Le point sur Alec.sic – Juin 2013

A l’occasion de la Journée d’étude de l’Association Lyonnaise des Etudiants Chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (Jec’SIC) organisée le 27 juin 2013 et centrée sur la question du « corpus », nous avons décidé de faire un numéro spécial, entièrement consacré à cette manifestation scientifique. Cette journée entend fournir des pistes de réflexion aux jeunes chercheurs qui sont confrontés, dans le cadre de leur recherche, aux questions méthodologiques, théoriques et épistémologiques posées par le travail sur le corpus. La notion de corpus intéresse un large éventail de disciplines. Défini par Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau comme « un recueil large quelquefois exhaustif de documents ou de données », elle pose (entre autres) la question de la clôture et de l’échantillonnage. Sylvie Mallet précise que ce recueil est formé « pour intéresser une même discipline » ; il y aurait donc des corpus propres à chaque champ disciplinaire. Dans celui des SIC, nous avons affaire à des corpus souvent très hétérogènes, et c’est justement sur ce point que Jean-Michel Rampon, maître de conférence à Sciences-Po Lyon, ouvrira la journée, en insistant notamment sur la disparité des données. « Construire et exploiter un corpus composite » est donc un exercice auquel les étudiants chercheurs en SIC sont souvent confrontés, comme le soulignera dans sa communication Fredj Zamit, Docteur en SIC.

Tout au long de la journée d’étude seront abordés les enjeux théoriques et méthodologiques qui entourent le concept de corpus à travers les communications de doctorants issus des SIC mais aussi d’autres disciplines telles que la sociologie ou bien l’histoire moderne et contemporaine. Le cadre pluridisciplinaire de ces échanges nous permettra également d’observer quels sont les points d’ancrage communs à la constitution du corpus malgré la diversité des objets étudiés, toutes disciplines confondues. A ce sujet, le Directeur de l’Ecole Doctorale EPIC, André Robert, souligne dans notre interview « que dans les disciplines comme les sciences de  l’éducation, mais aussi d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, l’histoire, les sciences du langage, on ne peut pas se dispenser d’un ancrage empirique qui est situé dans les matériaux recueillis à travers des enquêtes ou dans des corpus, verbaux, d’images. Ces corpus vont constituer la base empirique sur laquelle le chercheur va faire porter sa problématique à l’intérieur d’un cadre théorique déterminé ».

Nous espérons donc que cette Jec’SIC 2013 sera pleine d’apports constructifs dans la façon d’envisager le corpus en SIC et, plus largement, en sciences humaines et sociales.

Frédéric Aubrun

Le point sur… André Robert, Directeur de l’école doctorale EPIC

IMAG0245

Comment en êtes-vous venu à diriger l’ED 485 : votre parcours a-t-il joué un rôle ?

Après une classe préparatoire littéraire au lycée du parc de Lyon, ma formation en philosophie s’est déroulée à l’Université de Lyon, avant sa scission entre Lyon 2 et Lyon 3, il y a 40 ans.

Je devins professeur de philosophie dans l’enseignement du 2nd degré durant vingt ans, avant de soutenir une thèse et d’être qualifié comme maitre de conférences en Sociologie et en Sciences de l’éducation. J’ai pu exercer sous ce titre au début des années 90, dans plusieurs IUFM et universités en France puis, fin 90, j’obtins mon habilitation à diriger des recherches et la qualification aux fonctions de Professeur des universités. J’ai été élu à Lyon 2, alors que le nombre de postes était rare.

En 2007, lorsque les écoles doctorales ont été redéfinies dans le paysage universitaire national et donc lyonnais, le président et le vice-président « recherche » de l’époque m’ont sollicité pour devenir directeur de l’Ecole doctorale EPIC. Pour m’y consacrer, j’ai dû prendre beaucoup sur mon temps de recherche personnel.

Comme directeur, comment avez-vous vécu la diversité des disciplines de l’ED 485 (EPIC:7 doctorats), quels ont été les challenges auxquels vous avez été confronté dans ce poste » ?

Je trouve encore beaucoup d’intérêt à orchestrer la diversité des laboratoires qui la composent : Education, SIC, psychologie, épistémologie et histoire des sciences, histoire des activités physiques et sportives…

Je relève d’une discipline plurielle et je suis convaincu de la nécessité des échanges scientifiques entre les disciplines : l’épistémologie pluridisciplinaire m’intéresse. Mais je reste conscient de la nécessité d’un ancrage disciplinaire initial, seul garant d’une scientificité autorisant leur dialogue. La richesse de cette Ecole doctorale plurielle a contribué à l’amélioration de son évaluation depuis 2009, puisque sa notation est passée de B à A.

D’une part, la recherche interne interdisciplinaire initiée à mon arrivée, en réponse à un appel d’offre de l’Université Lyon 2, avait déjà fait collaborer plusieurs équipes de l’Ecole doctorale EPIC autour d’un projet commun et, d’autre part, la nouvelle revue interdisciplinaire de l’Ecole doctorale –Inter Pares– perpétue cette démarche. Cette revue de doctorants et de jeunes chercheurs a été créée par un groupe de doctorants venus d’horizons disciplinaires différents, collaborant et échangeant scientifiquement très bien entre eux. Je les remercie encore.

Cela nourrit aussi mon ambition : donner une vie et une dynamique permanente à l’Ecole doctorale, afin qu’elle apparaisse comme un collectif ayant des objectifs, des perspectives annuelles, et des activités constantes. Les journées d’études « Doctoriales » créées en collaboration avec l’Ecole doctorale de Genève en sont l’exemple type. Tout ceci est possible grâce à une équipe administrative très performante, répondant aux missions nationales fixées dans le nouveau texte de cadrage des Ecoles doctorales de 2006.

Quelle a été la portée du thème « Scientifi-cité : créativité, recherche et société » des Doctoriales 2013 de Genève ?

Démontrer l’intérêt de l’interdisciplinarité, tout en insistant sur l’incidence que la recherche a (ou doit avoir) sur les pratiques humaines et sociales, et leur environnement. « La recherche œuvre pour le futur, certes, mais aussi pour répondre à des questionnements sociaux immédiats. Le chercheur est un médiateur entre l’objet qu’il étudie et ceux qui sont concernés par cet objet sans encore le savoir. En éclairant cet objet, il contribuera donc à l’équilibre sociétal ». C’est une question d’épistémologie située au cœur des problématiques contemporaines concernant la recherche.

Lors de mon intervention à Genève, j’énonçais ainsi deux modes de la connaissance :

-le mode 1, académique, ancien selon certains auteurs, appuyé sur une antériorité

-le mode 2, dit de «  recherche, développement, innovation » où les médiations entre recherche, société et pratiques sont beaucoup plus « immédiates ». Des résultats applicables très rapidement sont ici souhaités. Ce mode offrirait une hybridation, une plus grande circulation des savoirs et une redéfinition du paysage de ceux qui interviennent dans la recherche. Il y a les chercheurs en titre et d’autres acteurs sociaux tels les experts, les administrateurs etc. C’est une forme de « recherche diluée ». (cf : la science et la non-science – Bruno Latour).

Mais je considère cette opposition dépassée, car ces deux modes peuvent coexister, et le second a tendance à faire se confondre « la recherche » et « d’autres formes » d’activités. Comment envisager cet état « différent », nécessitant de défendre toujours une rigueur méthodologique et une administration de la preuve selon des critères définis et admis par la communauté scientifique ?

L’univers académique est capable à la fois de faire preuve de cette rigueur, de faire dialoguer les disciplines entre elles, mais aussi d’entendre d’autres « polarités de recherche » afin d’innover (cf. La Pierre de touche – Jean Marc Levy Leblond : l’ordre du savoir émerge de la confusion de la recherche). On s’inscrirait ici plutôt, en manière de dépassement de la dichotomie simplificatrice précédente, dans la position du modèle de la Triple hélice concernant les systèmes d’innovation (cf. Etzkowitz et Leydesdorff)..

Nous (Alec-Sic) organisons le 27 juin prochain une journée d’étude autour du sujet « Le corpus : ancrages théoriques et méthodologiques », que vous inspire la problématique choisie ?

