Nouvelles parutions – Juin 2013

SCIENCES_LANG_CALABRESE_15_PRESSE-MEMOIRE-SOC.indd

CALABRESE, Laura, L’Evénement en discours. Presse et mémoire sociale, Louvain-La-Neuve, Editions Academia / L’Harmattan, 2013, 289 p., ISBN : 978-2-8061-0098

Cet ouvrage explore un mécanisme récurrent du discours médiatique, celui de la nomination d’événements, qui joue un rôle fondamental dans notre perception de la réalité sociale. Comment expliquer le fait que des expressions génériques telles que « la crise » ou « la canicule » renvoient à des événements situés dans le temps et dans l’espace ? Pourquoi « Gaza, le voile » ou « Abu Ghraib » peuvent-ils renvoyer temporairement à des événements de l’actualité ? Comment les dates – 21 avril, 11 mars – se transforment-elles en dénominations d’événements ? Comment décodons-nous des expressions telles que « le 11 septembre de l’Europe » ou « un nouveau Tchernobyl » ?

Pour répondre à ces questions, l’ouvrage procède à une description minutieuse des désignants d’événements, à partir d’un corpus d’exemples tirés de la presse écrite. Ces séquences linguistiques, largement partagées, sont des « prêts-à-dire » capables de condenser une énorme quantité d’information sur l’événement, de ses données les plus objectives (où, quand, quoi) aux plus subjectives (images, représentations), mais partagées intersubjectivement. Dans le discours d’information, elles servent à conserver la mémoire de notre histoire immédiate, en mémorisant des informations, des images et des discours sur les événements.

 histoire et culture du libre

PALOQUE-BERGES, Camille et MASUTTI, Christophe (dir.), Histoires et cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées, Editions Framasoft, 2013, 580 p., ISBN : 978-2-9539187-9-3

Fruit de la collaboration inédite d’auteurs provenant d’horizons disciplinaires différents, par des approches thématiques et des études de cas, cet ouvrage propose une histoire culturelle du Libre non seulement à travers l’histoire de l’informatique, mais aussi par les représentations sociales, philosophiques, juridiques et économiques qu’a cristallisées le mouvement du logiciel libre jusqu’à nos jours. À l’aide de multiples clés d’analyse, et sans conception partisane, ce livre dresse un tableau des bouleversements des connaissances et des techniques que ce mouvement a engendrés. Le lecteur saura trouver dans cette approche ambitieuse et prospective autant d’outils pour mieux comprendre les enjeux de l’informatique, des réseaux, des libertés numériques, ainsi que l’impact de leurs trajectoires politiques dans la société d’aujourd’hui.

 la civilisation du clic

LAFRANCE, Jean-Paul, La Civilisation du clic. La vie moderne sous l’emprise des nouveaux médias, Paris, Editions L’Harmattan, 242 p., ISBN : 978-2336292892

 Penser la « civilisation du clic », c’est essayer de voir comment les nouvelles technologies d’information et de communication ont changé l’homme dans son quotidien et dans ses comportements : c’est se placer du côté de l’usager et non des techniques, c’est regarder comment vit et agit l’être humain sous l’emprise des médias et des technologies. Naître dans cette civilisation, c’est être toujours à un « clic » de l’énorme richesse contenue dans Internet : c’est pouvoir rejoindre n’importe qui grâce à son smartphone, c’est savoir en tous lieux et en tout temps où l’on se trouve, c’est se croire éternel et ignorer le risque et la mort parce que l’on peut toujours remettre à zéro les compteurs, comme dans les jeux vidéo.

 Les produits et marques au cinéma

LE NOZACH, Delphine, Les produits et les marques au cinéma, Paris, L’Harmattan, 2013, 196 p., ISBN : 978-2-336-00875-2

La sphère de la publicité intègre fréquemment celle du cinéma. Depuis plus d’un siècle, des produits et des marques figurent dans les longs-métrages de fiction. Au-delà des aspects marketing, commerciaux et économiques de cette technique, cet ouvrage adopte un point de vue innovant en examinant la place accordée aux produits et aux marques dans la création cinématographique.

