Audrey Arnoult – Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication

Attachée Temporaire à l’Enseignement et à la Recherche à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon depuis 2010 et rattachée au laboratoire Elico.

 

Question 1 : Vous avez soutenu en décembre 2011 votre thèse sur le sujet « La médiatisation des troubles liés à l’adolescence dans la presse quotidienne nationale (1995-2009) », pouvez vous nous retracer votre parcours de doctorante ?

Mon sujet de thèse s’inscrit dans la continuité de mon premier travail de recherche – mon mémoire de fin d’études réalisé à l’Institut d’Etudes Politiques sous la direction d’Isabelle Garcin-Marrou – qui portait sur le traitement médiatique de l’anorexie mentale dans la presse quotidienne d’information générale et dans la presse magazine de santé. J’avais montré que le sujet était relativement peu traité par la presse quotidienne alors que le corps médical le considère comme un problème de santé publique. J’ai souhaité poursuivre ces questionnements en élargissant mon objet de recherche aux troubles de l’adolescence (suicide, consommation d’alcool, usage de drogues, anorexie, etc.).

J’ai bénéficié d’une allocation de recherche pendant trois ans puis j’ai été recrutée comme Ater à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon ce qui m’a permis de financer ma thèse. J’ai également été monitrice – à l’Institut Universitaire de Technologie de Bron et à l’Institut de la Communication à Lyon 2 – pendant les trois premières années de ma thèse.

En parallèle, j’ai participé à trois reprises à l’organisation des Doctoriales (journée d’études de l’Ecole doctorale EPIC). Je garde de très bons souvenirs de cette expérience qui m’a permis à la fois de me familiariser avec les « rouages » de l’organisation d’un événement scientifique et de travailler avec des doctorants d’autres champs disciplinaires.

 

Question 2 : Comment votre problématique et démarche de recherche se rattache-t-elle aux SIC ?

L’enjeu de ma thèse était de comprendre quels sens les journaux donnent à des conduites qui constituent à la fois des transgressions médicales, sociales voire juridiques mais qui témoignent de la souffrance psychique des adolescents. L’intérêt résidait également dans la compréhension de la construction (ou non) de ce sujet comme un problème de santé publique. Mon analyse se voulait comparatiste et diachronique. Par conséquent, j’ai choisi de travailler sur une longue période (1995-2009) et sur plusieurs quotidiens nationaux (Le Monde, La Croix, Le Figaro, Libération et L’Humanité).

Mon travail s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire. J’ai mobilisé des références historiques pour étudier la généalogie de l’adolescence et pour comprendre l’évolution des problématisations de l’anorexie, de la consommation de drogues, de l’usage d’alcool et du suicide. Le concept de carrière, emprunté à la sociologie de la déviance, m’a permis d’envisager la performance adolescente de façon séquentielle et temporelle. Enfin, pour réfléchir aux rapports entre médias et santé, je me suis appuyée à la fois sur travaux en Sciences de l’Information et de la Communication et en Sciences politiques.

Mes analyses reposent sur une démarche à la fois quantitative et qualitative. L’analyse quantitative porte sur les 989 articles de mon corpus. J’ai eu recours à un logiciel de traitement d’enquêtes (Modalisa) pour étudier la couverture médiatique des différents troubles de l’adolescence. Je voulais voir quelle visibilité chaque journal accordait aux différentes conduites qui constituent mon objet de recherche et comment cette couverture évoluait. Les résultats m’ont permis de constituer un second corpus (en choisissant les articles les plus « représentatifs ») pour l’analyse qualitative. Celle-ci se focalise sur cinq troubles : l’anorexie, le suicide, l’usage de drogues, la consommation d’alcool et les troubles de l’adolescence en général. Pour l’analyse de ces sous-corpus, ma méthodologie se fonde sur la sémiotique narrative greimassienne, l’analyse lexicale et énonciative.

 

Question 3 : Comment a évolué ton projet de thèse initial ? Comment a-t-il été « impacté » par le travail sur ton terrain ?

J’ai défini mon projet de thèse au moment de ma candidature pour l’allocation de recherche. En première année, j’ai commencé par des lectures sur l’adolescence – un des thèmes principaux de ma thèse – mais très vite je me suis penchée sur la constitution du corpus car j’avais besoin de « concret » pour avoir le sentiment d’avancer. J’ai été amenée à définir et construire mon objet de recherche (les troubles de l’adolescence) et, devant l’ampleur du corpus, j’ai abandonné l’étude des discours télévisuels qui figurait dans mon projet d’allocation. Je suis ensuite revenue aux lectures tout en codant l’intégralité de mon corpus avec Modalisa. Cette étape a été assez longue. J’ai été confrontée aux « aléas » de l’indexation des articles sur les bases de données que j’utilisais et recommencer partiellement la constitution de mon corpus (et donc le codage de mes données)… tout en essayant de construire mon cadre théorique. Ce travail de construction de l’objet de recherche a été primordial dans ma recherche et a aussi orienté mes lectures.

Interview réalisée par Yannis Cosmas, Marie-Sophie Madiba et Elmira Prmanova


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.