Le point sur… David Peyron, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication

Docteur en Sciences de l’information et de la Communication, membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines et sociales.

David, d’où viens-tu ?

De partout ! J’ai fait une licence de sociologie à Aix en Provence, un Master de sociologie de l’art à Grenoble et là j’ai rencontré mon futur directeur de thèse (qui donnait des cours). Ce dernier  m’a proposé à la fin de l’année de continuer en doctorat avec lui. J’ai quitté Grenoble où, je n’avais pas d’attaches particulières, et je me suis dit que pour rencontrer les autres membres de mon labo, pour voir mon directeur de thèse, avoir une vie de doctorant, il valait mieux que je me rende à Lyon, surtout que la ville est quand même très agréable. À Lyon j’étais plus près de mes collègues, la ville est plus grande, la vie universitaire y est plus riche et j’ai pu rencontrer, par exemple, les gens d’Alec.SIC ou assister facilement aux réunions de labo. Et puis pour être honnête, je n’étais pas fan de la ville de Grenoble alors autant aller là ou je suis rattaché.

En ce qui concerne le labo, j’étais rattaché à Elico, un labo assez divers mais c’est ça qui était intéressant. J’ai bien aimé surtout l’ambiance entre les doctorants qui faisaient des recherches assez variées. Le fait d’être tous rattaché à la même entité même un peu obscure qu’est un labo de recherche donne du lien et une cohésion. Après mon directeur a quitté le labo mais moi j’y suis reste rattaché.

Où en es tu et sur quoi portait ta thèse ?

J’ai soutenu ma thèse il y a environ deux mois donc je suis encore dans la phase où je ne réalise pas trop que ces cinq ans de travail sont terminés mais où il faut commencer à se tourner vers autre chose.

Ma thèse portait sur la culture geek, pour le dire vite ça se rattache à ce que les anglo-saxons appellent les Fan studies, études sur les fans et comment être fan peut devenir une identité culturelle revendiquée.

Tes auteurs préférés ? Avant et après la fin de thèse…

Ah question difficile, il y a un auteur qui traverse tout mon travail et qui est central dans toutes les Fan studies : c’est Henry Jenkins notamment autour de concepts comme la convergence culturelle et le transmédia. Mais après j’ai toujours essayé de lire au-delà de mon champ c’est souvent ça qui m’a le plus apporté en terme de réflexion, donc par exemple j’ai beaucoup appris de Bruno Latour en sociologie des sciences ou de Marc Augé en anthropologie. J’ai remarqué à quel point certaines questions qu’on se pose et qui semblent très spécifiques sont en fait transversales. Quand les auteurs ne travaillent pas sur une thématique qui est la nôtre ou avec un tout autre regard, on peut alors vraiment se concentrer sur les proximités sous-jacentes qui aident à régler nos problèmes.

Exemple d’une thématique que tu as retrouvée hors de ton champ ?

Eh bien par exemple dans le rôle de la fiction et de l’immersion dans un univers imaginaire cohérent très présent chez les geeks dans la construction identitaire. Cette idée de se construire un monde cohérent on la retrouve totalement dans la sociologie des sciences et ça tendrait à montrer qu’il y a aujourd’hui un réenchantement du monde par l’imaginaire scientifique chose que j’ai aussi retrouvée dans mon travail.

Et pour l’anthropologie j’ai beaucoup travaillé sur la question de l’ethnographie sur internet très en vogue dans les Fan studies. A cet effet, j’ai découvert que ce genre de terrain étrange avait déjà été pensé en anthropologie depuis longtemps mais sous d’autres formes.

Comment prendre de la distance avec son objet ? Le chercheur était-il aussi un geek ?

Je crois qu’un de mes plus grand plaisir d’apprenti chercheur a toujours été de faire parler à travers moi des auteurs d’horizons très différents mais qui pourtant se recoupent. Il existe deux traditions :

– Soit l’on fait semblant de n’avoir aucune proximité avec son sujet, ce qui est assez rare et hypocrite et on se cache derrière une pseudo objectivation (mais tout le monde sait bien que le sujet au moins nous intéresse), c’est plutôt la tradition française, bien sûr je caricature.

– Soit il y a une tradition anglo-saxonne où on assume tellement qu’on en vient à faire du mélange des genres (je suis fan donc pourquoi pas travailler pour une entreprise qui produit des objets que j’aime en plus étudier). J’ai essayé d’être entre les deux. En gros en assumant auprès des gens que j’ai interviewé mes connaissances du jeu vidéo, de la science-fiction, des séries, mais dans l’écriture de la thèse de prendre plus de distance et de prendre en compte ma place dans la construction du phénomène.

En plus, partager des goûts ne m’a pas empêché par exemple d’analyser la globalité de mon échantillon en terme sociologique. Il y a notamment un chapitre sur le rapport complexe à la masculinité des geeks qui conduit à des formes de violences symboliques envers les filles qui voudraient s’intégrer au mouvement. Ce n’est pas tellement vanter la beauté de la culture geek. Ou encore, j’ai beaucoup travaillé sur la définition complexe du mot geek et comme j’ai connu pas mal de visibilité médiatique, les fans eux-mêmes reprenaient ma définition pour la discuter sur les forums, eh bien il faut en parler.

C’est une perpétuelle mise en abyme, j’étudie des gens qui savent que je les étudie et discutent ma légitimité à le faire. Ce qui induit des biais sur leur comportement, mais c’est un exercice passionnant. Du coup assumer qu’on est geek ça rend les choses plus facile au niveau de cette légitimité justement.

Où vas-tu David ?

Pour l’instant je suis vacataire et j’attends les résultats des qualifications pour me lancer dans la grande valse des envois de candidatures sachant aussi que je n’ai jamais été encore Ater. Donc je me réserve la possibilité de faire un an ou deux comme ça en attendant de trouver un poste définitif. Je fais aussi pas mal de colloques et conférences et je commence à travailler un peu sur le manuscrit de la thèse en vue d’une possible publication.

Vois-tu une suite non universitaire à ton travail ? Envie d’entreprendre ? Quels postes s’ouvrent à toi dans le privé au cas où ?

C’est une possibilité oui, mais franchement qui ne me fait pas trop rêver. J’ai déjà travaillé avec quelques boîtes privées dans la communication et j’ai été un peu consultant pour des fictions transmédia (lancer une série en même temps qu’un jeu vidéo et qu’un roman et un site internet dans le même univers), et il y a une grande mode autour de ce phénomène donc je pourrai creuser mais malgré tout j’ai la vocation de la recherche donc pour l’instant c’est vers ça que je tends.

Marie-Sophie Madiba, Yannis Cosmas, Elmira Prmanova : David, merci beaucoup


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.