Appels à contribution – Février 2013

« Journalisme et dispositifs mobiles »

Cet appel à contribution s’intéresse à la façon dont les entreprises médiatiques mettent actuellement à profit les possibilités de diffusion et de réception mobile et personnelle. Les quatre formes de convergence proposées par Jenkins (2006) (les convergences de contenus, des technologies, des modèles organisationnels et de l’activité professionnelle), semblent caractériser le système médiatique qui s’engage à produire des contenus multisupports, à instiller des collaborations entre médias et à prendre en compte les comportements volatiles des audiences. Dans ce contexte, l’un des enjeux actuels porte les médias à s’intéresser aux supports mobiles comme les smartphones, les tablettes et les minitablettes. Ce dossier de la revue  s’intéresse à cette thématique du journalisme et des applications mobiles et souhaite aborder les contenus journalistiques qui sont produits avec ces outils, les contraintes sur les pratiques professionnelles, les nouveaux débouchés en matière de temporalité ou de production multimédia, les usages de ces produits par les consommateurs, ainsi que les modèles d’affaires.

Les propositions de textes pourront aborder les différents points suivants :

  • Les langages et les formats
  • L’analyse des nouvelles applications journalistiques
  • Les modèles d’affaires (production, accès, consommation)
  • Les conditions de production convergente des produits journalistiques pour mobiles
  • La relation entre les caractéristiques des dispositifs mobiles et les propriétés du journalisme
  • Les usages et consommations de produits journalistiques avec des dispositifs mobiles.

Les projets d’articles (résumé de deux pages) sont à envoyer avant le 1er avril 2013 à l’adresse suivante : jc@ubi.pt – liaseixas@gmail.com. Les articles (de 30 à 50 000 signes tout compris) sont à envoyer avant le 1er août 2013.

Pour plus d’informations : http://surlejournalisme.com/rev

« La vie des signes au sein de la communication : vers une sémiotique communicationnelle »

Sémiologie, sémiotique, sémiologie de la communication ou de la signification. Sémiotique structurale ou interprétative, peircienne ou greimassienne, puis post-greimassienne et tensive. La « science des signes au sein de la vie sociale » en a vu de toutes les couleurs, est passée par tous les états d’âme. Preuve, en réalité, que cet espace théorique et pratique vit, avec des racines profondes et des fondations solides, des mouvements de générations et des tendances, des lignes franches et des changements de cap. Voilà ce qu’il nous faut appréhender, sous le rapport particulier qui est le nôtre : les relations entre la sémiotique, ce monde sémiotique à la fois permanent et changeant, et la communication, les SIC.

Les axes de réflexion proposés sont les suivants :

  • Les relations sémiotique et communication en termes de formation, dans l’offre et le contenu pédagogiques, tous niveaux confondus, y compris à l’international et sous forme documentaire, éditoriale, là encore,
  • Les relations sémiotique et communication, au plan théorique et épistémologique, sous l’obédience d’un modèle, à travers des approches différenciées ou sous la forme du « bricolage », dans les termes où Floch entendait l’assumer. Cela subsume toutes les questions bibliographiques, documentaires, éditoriales,
  • Les relations sémiotique et communication en termes d’applications professionnelles, de visée opérationnelle, avec toutes les ressources d’une sémiotique dite appliquée ou concrète qui trouve, de plus en plus, des voies de médiatisation,
  • Les relations sémiotique et communication en termes d’objets, de terrains, de méthodes, tout particulièrement dans une perspective d’élaboration et de consolidation des recherches en SIC.

Les articles (environ 30 000 signes) sont à envoyer avant le 15 avril 2013.

Pour plus d’informations : http://rfsic.revues.org/399

 


Appels à communication – Février 2013

« Le corpus : ancrages théoriques et méthodologiques »

Le 27 juin 2013, l’Association Lyonnaise des Etudiants Chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication (ALEC-SIC) organise une journée d’étude sur le thème du corpus. Cette journée entend fournir des pistes de réflexion aux jeunes chercheurs (doctorants ou docteurs) qui sont confrontés, dans le cadre de leur recherche, aux questions méthodologiques, théoriques et épistémologiques posées par le travail sur corpus.

La notion de corpus intéresse un large éventail de disciplines. Cet ensemble de documents sélectionnés en vue de mener une étude spécifique, est toujours un objet construit. Il est au cœur du projet recherche : en plus de constituer un « terrain » d’enquête permettant de vérifier les hypothèses et de formuler des résultats, il vient également nourrir les questions posées par le sujet même de la recherche.

