Le point sur… Jean-Michel Rampon, maître de conférences en SIC à l’IEP de Lyon

Chercheur membre de l’Equipe de recherche de Lyon en Sciences de l’Information et de la Communication (ELICO, EA 4147)

Comment êtes-vous venu au SIC ?

Par les sciences du langage. J’étais intéressé par la communication, mais à mon arrivée à Lyon en 1985, le “quorum” de cette filière était atteint. J’ai donc réalisé mon deug de sciences du langage – avec de nombreuses options liées à la communication –, avant de présenter ma candidature à la toute nouvelle licence d’info-com créée à Lyon 2, en 1988. Une fois passé le « concours » d’entrée, je commence à prendre la mesure de cette matière très disparate. Certains cours, comme ceux de Maurice Mouillaud, qui vient de mourir et dont je salue la mémoire, seront déterminants dans la construction de mon parcours en SIC. Mais surtout, je crois que l’année 1989 m’a marqué. Cette année-là, se succèdent : la mort de Khomeiny en juin, la chute du mur de Berlin en novembre, Tiananmen vers juin également, le bicentenaire de la Révolution française tout au long de l’année, et bien sûr la révolution roumaine en décembre conclue par la mort des Ceaucescu. C’est de ce croisement entre ce qui me venait de l’université et du « monde extérieur » au travers de la lecture intense de journaux (dont « Lyon Libération » sur lequel j’ai fait ma thèse) que se confirme définitivement mon goût pour les SIC.

Vis-à-vis de mon milieu (classe moyenne-basse) ce projet n’était pas « évident ». La fac a donc été un « second foyer ». Elle m’a offert des « nourritures spirituelles » inconnues et m’a sensibilisé notamment à la notion d’« événement », au cœur de certains de mes enseignements aujourd’hui, à la fois via l’image et le discours.

Quelle est votre conception des SIC aujourd’hui ?

Elle est héritée de ceux qui ont conçu ce champ à la fin des années 1960. Mais le fait d’avoir commencé en sciences du langage va en marquer mon approche. Des auteurs comme Oswald Ducrot, Régine Robin (sur histoire et linguistique) ou Pierre Fiala, pour ne citer qu’eux, vont constituer ma « base » intellectuelle. L’analyse du discours, autre de mes terrains privilégiés, est en constante évolution. Je pense que les SIC, dont les objets de recherche peuvent être historicisés et placés dans des séries plus ou moins homogènes au cours du temps, auraient intérêt à prendre davantage en compte ce qui vient d’ailleurs. A l’instar de la géographie par exemple, autre “interdiscipline”, pour ne pas parler d’autres zones… géographiques justement. Décentrer son regard (Paul Ricoeur oui, mais tout autant David Carr) ne peut qu’être bénéfique. Voir la manière dont Jack Goody a récemment insisté dans un livre remarquable sur le caractère occidentalo-centré du récit que l’Europe a imposé au reste du monde à travers le temps [Le Vol de l’histoire]. Il y a là de quoi méditer… Pour filer la métaphore, essayons de sortir d’une conception « SICo-centrée » de la recherche en information et communication, même s’il est vrai que des objets ou préoccupations heuristiques s’y prêtent mieux que d’autres…

Comment vous situez vous aujourd’hui par rapport à ELICO et au PRES de Lyon  (Pole Recherche et d’Enseignement Supérieur )  ?

En fonction du mouvement des individus, qui changent de laboratoire ou se trouvent en fin de carrière, on se retrouve vite à être soi-même un « ancien » ! C’est ainsi que je suis arrivé en 1994 dans l’équipe de recherche « Médias et identités », l’ancêtre d’ELICO, créée sous l’impulsion de Jean-François Tétu, qui a toujours manifesté un souci de rassemblement des acteurs de la recherche et donc des entités différentes desquelles ils dépendent professionnellement. Cet effort est à saluer. Pour autant, si l’on s’en tient à la région Rhône-Alpes, le caractère unitaire n’a jamais fonctionné avec le site de Grenoble. A un tout autre niveau, il est du reste intéressant de constater que le label d’ « initiative d’excellence » vient d’être refusé une seconde fois dans cette région en raison d’un manque de “liant”, ou d’une absence de congruence, entre les pôles de Lyon – Saint-Etienne et de Grenoble, plutôt que sur la qualité des projets de recherche eux-mêmes reconnus par ailleurs (même si les sciences humaines et sociales de façon générale y ont à mon sens très peu de place, mais c’est un autre problème…). De façon générale, je constate, avec d’autres, que beaucoup d’acteurs  – et je ne suis pas épargné – se trouvent pris aujourd’hui dans un faisceau de contradictions qui n’est pas sans aller parfois avec une forme de souffrance : s’être impliqués en 2009 dans le mouvement universitaire contre la loi relative aux libertés et responsabilités des universités et 3 ans plus tard se retrouver à courir derrière des projets et autres montages ou dispositifs, qui tiennent pour certains de l’usine à gaz, dont le nom se termine par le « ex » d’excellence…

Yannis COSMAS


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.