Brauer, Markus, Enseigner à l’université : conseils pratiques, astuces, méthodes pédagogiques, Paris, Editions Armand Colin, 2011, 207 p., ISBN : 9782200254582

L’ouvrage de Markus Brauer[1] s’ouvre sur un constat (les enseignants chercheurs « n’ont pas reçu la moindre formation en pédagogie » – p. 7) auquel il entend remédier en proposant des méthodes pédagogiques permettant d’améliorer la qualité de l’enseignement. Le métier d’enseignant est, selon lui, un métier comme un autre dont il suffit de connaître les techniques pour, ensuite, les appliquer. « La recherche montre clairement que nous ne sommes pas nés « bons » ou « mauvais » enseignants » (p. 13). L’auteur oppose le « transmetteur d’informations » qui « considère que ce que les étudiants n’apprennent pas dans son cours, ils ne l’apprendront jamais » au « facilitateur d’apprentissage » qui, à l’inverse, les « aide […]  à apprendre par eux-mêmes » (p. 17). Cette seconde figure est celle d’un enseignant qui transmet des connaissances mais aussi (et surtout) des savoir-faire utiles dans le monde professionnel (trouver des textes pertinents sur un sujet, savoir en extraire des informations importantes, etc.). L’idée d’un « enseignement efficace » reposant sur un apprentissage actif est au cœur de l’ouvrage. M. Brauer invite le lecteur à ne pas considérer les étudiants comme des consommateurs passifs (ce qui est souvent le cas dans les cours magistraux) mais comme participant au processus d’apprentissage, la mémorisation des connaissances en étant alors grandement facilitée.

            L’ouvrage est organisé en 10 chapitres, chacun étant consacré à une thématique spécifique. L’auteur prend soin de distinguer les questions que pose l’enseignement des TD de celles soulevées par les cours magistraux. Il discute également des différentes façons de lutter contre le bavardage, de l’importance du rapport avec les étudiants (un « bon rapport » renforcerait l’efficacité de l’enseignement – p. 57), de la nécessité de donner du travail personnel ou encore des méthodes d’évaluation. L’ensemble des conseils et des techniques pédagogiques exposés repose sur l’expérience de l’auteur et sur les recherches actuelles en pédagogie et en sciences de l’éducation. Cette « assise scientifique » permet à M. Brauer de proposer des idées très concrètes que le « lecteur-enseignant » peut facilement s’approprier et réutiliser dans ses cours. Par exemple, comment gérer les excuses des étudiants qui ne rendent pas le travail demandé en temps voulu ? Toutes les excuses se valent-elles ? Comment évaluer leurs progrès au cours d’un semestre en minimisant les biais induits par les différents types de notation ? Peut-on les familiariser avec de la littérature scientifique en anglais dès la première année ? Chaque question donne lieu à un développement précis, exemples à l’appui. La lecture de cet ouvrage est donc à la fois stimulante et enrichissante, l’auteur prenant soin de toujours devancer les objections de son lecteur.

            Quelques réserves toutefois. M. Brauer insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de montrer aux étudiants que l’on s’intéresse à eux, suggérant notamment de leur demander des informations personnelles. La place accordée à la vie personnelle des étudiants dans la construction d’un « bon rapport » enseignant/étudiants peut sembler exagérée tout comme la façon dont l’auteur utilise sa vie privée en cours. L’autre réserve concerne la question du temps consacré à l’enseignement dans la carrière d’un enseignant-chercheur. L’auteur nous avertit : les méthodes présentées dans le manuel sont censées nous permettre de gagner du temps pour la recherche sans se « laisser envahir par l’enseignement » (p. 174). Les éléments proposés restent assez théoriques et pas forcément réalisables en pratique. En outre, ils ne prennent pas en compte certains facteurs tels que l’expérience de chacun (dans le temps consacré à la préparation des cours) et les différences disciplinaires (beaucoup d’exemples proposés sont relatifs aux sciences dures). Toutefois, cela n’enlève rien à l’intérêt de cet ouvrage dans lequel chacun peut se retrouver à un moment donné… que vous soyez jeune enseignant ou que vous ayez déjà plusieurs années d’expériences.