Deux grands axes de réflexion proposés :

– La constitution du corpus :

Ce premier axe entend susciter des réflexions sur les différents « types » de données qui peuvent être constituées en corpus afin de répondre à une problématique de recherche. Nous insistons sur la diversité des corpus/terrains qui pourront être abordés pendant cette journée qui n’entend pas se limiter aux corpus « classiques » (discours médiatiques, institutionnels, etc.) mais élargir le questionnement à d’autres types de « textes »/« discours » (images, vidéos, productions culturelles, etc.).

– L’analyse du corpus

Le second axe propose des pistes de réflexion quant à la/aux méthodologies à mettre en œuvre pour étudier le corpus. En effet, une fois constitué, il s’agit de l’analyser ; les méthodes et les outils étant relativement nombreux. Le choix d’une ou de plusieurs d’approches dépend à la fois des types de documents constituant le corpus et de la problématique de recherche.  distincte et successive pour étudier des corpus différents ou peuvent-elles être menées ensemble ?

Date et lieu : 27 juin 2013 à Lyon

Les propositions de communication (3000 signes espaces compris) sont à envoyer avant le 13 avril 2013 à l’adresse suivante : nathalie.walczak [at ] univ-lyon2

Pour plus d’informations : http://jecsic2013.wordpress.com

 

« Concurrence(s) »

Ce colloque interdisciplinaire, organisé par l’association Les Têtes Chercheuses, s’intéresse à la notion de concurrence dans les domaines des arts, des lettres, des langues et de la linguistique, tous siècles confondus, afin de donner à la notion une réelle profondeur historique. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord, le monde de la création n’est pas imperméable à cette course à la première place, que ce soit hier ou aujourd’hui. Qu’un mouvement littéraire veuille en chasser un autre, qu’une théorie interprétative le dispute à une autre, qu’un traducteur remette en question la traduction d’une œuvre faite par un prédécesseur, que deux mises en scènes d’une même pièce fassent des choix radicalement différents, etc., la concurrence est bel et bien présente dans le monde artistique. Sont attendues des études de cas autant que des visions d’ensemble qui prennent un recul théorique pour analyser ces rapports de force qui sont au cœur du monde artistique. Pourront-être abordées les concurrences entre individus, écoles, mouvements, genres, théories d’analyses, etc. Quelques pistes de réflexion :

– dans quelle mesure la concurrence peut-elle apparaître comme le moteur même de la création ?

– comment s’établissent, se détruisent et se reconstruisent les hiérarchies artistiques ? Quel rôle actif les artistes prennent-ils à cette mise en ordre du monde de l’art ?

– la concurrence peut être considérée comme un jeu institutionnalisé qui reconnait la valeur supérieure de certaines œuvres et leur octroie de ce fait un statut à part. Comment ce processus institutionnel, lui-même traversé par des rapports de force, marque-t-il la production ? Quel est son impact ?

Date et lieu : les 12, 13 et 14 décembre 2013 à Lyon

Les propositions de communication (500 mots) sont à envoyer avant le 30 avril 2013 à teteschercheuses.colloque2013@gmail.com.

Pour plus d’informations : www.tetes-chercheuses.com / teteschercheuses.hypotheses.org

« Formes et enjeux contemporains de la communication et de la culture scientifiques et techniques » 

Ce colloque, organisé par le Gresec en partenariat avec Elico et le Centre Norbert Elias, sera l’occasion de produire des analyses sur les mutations et sur les innovations dans le domaine de la science. Son orientation prend acte du développement de certains processus constatés déjà en 2005 : importance croissante des stratégies de communication des organisations scientifiques, renforcement des liens entre pouvoirs locaux, entreprises et centres de recherche, expansion des technologies d’information et de communication  ainsi que des pratiques sociales qui leur sont liées, développement de formes délibératives et participatives. Il se donne ainsi pour objet de traiter ensemble des questions qui relèvent spécifiquement du champ de la communication et de l’information scientifiques (expression scientifique, controverses, pratiques journalistiques, etc.) et des questions qui relèvent de la mise en public de la science et de ses enjeux sociétaux.

Les thématiques de réflexion suivantes sont proposées :

  • Modalités d’expressions de la science et nouvelles techniques numériques.
  • Continuités et mutations dans les compétences, les métiers et les pratiques professionnelles.
  • Scénographies contemporaines des sciences et des techniques
  • Sciences et territoires : articulations entre politiques scientifiques, politiques territoriales et émergence de questions sociétales.

