 et 26 novembre 2011.
Les propositions de 400 mots sont à envoyer avant le 26 avril 2011 à contact-iii2011@listes.univ-ubs.fr
Pour plus d’informations : http://www-valoria.univ-ubs.fr/congres/iii2011/index.shtml.fr

L’objectif de ce congrès est de réunir une communauté pluridisciplinaire autour des dimensions qui construisent l’intercompréhension dans son sens le plus large. Il s’agit d’explorer le rôle : de la présence, du temps, du contexte, des rituels etc. à travers : les postures, les mimiques, le vocal, les émotions… et cela autour des trois entités que sont l’homme, l’animal et la machine. Le congrès est ouvert à des approches méthodologiques et disciplinaires diverses. Quatre axes de réflexion sont proposés : les interactions homme-machine, les relations homme-animal, la relation comme réalité inscrite dans un temps et un espace et les contextes de la communication et des interactions.

________________________________________________________

Journée d’étude « Le lexique de l’environnement, approches contrastives »

Date et lieu : 4 novembre 2011, Université du Sud Toulon-Var
Propositions de deux pages à envoyer avant le 17 avril 2011 à emilie.devriendt@univ-tln.fr
Pour plus d’informations : http://babel.univ-tln.fr/2011/01/aac1-2/

La sauvegarde de l’environnement est devenue un thème omniprésent, et les questionnements liés à la protection de l’environnement font désormais partie du sens commun. Cette journée d’étude sur le lexique de l’environnement vise à approfondir et à diversifier l’analyse de ce dernier, dans la continuité des travaux antérieurs consacrés aux discours écologistes. Les travaux pourront s’inscrire : 1) dans une perspective synchronique, qui rende compte de la structuration du champ lexico-sémantique de l’environnement ; 2) dans une perspective diachronique, à même de favoriser l’analyse de ses restructurations, à travers les évolutions de ce lexique en fonction des genres de discours et des situations géopolitiques et historiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.