A propos de : « Figures sociales des discours. Le « discours social » en perspectives »

Compte-rendu de Lise Jacquez, initialement publié dans le Point Com de novembre-décembre 2010.

Aurélie TAVERNIER, Jacques NOYER, Jean-Baptiste LEGAVRE et Bernard DELFORCE (sous la dir.), Figures sociales des discours. Le « discours social » en perspectives,Lille, Université Charles de Gaulle Lille 3, 2010, 247p.
ISBN : 2844671179

Cet ouvrage collectif est issu de la journée d’étude organisée à l’université Lille 3 en juin 2007 par le Groupe d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires en Information et en Communication (GERIICO) autour de la notion de « discours social ». Il regroupe les contributions de chercheurs de diverses disciplines des sciences sociales (sciences de l’information et de la communication, sociologie et sciences politiques principalement).

La question à l’origine de ce projet est formulée ainsi: « Comment les sciences humaines et sociales peuvent-elles rendre raison du discours que tiennent les acteurs dans leurs mondes sociaux ? ». Par cette question, les auteurs veulent souligner le fait que les discours sont l’objet d’analyses multiples et différenciées dans divers champs des sciences sociales, d’où le projet d’entamer un dialogue interdisciplinaire afin de confronter et de croiser les différentes « façons de faire » avec le discours. Par delà les divergences entre manières de faire, c’est la reconnaissance commune de la dimension profondément sociale du discours qui rend possible et nécessaire ce dialogue interdisciplinaire. La notion de « discours social » est donc mobilisée ici comme un point départ pour penser les divergences : « Le discours est de part en part social. Quitte ensuite à ne pas l’analyser selon les mêmes logiques. ».

Plus précisément, deux questionnements traversent l’ensemble des contributions : la première renvoie à la pertinence de la notion de discours social en tant qu’outil théorique et heuristique permettant d’observer et d’analyser des processus de communication et de médiatisation dans leurs contextes sociaux. La deuxième question porte plus particulièrement sur le comment (comment se saisir de cette notion de discours social pour l’analyse d’objets discursifs situés et divers ?) et porte par conséquent aussi sur la question des méthodes de constitution et d’analyse des corpus.

L’ouvrage se décompose en quatre chapitres. Dans le premier chapitre « Discours social  : filiation et enjeux d’une notion heuristique », trois contributions répondent plus particulièrement à la première question en invitant à considérer le « discours social » non pas comme un concept figé et rigide mais comme « une notion dynamique et opératoire, pour envisager les discours comme étant à la fois porteurs et vecteurs d’une histoire et d’une mémoire collectives, socialement marquées. » (A. Tavernier, p. 10.). La contribution de Bernard Delforce, « Discursivité sociale/discours sociaux : Penser les enjeux sociaux de l’information », ouvre ainsi de nombreuses perspectives pour la compréhension des processus de médiatisation et de construction du sens autour de questions ou de « problèmes sociaux » présents dans l’Espace Public.

Les contributions présentées dans les trois autres chapitres, (« Discours en corpus : les discours sociaux au fil du texte », « Du texte aux contextes : le discours social en situation » et « Le chercheur, le discours et le social : ouvertures méthodologiques »), répondent ensuite à la question du « comment » en explorant les différentes perspectives présentées dans ce premier chapitre programmatique et en les confrontant à des « objets discursifs » médiatisés.

De ces confrontations, des conclusions communes se dégagent : d’abord, le sens s’opère toujours dans « le maillage d’un discours social commun ». Pour tous, « le « discours social » apparaît ainsi comme une catégorie heuristique mobilisable pour « remettre à plat » les enroulés de significations auxquels le chercheur est confronté lorsqu’il se saisit d’un discours en apparence autonome (…) » (A. Tavernier, p.12.). Ensuite, la confrontation des points de vue et des méthodes (notamment entre chercheurs privilégiant l’articulation entre analyse du discours et enquête sociologique, et chercheurs pour qui l’analyse de corpus doit permettre de faire « remonter les déterminants sociaux qui configurent des discours sédimentés »), permet de souligner l’importance de l’interdisciplinarité et donc de l’ouverture à d’autres socialisations disciplinaires pour ne pas accumuler les « points aveugles » dans les manières de voir l’articulation entre discours et social.

L’ouvrage sur le site de son éditeur : http://commandes.recherche.univ-lille3.fr/publications/ul3/197-figures-sociales-des-discours-le-discours-social-en-perspectives-9782844671172.html


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.