MUHLMANN Géraldine, Une histoire politique du journalisme (XIXe-XXe siècle), Editions des Presses Universitaires de France, 2004, 488 p., ISBN : 978-2-7578-0392-9

Une histoire politique du journalisme. XIXe-XXe siècle est l’un des deux ouvrages (avec Du journalisme en démocratie) publiés en 2004 par Géraldine Muhlmann, journaliste et professeure en sciences politiques. Dans ces travaux, l’auteure explore les définitions proprement politiques du rôle du journaliste. L’objectif de sa réflexion est moins de retracer l’histoire du journalisme moderne ou d’en faire une description sociologique que de proposer une analyse critique des différentes démarches journalistiques existant en démocratie. La perspective adoptée est donc essentiellement philosophique et politique.

Géraldine Muhlmann propose plus précisément de penser le journalisme à partir du problème de la mise en scène du conflit en démocratie. Ce faisant, elle prend de la distance avec les critiques adressées au journalisme depuis la fin du XIXème siècle, qui soulignent la tendance à « l’homogénéisation de l’espace public des opinions et des regards » et à la « neutralisation des conflits » (p. 21-22) sous l’effet des discours des médias de masse. Tout en convenant que « rassembler est probablement le grand geste du journalisme moderne », elle introduit un doute : « Et pourtant, faut-il lui faire dire systématiquement ce qu’on en dit – qu’il tue la conflictualité démocratique, qu’il lisse les regards ? Est-ce si simple ? » (p. 24). A partir de ces questions, l’auteure suggère qu’il existe plusieurs formes de journalisme en démocratie allant du journalisme le plus « rassembleur » évitant et lissant les conflits à des formes de journalisme plus radicales, « décentreuses », visant à bousculer le regard collectif dominant.

Une histoire politique du journalisme explore ces différentes figures du journalisme ainsi que leurs nuances et leurs échecs. L’auteure propose une « galerie de portraits » qui ne vise pas à être représentative de l’histoire du journalisme mais qui permet de donner corps aux deux gestes journalistiques (rassembler et décentrer) qu’elle distingue et conceptualise dans un premier chapitre.

Le premier constat de l’auteure est celui du triomphe de la figure journalistique du « témoinambassadeur » (« figure-clé du journalisme moderne », p. 27) qui accompagne les transformations du journalisme et de la société au XIXème siècle. La conception du journalisme qui domine progressivement est celle d’un journalisme d’informations plutôt que d’opinion. L’impératif du rassemblement découle de cette nouvelle définition : le journalisme qui ne livre « que des faits valables pour tous » en appelle au sens commun et peut donc rencontrer un large public (p. 31). Le journaliste est le témoin d’événements et c’est la confiance dans la « vue comme instrument de vérité » qui fonde sa légitimité et en fait un « représentant du nous » (p. 66). Muhlmann donne des exemples de cette figure du « témoin-ambassadeur » (Séverine, Nelly Bly, Albert Londres, Edward R. Murrow), ce qui lui permet de souligner la multiplicité des manières de rassembler et surtout la possibilité d’un rassemblement dans et par le conflit.

Après avoir mis à jour la force de ce modèle et sa persistance contemporaine, l’auteure consacre la deuxième partie de son livre à dessiner les contours et à explorer les possibilités d’un autre type de journalisme, critique de la figure du « témoin-ambassadeur » et de sa représentation simplifiée des conflits en un clivage « nous/eux » : « Comment concrètement se produisent dans le regard journalistique, la contestation de l’idée même de centre et l’avènement d’une représentation plus éclatée des conflits et des identités ? » (p. 254). L’étude des premières années du quotidien Libération permet d’illustrer la difficulté de concrétiser une telle démarche : la volonté du journal d’échapper au regard dominant pour représenter et faire entendre les opinions et voix multiples existant dans la société s’est heurtée à la tentation de délaisser le lieu de la confrontation pour recréer un « nous » des dominés contre les dominants. Au terme de la lecture, les portraits dressés par l’auteure ont permis de prendre la mesure du double enjeu qui fait la difficulté et l’ambiguïté du rôle politique du journaliste en démocratie : créer du commun et du lien social tout en donnant aux conflits et aux points de vue dominés une possibilité d’exister et de se faire entendre.

Lise Jacquez


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.