Appels à contribution – Mai 2012

Raconter à l’ère numérique

« Espèce narrative […] à dominante visuelle » (Groensteen, 2011), on considère généralement que la bande dessinée a pour vocation principale de raconter. Où il y a récit, on suppose un ordonnancement, un déroulé des événements, un début, un milieu, une fin. On suppose un (ra)conteur, un narrateur, qui guide le lecteur. Moyennant une certaine latitude dans ses marges, ces assertions et définitions sont justes et vérifiées dans toute l’histoire de la bande dessinée, c’est-à-dire quelle que soit sa place dans la société ou dans l’art, quel que soit son modèle esthétique, économique, quel que soit son support ou mode de diffusion.

Depuis 25 ans, la bande dessinée a, à l’instar d’autres médias, été absorbée dans l’espace numérique. Déjà présente sur les premiers réseaux ancêtres de l’Internet moderne, puis sur CD-rom, les années 2000 voient l’explosion du blog-bd, du webcomic et autre formes de bandes dessinées en ligne de même que le développement de nouveaux supports pour sa diffusion et sa lecture (de l’écran de l’ordinateur à la tablette, au smartphone ou à la liseuse).

Le secteur professionnel de la bande dessinée, comme d’ailleurs toutes les autres industries culturelles, est animé depuis quelques années de vifs débats quant aux modèles économiques et au droit d’auteur (changement de support ou de vecteur de diffusion, évolution des pratiques de réception et de production…).

C’est pourquoi, plutôt que de questionner le devenir de la bande dessinée, ce numéro de la revue Comicalités souhaite interroger ce que signifie raconter à l’ère numérique.

Les propositions d’article (résumé de 3 000 signes) sont à envoyer avant le 10 juillet 2012 à benoit.berthou@univ-paris13.fr, julien.falgas@gmail.com et anthony.rageul@yahoo.fr

Pour plus d’informations : http://comicalites.revues.org/

 

Les études sur le genre dans le contour méditerranéen

Les études sur le genre ont connu depuis quelques dizaines d’années une évolution nette et surprenante par sa portée quantitative et qualitative. Ce qui caractérise ces études dans leur ensemble, c’est un changement de méthode où progressivement  les approches économico-politiques vont être abandonnées vers des approches culturelles et discursives. Dès lors le genre devient une construction sémiotique ; le féminin ou le masculin se déclinent  à travers des systèmes de signes qui ont  leur code, leur encyclopédie spécifique et leurs règles interprétatives. Connaître ces divers systèmes de signes et  leur contexte culturel et historique, découvrir ce qu’il en est dans des sociétés  proches géographiquement et culturellement est l’ambition de ce projet de volume collectif.

Le but de volume collectif est de réunir des auteurs qui s’intéressent au genre et de confronter des points de vue, des analyses et des approches de réalités « genrologiques » différentes.

Les principaux axes du volume sont :

1. Les études sur le genre : aspects théoriques

2. La société méditerranéenne, différences  et répétitions

3. La construction sémiotique du genre dans les pays du contour méditerranéen

4. Genre et politique

5. Limites et contraintes du genre

Les propositions d’article sont à envoyer avant le 30 juin 2012 à barnoussim@ymail.com

Les notifications d’acceptation, de révision ou de refus seront envoyées  aux auteurs fin  juillet 2012.

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/les-etudes-sur-le-genre-dans-le-contour-mediterraneen_50767.php

Appel à contribution de la revue SEMEN

La revue Semen est une revue de sciences du langage qui propose un espace de réflexion sur le(s) discours, en dialogue avec les sciences humaines et sociales et dans les sciences de l’information-communication. La revue publie désormais deux articles de Varia par numéro. Les propositions doivent être transmises à la direction de la revue, qui se charge de les faire circuler auprès du Comité éditorial qui juge de la pertinence et de la qualité des travaux retenus pour édition.

Les contributions soumises ne devront pas dépasser 30 à 35000 signes espaces compris. Cette rubrique Varia cherche à donner une impulsion à de nouvelles configurations thématiques, et s’ouvre donc à des chercheurs confirmés aussi bien qu’à de jeunes chercheurs.

La date limite des soumissions de Varia pour le n°34 à paraître à l’automne 2012 est le 31 août 2012.

Pour plus d’informations : http://semen.revues.org

Contacts: philippe.schepens@univ-fcomte.fr / severine.equoy-hutin@univ-fcomte.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.