Appels à contribution – Février 2013

« Journalisme et dispositifs mobiles »

Cet appel à contribution s’intéresse à la façon dont les entreprises médiatiques mettent actuellement à profit les possibilités de diffusion et de réception mobile et personnelle. Les quatre formes de convergence proposées par Jenkins (2006) (les convergences de contenus, des technologies, des modèles organisationnels et de l’activité professionnelle), semblent caractériser le système médiatique qui s’engage à produire des contenus multisupports, à instiller des collaborations entre médias et à prendre en compte les comportements volatiles des audiences. Dans ce contexte, l’un des enjeux actuels porte les médias à s’intéresser aux supports mobiles comme les smartphones, les tablettes et les minitablettes. Ce dossier de la revue  s’intéresse à cette thématique du journalisme et des applications mobiles et souhaite aborder les contenus journalistiques qui sont produits avec ces outils, les contraintes sur les pratiques professionnelles, les nouveaux débouchés en matière de temporalité ou de production multimédia, les usages de ces produits par les consommateurs, ainsi que les modèles d’affaires.

Les propositions de textes pourront aborder les différents points suivants :

  • Les langages et les formats
  • L’analyse des nouvelles applications journalistiques
  • Les modèles d’affaires (production, accès, consommation)
  • Les conditions de production convergente des produits journalistiques pour mobiles
  • La relation entre les caractéristiques des dispositifs mobiles et les propriétés du journalisme
  • Les usages et consommations de produits journalistiques avec des dispositifs mobiles.

Les projets d’articles (résumé de deux pages) sont à envoyer avant le 1er avril 2013 à l’adresse suivante : jc@ubi.pt – liaseixas@gmail.com. Les articles (de 30 à 50 000 signes tout compris) sont à envoyer avant le 1er août 2013.

Pour plus d’informations : http://surlejournalisme.com/rev

« La vie des signes au sein de la communication : vers une sémiotique communicationnelle »

Sémiologie, sémiotique, sémiologie de la communication ou de la signification. Sémiotique structurale ou interprétative, peircienne ou greimassienne, puis post-greimassienne et tensive. La « science des signes au sein de la vie sociale » en a vu de toutes les couleurs, est passée par tous les états d’âme. Preuve, en réalité, que cet espace théorique et pratique vit, avec des racines profondes et des fondations solides, des mouvements de générations et des tendances, des lignes franches et des changements de cap. Voilà ce qu’il nous faut appréhender, sous le rapport particulier qui est le nôtre : les relations entre la sémiotique, ce monde sémiotique à la fois permanent et changeant, et la communication, les SIC.

Les axes de réflexion proposés sont les suivants :

  • Les relations sémiotique et communication en termes de formation, dans l’offre et le contenu pédagogiques, tous niveaux confondus, y compris à l’international et sous forme documentaire, éditoriale, là encore,
  • Les relations sémiotique et communication, au plan théorique et épistémologique, sous l’obédience d’un modèle, à travers des approches différenciées ou sous la forme du « bricolage », dans les termes où Floch entendait l’assumer. Cela subsume toutes les questions bibliographiques, documentaires, éditoriales,
  • Les relations sémiotique et communication en termes d’applications professionnelles, de visée opérationnelle, avec toutes les ressources d’une sémiotique dite appliquée ou concrète qui trouve, de plus en plus, des voies de médiatisation,
  • Les relations sémiotique et communication en termes d’objets, de terrains, de méthodes, tout particulièrement dans une perspective d’élaboration et de consolidation des recherches en SIC.

Les articles (environ 30 000 signes) sont à envoyer avant le 15 avril 2013.

Pour plus d’informations : http://rfsic.revues.org/399

 



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.