Interview de Stéphanie Pouchot, enseignant-chercheur en SIC à l’Université Lyon 1 (février 2011)

Propos recueillis par Céline Brun-Picard le 1er février 2011, initialement parus dans le Point Com de janvier-février 2011.


L’équipe du Point Com vous a interviewée lors de votre prise de fonction en tant que maître de conférence à l’UCBL en 2004. Vous aviez abordé votre parcours universitaire (d’un DEUG de sociologie à un doctorat en SIC plutôt axé “Information-documentation”) et votre post-doctorat à l’EBSI (Montréal). Depuis cette date, vous avez aussi intégré ELICO. Sur quoi vos recherches portent-elles actuellement ?

Une partie de mon activité est consacrée à l’infométrie. En ce moment, je travaille à la rédaction d’un ouvrage avec Thierry Lafouge (Université Lyon 1), sur l’utilisation des statistiques en SHS. Je travaille également avec Camille Prime-Claverie (Université Paris X) sur les images que les bases de données bibliographiques commerciales et les archives ouvertes renvoient de la recherche (nous venons de terminer une étude sur les SIC en France et allons nous intéresser à l’informatique).

J’ai aussi la chance de participer à plusieurs projets. Le projet IPRI sur le pluralisme de l’information sur le web, tout d’abord, dans son volet quantitatif. Le projet CANU XIX destiné à mettre en ligne les collections patrimoniales de presse locale de la Bibliothèque Municipale de Lyon. Et le dernier en date, le projet ACAV dont l’objectif est de développer, en partenariat avec Dailymotion, une plateforme d’annotation collaborative de vidéos permettant de les rendre accessible aux déficients visuels et aux aveugles selon plusieurs modalités (icônes sonores, synthèse vocale et plage braille). Dans ce projet, je travaille avec les utilisateurs finaux, spectateurs ou annotateurs, afin de leur faire valider et tester ces processus novateurs (rien de tel n’existe actuellement).

Le mot clef commun à ces recherches pourrait être l’accès à l’information.

La plupart de vos recherches s’appuient sur un partenariat fort avec des acteurs de terrain (entreprises, bibliothèques publiques…). Défendriez-vous une certaine conception de la place et du rôle du chercheur dans la société ?

Je considère qu’en tant que chercheur, j’ai une mission de service public et qu’il est important que la recherche ait des retombées concrètes sur le terrain. C’est pour cette raison que ma recherche sur l’annotation des vidéos pour les aveugles me motive tant !

Un pan de votre travail porte sur la scientométrie et la bibliométrie, deux champs de recherche particulièrement critiqués aujourd’hui. Que pensez-vous des arguments de défense de la bibliométrie développés par Yves Le Coadic dans le BBF ?

Cet article mérite vraiment d’être lu, même si la fin peut paraître un peu excessive. Nombreux sont les chercheurs qui s’insurgent contre l’infométrie et la bibliométrie sans savoir ce dont il est question. Et il faut aussi saluer le courage d’Yves le Coadic, qui défend avec force une position à contre-courant !

Enfin, un petit clin d’œil à la thématique de nos séminaires mensuels, l’écriture. Vous bouclez en ce moment même l’écriture d’un ouvrage sur les statistiques en SHS, avec T. Lafouge. Vous préparez un livre collectif sur la mise en ligne de la presse patrimoniale, dans le cadre du projet CANU XIX. Et vous publiez vos propres articles scientifiques. Ces différentes pratiques d’écriture vous posent-elles des difficultés comparables ?

C’est différent, surtout du point de vue des temporalités : les appels à communication pour les revues ou les colloques ont souvent des deadlines plus proches que les ouvrages, quand ils en ont. Le volume de travail est bien sûr différent et demande de la planification ; c’est précisément là toute la difficulté… J’utilise aussi des outils différents, pour les articles et pour les textes longs. Pour les premiers, je privilégie le traitement de texte « classique ». Pour les livres, je préfère travailler sous LaTeX, un outil bien plus robuste. La gymnastique intellectuelle est différente dans les deux cas : dans le premier est favorisée une écriture linéaire, là où le deuxième propose d’organiser son document en petites briques qui s’articulent les unes aux autres pour former l’ouvrage. De plus, dans un cas il s’agit de WYSIWYG, dans l’autre on doit apprendre la syntaxe et les balises nécessaires à la mise en forme (on doit coder le texte, c’est le même principe que faire du HTML).

Enfin, s’agissant de l’ouvrage collectif, je dirais que mon rôle est moins de diriger que de coordonner. L’écriture est collective, certes, mais chacun a la responsabilité de sa propre partie. Ce n’est pas une écriture à plusieurs mains à proprement parler (même si je rédigerai un chapitre en collaboration avec une autre chercheure) !

Pour en savoir plus :