Nouvelles parutions – Juin 2013

SCIENCES_LANG_CALABRESE_15_PRESSE-MEMOIRE-SOC.indd

CALABRESE, Laura, L’Evénement en discours. Presse et mémoire sociale, Louvain-La-Neuve, Editions Academia / L’Harmattan, 2013, 289 p., ISBN : 978-2-8061-0098

Cet ouvrage explore un mécanisme récurrent du discours médiatique, celui de la nomination d’événements, qui joue un rôle fondamental dans notre perception de la réalité sociale. Comment expliquer le fait que des expressions génériques telles que « la crise » ou « la canicule » renvoient à des événements situés dans le temps et dans l’espace ? Pourquoi « Gaza, le voile » ou « Abu Ghraib » peuvent-ils renvoyer temporairement à des événements de l’actualité ? Comment les dates – 21 avril, 11 mars – se transforment-elles en dénominations d’événements ? Comment décodons-nous des expressions telles que « le 11 septembre de l’Europe » ou « un nouveau Tchernobyl » ?

Pour répondre à ces questions, l’ouvrage procède à une description minutieuse des désignants d’événements, à partir d’un corpus d’exemples tirés de la presse écrite. Ces séquences linguistiques, largement partagées, sont des « prêts-à-dire » capables de condenser une énorme quantité d’information sur l’événement, de ses données les plus objectives (où, quand, quoi) aux plus subjectives (images, représentations), mais partagées intersubjectivement. Dans le discours d’information, elles servent à conserver la mémoire de notre histoire immédiate, en mémorisant des informations, des images et des discours sur les événements.

 histoire et culture du libre

PALOQUE-BERGES, Camille et MASUTTI, Christophe (dir.), Histoires et cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées, Editions Framasoft, 2013, 580 p., ISBN : 978-2-9539187-9-3

Fruit de la collaboration inédite d’auteurs provenant d’horizons disciplinaires différents, par des approches thématiques et des études de cas, cet ouvrage propose une histoire culturelle du Libre non seulement à travers l’histoire de l’informatique, mais aussi par les représentations sociales, philosophiques, juridiques et économiques qu’a cristallisées le mouvement du logiciel libre jusqu’à nos jours. À l’aide de multiples clés d’analyse, et sans conception partisane, ce livre dresse un tableau des bouleversements des connaissances et des techniques que ce mouvement a engendrés. Le lecteur saura trouver dans cette approche ambitieuse et prospective autant d’outils pour mieux comprendre les enjeux de l’informatique, des réseaux, des libertés numériques, ainsi que l’impact de leurs trajectoires politiques dans la société d’aujourd’hui.

 la civilisation du clic

LAFRANCE, Jean-Paul, La Civilisation du clic. La vie moderne sous l’emprise des nouveaux médias, Paris, Editions L’Harmattan, 242 p., ISBN : 978-2336292892

 Penser la « civilisation du clic », c’est essayer de voir comment les nouvelles technologies d’information et de communication ont changé l’homme dans son quotidien et dans ses comportements : c’est se placer du côté de l’usager et non des techniques, c’est regarder comment vit et agit l’être humain sous l’emprise des médias et des technologies. Naître dans cette civilisation, c’est être toujours à un « clic » de l’énorme richesse contenue dans Internet : c’est pouvoir rejoindre n’importe qui grâce à son smartphone, c’est savoir en tous lieux et en tout temps où l’on se trouve, c’est se croire éternel et ignorer le risque et la mort parce que l’on peut toujours remettre à zéro les compteurs, comme dans les jeux vidéo.

 Les produits et marques au cinéma

LE NOZACH, Delphine, Les produits et les marques au cinéma, Paris, L’Harmattan, 2013, 196 p., ISBN : 978-2-336-00875-2

La sphère de la publicité intègre fréquemment celle du cinéma. Depuis plus d’un siècle, des produits et des marques figurent dans les longs-métrages de fiction. Au-delà des aspects marketing, commerciaux et économiques de cette technique, cet ouvrage adopte un point de vue innovant en examinant la place accordée aux produits et aux marques dans la création cinématographique.

Grâce à l’analyse d’entretiens menés avec des réalisateurs français et à l’étude de leurs films, il est démontré que les cinéastes pensent et maîtrisent le procédé d’insertions publicitaires filmiques et que les produits et les marques représentent des outils diégétiques. En effet, selon les choix de réalisation, les produits ou les marques peuvent prendre la forme d’une simple figuration comme celle d’un ressort dramatique majeur. Les insertions publicitaires filmiques offrent alors au réalisateur la possibilité de s’approprier l’univers de valeurs identitaires d’une marque et de métamorphoser des produits en signifiants filmiques. Originellement, les produits et marques marchands sont exogènes au cinéma. Néanmoins, lorsqu’ils sont intégrés aux films dans le but de remplir une fonction diégétique, les produits et les marques changent de statut et deviennent des éléments réellement endogènes au cinéma.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.