Audrey Arnoult


[1] Directeur de recherche au CNRS, enseignant et directeur d’un laboratoire de psychologie sociale et cognitive

A propos de : « Journalistes engagés »

Compte-rendu de Lise Jacquez. Initialement publié dans le Point Com de mars-avril 2011.

Sandrine Levêque, Denis Ruellan (sous la dir.), Journalistes engagés, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 180 pages.
ISBN : 978-2-7535-1211-5


Cet ouvrage collectif publié fin 2010, explore les modalités des relations entre le journalisme et l’engagement politique à partir des contributions de huit chercheurs. Les articles composant l’ouvrage présentent des analyses variées, basées sur des approches méthodologiques mêlant sociologie et analyse des discours (à titre d’exemples : entretiens et analyse quantitative d’un corpus d’articles dans le travail d’Eugénie Saitta, entretiens, observations ethnographiques et analyse qualitative de publications écrites dans celui de Benjamin Ferron). Les combinaisons de méthodes constituent d’ailleurs un des points les plus stimulants de l’ouvrage en ce qu’elles soulignent à quel point l’analyse des discours permet de mieux comprendre, en les mettant en perspective, les pratiques observées sur le terrain et les postures revendiquées par les acteurs dans les entretiens et vice-versa.

Dans l’introduction, Sandrine Levêque situe l’ouvrage dans le contexte actuel des débats sur le journalisme. Elle constate ainsi que la figure du journaliste « désengagé » et « neutre » qui semblait s’imposer dans la définition de l’espace journalistique tend à être remis en question : « (…) débat sur ce que doit être le journalisme aujourd’hui, plaidant pour un retour à un journalisme de combat, un journaliste acteur à part entière de l’espace public. » (S. Levêque, p. 10.) L’auteur rappelle que ces débats ne sont toutefois pas nouveaux et que le journalisme est un « monde en crise perpétuelle depuis le milieu du 19ème siècle » (p.10), structuré par des injonctions contradictoires entre engagements et distanciations.

Revenant à la situation actuelle, Sandrine Levêque souligne alors un paradoxe dans les dénonciations actuelles de « l’allégeance »  des médias aux classes dominantes et au système capitaliste : « Les journalistes seraient ainsi dans un cas de figure paradoxal où ils seraient sommés d’abandonner (par la socioanalyse) leurs allégeances inconscientes (liées à leurs trajectoires et à leurs positions dans un système économique qui les aliènent) pour adhérer « consciemment » et volontairement à un projet politique, ce qui sur les mêmes fondements, pourrait aussi leur être reprocher. » (p. 13.). Cette remarque invite à interroger les conditions de possibilité d’un journalisme engagé voire d’un journalisme militant dans un contexte où les garanties du professionnalisme journalistique restent largement liées à l’adoption d’une posture distanciée par rapport aux sources et aux opinions et dans lequel l’engagement politique peut apparaître a priori comme stigmatisant.

C’est cette interrogation qui traverse toutes les contributions de l’ouvrage. L’article de Denis Ruellan introduit ainsi de manière stimulante la réflexion sur l’engagement journalistique à travers l’étude des représentations des reporters au cinéma, dans laquelle il souligne combien l’engagement, au sens large du terme, est constitutif du métier de journalisme : « L’engagement est le système, il n’est pas le problème. Le problème, c’est de croire que l’on puisse être journaliste sans s’engager : dans son métier, dans l’histoire, dans la vie des autres, dans des relations plurielles, dans sa vie, la coexistence de toutes ces facettes exigeants des ajustements fins et toujours particuliers. » (p. 29).

Ce sont ces ajustements que les autres contributions de l’ouvrage explorent à partir de trois thématiques principales :

  1. La dépolitisation des espaces médiatiques marchands,
  2. Les stratégies mises en place par les journalistes pour tenter de relier et de rendre compossibles ou de transformer engagement professionnel et engagement militant
  3. L’investissement militant dans les arènes médiatiques. A titre d’exemple, dans cette dernière thématique, l’article de Benjamin Ferron sur le journalisme alternatif au contre-sommet de Cancun en 2003, montre particulièrement bien les difficultés pour les journalistes-militants à conjuguer « l’information de la cause » et « la cause de l’information » (p.117).