Grâce à l’analyse d’entretiens menés avec des réalisateurs français et à l’étude de leurs films, il est démontré que les cinéastes pensent et maîtrisent le procédé d’insertions publicitaires filmiques et que les produits et les marques représentent des outils diégétiques. En effet, selon les choix de réalisation, les produits ou les marques peuvent prendre la forme d’une simple figuration comme celle d’un ressort dramatique majeur. Les insertions publicitaires filmiques offrent alors au réalisateur la possibilité de s’approprier l’univers de valeurs identitaires d’une marque et de métamorphoser des produits en signifiants filmiques. Originellement, les produits et marques marchands sont exogènes au cinéma. Néanmoins, lorsqu’ils sont intégrés aux films dans le but de remplir une fonction diégétique, les produits et les marques changent de statut et deviennent des éléments réellement endogènes au cinéma.

 

 

Nouvelles parutions – Novembre 2012

EVENO, Patrick, Histoire de la presse française, de Théophraste Renaudot à la révolution numérique, Paris, Editions Flammarion, 2012, 304 p., ISBN : 9782081269750

Depuis près de quatre siècles, la presse représente le principal moyen d’information, de connaissance et de loisirs des Français. Le journal a contribué à établir et conforter la démocratie ; il a permis de tisser le lien social et a forgé la culture de masse.

L’aventure de la presse peut se lire à travers les journaux, mais elle peut aussi être racontée, comme dans ce livre, par les portraits des hommes et des femmes qui ont fait la presse : écrivains et hommes politiques, directeurs de journaux et reporters, ouvriers et employés, mais aussi crieurs et porteurs. Les hôtels de presse, les cathédrales industrielles, les affiches et les objets donnent à voir cette vie intense qui rythme le quotidien de nos villes et campagnes.

Depuis quelques années, dans une conjoncture difficile, la presse peine à trouver un nouveau modèle économique et rédactionnel face à la montée en puissance de la diffusion numérique : l’information permanente et transportable lui fait concurrence. Fortes de centaines d’années de pratiques et de savoir, elle peut toutefois se réinventer en changeant de support.

DE HOYOS, José Carlos et PÉRENNEC Marie-Hélène (dir.), Langue et Manipulation, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012, 240 p., ISBN : 9782862726045

Que la langue soit l’instrument privilégié de la manipulation est une évidence et nombreux sont les ouvrages consacrés à ce rapport. Ce livre se distingue des précédents par le fait qu’il traite de la manipulation selon trois axes généralement peu étudiés  : manipulation et politique des langues, manipulation dans et par le discours scientifique, relations entre manipulation et séduction. L’ensemble de l’ouvrage, issu d’un colloque qui s’est tenu à Lyon en novembre 2009, se situe dans le cadre méthodologique de la linguistique du discours. L’appartenance des auteurs à des aires culturelles différentes a montré que de Cuba à la RDA en passant par les Philippines, des grammaires du XVIème siècle aux manuels de conversation actuels, les stratégies manipulatoires se ressemblent et que le discours scientifique lui-même ne saurait échapper à la manipulation quand il ne se met pas à son service. La traduction systématique de tous les exemples permet l’accès des articles aux lecteurs non familiers des langues représentées.

LEGLISE, Isabelle et GARRIC Nathalie (dir.), Discours d’experts et d’expertise, Bern, Editions Peter Lang, 2012, 227 p., ISBN : 9783034312257

L’activité d’expertise et les discours d’individus érigés ou auto-proclamés en experts sont devenus omniprésents dans la société contemporaine. Cet ouvrage traite des discours et rapports qu’ils fournissent ou qui sont produits en leur nom. Il confronte les points de vue de plusieurs champs disciplinaires des sciences humaines et sociales : sciences politiques, droit, sociologie, sociologie politique, sciences de l’information et de la communication, analyse conversationnelle, linguistique et analyse de discours sont ainsi convoqués. L’ambition de ce livre est de faire communiquer les apports de ces approches avec les analyses de corpus attentives aux contraintes et aux effets sociaux dont le langage est porteur. Il traite de trois thèmes : expertise et médias, expertise et justice, expertise et citoyens. En caractérisant les discours qui sont produits, il interroge les liens entre expertise et savoir, rapproche expertise et manipulation et montre les liens entre expertise et pouvoir.

GLEVAREC, Hervé, La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Paris, Editions Ellipses, 2012, 160 p., ISBN : 9782729874414

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ? À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.

Audrey Arnoult – Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication

Attachée Temporaire à l’Enseignement et à la Recherche à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon depuis 2010 et rattachée au laboratoire Elico.