Il me semble que dans les disciplines comme les Sciences de l’éducation, mais aussi d’autres telles que les sciences humaines et sociales, (Histoire, Sciences du langage), on ne peut se dispenser d’un ancrage empirique situé dans les matériaux recueillis à travers des enquêtes ou dans des corpus (verbaux, d’images), constituant la base empirique sur laquelle le chercheur va faire porter sa problématique à l’intérieur d’un cadre théorique déterminé. Je connais particulièrement cette référence au corpus du fait de mes travaux en histoire ou sociohistoire. Il est constitué pour moi par l’archive ou par le corpus de presse.

Dans certains de mes travaux, j’ai été amené à travailler sur la presse et notamment des éditoriaux de bulletins syndicaux. À cet égard, j’ai même écrit un « Que sais-je ? » portant sur la méthode de l’analyse de contenu, laquelle peut être faite de manière soit manuelle (qualitative), soit informatisée (quantitative), ou encore prendre les formes de l’analyse textuelle, de l’analyse du discours etc. Il ne s’agit donc pas de donner une apparence de scientificité à une lecture intuitive, mais bien de révéler de façon méthodique certains aspects imperceptibles dans le corpus à première vue. Le terme corpus doit être pris à la fois au sens strict et comme étant l’indice de la nécessité d’enquête ou de la base empirique pour les travaux en Sciences de l’Education, SIC, ou d’autres disciplines en Sciences sociales.

Quels rapports entre Sciences de l’Education et Info-com ?

Il faudrait connaître véritablement les SIC de l’intérieur, ce qui n’est pas mon cas. Le distinguo tient aux objets bien entendu. En Sciences de l’Education, nous sommes centrés sur les problématiques éducatives. Comme d’autres sciences humaines, les SIC me semblent adopter des démarches qui ne sont pas formellement en rupture avec celles des Sciences de l’Education.

Dans les deux cas, on accorde une assez forte importance à l’ancrage théorique des démarches, et donc de ce point de vue, il y a une communauté. Il me semble que les SIC sont tournées vers l’étude des signes, verbaux, iconiques, par lesquels se manifeste du sens. Les travaux de Roland Barthes, sous le couvert de la sémiologie, (notamment dans Système de la mode ou Mythologies) pourraient concerner des problématiques de SIC. Je pense que cette discipline relativement récente dans le paysage universitaire produit des lectures sémiologiques extrêmement  importantes pour nous aider à comprendre la société de communication et d’information qui nous environne et qui nous obsède de plus en plus.

Je vois passer des travaux sur le déchiffrage de la presse, la lecture des émissions, certains feuilletons télévisés, récits, sur ce qu’on pourrait appeler, en citant Barthes à nouveau, des mythes ou des mythologies contemporaines. Mais je n’ai pas une vision exhaustive de tout ce qui se fait en SIC.

Puisque nous parlions au tout début de l’interdisciplinarité, il me semble que les SIC peuvent tout à fait dialoguer et faire des apports à d’autres disciplines académiques historiquement plus anciennes. Par exemple l’Histoire. En entendant Yannis vendredi dernier à Genève traiter de l’arrivée du métro à Bron-Parilly dans la presse dans les années 70, la dimension historique manifeste était évidente et intéresse les historiens. Elle peut intéresser aussi les géographes urbains. On est là dans cette interconnexion qui a une pertinence et un intérêt très grand. Il me semble aussi qu’en SIC, dans les cadrages théoriques, on rencontre des problématiques qui intéressent la philosophie : image, signe, langage, etc.

L’ED 485 fait partie intégrante de « l’Université de Lyon ». Pouvons-nous dire que notre voix est entendue à Lyon et au-delà ?

À Lyon oui, dans la mesure où l’Ecole doctorale EPIC est certes portée par un établissement : Lyon 2, mais rassemble les étudiants, doctorants et laboratoires de l’ensemble du périmètre lyonnais : Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, Saint-Etienne  plus quelques grandes Ecoles. L’Ecole doctorale a donc une plus grande surface que son université de rattachement.

Il existe un collège doctoral qui réunit les 17 Ecoles doctorales du paysage, toutes disciplines confondues. Les directeurs de laboratoire de ce collège ont une réunion trimestrielle. Ils peuvent faire entendre leur voix, sinon celles de leurs doctorants, au plan régional.

Ceci est plus difficile au plan national car il n’y a pas d’instances qui réunissent plus de 500 Ecoles doctorales françaises. Il y a cependant parfois des interconnexions entre elles.

La revue Inter Pares, pour laquelle j’ai fait une information à l’échelon national, peut aussi aider à faire connaître l’Ecole doctorale hors du périmètre lyonnais. On peut commencer à se poser la question de savoir si cette revue sera en mesure d’accueillir des contributions extérieures. Pour l’instant nous n’avons ni la force, ni les moyens, ni le secrétariat pour le faire, mais c’est quand même une piste.

Dans un cadre extranational, les initiatives d’Ecoles comme la nôtre pour s’interconnecter et travailler en collaboration avec l’Ecole de Genève, sont un signe d’extériorisation.

L’Université de Lyon dispose aussi d’un service relations internationales qui nous met en contact avec d’autres pays, universités, laboratoires et Ecoles doctorales. Tel a été dernièrement le cas d’une mission en Belgique à l’université de Leuwen (une des plus anciennes) pour essayer de développer entre les deux Universités des cotutelles de thèse. Au niveau d’EPIC, j’ai des accords, avec le Brésil et le Liban.

Quelques conseils, suggestions pour dynamiser, enrichir nos activités de recherche ?

Ma recommandation est de concilier dans les activités le travail de production de la thèse, en alliance prioritaire avec le directeur ou la directrice, mais en considérant par ailleurs que ce travail s’inscrit dans une dimension d’Ecole. C’est-à-dire, dans une dimension collective, lequel collectif ne résout pas toutes les questions bien entendu, mais offre une dynamique qui est propre à faire interagir les doctorants entre eux à travers les séminaires, souvent organisés par les laboratoires, et à trouver d’éventuelles solutions favorables à la qualité de leur travail.

En tant qu’association, mais aussi comme membres pour certains du groupe d’animation des Doctoriales et de la revue, vous êtes la preuve du caractère collectif de l’Ecole doctorale.

Par définition, l’Ecole c’est un collectif. Faire une thèse n’est pas qu’un parcours solitaire, dynamisme et initiative individuelle nourrissent le collectif, au sein de formations, même non obligatoires.

Prendre des initiatives de création au sein d’une association comme vous le faites, c’est ne pas se renfermer dans une vision isolée ou solipsiste de l’activité de thèse. Avec le titre de docteur, les étudiants doctorants seront appelés à participer à la vie de la cité, d’une Université, d’une entreprise. Cela suppose l’acquisition de compétences relationnelles et d’interventions dans le collectif.

Merci pour votre disponibilité.

Propos recueillis par Marie Sophie Madiba, Elmira Prmanova et Yannis Cosmas

Appels à contribution

« Sens et identités en construction : dynamiques des représentations »

 Cet appel à contribution pour le 12ème numéro de la revue Signes, discours et sociétés s’intéresse à la question identitaire. Identifier le sens de nos constructions discursives et donner du sens aux identités que nous nous construisons de façon permanente dans des contextes de contact de langues et cultures sont deux démarches qui exigent, de la part du chercheur, d’interroger leurs mécanismes opérationnels, d’interpeller leurs dynamiques et de comprendre les représentations qui les sous-tendent, qui les perpétuent, voire qui les déconstruisent. Le présent appel à contribution invite toute proposition à mettre la lumière sur les rapports qu’entretiennent nos représentations linguistiques et culturelles avec ces deux concepts évasifs, qui sont le sens et l’identité. Toutes les propositions seront évaluées selon leur pertinence aux deux axes suivants :

1/ Dynamiques identitaires et représentations culturelles

2/ Représentations sémantique et conceptuelle en situation de contact de langues/cultures

 Les propositions d’articles (titre, résumé et bibliographie ne dépassant pas les 350 mots) sont à envoyer avant le 15 septembre 2013 à bellachhab.abdelhadi@gmail.com et albin.wagener@gmail.com.

