Piar, Christophe, Comment se jouent les élections. Télévision et persuasion en campagne électorale, INA Editions, 2012, 312 p., ISBN : 978-2869382008

L’ouvrage de Christophe Piar analyse l’influence des médias sur la vie politique, ainsi que le contenu et les effets de l’information médiatique sur le comportement électoral. L’auteur – Maître de Conférences en Sciences politiques – est un spécialiste de l’opinion publique, des élections et de la communication politique[1].

Les campagnes électorales constituent des moments importants dans l’activité des journalistes politiques puisque c’est généralement au cours de ces périodes que la vie politique est la plus intensément couverte par les médias. L’auteur cherche à savoir si les médias de masse peuvent former « la conscience publique des campagnes électorales, de quelle manière les décrivent-ils et les font-ils exister » (p. 69). Il s’interroge sur les critères qui permettent aux journalistes de choisir les événements susceptibles d’être médiatisés mais également sur la perspective adoptée pour traiter les faits sélectionnés.

Pour répondre à ces questions, Christophe Piar étudie les logiques et les contraintes qui participent à la fabrication de l’information télévisée en période électorale, ainsi que leurs conséquences sur son contenu. Pour cela, il analyse la couverture médiatique de campagnes électorales selon le type de scrutin, le jeu et l’enjeu de l’information médiatique, la couverture thématique des acteurs politiques et les effets des médias sur le sentiment de compétence politique. La méthode consiste à coder des communications langagières (articles, discours, conversations…) et des supports visuels (par exemple des émissions télévisées) pour pouvoir en observer les caractéristiques. Le corpus est constitué des deux principaux journaux télévisés français (le vingt heures de TF1 et de France 2) afin d’évaluer la nature de l’actualité à laquelle les téléspectateurs ont été exposés au cours des six mois précédant le second tour des élections présidentielles de 1981, 1988, 1995, 2002 et 2007. Il procède de même pour d’autres événements électoraux[2].

Il évoque un risque d’influence de la télévision sur les choix électoraux et détaille les moyens d’influence suivants :

– avec la « persuasion directe », les messages les plus intenses ont un impact plus élevé que les messages moins intenses ;

– avec l’« effet d’agenda », les médias orientent l’attention du public sur certains objets plutôt que d’autres ;

– avec l’« effet d’association », ils incitent les citoyens à voter pour le candidat que la couverture de la campagne associe le plus au problème qu’ils considèrent comme étant le plus important ;

– avec l’« effet de cadrage », ils imposent une définition des enjeux, des acteurs et des événements politiques que les électeurs reprennent à leur compte (p. 221-222).

Christophe Piar fait une série de conclusions et de constats. Il montre que les journalistes présentent davantage les campagnes électorales comme un spectacle et comme une compétition pour le pouvoir que comme un moment de délibération en vue de la résolution des problèmes collectifs. Les médias privilégient le jeu aux enjeux en recourant à la « dramatisation », la « personnalisation »  et la « fragmentation » (p. 105) dans les récits sur les candidats à l’élection présidentielle.

L’auteur parle du principe de la crédibilité sectorielle selon lequel les candidats ont intérêt à insister sur les thèmes sur lesquels ils sont réputés plus crédibles que leurs adversaires et, à l’inverse, à éviter ceux sur lesquels ils sont considérés comme moins crédibles. Cependant, en insistant sur les thèmes pour lesquels les candidats bénéficient d’une plus grande crédibilité, les médias ont tendance à empêcher un véritable dialogue de se dérouler. En même temps, les événements qui surviennent dans l’information générale les contraignent à prendre position sur des sujets pour lesquels ils ne sont pas forcément avantagés.

Christophe Piar affirme que l’utilisation de la télévision comme principale source d’information a un effet positif plus réduit sur l’accroissement de la « compétence politique subjective » que l’usage des autres médias. La télévision semble en effet être le média qui traite les campagnes électorales le moins en profondeur. Dès lors, les individus qui utilisent principalement la télévision pour s’informer acquièrent peut-être moins de connaissances politiques, comprennent peut-être moins bien la vie politique, et se sentent donc peut-être moins compétents dans ce domaine.

Cet ouvrage présente un intérêt considérable pour comprendre les mécanismes de fonctionnement des médias pendant les campagnes électorales, la nature des relations entre les trois acteurs que sont les médias, les politiques et les citoyens, ainsi que pour voir l’impact de la télévision sur la vie électorale.

Elmira Prmanova


[1] Il travaille également au département Opinion de l’institut de sondages CSA.

[2] Six mois précédant les référendums sur la construction européenne de 1992 (traité de Maastricht) et de 2005 (traité constitutionnel européen), et au cours des dix semaines précédant les élections européennes de 1984,  1989, 1994 et 2004 ; les législatives de 1986, 1993 et 1997 ; les régionales de 1986, 1992, 1998 et 2004.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.