Le point sur… Geneviève Lallich-Boidin, Professeure en SIC à Lyon 1

Chercheur membre de l’Equipe de recherche de Lyon en Sciences de l’Information et de la Communication (ELICO, EA 4147) / directrice d’ELICO

Comment en êtes-vous venue au SIC ?

 Mon parcours est singulier pour un enseignant-chercheur de ma génération. Après une maîtrise de mathématiques à Lyon 1, j’ai cherché un métier. D’où le choix de mon troisième cycle en documentation, à l’INTD (CNAM de Paris) à l’issu duquel je suis devenue documentaliste spécialisée en informatique.

J’ai occupé divers postes en entreprise privée sur Paris. Suite à la mutation de mon conjoint, je suis partie exercer le métier de documentaliste à l’Ecole des Mines de St-Etienne en 1976. Au sein du département informatique, j’ai effectué des projets de recherches sous forme de documentation élargie. Cela a fait naître en moi l’envie d’une évolution de carrière vers la recherche.

Après un DEA en 1980-82 en Informatique et Sciences sociales à Grenoble, j’ai soutenu ma thèse en 1986 sur le thème « linguistique et indexation automatique ».

En 1988, alors que j’intègre l’Université de St-Etienne comme Maître de Conférences pour enseigner, la 71e section (SIC) est mal connue. Mon recrutement était une façon d’ouvrir un poste supplémentaire de linguistique alors que cette autre section était déjà complète. J’avais l’impression d’être une P.E.G.… (Ndlr : professeur d’enseignement général).

Mes recherches continuèrent entre Grenoble et St-Etienne. L’obtention d’un projet Européen a confirmé la légitimité de ma démarche.

En 1991, je demande ma mutation à l’Université Grenoble 3 où j’enseigne les « digital humanities » dans le cadre de la 27e section (informatique), tout en effectuant des recherches au GRESEC en SIC. En 1999, suite à l’obtention de l’HDR, j’hésite entre deux postes en information-documentation : l’IUT de Grenoble 2, ou Lyon 1. Pour des raisons familiales à nouveau, je choisis Lyon 1, où je suis toujours aujourd’hui.

Comment voyez-vous les SIC aujourd’hui ?

De l’Info-Com, on attend ouverture d’esprit et prise en compte des dimensions sociales. Par exemple les bibliothèques numériques sont un champ nouveau. Les enjeux sont forcément multiples et croisés.

Aujourd’hui, les SIC à Lyon jouent leur « va-tout » dans les trois ou quatre années à venir d’ici la prochaine évaluation AERES. Nous devons montrer que nous sommes un pôle solide et original en France. L’ENS-LSH ou l’ENSSIB sont incontournables pour traiter du document numérique par exemple. En plus, Lyon a des filières professionnelles, comme la documentation, le journalisme. La seule ville en France comparable est Lille, avec laquelle nous entretenons une collaboration.

Même si les métiers de l’information et de la communication sont spécifiques, l’époque d’URSIDOC et de Médias et Identités est révolue. Au sein du nouveau labo ELICO ces deux versants ne doivent plus coexister : ils fusionnent. L’évolution technique rend nécessaire le regard des spécialistes de l’information. Ainsi Franck Rebillard a pu étudier la pluralité et la redondance de la presse sur internet. L’analyse du discours permet de comprendre comment l’information se propage. Tel est le cas du Netvibes d’Alec-Sic par exemple.

Comment voyez-vous-les SIC demain ?

Je fais le pari de réussir à réunir à moyen terme les chercheurs de la 71e section à Lyon (du maître de conférences aux doctorants), en leur laissant de l’espace pour créer au sein de projets collectifs.

ELICO est un cadre accueillant dans lequel les SIC pourront développer leurs spécificités lyonnaises. Lyon bénéficie de grands équipements, d’archives ouvertes, des grandes conférences s’y déroulent – comme la W3C, le CIUEN 2012, et le W4A (Web For All) du 16 au 20 avril 2012 – De plus, Lyon est historiquement un lieu d’impressions et d’éditions, c’est un lieu de « résistance », d’alternative, par rapport à Paris.

Cependant, nous devons faire face à une difficulté. Dans le PRES, il y a sept établissements où les SIC sont présentes : Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, l’ENS-LSH, l’ENSSIB, l’IEP de Lyon et l’université de Saint-Etienne. Ils ont chacun leur ligne de crédit, leur présidence, leur fonctionnement spécifique, et négocient individuellement leur appartenance à ELICO. Le PRES délimite donc surtout un périmètre géographique mais ne nous aide pas à faire de la recherche.

 Yannis COSMAS

Marie-Sophie MADIBA

Elmira PRMANOVA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.