Ces difficultés se traduisent sur le terrain en une (re)division du travail d’information entre communicants du mouvement social chargés des relations presse et journalistes alternatifs chargés de produire de l’information inédite sur ce mouvement.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2495

A propos de : « Figures sociales des discours. Le « discours social » en perspectives »

Compte-rendu de Lise Jacquez, initialement publié dans le Point Com de novembre-décembre 2010.

Aurélie TAVERNIER, Jacques NOYER, Jean-Baptiste LEGAVRE et Bernard DELFORCE (sous la dir.), Figures sociales des discours. Le « discours social » en perspectives,Lille, Université Charles de Gaulle Lille 3, 2010, 247p.
ISBN : 2844671179

Cet ouvrage collectif est issu de la journée d’étude organisée à l’université Lille 3 en juin 2007 par le Groupe d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires en Information et en Communication (GERIICO) autour de la notion de « discours social ». Il regroupe les contributions de chercheurs de diverses disciplines des sciences sociales (sciences de l’information et de la communication, sociologie et sciences politiques principalement).

La question à l’origine de ce projet est formulée ainsi: « Comment les sciences humaines et sociales peuvent-elles rendre raison du discours que tiennent les acteurs dans leurs mondes sociaux ? ». Par cette question, les auteurs veulent souligner le fait que les discours sont l’objet d’analyses multiples et différenciées dans divers champs des sciences sociales, d’où le projet d’entamer un dialogue interdisciplinaire afin de confronter et de croiser les différentes « façons de faire » avec le discours. Par delà les divergences entre manières de faire, c’est la reconnaissance commune de la dimension profondément sociale du discours qui rend possible et nécessaire ce dialogue interdisciplinaire. La notion de « discours social » est donc mobilisée ici comme un point départ pour penser les divergences : « Le discours est de part en part social. Quitte ensuite à ne pas l’analyser selon les mêmes logiques. ».

Plus précisément, deux questionnements traversent l’ensemble des contributions : la première renvoie à la pertinence de la notion de discours social en tant qu’outil théorique et heuristique permettant d’observer et d’analyser des processus de communication et de médiatisation dans leurs contextes sociaux. La deuxième question porte plus particulièrement sur le comment (comment se saisir de cette notion de discours social pour l’analyse d’objets discursifs situés et divers ?) et porte par conséquent aussi sur la question des méthodes de constitution et d’analyse des corpus.

L’ouvrage se décompose en quatre chapitres. Dans le premier chapitre « Discours social  : filiation et enjeux d’une notion heuristique », trois contributions répondent plus particulièrement à la première question en invitant à considérer le « discours social » non pas comme un concept figé et rigide mais comme « une notion dynamique et opératoire, pour envisager les discours comme étant à la fois porteurs et vecteurs d’une histoire et d’une mémoire collectives, socialement marquées. » (A. Tavernier, p. 10.). La contribution de Bernard Delforce, « Discursivité sociale/discours sociaux : Penser les enjeux sociaux de l’information », ouvre ainsi de nombreuses perspectives pour la compréhension des processus de médiatisation et de construction du sens autour de questions ou de « problèmes sociaux » présents dans l’Espace Public.

Les contributions présentées dans les trois autres chapitres, (« Discours en corpus : les discours sociaux au fil du texte », « Du texte aux contextes : le discours social en situation » et « Le chercheur, le discours et le social : ouvertures méthodologiques »), répondent ensuite à la question du « comment » en explorant les différentes perspectives présentées dans ce premier chapitre programmatique et en les confrontant à des « objets discursifs » médiatisés.

De ces confrontations, des conclusions communes se dégagent : d’abord, le sens s’opère toujours dans « le maillage d’un discours social commun ». Pour tous, « le « discours social » apparaît ainsi comme une catégorie heuristique mobilisable pour « remettre à plat » les enroulés de significations auxquels le chercheur est confronté lorsqu’il se saisit d’un discours en apparence autonome (…) » (A. Tavernier, p.12.). Ensuite, la confrontation des points de vue et des méthodes (notamment entre chercheurs privilégiant l’articulation entre analyse du discours et enquête sociologique, et chercheurs pour qui l’analyse de corpus doit permettre de faire « remonter les déterminants sociaux qui configurent des discours sédimentés »), permet de souligner l’importance de l’interdisciplinarité et donc de l’ouverture à d’autres socialisations disciplinaires pour ne pas accumuler les « points aveugles » dans les manières de voir l’articulation entre discours et social.