Pour plus d’informations : http://calenda.org/252147?file=1

« Ethique et relations publiques »

 Dans un numéro récent de la Public Relations Review, la chercheure Johanna Fawkes affirmait que les relations publiques sont, en communication, la discipline la plus « obsédée » par l’éthique (Fawkes, 2012 ; Holtzhausen, 2012). Elle y soulignait toutefois que la réflexion en éthique des relations publiques manque d’engagement et de profondeur. Pourtant, l’« effervescence éthique » (Bourgeault, 2004) qui agite les organisations devrait avoir un effet mobilisateur considérable sur la manière dont elles conçoivent et organisent l’éthique de la communication avec leurs publics (Grunig et Grunig, 1992).

Ce numéro de la Revue internationale de communication sociale et publique entend offrir un panorama des questions éthiques les plus susceptibles de transformer la pratique actuelle des relations publiques et de lui permettre de s’adapter au contexte social et communicationnel dans lequel elles évoluent.

 Les thèmes pouvant être abordés sont les suivants :

1/ Droit et déontologie en relations publiques

2/ Les communications numériques et leur impact sur les relations publiques

3/ Les relations publiques et l’éthique externe des organisations

4/ Les relations publiques et la gestion de la diversité

 Les contributions (d’une longueur de 45 000  à 60 000 signes) sont à envoyer avant le 1er septembre 2013 via la plateforme de la revue :

http://www.revuecsp.uqam.ca/soumissions/soum_article.php

Pour plus d’informations : http://www.revuecsp.uqam.ca/

« Les stars du petit écran »

 Ce numéro de la revue Télévision porte sur « Les stars du petit écran ». Le terme de star est ici entendu dans une acception large : les animateurs, les speakerines, les journalistes, les candidats de la téléréalité, etc. L’appel concerne les chercheurs issus de plusieurs disciplines : histoire, sociologie, anthropologie, sémiologie, économie, sciences de l’information et de la communication, droit.

 Les axes de réflexion proposés sont les suivants :

1/ Les formes spécifiques de la starification à la télévision : qu’est-ce qu’une star de télévision ? A partir de quel moment peut-on parler de star ? Quel rôle joue la presse télévisuelle dans la starification ?

2/ Les stars de la télévision sur le marché du travail : comment se construisent les schémas de carrière des stars ? Comment se négocient les transferts de la télévision vers la radio, le cinéma, etc. ?

3/ La vie sociale et économique de la star

4/ La star et son public de téléspectateur : quels sont les liens entre les téléspectateurs et les stars du petit écran ? Comment la star interagit-elle avec son public ?

 Les propositions de contribution (1 000 mots maximum) sont à envoyer avant le 1er septembre 2013 à dominique.pasquier@telecom-paristech.fr et Myriam.Tsikounas@univ-paris1.fr

Pour plus d’informations : http://calenda.org/244120

« La communication de l’environnement »

 Les recherches menées sur les enjeux du thème de l’environnement ont atteint, mondialement, une maturité indiscutable. Elles ont soulevé des questions nouvelles ou déplacé des questions antérieurement posées dans d’autres champs, que ce soit sur l’industrie, les politiques d’État (européennes ou nationales), l’espace public, les controverses technologiques, les risques ou la société civile. En laissant de côté le modèle du « déficit », il n’en reste pas moins que la question de la communication – envisagée comme un processus public de confrontation et d’évolution des points de vue – est un ressort essentiel de la thématisation publique de l’environnement.

Cet appel à contribution vise à mieux cerner la communication « de » l’environnement. Il s’agit notamment de mettre en évidence qu’à la spécificité du thème environnemental correspond une spécificité de la communication. Cette spécificité est largement corrélée à la publicisation de la question environnementale et aux mobilisations collectives autour de ces questions. Dans cette perspective, le présent appel à contributions se propose de rassembler des articles qui, sur la base de démarches différenciées, abordent le problème de la thématisation de la question environnementale et de ses effets sur les décisions, les pratiques, les rapports entre les différentes parties prenantes ou encore les modalités de l’agir collectif.

 Les propositions de contribution (entre 2 500 et 3 500 signes) sont à envoyer avant le 15 juillet 2013 à essachess@gmail.com.

Pour plus d’informations : http://calenda.org/240133

Appels à communication

« Information et journalisme radiophonique à l’ère du numérique »

Ce colloque international organisé par le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) interrogera la capacité de la radio à informer les citoyens dans nos sociétés contemporaines. La radio peut-elle demeurer un média d’information majeur à l’heure du numérique ? La radio demeure un élément essentiel des pratiques et du système d’information, au quotidien mais aussi lors de circonstances plus exceptionnelles ou en temps de crise. La crédibilité de l’information radiophonique reste très élevée, et supérieure à celle des autres médias. Pour autant, de nombreuses mutations marquent son évolution. Comment la production de l’information radiophonique intègre-t-elle ces mutations liées au numérique ? Les acteurs qui contribuent à cette production ont-ils changé, ou vont-ils changer ? L’identité professionnelle des journalistes de radio a-t-elle été modifiée ? Les contenus médiatiques seront-ils différents ? etc.

Le colloque s’articulera autour de deux grands axes :

1/ Pratiques professionnelles de l’information radiophonique : remises en questions et évolutions

2/ Les contenus et leurs usages : extension des territoires radiophoniques

 Date et lieu : les 20 et 21 mars 2014 à Strasbourg

Les propositions de communication (5 000 signes maximum) sont à envoyer avant le 30 septembre 2013 à grer.mail@club-internet.fr  et christophe.deleu@unistra.fr

Pour plus d’informations : http://calenda.org/246059?file=1

 « L’autre et ses représentations dans la culture arabo-musulmane »

S’il existe en Occident, et ce depuis le Moyen-Age,  de très nombreux écrits ayant pour objet d’étude l’ « être arabe », à travers lesquels des intellectuels occidentaux ont essayé d’appréhender l’altérité arabo-muslmane selon différents prismes (religieux, philosophique, politique, ethnologique ou sociologique), qu’en est-il du monde arabo-musulman ? Quelle place les intellectuels de ce monde ont-ils assignée à l’Autre ? Ce colloque vise à mettre au jour et approfondir ces différentes appréhensions de l’altérité. Nous envisagerons l’« Autre » dans une acception métonymique pouvant renvoyer à un large ensemble, culturel, politique, géographique, identitaire… Ce colloque entend poser la question des représentations de l’« Autre » dans la culture arabe pour chercher à en distinguer les étapes-clés et les modalités selon les médiums d’expression. Les propositions pourront porter aussi bien sur le monde arabo-musulman classique que sur le contemporain. Elles trouveront leur champ d’application dans la littérature arabe, aussi bien francophone qu’arabophone, dans les écrits historiques aussi bien que philosophiques ou encore dans les arts visuels (cinéma, vidéo, etc.).

 Date et lieu : les 21 et 22 novembre 2013 à Bordeaux

Les propositions de communication (résumé de 2 000 signes) sont à envoyer avant le 30 juillet 2013 à colloquebordeaux2013@gmail.com

Pour plus d’informations : http://www.fabula.org/actualites/l-autre-et-ses-representations-dans-la-culture-arabo-musulmane_56701.php

 

« Représentation des guerres modernes : champs d’action, champs de vision »

 Ce colloque achève et complète un cycle d’étude de quatre ans consacré aux perceptions des guerres modernes et à leurs représentations visuelles – photographie, peinture, films, séries tv, jeux vidéo – et littéraires. Il a pour objectif d’enrichir les analyses présentées lors des journées d’étude en ouvrant de nouveaux champs d’investigation et perspectives théoriques. La réflexion pourra porter – de façon non exhaustive – sur les axes suivants :

 1/ Choix des sujets de la représentation (que montre-t-on d’une guerre ? que laisse-t-on dans le hors-champ ou le non-dit de la représentation ?)

2/ Mise en abîme de la représentation : la guerre comme spectacle (des « théâtres » d’opérations à la scénarisation/dramatisation de la guerre ; représentations de la représentation…)

3/ Effets de cadrage, de distorsion, de grossissement, de filtres, de focalisation dans les récits et images de guerre

4/ Genres et modes : adaptation, appropriation, survivance de genres anciens (épopée, récit mythologique, tragédie, élégie…) et des modes héroï-comique, réaliste/mimétique etc. mais aussi déconstruction ou remise en cause des modèles et modes de représentation de la guerre

5/ Guerre et réalité virtuelle/hyper-réalité

6/ Enjeux esthétiques et idéologiques de la sur-médiatisation et du silence, de l’abstraction ou mise à distance et de l’exhibition de l’horreur.