 

Question 1 : Vous avez soutenu en décembre 2011 votre thèse sur le sujet « La médiatisation des troubles liés à l’adolescence dans la presse quotidienne nationale (1995-2009) », pouvez vous nous retracer votre parcours de doctorante ?

Mon sujet de thèse s’inscrit dans la continuité de mon premier travail de recherche – mon mémoire de fin d’études réalisé à l’Institut d’Etudes Politiques sous la direction d’Isabelle Garcin-Marrou – qui portait sur le traitement médiatique de l’anorexie mentale dans la presse quotidienne d’information générale et dans la presse magazine de santé. J’avais montré que le sujet était relativement peu traité par la presse quotidienne alors que le corps médical le considère comme un problème de santé publique. J’ai souhaité poursuivre ces questionnements en élargissant mon objet de recherche aux troubles de l’adolescence (suicide, consommation d’alcool, usage de drogues, anorexie, etc.).

J’ai bénéficié d’une allocation de recherche pendant trois ans puis j’ai été recrutée comme Ater à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon ce qui m’a permis de financer ma thèse. J’ai également été monitrice – à l’Institut Universitaire de Technologie de Bron et à l’Institut de la Communication à Lyon 2 – pendant les trois premières années de ma thèse.

En parallèle, j’ai participé à trois reprises à l’organisation des Doctoriales (journée d’études de l’Ecole doctorale EPIC). Je garde de très bons souvenirs de cette expérience qui m’a permis à la fois de me familiariser avec les « rouages » de l’organisation d’un événement scientifique et de travailler avec des doctorants d’autres champs disciplinaires.

 

Question 2 : Comment votre problématique et démarche de recherche se rattache-t-elle aux SIC ?

L’enjeu de ma thèse était de comprendre quels sens les journaux donnent à des conduites qui constituent à la fois des transgressions médicales, sociales voire juridiques mais qui témoignent de la souffrance psychique des adolescents. L’intérêt résidait également dans la compréhension de la construction (ou non) de ce sujet comme un problème de santé publique. Mon analyse se voulait comparatiste et diachronique. Par conséquent, j’ai choisi de travailler sur une longue période (1995-2009) et sur plusieurs quotidiens nationaux (Le Monde, La Croix, Le Figaro, Libération et L’Humanité).

Mon travail s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire. J’ai mobilisé des références historiques pour étudier la généalogie de l’adolescence et pour comprendre l’évolution des problématisations de l’anorexie, de la consommation de drogues, de l’usage d’alcool et du suicide. Le concept de carrière, emprunté à la sociologie de la déviance, m’a permis d’envisager la performance adolescente de façon séquentielle et temporelle. Enfin, pour réfléchir aux rapports entre médias et santé, je me suis appuyée à la fois sur travaux en Sciences de l’Information et de la Communication et en Sciences politiques.

Mes analyses reposent sur une démarche à la fois quantitative et qualitative. L’analyse quantitative porte sur les 989 articles de mon corpus. J’ai eu recours à un logiciel de traitement d’enquêtes (Modalisa) pour étudier la couverture médiatique des différents troubles de l’adolescence. Je voulais voir quelle visibilité chaque journal accordait aux différentes conduites qui constituent mon objet de recherche et comment cette couverture évoluait. Les résultats m’ont permis de constituer un second corpus (en choisissant les articles les plus « représentatifs ») pour l’analyse qualitative. Celle-ci se focalise sur cinq troubles : l’anorexie, le suicide, l’usage de drogues, la consommation d’alcool et les troubles de l’adolescence en général. Pour l’analyse de ces sous-corpus, ma méthodologie se fonde sur la sémiotique narrative greimassienne, l’analyse lexicale et énonciative.

 

Question 3 : Comment a évolué ton projet de thèse initial ? Comment a-t-il été « impacté » par le travail sur ton terrain ?

