Interview de Samuel Lézé, Anthropologue et Maître de conférences en anthropologie des sciences à l’ENS de Lyon (décembre 2010)

Propos recueillis par Eda Gunay en vue du Point Com de décembre-janvier 2010.

Bonjour M. Lézé. De quelle université et laboratoire de recherche venez-vous ? Pourquoi avez-vous choisi d’enseigner à l’ENS ?

Samuel Lézé : A dire vrai, c’est plutôt l’ENS de Lyon qui m’a choisi au terme d’une longue sélection afin d’inaugurer et de développer l’enseignement de l’anthropologie sociale et, plus particulièrement, l’anthropologie des sciences ! Une dimension importante de mon parcours est en effet le franchissement de frontières et l’interdisciplinarité. J’ai été formé à l’université Paris I en philosophie des sciences et en logique, en ethnologie à l’université Paris 8 puis en sciences sociales à l’ENS-EHESS tout en étudiant les enjeux contemporains de la médecine mentale… Enfin, dans le cadre de mon postdoctorat, j’ai été accueilli par un laboratoire, l’IRIS (EHESS,CNRS, INSERM, Paris XIII), qui développe en France l’anthropologie critique en rupture avec l’ethnologie et son inépuisable fond de commerce, l’exotisme. Pour autant, ces glissements ne relèvent pas d’une simple fantaisie personnelle ou du goût, de luxe, de la bohème intellectuelle. Se déterritorialiser répond avant tout à des contraintes de résolutions de problèmes théoriques.

Votre livre « Autorité des psychanalystes » est un travail de dix ans. Pouvez-vous expliquer votre méthode et le contenu de votre recherche ?

S.L. : Voilà un problème qui exige justement de se déterritorialiser et il faut prendre parfois son temps. La psychanalyse est surtout abordée comme un discours et le plus souvent évaluée par l’histoire ou la philosophie des sciences. La démarche anthropologique inverse tous les termes. J’ai tout d’abord tenté de formuler clairement le problème que pose la psychanalyse aux sciences sociales et à la société. Puis, j’ai engagé un travail de terrain, assez classique, afin de connaître cet univers de première main à partir des préoccupations des patients et des psychanalystes. Enfin, et c’est un apport supplémentaire de l’anthropologie critique que je développe, la méthode analyse les conditions de possibilités de ma recherche : celles de la production épistémique de la connaissance sur ce terrain (réflexivité) et celles de la production sociale et historique d’un espace politique qui façonne le terrain (enjeux de structure et de conjoncture).

Pourquoi menez-vous vos recherches sur la santé mentale ?

S.L. : La santé mentale est une terra incognita et un laboratoire de nos subjectivités.
En faire l’anthropologie autour d’études de cas circonscrites permet de répondre
à une question anthropologique générale : qu’est-ce qu’une personne aujourd’hui? Quel type d’humain devenons-nous ? Les composantes de la personne sont au travail dans ce laboratoire et en étudiant la psychanalyse, c’est une réponse particulière à cette question générale que je tente de comprendre face aux autres réponses qui tentent actuellement de s’imposer. Une mutation des subjectivités est en cours, il s’agit de la comprendre par cet angle d’approche. Ainsi, derrière un terrain qui semble exiger une haute spécialisation, mais qui est en fait un puissant révélateur social, on trouve une question anthropologique classique et fondamentale.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

S.L. : Je termine un cycle de travaux sur la santé mentale dans le monde de la justice (expertise psychiatrique et soin psychiatrique aux détenus) et du travail (souffrance au travail et souffrance des adolescents). Je développe et prolonge actuellement ma réflexion dans le cadre d’une anthropologie des sciences. Je vais, par exemple, m’interroger sur la catégorie de critique depuis la fin des années 80 dans le champ de l’anthropologie sociale et dans le champ de la médecine mentale. Il y a des enjeux moraux et politiques à comprendre. Mais, c’est une période de transition où je suis en train de préparer de nouveaux terrains pour penser la mutation des subjectivités (cognition, émotions, actions). C’est l’apport principal de l’anthropologie : penser le général dans le particulier, conceptualiser le concret.

Quelles sont vos attentes des jeunes chercheurs à Lyon ?

J’espère développer des programmes d’anthropologie des sciences où des jeunes chercheurs puissent trouver l’occasion d’entrer dans une dynamique de groupe afin de s’initier à l’ensemble du processus d’une recherche : sa conceptualisation progressive, le travail de terrain et ses obstacles, la production collective de la connaissance et un cadre pour la rédaction d’articles. C’est aussi l’occasion d’ouvrir collectivement la boite noire de sa proche recherche (de thèse par exemple) et de comprendre à quel point nos inquiétudes et nos inhibitions n’ont vraiment rien de personnel !

En savoir plus :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.