 Date et lieu : les 19, 20 et 21 mars au Havre

Les propositions de communication (300 mots maximum) sont à envoyer avant le 1er septembre 2013 à bowenclaire@aol.com

Pour plus d’informations : http://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/-colloque-Representations-des-.html

Nouvelles parutions – Juin 2013

SCIENCES_LANG_CALABRESE_15_PRESSE-MEMOIRE-SOC.indd

CALABRESE, Laura, L’Evénement en discours. Presse et mémoire sociale, Louvain-La-Neuve, Editions Academia / L’Harmattan, 2013, 289 p., ISBN : 978-2-8061-0098

Cet ouvrage explore un mécanisme récurrent du discours médiatique, celui de la nomination d’événements, qui joue un rôle fondamental dans notre perception de la réalité sociale. Comment expliquer le fait que des expressions génériques telles que « la crise » ou « la canicule » renvoient à des événements situés dans le temps et dans l’espace ? Pourquoi « Gaza, le voile » ou « Abu Ghraib » peuvent-ils renvoyer temporairement à des événements de l’actualité ? Comment les dates – 21 avril, 11 mars – se transforment-elles en dénominations d’événements ? Comment décodons-nous des expressions telles que « le 11 septembre de l’Europe » ou « un nouveau Tchernobyl » ?

Pour répondre à ces questions, l’ouvrage procède à une description minutieuse des désignants d’événements, à partir d’un corpus d’exemples tirés de la presse écrite. Ces séquences linguistiques, largement partagées, sont des « prêts-à-dire » capables de condenser une énorme quantité d’information sur l’événement, de ses données les plus objectives (où, quand, quoi) aux plus subjectives (images, représentations), mais partagées intersubjectivement. Dans le discours d’information, elles servent à conserver la mémoire de notre histoire immédiate, en mémorisant des informations, des images et des discours sur les événements.

 histoire et culture du libre

PALOQUE-BERGES, Camille et MASUTTI, Christophe (dir.), Histoires et cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées, Editions Framasoft, 2013, 580 p., ISBN : 978-2-9539187-9-3

Fruit de la collaboration inédite d’auteurs provenant d’horizons disciplinaires différents, par des approches thématiques et des études de cas, cet ouvrage propose une histoire culturelle du Libre non seulement à travers l’histoire de l’informatique, mais aussi par les représentations sociales, philosophiques, juridiques et économiques qu’a cristallisées le mouvement du logiciel libre jusqu’à nos jours. À l’aide de multiples clés d’analyse, et sans conception partisane, ce livre dresse un tableau des bouleversements des connaissances et des techniques que ce mouvement a engendrés. Le lecteur saura trouver dans cette approche ambitieuse et prospective autant d’outils pour mieux comprendre les enjeux de l’informatique, des réseaux, des libertés numériques, ainsi que l’impact de leurs trajectoires politiques dans la société d’aujourd’hui.

 la civilisation du clic

LAFRANCE, Jean-Paul, La Civilisation du clic. La vie moderne sous l’emprise des nouveaux médias, Paris, Editions L’Harmattan, 242 p., ISBN : 978-2336292892

 Penser la « civilisation du clic », c’est essayer de voir comment les nouvelles technologies d’information et de communication ont changé l’homme dans son quotidien et dans ses comportements : c’est se placer du côté de l’usager et non des techniques, c’est regarder comment vit et agit l’être humain sous l’emprise des médias et des technologies. Naître dans cette civilisation, c’est être toujours à un « clic » de l’énorme richesse contenue dans Internet : c’est pouvoir rejoindre n’importe qui grâce à son smartphone, c’est savoir en tous lieux et en tout temps où l’on se trouve, c’est se croire éternel et ignorer le risque et la mort parce que l’on peut toujours remettre à zéro les compteurs, comme dans les jeux vidéo.

 Les produits et marques au cinéma

LE NOZACH, Delphine, Les produits et les marques au cinéma, Paris, L’Harmattan, 2013, 196 p., ISBN : 978-2-336-00875-2

La sphère de la publicité intègre fréquemment celle du cinéma. Depuis plus d’un siècle, des produits et des marques figurent dans les longs-métrages de fiction. Au-delà des aspects marketing, commerciaux et économiques de cette technique, cet ouvrage adopte un point de vue innovant en examinant la place accordée aux produits et aux marques dans la création cinématographique.

Grâce à l’analyse d’entretiens menés avec des réalisateurs français et à l’étude de leurs films, il est démontré que les cinéastes pensent et maîtrisent le procédé d’insertions publicitaires filmiques et que les produits et les marques représentent des outils diégétiques. En effet, selon les choix de réalisation, les produits ou les marques peuvent prendre la forme d’une simple figuration comme celle d’un ressort dramatique majeur. Les insertions publicitaires filmiques offrent alors au réalisateur la possibilité de s’approprier l’univers de valeurs identitaires d’une marque et de métamorphoser des produits en signifiants filmiques. Originellement, les produits et marques marchands sont exogènes au cinéma. Néanmoins, lorsqu’ils sont intégrés aux films dans le but de remplir une fonction diégétique, les produits et les marques changent de statut et deviennent des éléments réellement endogènes au cinéma.

 

 

Piar, Christophe, Comment se jouent les élections. Télévision et persuasion en campagne électorale, INA Editions, 2012, 312 p., ISBN : 978-2869382008

L’ouvrage de Christophe Piar analyse l’influence des médias sur la vie politique, ainsi que le contenu et les effets de l’information médiatique sur le comportement électoral. L’auteur – Maître de Conférences en Sciences politiques – est un spécialiste de l’opinion publique, des élections et de la communication politique[1].

Les campagnes électorales constituent des moments importants dans l’activité des journalistes politiques puisque c’est généralement au cours de ces périodes que la vie politique est la plus intensément couverte par les médias. L’auteur cherche à savoir si les médias de masse peuvent former « la conscience publique des campagnes électorales, de quelle manière les décrivent-ils et les font-ils exister » (p. 69). Il s’interroge sur les critères qui permettent aux journalistes de choisir les événements susceptibles d’être médiatisés mais également sur la perspective adoptée pour traiter les faits sélectionnés.

Pour répondre à ces questions, Christophe Piar étudie les logiques et les contraintes qui participent à la fabrication de l’information télévisée en période électorale, ainsi que leurs conséquences sur son contenu. Pour cela, il analyse la couverture médiatique de campagnes électorales selon le type de scrutin, le jeu et l’enjeu de l’information médiatique, la couverture thématique des acteurs politiques et les effets des médias sur le sentiment de compétence politique. La méthode consiste à coder des communications langagières (articles, discours, conversations…) et des supports visuels (par exemple des émissions télévisées) pour pouvoir en observer les caractéristiques. Le corpus est constitué des deux principaux journaux télévisés français (le vingt heures de TF1 et de France 2) afin d’évaluer la nature de l’actualité à laquelle les téléspectateurs ont été exposés au cours des six mois précédant le second tour des élections présidentielles de 1981, 1988, 1995, 2002 et 2007. Il procède de même pour d’autres événements électoraux[2].

Il évoque un risque d’influence de la télévision sur les choix électoraux et détaille les moyens d’influence suivants :

– avec la « persuasion directe », les messages les plus intenses ont un impact plus élevé que les messages moins intenses ;

– avec l’« effet d’agenda », les médias orientent l’attention du public sur certains objets plutôt que d’autres ;

– avec l’« effet d’association », ils incitent les citoyens à voter pour le candidat que la couverture de la campagne associe le plus au problème qu’ils considèrent comme étant le plus important ;

– avec l’« effet de cadrage », ils imposent une définition des enjeux, des acteurs et des événements politiques que les électeurs reprennent à leur compte (p. 221-222).

Christophe Piar fait une série de conclusions et de constats. Il montre que les journalistes présentent davantage les campagnes électorales comme un spectacle et comme une compétition pour le pouvoir que comme un moment de délibération en vue de la résolution des problèmes collectifs. Les médias privilégient le jeu aux enjeux en recourant à la « dramatisation », la « personnalisation »  et la « fragmentation » (p. 105) dans les récits sur les candidats à l’élection présidentielle.