L’ouvrage sur le site de son éditeur : http://commandes.recherche.univ-lille3.fr/publications/ul3/197-figures-sociales-des-discours-le-discours-social-en-perspectives-9782844671172.html

A propos de : « Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel »

Compte-rendu de Frédéric Aubrun initialement publié dans le Point Com des mois de janvier et février 2011.


SEMPRINI Andrea (sous la direction de). Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel. Paris. L’Harmattan. Collection Champs Visuels. 2007. 368 pages.
ISBN : 978-2-296-02289-8.

En partant du constat que la communication a souvent été sujette à une analyse purement technique, faisant par là même abstraction du contexte socioculturel dans laquelle elle prend place, cet ouvrage collectif (sous la direction d’Andrea Semprini) tente de conduire une approche sociosémiotique dans chacun des cas étudiés : médias d’information (télévision, presse, magazine), sites Internet (Edf, Adidas), communication politique (Berlusconi), publicité (Ferrero, Absolut, PlayStation, Vuitton), …

Cet ouvrage fait suite à un premier recueil d’analyses sémiotiques de différents types d’occurrences de communication (films et affiches publicitaires, discours radiophoniques et télévisuels, logos, identités visuelles, etc.) paru 10 ans plus tôt sous la plume d’Andrea Semprini : Analyser la communication. A travers ce premier ouvrage méthodologique et empirique, on observait déjà une volonté de son auteur d’introduire un regard sociosémiotique dans l’analyse des occurrences de communication : « Si montrer « comment » on analyse des communications est assurément son objectif méthodologique, cet ouvrage a également un objectif théorique. A travers les analyses proposées, il voudrait faire émerger le rôle et quelques champs d’application d’une sociosémiotique, entendue comme discipline étudiant l’inscription du sens au sein des pratiques sociales. » (Analyser la communication, p. 15).

Une autre spécificité de cet ouvrage consacré à l’analyse de cas est de proposer une pluralité de démarches méthodologiques, adaptées selon la spécificité de chaque occurrence. Libre alors au lecteur de construire sa propre analyse en choisissant la méthode adéquate au type de communication choisi. Le caractère collectif de ce second recueil vient davantage renforcer la diversité des méthodes, et lui confère une ouverture internationale, notamment avec quelques contributions d’auteurs italiens et anglo-saxons.

Depuis le premier ouvrage, le panorama des formes de communication a progressivement évolué (Internet a ainsi été ajouté dans les études de cas de ce second recueil), tout comme les méthodes pour les analyser. Mais le principal changement entre les deux ouvrages est le glissement d’un regard sémiotique à un regard sociosémiotique, ce qui justifie le nouveau sous-titre du recueil collectif dirigé par Andrea Semprini, à savoir Analyser la communication 2. Comment analyser la communication dans son contexte socioculturel.

D’après Andrea Semprini, le regard sociosémiotique « analyse la façon dont un objet de sens particulier est pris en charge par un système de discursivité, est utilisé pour soutenir ou critiquer une vision du monde et des systèmes de croyance et finit par alimenter, en tant que ressource sémiotique, ces mêmes systèmes. » (Analyser la communication 2, p. 14).

A l’image d’un arbre aux multiples branches, la sémiotique s’articule autour de plusieurs approches, parmi lesquelles la sociosémiotique, qui étudie tout ce qui touche la dimension sociale de la discursivité. « Selon cette vision, ce qui opère un glissement de la sémiotique à la sociosémiotique n’est pas tant une vague dimension sociale du signifié que le passage d’une analyse centrée sur le texte à une analyse centrée sur le discours et sur les pratiques discursives, où le discours n’est rien d’autre que le texte énoncé et/ou les procédures qui gouvernent sa production » explique Andrea Semprini (Analyser la communication 2, p. 13).

Au final, nous retrouvons dans cet ouvrage collectif un des aspects qui fait la richesse des Sciences de l’Information et de la Communication, à savoir rendre complémentaires certaines notions jugées souvent opposées, comme le texte et le contexte.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=22858