Les enjeux de l’inscription : tensions et négociations dans la rédaction d’un rapport

Par Clémence Emprin, doctorante en SIC au sein du laboratoire C2SO, pour son intervention dans le cadre du séminaire ALECSIC sur l’écriture (18.03.2011).

Mon travail de thèse sur le fonctionnement médiatique des projets de recherche m’a amené à participer à l’animation d’un programme de recherche. Le programme DIVA « Agriculture, biodiversité et action publique » regroupe 10 projets dont les chercheurs partagent une préoccupation : renforcer leurs liens à l’action publique. Une ancienne représentante des services de la Direction de la Nature et des Paysages du Ministère en charge de l’environnement et moi-même avons procédé à une série d’entretiens qui a donné lieu à une mise en discussion collective puis à un rapport écrit. Devenant moi-même actrice d’un processus communicationnel propre au programme, je souhaite revenir sur un moment particulier de cette expérience, l’écriture du rapport.

Ce moment d’écriture, les interactions entre moi et ma collègue professionnelle de l’action publique, éclaire certaines tensions de notre propre sujet de recherche commun. J’aborderai dans mon intervention trois « problèmes » auxquels cette écriture à deux mains m’a confronté.

  • La première tension porte sur le regard normatif de ma collègue, approche que j’ai essayé de mettre à distance sans être toujours consciente de la nature de mon enrôlement. Le fonctionnement et les difficultés de passage à une action collective DIVA trouve ici une résonance particulière.
  • La deuxième tension porte sur le statut donné à nos différentes productions, s’agit-il de
    résultat ? Comment expliquer les divergences de points de vue et quel sens donner à nos
    négociations ?
  • Enfin, c’est le rôle de l’apport conceptuel et de l’attraction de la notion de
    frontière, boundary object (Star&Griesemer, 1989) ou boundary organization (Guston, 2001), qu’il s’agira de comprendre.

Problématiser les modalités d’engagement du chercheur dans des situations de
communication, ici la co-écriture d’un rapport, semble particulièrement riche (Le Marec, 2002). L’exercice donne en effet à voir des rapports au collectif, à l’écriture et aux sciences qui peuvent guider le chercheur dans son travail d’analyse.

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts


Publié par

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.