L’auteur parle du principe de la crédibilité sectorielle selon lequel les candidats ont intérêt à insister sur les thèmes sur lesquels ils sont réputés plus crédibles que leurs adversaires et, à l’inverse, à éviter ceux sur lesquels ils sont considérés comme moins crédibles. Cependant, en insistant sur les thèmes pour lesquels les candidats bénéficient d’une plus grande crédibilité, les médias ont tendance à empêcher un véritable dialogue de se dérouler. En même temps, les événements qui surviennent dans l’information générale les contraignent à prendre position sur des sujets pour lesquels ils ne sont pas forcément avantagés.

Christophe Piar affirme que l’utilisation de la télévision comme principale source d’information a un effet positif plus réduit sur l’accroissement de la « compétence politique subjective » que l’usage des autres médias. La télévision semble en effet être le média qui traite les campagnes électorales le moins en profondeur. Dès lors, les individus qui utilisent principalement la télévision pour s’informer acquièrent peut-être moins de connaissances politiques, comprennent peut-être moins bien la vie politique, et se sentent donc peut-être moins compétents dans ce domaine.

Cet ouvrage présente un intérêt considérable pour comprendre les mécanismes de fonctionnement des médias pendant les campagnes électorales, la nature des relations entre les trois acteurs que sont les médias, les politiques et les citoyens, ainsi que pour voir l’impact de la télévision sur la vie électorale.

Elmira Prmanova


[1] Il travaille également au département Opinion de l’institut de sondages CSA.

[2] Six mois précédant les référendums sur la construction européenne de 1992 (traité de Maastricht) et de 2005 (traité constitutionnel européen), et au cours des dix semaines précédant les élections européennes de 1984,  1989, 1994 et 2004 ; les législatives de 1986, 1993 et 1997 ; les régionales de 1986, 1992, 1998 et 2004.

Le point sur… David Peyron, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication

Docteur en Sciences de l’information et de la Communication, membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines et sociales.

David, d’où viens-tu ?

De partout ! J’ai fait une licence de sociologie à Aix en Provence, un Master de sociologie de l’art à Grenoble et là j’ai rencontré mon futur directeur de thèse (qui donnait des cours). Ce dernier  m’a proposé à la fin de l’année de continuer en doctorat avec lui. J’ai quitté Grenoble où, je n’avais pas d’attaches particulières, et je me suis dit que pour rencontrer les autres membres de mon labo, pour voir mon directeur de thèse, avoir une vie de doctorant, il valait mieux que je me rende à Lyon, surtout que la ville est quand même très agréable. À Lyon j’étais plus près de mes collègues, la ville est plus grande, la vie universitaire y est plus riche et j’ai pu rencontrer, par exemple, les gens d’Alec.SIC ou assister facilement aux réunions de labo. Et puis pour être honnête, je n’étais pas fan de la ville de Grenoble alors autant aller là ou je suis rattaché.

En ce qui concerne le labo, j’étais rattaché à Elico, un labo assez divers mais c’est ça qui était intéressant. J’ai bien aimé surtout l’ambiance entre les doctorants qui faisaient des recherches assez variées. Le fait d’être tous rattaché à la même entité même un peu obscure qu’est un labo de recherche donne du lien et une cohésion. Après mon directeur a quitté le labo mais moi j’y suis reste rattaché.

Où en es tu et sur quoi portait ta thèse ?

J’ai soutenu ma thèse il y a environ deux mois donc je suis encore dans la phase où je ne réalise pas trop que ces cinq ans de travail sont terminés mais où il faut commencer à se tourner vers autre chose.

Ma thèse portait sur la culture geek, pour le dire vite ça se rattache à ce que les anglo-saxons appellent les Fan studies, études sur les fans et comment être fan peut devenir une identité culturelle revendiquée.

Tes auteurs préférés ? Avant et après la fin de thèse…

Ah question difficile, il y a un auteur qui traverse tout mon travail et qui est central dans toutes les Fan studies : c’est Henry Jenkins notamment autour de concepts comme la convergence culturelle et le transmédia. Mais après j’ai toujours essayé de lire au-delà de mon champ c’est souvent ça qui m’a le plus apporté en terme de réflexion, donc par exemple j’ai beaucoup appris de Bruno Latour en sociologie des sciences ou de Marc Augé en anthropologie. J’ai remarqué à quel point certaines questions qu’on se pose et qui semblent très spécifiques sont en fait transversales. Quand les auteurs ne travaillent pas sur une thématique qui est la nôtre ou avec un tout autre regard, on peut alors vraiment se concentrer sur les proximités sous-jacentes qui aident à régler nos problèmes.

Exemple d’une thématique que tu as retrouvée hors de ton champ ?

Eh bien par exemple dans le rôle de la fiction et de l’immersion dans un univers imaginaire cohérent très présent chez les geeks dans la construction identitaire. Cette idée de se construire un monde cohérent on la retrouve totalement dans la sociologie des sciences et ça tendrait à montrer qu’il y a aujourd’hui un réenchantement du monde par l’imaginaire scientifique chose que j’ai aussi retrouvée dans mon travail.

Et pour l’anthropologie j’ai beaucoup travaillé sur la question de l’ethnographie sur internet très en vogue dans les Fan studies. A cet effet, j’ai découvert que ce genre de terrain étrange avait déjà été pensé en anthropologie depuis longtemps mais sous d’autres formes.

Comment prendre de la distance avec son objet ? Le chercheur était-il aussi un geek ?

Je crois qu’un de mes plus grand plaisir d’apprenti chercheur a toujours été de faire parler à travers moi des auteurs d’horizons très différents mais qui pourtant se recoupent. Il existe deux traditions :

– Soit l’on fait semblant de n’avoir aucune proximité avec son sujet, ce qui est assez rare et hypocrite et on se cache derrière une pseudo objectivation (mais tout le monde sait bien que le sujet au moins nous intéresse), c’est plutôt la tradition française, bien sûr je caricature.

– Soit il y a une tradition anglo-saxonne où on assume tellement qu’on en vient à faire du mélange des genres (je suis fan donc pourquoi pas travailler pour une entreprise qui produit des objets que j’aime en plus étudier). J’ai essayé d’être entre les deux. En gros en assumant auprès des gens que j’ai interviewé mes connaissances du jeu vidéo, de la science-fiction, des séries, mais dans l’écriture de la thèse de prendre plus de distance et de prendre en compte ma place dans la construction du phénomène.

En plus, partager des goûts ne m’a pas empêché par exemple d’analyser la globalité de mon échantillon en terme sociologique. Il y a notamment un chapitre sur le rapport complexe à la masculinité des geeks qui conduit à des formes de violences symboliques envers les filles qui voudraient s’intégrer au mouvement. Ce n’est pas tellement vanter la beauté de la culture geek. Ou encore, j’ai beaucoup travaillé sur la définition complexe du mot geek et comme j’ai connu pas mal de visibilité médiatique, les fans eux-mêmes reprenaient ma définition pour la discuter sur les forums, eh bien il faut en parler.

C’est une perpétuelle mise en abyme, j’étudie des gens qui savent que je les étudie et discutent ma légitimité à le faire. Ce qui induit des biais sur leur comportement, mais c’est un exercice passionnant. Du coup assumer qu’on est geek ça rend les choses plus facile au niveau de cette légitimité justement.

Où vas-tu David ?

Pour l’instant je suis vacataire et j’attends les résultats des qualifications pour me lancer dans la grande valse des envois de candidatures sachant aussi que je n’ai jamais été encore Ater. Donc je me réserve la possibilité de faire un an ou deux comme ça en attendant de trouver un poste définitif. Je fais aussi pas mal de colloques et conférences et je commence à travailler un peu sur le manuscrit de la thèse en vue d’une possible publication.

Vois-tu une suite non universitaire à ton travail ? Envie d’entreprendre ? Quels postes s’ouvrent à toi dans le privé au cas où ?

C’est une possibilité oui, mais franchement qui ne me fait pas trop rêver. J’ai déjà travaillé avec quelques boîtes privées dans la communication et j’ai été un peu consultant pour des fictions transmédia (lancer une série en même temps qu’un jeu vidéo et qu’un roman et un site internet dans le même univers), et il y a une grande mode autour de ce phénomène donc je pourrai creuser mais malgré tout j’ai la vocation de la recherche donc pour l’instant c’est vers ça que je tends.

