A propos de : « Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel »

Compte-rendu de Frédéric Aubrun initialement publié dans le Point Com des mois de janvier et février 2011.


SEMPRINI Andrea (sous la direction de). Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel. Paris. L’Harmattan. Collection Champs Visuels. 2007. 368 pages.
ISBN : 978-2-296-02289-8.

En partant du constat que la communication a souvent été sujette à une analyse purement technique, faisant par là même abstraction du contexte socioculturel dans laquelle elle prend place, cet ouvrage collectif (sous la direction d’Andrea Semprini) tente de conduire une approche sociosémiotique dans chacun des cas étudiés : médias d’information (télévision, presse, magazine), sites Internet (Edf, Adidas), communication politique (Berlusconi), publicité (Ferrero, Absolut, PlayStation, Vuitton), …

Cet ouvrage fait suite à un premier recueil d’analyses sémiotiques de différents types d’occurrences de communication (films et affiches publicitaires, discours radiophoniques et télévisuels, logos, identités visuelles, etc.) paru 10 ans plus tôt sous la plume d’Andrea Semprini : Analyser la communication. A travers ce premier ouvrage méthodologique et empirique, on observait déjà une volonté de son auteur d’introduire un regard sociosémiotique dans l’analyse des occurrences de communication : « Si montrer « comment » on analyse des communications est assurément son objectif méthodologique, cet ouvrage a également un objectif théorique. A travers les analyses proposées, il voudrait faire émerger le rôle et quelques champs d’application d’une sociosémiotique, entendue comme discipline étudiant l’inscription du sens au sein des pratiques sociales. » (Analyser la communication, p. 15).

Une autre spécificité de cet ouvrage consacré à l’analyse de cas est de proposer une pluralité de démarches méthodologiques, adaptées selon la spécificité de chaque occurrence. Libre alors au lecteur de construire sa propre analyse en choisissant la méthode adéquate au type de communication choisi. Le caractère collectif de ce second recueil vient davantage renforcer la diversité des méthodes, et lui confère une ouverture internationale, notamment avec quelques contributions d’auteurs italiens et anglo-saxons.

Depuis le premier ouvrage, le panorama des formes de communication a progressivement évolué (Internet a ainsi été ajouté dans les études de cas de ce second recueil), tout comme les méthodes pour les analyser. Mais le principal changement entre les deux ouvrages est le glissement d’un regard sémiotique à un regard sociosémiotique, ce qui justifie le nouveau sous-titre du recueil collectif dirigé par Andrea Semprini, à savoir Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel.

D’après Andrea Semprini, le regard sociosémiotique « analyse la façon dont un objet de sens particulier est pris en charge par un système de discursivité, est utilisé pour soutenir ou critiquer une vision du monde et des systèmes de croyance et finit par alimenter, en tant que ressource sémiotique, ces mêmes systèmes. » (Analyser la communication 2, p. 14).

A l’image d’un arbre aux multiples branches, la sémiotique s’articule autour de plusieurs approches, parmi lesquelles la sociosémiotique, qui étudie tout ce qui touche la dimension sociale de la discursivité. « Selon cette vision, ce qui opère un glissement de la sémiotique à la sociosémiotique n’est pas tant une vague dimension sociale du signifié que le passage d’une analyse centrée sur le texte à une analyse centrée sur le discours et sur les pratiques discursives, où le discours n’est rien d’autre que le texte énoncé et/ou les procédures qui gouvernent sa production » explique Andrea Semprini (Analyser la communication 2, p. 13).

Au final, nous retrouvons dans cet ouvrage collectif un des aspects qui fait la richesse des Sciences de l’Information et de la Communication, à savoir rendre complémentaires certaines notions jugées souvent opposées, comme le texte et le contexte.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=22858


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.