Le point sur Alec.sic – Juin 2013

A l’occasion de la Journée d’étude de l’Association Lyonnaise des Etudiants Chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (Jec’SIC) organisée le 27 juin 2013 et centrée sur la question du « corpus », nous avons décidé de faire un numéro spécial, entièrement consacré à cette manifestation scientifique. Cette journée entend fournir des pistes de réflexion aux jeunes chercheurs qui sont confrontés, dans le cadre de leur recherche, aux questions méthodologiques, théoriques et épistémologiques posées par le travail sur le corpus. La notion de corpus intéresse un large éventail de disciplines. Défini par Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau comme « un recueil large quelquefois exhaustif de documents ou de données », elle pose (entre autres) la question de la clôture et de l’échantillonnage. Sylvie Mallet précise que ce recueil est formé « pour intéresser une même discipline » ; il y aurait donc des corpus propres à chaque champ disciplinaire. Dans celui des SIC, nous avons affaire à des corpus souvent très hétérogènes, et c’est justement sur ce point que Jean-Michel Rampon, maître de conférence à Sciences-Po Lyon, ouvrira la journée, en insistant notamment sur la disparité des données. « Construire et exploiter un corpus composite » est donc un exercice auquel les étudiants chercheurs en SIC sont souvent confrontés, comme le soulignera dans sa communication Fredj Zamit, Docteur en SIC.

Tout au long de la journée d’étude seront abordés les enjeux théoriques et méthodologiques qui entourent le concept de corpus à travers les communications de doctorants issus des SIC mais aussi d’autres disciplines telles que la sociologie ou bien l’histoire moderne et contemporaine. Le cadre pluridisciplinaire de ces échanges nous permettra également d’observer quels sont les points d’ancrage communs à la constitution du corpus malgré la diversité des objets étudiés, toutes disciplines confondues. A ce sujet, le Directeur de l’Ecole Doctorale EPIC, André Robert, souligne dans notre interview « que dans les disciplines comme les sciences de  l’éducation, mais aussi d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, l’histoire, les sciences du langage, on ne peut pas se dispenser d’un ancrage empirique qui est situé dans les matériaux recueillis à travers des enquêtes ou dans des corpus, verbaux, d’images. Ces corpus vont constituer la base empirique sur laquelle le chercheur va faire porter sa problématique à l’intérieur d’un cadre théorique déterminé ».

Nous espérons donc que cette Jec’SIC 2013 sera pleine d’apports constructifs dans la façon d’envisager le corpus en SIC et, plus largement, en sciences humaines et sociales.

Frédéric Aubrun


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.