Marie-Sophie Madiba, Yannis Cosmas, Elmira Prmanova : David, merci beaucoup

Nouvelles parutions – Février 2013

SCHMITT, Laurie, Quand les médias utilisent les photographies des amateurs, Paris, INA Éditions / Le Bord de l’eau Éditions, 2013, 230 p., ISBN : 9782356872067

Images spectaculaires, ne datant pas d’hier, devenues populaires, les photographies de ceux que l’on nomme « amateurs » trouvent au XXIème siècle lors de conflits, d’attentats, de situations dramatiques (Irak, États-Unis, Birmanie, Angleterre, Tunisie, etc.), une place dans nos dispositifs médiatiques. Pourquoi les professionnels les utilisent-ils dans la presse ? Pourquoi leur associent-ils ce terme ? Que vient-il dire de ces productions singulières et qu’occulte-t-il ? L’auteur montre combien les utilisations contemporaines de ces visuels – utilisations stratégiques, éditoriales, commerciales – sont révélatrices de mutations plus profondes du journalisme. Elle prend appui sur une analyse des contextes dans lesquels ces photographies ont été produites et diffusées, de leurs usages au sein d’articles, des discours qui les accompagnent, tant dans leurs manifestations corporatives que dans les entreprises de presse ou chez les professionnels du photojournalisme. Cet ouvrage explique comment les journaux et les journalistes se sont organisés pour tirer profit d’une disponibilité accrue d’images créées par des observateurs autres qu’eux-mêmes. Il révèle que cette situation inédite est saisie comme une occasion de maîtriser une offre photographique qui semblait de prime abord leur échapper. Il interroge l’évolution des représentations de l’actualité et particulièrement de la monstration de la douleur. Il met en évidence que les conditions numériques de circulation des images s’inscrivent dans un marché fortement soumis à des transformations. Il questionne les mutations en cours au sein des industries culturelles, où nombre de plateformes web se développent, jouant le rôle d’intermédiaire entre amateurs et médias. Ce sont là, certains enjeux, tous éminemment sociaux, abordés dans ce livre.

DEGAND, Amandine et GREVISSE Benoît, Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, Editions De Boeck, 2013, 384 p., ISBN : 9782804170684

Le journalisme en ligne bouscule les repères des professionnels de l’information. Ce livre, rédigé par une équipe internationale de scientifiques et d’acteurs de terrain, offre une synthèse inédite des nombreuses études qui abordent ce phénomène. Il fournit les clés essentielles qui permettent de comprendre les mutations rapides du journalisme en expliquant, d’une part, ce que sont les nouvelles pratiques professionnelles et en proposant, d’autre part, des méthodes d’analyse. L’ouvrage décrit le quotidien des rédactions Internet, précise les compétences nécessaires pour pratiquer ce journalisme de l’immédiat et les dérives potentielles auxquelles les professionnels sont exposés. Les étudiants et les chercheurs trouveront ici des données empiriques recueillies au cœur des rédactions, mais aussi de nombreuses pistes méthodologiques pour aborder leur objet d’étude : de la fabrication de l’information en ligne jusqu’aux produits finis présentés sur les sites Web, en passant par les études de réception.

JULLIARD, Virginie, De la presse à Internet : la parité en questions, Paris, Editions Hermès Lavoisier, 2012, 286 p., ISBN : 9782746239098

Comment une revendication féministe telle que la parité est-elle médiatisée ? Cet ouvrage expose le rôle joué par les médias dans la construction du problème de la sous-représentation des femmes en politique, dans l’orchestration du débat public et dans la sanction de l’action publique que ce problème suscite. Il établit les liens entre la manière dont le débat sur la parité s’est déroulé et la construction du genre en politique et étudie l’influence des dispositifs de communication sur cette dernière. De la presse à Internet : la parité en questions s’appuie sur une analyse de corpus variés (presse d’information générale, presse féminine, monographies autobiographiques ou sites web de campagne) pour étudier le déploiement de la parité dans l’espace public. Il considère à la fois les aspects langagiers, sociaux et techniques de ce déploiement.

MEYER Michaël (dir.), Médiatiser la police, policer les médias, Lausanne, Editions Antipodes, 2012, 219 p.,  ISBN : 9782889010486

Le travail policier est depuis longtemps l’objet de récits et d’images qui ont durablement influencé notre imaginaire. Cette puissance narrative acquise fait aujourd’hui de l’univers policier l’un des arrière-plans préférés des médias. À partir de ce constat, cet ouvrage se propose d’explorer comment des représentations de la police sont produites et circulent dans, et entre, les champs du divertissement et de l’information, mais également comment l’institution policière s’est elle-même constituée en pourvoyeuse et en gardienne de son « image publique ». Plus que jamais, le monde réel et le monde médiatique de la police coexistent et se confrontent, car les corps de police sont devenus des producteurs actifs d’images et de discours sur leurs propres actions. Par un double mouvement, « médiatiser la police » et « policer les médias », ce livre étudie l’imaginaire social sur la police, sa diffusion dans les médias de masse (télévision, presse, affiches, espaces muséaux…) ainsi que le travail communicationnel des polices modernes.

Le point sur Alec.SIC – Février 2013

2013 sera l’année de la thèse.

Alors que la fin de l’année 2012 a été riche en manifestations scientifiques (journées d’étude, séminaires en tout genre, etc.), cette année 2013 nous réserve déjà de nouvelles perspectives de recherche et d’apprentissage. Entre la Journée des Etudiants Chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (JEC-SIC) centrée sur la question du « corpus », la journée d’étude organisée par les Etudes Doctorales en Sciences de l’Education de Suisse romande (EDSE) et l’Ecole doctorale Education, Psychologie, Information-Communication (EPIC) de Lyon sur le thème de « Scientifi-Cité » et les formations du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) de Lyon, le doctorant aura encore de quoi s’occuper… en plus de sa thèse ! Et c’est sans compter les heures d’enseignement dispensées par-ci et par-là ! Pour beaucoup d’entre nous, ce sera aussi notre dernière année de thèse, consacrée à l’écriture. Cette phase, souvent redoutée par les thésards, permet aussi de faire le point sur les années précédentes de recherche, entre construction d’un cadre théorique et d’un corpus.

Des années de recherche oui, mais aussi des années rythmées par des réunions et discussions passionnantes entre doctorants, entre membres associatifs d’Alec-Sic. J’en viens donc à l’objet de ce point sur Alec-Sic si spécial à mes yeux : la fin pour moi d’une belle aventure entre doctorants issus des Sciences de l’Information et de la Communication. En effet, il est temps pour certains d’entre nous de céder notre place à de nouveaux membres de l’association, fraîchement arrivés à la rentrée dernière. C’est donc avec une certaine pointe de nostalgie que j’écris mes dernières lignes dans cette rubrique, en me rappelant tout le chemin parcouru jusqu’ici, de mon entrée dans l’association en tant que masterant, à mon implication au sein du Point Com, en passant par l’organisation de séminaires autour de l’écriture.

La boucle est bouclée.

Longue vie au Point Com, longue vie à Alec-Sic, et que 2013 soit l’année de la thèse ! Bon courage à tous ceux qui sont en train de rédiger… et à tous ceux qui débutent l’aventure.

 Frédéric Aubrun

Appels à contribution – Février 2013

« Journalisme et dispositifs mobiles »

Cet appel à contribution s’intéresse à la façon dont les entreprises médiatiques mettent actuellement à profit les possibilités de diffusion et de réception mobile et personnelle. Les quatre formes de convergence proposées par Jenkins (2006) (les convergences de contenus, des technologies, des modèles organisationnels et de l’activité professionnelle), semblent caractériser le système médiatique qui s’engage à produire des contenus multisupports, à instiller des collaborations entre médias et à prendre en compte les comportements volatiles des audiences. Dans ce contexte, l’un des enjeux actuels porte les médias à s’intéresser aux supports mobiles comme les smartphones, les tablettes et les minitablettes. Ce dossier de la revue  s’intéresse à cette thématique du journalisme et des applications mobiles et souhaite aborder les contenus journalistiques qui sont produits avec ces outils, les contraintes sur les pratiques professionnelles, les nouveaux débouchés en matière de temporalité ou de production multimédia, les usages de ces produits par les consommateurs, ainsi que les modèles d’affaires.