Date et lieu : les 28-29 novembre 2013 à Grenoble

Les propositions de communication (5000 signes maximum) sont à envoyer avant le 15 mai 2013 à l’adresse suivante : mc.bordeaux@wanadoo.fr et Dominique.Cartellier@iut2.upmf-grenoble.fr

Pour plus d’informations : http://gresec.u-grenoble3.fr/version-francaise/actualites/l-agenda-du-gresec/appel-a-communication-colloque-international-formes-et-enjeux-contemporains-de-la-communication-et-de-la-culture-scientifiques-et-techniques–155842.kjsp

« Le journalisme en ligne et ses publics »

Ce colloque international et interdisciplinaire cherche à promouvoir le débat sur la consommation, la production et la participation des internautes dans la sphère journalistique. Forums de discussion, espaces de commentaires, fact checking, crowd-sourcing, blogs, réseaux sociaux ont élargi, depuis les années 1990, la palette des modes d’intervention des internautes dans le processus de production de l’information, complexifiant, de fait, la relation entre le journalisme et ses publics. Plusieurs disciplines sont concernées par ces changements dans le panorama de l’information : la sociologie du journalisme, l’analyse du discours, la sociologie des publics, l’histoire des publics et des médias, l’anthropologie culturelle, la sociologie de la communication.

Les communications pourront aborder les problématiques suivantes analysant le public comme :

– un acteur présent dans la salle de rédaction : le public est pris en compte dans les choix des journalistes, dans leurs représentations, dans leur discours et dans leurs pratiques professionnelles

– un objet de toutes les attentions économiques : diversification des supports, complexification des mesures d’audience, informations mobiles, transformation de la consommation des médias, les podcasts, volonté de personnaliser l’information, etc.

– un producteur d’information/un expert : le public devient une source d’information, dans les commentaires et les blogs intégrés aux rédactions, ainsi qu’une figure de légitimation de certaines activités et artefacts.

– un producteur de discours : quelles sont les caractéristiques énonciatives, voire stylistiques du « discours des internautes » ? Quelles sont les modalités d’échange entre internautes ? Comment remettent-ils en question le contrat de lecture ?

– un arbitre des discours sociaux : la nouvelle configuration entraîne un questionnement de la distribution de la connaissance dans la sphère publique et l’apparition d’une nouvelle forme – collectivement organisée – de surveillance envers le discours d’information, qui amène les agents ordinaires à rectifier le discours médiatique et le discours d’experts.

Date et lieu : les 5-6 décembre 2013 à Bruxelles

Les propositions de communication (500 mots maximum) sont à envoyer avant le 5 mai 2013 à l’adresse suivante : publics2013@gmail.com

Pour plus d’informations : http://surlejournalisme.com/?p=3149

 

« Normes communiquées, normes communicantes : assignation, déviances et négociation »

L’association de jeunes chercheur(e)s en sciences de l’information et de la communication REPLIC lance un appel à communication pour une journée d’études sur la thématique des normes communiquées et des normes communicantes : assignations, déviances et négociation.

Émancipatrice et facteur d’ouverture démocratique pour les uns, « marketinisée » et dépossédée de sa dimension informationnelle pour les autres, la communication occupe une place centrale dans les imaginaires de nos sociétés contemporaines. Ces discours alternativement libérateurs ou alarmistes ne sauraient pourtant préjuger de la complexité des phénomènes communicationnels.

L’insertion des dispositifs communicationnels dans un tissu social nous permet d’effectuer deux observations. D’une part, ces dispositifs sont structurés par les rapports sociaux. D’autre part, les dispositifs communicationnels sont maillés de représentations sociales. Toute communication est porteuse d’une dimension normative. La norme s’inscrit aussi dans un dispositif communicationnel qu’il faut prendre en compte et interroger. En effet, en tant qu’espaces de médiations, les dispositifs communicationnels sont à la fois porteurs de normes et structurés par des normes.

Quatre pistes de réflexion sont proposées :

Axe 1 : Normes socio-culturelles et représentations

Axe 2 : Normes et dispositifs communicationnels

Axe 3 : Du hors-normes à la négociation : appropriations, stratégies et pratiques des usagers

Axe 4 : Normes académiques : épistémologie et méthodologie des SIC

Date et lieu : le 6 juin 2013 à Bordeaux

Les propositions de communication (300 mots maximum) sont à envoyer avant le 20 mars 2013 à l’adresse suivante : replicbx3@gmail.com

Pour plus d’informations : http://www.asso-replic.fr