Les propositions de textes pourront aborder les différents points suivants :

  • Les langages et les formats
  • L’analyse des nouvelles applications journalistiques
  • Les modèles d’affaires (production, accès, consommation)
  • Les conditions de production convergente des produits journalistiques pour mobiles
  • La relation entre les caractéristiques des dispositifs mobiles et les propriétés du journalisme
  • Les usages et consommations de produits journalistiques avec des dispositifs mobiles.

Les projets d’articles (résumé de deux pages) sont à envoyer avant le 1er avril 2013 à l’adresse suivante : jc@ubi.pt – liaseixas@gmail.com. Les articles (de 30 à 50 000 signes tout compris) sont à envoyer avant le 1er août 2013.

Pour plus d’informations : http://surlejournalisme.com/rev

« La vie des signes au sein de la communication : vers une sémiotique communicationnelle »

Sémiologie, sémiotique, sémiologie de la communication ou de la signification. Sémiotique structurale ou interprétative, peircienne ou greimassienne, puis post-greimassienne et tensive. La « science des signes au sein de la vie sociale » en a vu de toutes les couleurs, est passée par tous les états d’âme. Preuve, en réalité, que cet espace théorique et pratique vit, avec des racines profondes et des fondations solides, des mouvements de générations et des tendances, des lignes franches et des changements de cap. Voilà ce qu’il nous faut appréhender, sous le rapport particulier qui est le nôtre : les relations entre la sémiotique, ce monde sémiotique à la fois permanent et changeant, et la communication, les SIC.

Les axes de réflexion proposés sont les suivants :

  • Les relations sémiotique et communication en termes de formation, dans l’offre et le contenu pédagogiques, tous niveaux confondus, y compris à l’international et sous forme documentaire, éditoriale, là encore,
  • Les relations sémiotique et communication, au plan théorique et épistémologique, sous l’obédience d’un modèle, à travers des approches différenciées ou sous la forme du « bricolage », dans les termes où Floch entendait l’assumer. Cela subsume toutes les questions bibliographiques, documentaires, éditoriales,
  • Les relations sémiotique et communication en termes d’applications professionnelles, de visée opérationnelle, avec toutes les ressources d’une sémiotique dite appliquée ou concrète qui trouve, de plus en plus, des voies de médiatisation,
  • Les relations sémiotique et communication en termes d’objets, de terrains, de méthodes, tout particulièrement dans une perspective d’élaboration et de consolidation des recherches en SIC.

Les articles (environ 30 000 signes) sont à envoyer avant le 15 avril 2013.

Pour plus d’informations : http://rfsic.revues.org/399

 


Appels à communication – Février 2013

« Le corpus : ancrages théoriques et méthodologiques »

Le 27 juin 2013, l’Association Lyonnaise des Etudiants Chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (ALEC-SIC) organise une journée d’étude sur le thème du corpus. Cette journée entend fournir des pistes de réflexion aux jeunes chercheurs (doctorants ou docteurs) qui sont confrontés, dans le cadre de leur recherche, aux questions méthodologiques, théoriques et épistémologiques posées par le travail sur corpus.

La notion de corpus intéresse un large éventail de disciplines. Cet ensemble de documents sélectionnés en vue de mener une étude spécifique, est toujours un objet construit. Il est au cœur du projet recherche : en plus de constituer un « terrain » d’enquête permettant de vérifier les hypothèses et de formuler des résultats, il vient également nourrir les questions posées par le sujet même de la recherche.

Deux grands axes de réflexion proposés :

– La constitution du corpus :

Ce premier axe entend susciter des réflexions sur les différents « types » de données qui peuvent être constituées en corpus afin de répondre à une problématique de recherche. Nous insistons sur la diversité des corpus/terrains qui pourront être abordés pendant cette journée qui n’entend pas se limiter aux corpus « classiques » (discours médiatiques, institutionnels, etc.) mais élargir le questionnement à d’autres types de « textes »/« discours » (images, vidéos, productions culturelles, etc.).

– L’analyse du corpus

Le second axe propose des pistes de réflexion quant à la/aux méthodologies à mettre en œuvre pour étudier le corpus. En effet, une fois constitué, il s’agit de l’analyser ; les méthodes et les outils étant relativement nombreux. Le choix d’une ou de plusieurs d’approches dépend à la fois des types de documents constituant le corpus et de la problématique de recherche.  distincte et successive pour étudier des corpus différents ou peuvent-elles être menées ensemble ?

Date et lieu : 27 juin 2013 à Lyon

Les propositions de communication (3000 signes espaces compris) sont à envoyer avant le 13 avril 2013 à l’adresse suivante : nathalie.walczak [at ] univ-lyon2

Pour plus d’informations : http://jecsic2013.wordpress.com

 

« Concurrence(s) »

Ce colloque interdisciplinaire, organisé par l’association Les Têtes Chercheuses, s’intéresse à la notion de concurrence dans les domaines des arts, des lettres, des langues et de la linguistique, tous siècles confondus, afin de donner à la notion une réelle profondeur historique. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord, le monde de la création n’est pas imperméable à cette course à la première place, que ce soit hier ou aujourd’hui. Qu’un mouvement littéraire veuille en chasser un autre, qu’une théorie interprétative le dispute à une autre, qu’un traducteur remette en question la traduction d’une œuvre faite par un prédécesseur, que deux mises en scènes d’une même pièce fassent des choix radicalement différents, etc., la concurrence est bel et bien présente dans le monde artistique. Sont attendues des études de cas autant que des visions d’ensemble qui prennent un recul théorique pour analyser ces rapports de force qui sont au cœur du monde artistique. Pourront-être abordées les concurrences entre individus, écoles, mouvements, genres, théories d’analyses, etc. Quelques pistes de réflexion :

– dans quelle mesure la concurrence peut-elle apparaître comme le moteur même de la création ?

– comment s’établissent, se détruisent et se reconstruisent les hiérarchies artistiques ? Quel rôle actif les artistes prennent-ils à cette mise en ordre du monde de l’art ?

– la concurrence peut être considérée comme un jeu institutionnalisé qui reconnait la valeur supérieure de certaines œuvres et leur octroie de ce fait un statut à part. Comment ce processus institutionnel, lui-même traversé par des rapports de force, marque-t-il la production ? Quel est son impact ?

Date et lieu : les 12, 13 et 14 décembre 2013 à Lyon

Les propositions de communication (500 mots) sont à envoyer avant le 30 avril 2013 à teteschercheuses.colloque2013@gmail.com.

Pour plus d’informations : www.tetes-chercheuses.com / teteschercheuses.hypotheses.org

« Formes et enjeux contemporains de la communication et de la culture scientifiques et techniques » 

Ce colloque, organisé par le Gresec en partenariat avec Elico et le Centre Norbert Elias, sera l’occasion de produire des analyses sur les mutations et sur les innovations dans le domaine de la science. Son orientation prend acte du développement de certains processus constatés déjà en 2005 : importance croissante des stratégies de communication des organisations scientifiques, renforcement des liens entre pouvoirs locaux, entreprises et centres de recherche, expansion des technologies d’information et de communication  ainsi que des pratiques sociales qui leur sont liées, développement de formes délibératives et participatives. Il se donne ainsi pour objet de traiter ensemble des questions qui relèvent spécifiquement du champ de la communication et de l’information scientifiques (expression scientifique, controverses, pratiques journalistiques, etc.) et des questions qui relèvent de la mise en public de la science et de ses enjeux sociétaux.

Les thématiques de réflexion suivantes sont proposées :

  • Modalités d’expressions de la science et nouvelles techniques numériques.
  • Continuités et mutations dans les compétences, les métiers et les pratiques professionnelles.
  • Scénographies contemporaines des sciences et des techniques
  • Sciences et territoires : articulations entre politiques scientifiques, politiques territoriales et émergence de questions sociétales.

Date et lieu : les 28-29 novembre 2013 à Grenoble

Les propositions de communication (5000 signes maximum) sont à envoyer avant le 15 mai 2013 à l’adresse suivante : mc.bordeaux@wanadoo.fr et Dominique.Cartellier@iut2.upmf-grenoble.fr

Pour plus d’informations : http://gresec.u-grenoble3.fr/version-francaise/actualites/l-agenda-du-gresec/appel-a-communication-colloque-international-formes-et-enjeux-contemporains-de-la-communication-et-de-la-culture-scientifiques-et-techniques–155842.kjsp

« Le journalisme en ligne et ses publics »

Ce colloque international et interdisciplinaire cherche à promouvoir le débat sur la consommation, la production et la participation des internautes dans la sphère journalistique. Forums de discussion, espaces de commentaires, fact checking, crowd-sourcing, blogs, réseaux sociaux ont élargi, depuis les années 1990, la palette des modes d’intervention des internautes dans le processus de production de l’information, complexifiant, de fait, la relation entre le journalisme et ses publics. Plusieurs disciplines sont concernées par ces changements dans le panorama de l’information : la sociologie du journalisme, l’analyse du discours, la sociologie des publics, l’histoire des publics et des médias, l’anthropologie culturelle, la sociologie de la communication.

Les communications pourront aborder les problématiques suivantes analysant le public comme :

– un acteur présent dans la salle de rédaction : le public est pris en compte dans les choix des journalistes, dans leurs représentations, dans leur discours et dans leurs pratiques professionnelles

– un objet de toutes les attentions économiques : diversification des supports, complexification des mesures d’audience, informations mobiles, transformation de la consommation des médias, les podcasts, volonté de personnaliser l’information, etc.

– un producteur d’information/un expert : le public devient une source d’information, dans les commentaires et les blogs intégrés aux rédactions, ainsi qu’une figure de légitimation de certaines activités et artefacts.

– un producteur de discours : quelles sont les caractéristiques énonciatives, voire stylistiques du « discours des internautes » ? Quelles sont les modalités d’échange entre internautes ? Comment remettent-ils en question le contrat de lecture ?

– un arbitre des discours sociaux : la nouvelle configuration entraîne un questionnement de la distribution de la connaissance dans la sphère publique et l’apparition d’une nouvelle forme – collectivement organisée – de surveillance envers le discours d’information, qui amène les agents ordinaires à rectifier le discours médiatique et le discours d’experts.

Date et lieu : les 5-6 décembre 2013 à Bruxelles

Les propositions de communication (500 mots maximum) sont à envoyer avant le 5 mai 2013 à l’adresse suivante : publics2013@gmail.com

Pour plus d’informations : http://surlejournalisme.com/?p=3149

 

« Normes communiquées, normes communicantes : assignation, déviances et négociation »

L’association de jeunes chercheur(e)s en sciences de l’information et de la communication REPLIC lance un appel à communication pour une journée d’études sur la thématique des normes communiquées et des normes communicantes : assignations, déviances et négociation.

Émancipatrice et facteur d’ouverture démocratique pour les uns, « marketinisée » et dépossédée de sa dimension informationnelle pour les autres, la communication occupe une place centrale dans les imaginaires de nos sociétés contemporaines. Ces discours alternativement libérateurs ou alarmistes ne sauraient pourtant préjuger de la complexité des phénomènes communicationnels.

L’insertion des dispositifs communicationnels dans un tissu social nous permet d’effectuer deux observations. D’une part, ces dispositifs sont structurés par les rapports sociaux. D’autre part, les dispositifs communicationnels sont maillés de représentations sociales. Toute communication est porteuse d’une dimension normative. La norme s’inscrit aussi dans un dispositif communicationnel qu’il faut prendre en compte et interroger. En effet, en tant qu’espaces de médiations, les dispositifs communicationnels sont à la fois porteurs de normes et structurés par des normes.

Quatre pistes de réflexion sont proposées :

Axe 1 : Normes socio-culturelles et représentations

Axe 2 : Normes et dispositifs communicationnels

Axe 3 : Du hors-normes à la négociation : appropriations, stratégies et pratiques des usagers

Axe 4 : Normes académiques : épistémologie et méthodologie des SIC

Date et lieu : le 6 juin 2013 à Bordeaux

Les propositions de communication (300 mots maximum) sont à envoyer avant le 20 mars 2013 à l’adresse suivante : replicbx3@gmail.com

Pour plus d’informations : http://www.asso-replic.fr

 

Brauer, Markus, Enseigner à l’université : conseils pratiques, astuces, méthodes pédagogiques, Paris, Editions Armand Colin, 2011, 207 p., ISBN : 9782200254582

L’ouvrage de Markus Brauer[1] s’ouvre sur un constat (les enseignants chercheurs « n’ont pas reçu la moindre formation en pédagogie » – p. 7) auquel il entend remédier en proposant des méthodes pédagogiques permettant d’améliorer la qualité de l’enseignement. Le métier d’enseignant est, selon lui, un métier comme un autre dont il suffit de connaître les techniques pour, ensuite, les appliquer. « La recherche montre clairement que nous ne sommes pas nés « bons » ou « mauvais » enseignants » (p. 13). L’auteur oppose le « transmetteur d’informations » qui « considère que ce que les étudiants n’apprennent pas dans son cours, ils ne l’apprendront jamais » au « facilitateur d’apprentissage » qui, à l’inverse, les « aide […]  à apprendre par eux-mêmes » (p. 17). Cette seconde figure est celle d’un enseignant qui transmet des connaissances mais aussi (et surtout) des savoir-faire utiles dans le monde professionnel (trouver des textes pertinents sur un sujet, savoir en extraire des informations importantes, etc.). L’idée d’un « enseignement efficace » reposant sur un apprentissage actif est au cœur de l’ouvrage. M. Brauer invite le lecteur à ne pas considérer les étudiants comme des consommateurs passifs (ce qui est souvent le cas dans les cours magistraux) mais comme participant au processus d’apprentissage, la mémorisation des connaissances en étant alors grandement facilitée.

            L’ouvrage est organisé en 10 chapitres, chacun étant consacré à une thématique spécifique. L’auteur prend soin de distinguer les questions que pose l’enseignement des TD de celles soulevées par les cours magistraux. Il discute également des différentes façons de lutter contre le bavardage, de l’importance du rapport avec les étudiants (un « bon rapport » renforcerait l’efficacité de l’enseignement – p. 57), de la nécessité de donner du travail personnel ou encore des méthodes d’évaluation. L’ensemble des conseils et des techniques pédagogiques exposés repose sur l’expérience de l’auteur et sur les recherches actuelles en pédagogie et en sciences de l’éducation. Cette « assise scientifique » permet à M. Brauer de proposer des idées très concrètes que le « lecteur-enseignant » peut facilement s’approprier et réutiliser dans ses cours. Par exemple, comment gérer les excuses des étudiants qui ne rendent pas le travail demandé en temps voulu ? Toutes les excuses se valent-elles ? Comment évaluer leurs progrès au cours d’un semestre en minimisant les biais induits par les différents types de notation ? Peut-on les familiariser avec de la littérature scientifique en anglais dès la première année ? Chaque question donne lieu à un développement précis, exemples à l’appui. La lecture de cet ouvrage est donc à la fois stimulante et enrichissante, l’auteur prenant soin de toujours devancer les objections de son lecteur.

            Quelques réserves toutefois. M. Brauer insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de montrer aux étudiants que l’on s’intéresse à eux, suggérant notamment de leur demander des informations personnelles. La place accordée à la vie personnelle des étudiants dans la construction d’un « bon rapport » enseignant/étudiants peut sembler exagérée tout comme la façon dont l’auteur utilise sa vie privée en cours. L’autre réserve concerne la question du temps consacré à l’enseignement dans la carrière d’un enseignant-chercheur. L’auteur nous avertit : les méthodes présentées dans le manuel sont censées nous permettre de gagner du temps pour la recherche sans se « laisser envahir par l’enseignement » (p. 174). Les éléments proposés restent assez théoriques et pas forcément réalisables en pratique. En outre, ils ne prennent pas en compte certains facteurs tels que l’expérience de chacun (dans le temps consacré à la préparation des cours) et les différences disciplinaires (beaucoup d’exemples proposés sont relatifs aux sciences dures). Toutefois, cela n’enlève rien à l’intérêt de cet ouvrage dans lequel chacun peut se retrouver à un moment donné… que vous soyez jeune enseignant ou que vous ayez déjà plusieurs années d’expériences.

Audrey Arnoult


[1] Directeur de recherche au CNRS, enseignant et directeur d’un laboratoire de psychologie sociale et cognitive