J’ai défini mon projet de thèse au moment de ma candidature pour l’allocation de recherche. En première année, j’ai commencé par des lectures sur l’adolescence – un des thèmes principaux de ma thèse – mais très vite je me suis penchée sur la constitution du corpus car j’avais besoin de « concret » pour avoir le sentiment d’avancer. J’ai été amenée à définir et construire mon objet de recherche (les troubles de l’adolescence) et, devant l’ampleur du corpus, j’ai abandonné l’étude des discours télévisuels qui figurait dans mon projet d’allocation. Je suis ensuite revenue aux lectures tout en codant l’intégralité de mon corpus avec Modalisa. Cette étape a été assez longue. J’ai été confrontée aux « aléas » de l’indexation des articles sur les bases de données que j’utilisais et recommencer partiellement la constitution de mon corpus (et donc le codage de mes données)… tout en essayant de construire mon cadre théorique. Ce travail de construction de l’objet de recherche a été primordial dans ma recherche et a aussi orienté mes lectures.

Interview réalisée par Yannis Cosmas, Marie-Sophie Madiba et Elmira Prmanova

Parutions scientifiques

AMEY Patrick et LEROUX Pierre (dir.), L’échange politique à la télévision. Interviews, débats et divertissements politiques, Paris, Editions L’Harmattan, 2012, 222 p., ISBN : 978-2-296-96041-1

La coexistence d’une variété importante de modes de représentation de la politique à la télévision conduit à s’interroger sur le sens de la relation entre acteurs politiques, journalistes, ou professionnels du divertissement dans les divers programmes proposés aujourd’hui aux
téléspectateurs. Peut-on se contenter d’opposer le sérieux et la profondeur de certaines émissions à la légèreté des talkshows qui occupent une large place dans les programmes
contemporains­?­ A­ ­quels types de transformation de l’activité politique, de la télévision ou des attentes des téléspectateurs renvoient l’existence et le succès de ces programmes­ ?

Pour répondre à ces questions, ce volume réunit les contributions de chercheurs (anglais, canadiens, français et­ suisses),­ tous spécialistes de l’analyse des discours journalistiques et politiques. En prenant pour objet d’études des émissions aussi emblématiques que sont notamment Le Grand journal, Vivement Dimanche et On n’est pas couché (en France), Infrarouge (en Suisse), ou encore Tout le monde en parle et Deux lles le matin (au Québec), mais aussi certaines mémorables interviews politiques des chaînes britanniques, les analyses proposées dans cet ouvrage jettent un éclairage neuf et pluridisciplinaire sur les enjeux  contemporains de ces mises en scène de la politique.

 

MERLINO Jacques, Profession reporter. Carnets de route : 1973/1998, Paris, Editions L’Harmattan, 2012, 210 p., ISBN : 978-2-296-56708-5 

Ce livre est le fruit de trente-cinq années de reportages à travers le monde durant le dernier quart du vingtième siècle : guerre du Liban, guerre du Golfe, guerre en Yougoslavie, révolution roumaine, libération des pays de l’Est, famine en Afrique… Il est aussi le témoignage de rencontres exceptionnelles avec Simone de Beauvoir, François Mitterrand, Lech Walesa, Woody Allen, Elie Wiesel… Il est enfin une réflexion sur le métier de journaliste, sa liberté, et ses difficultés de saisir le réel et d’en rendre compte.

Jacques Merlino, ancien rédacteur en chef de France 2, a commencé sa carrière de journaliste au journal Le Monde puis collabora à Elle et L’Express, avant d’intégrer la télévision publique comme grand reporter.

MAYAFFRE Damon, Nicolas Sarkozy. Mesure et démesure du discours (2007-2012), Paris, Editions Presses de Sciences Po, 2012, 368 p., ISBN : 978-2-7246-1243-1

Le sarkozysme constitue une rupture dans l’histoire politique de la Vème République. Dénonçant la pensée unique, rompant avec les codes lexicaux ou la bienséance discursive, Nicolas Sarkozy invente, jusqu’à choquer, une nouvelle forme d’expression dissensuelle au service d’une idéologie néo-droitière ou post-État providence. Discours populaire ou discours populiste ? Réformes sincères ou révolution conservatrice ? Président du peuple ou président des riches ? Sarkozy réhabilite-t-il la politique en abordant des questions fondamentales, comme celle du capitalisme, délaissées par ses prédécesseurs ? Ou l’abîme-t-il en s’abandonnant à des thématiques démagogiques ou compassionnelles, quitte à détourner la réflexion des citoyens vers le fait divers ? Damon Mayaffre révèle, à travers l’analyse de centaines de discours et d’interviews, les mots favoris du président, ses secrets rhétoriques, ses figures de style et les procédés manipulatoires. Il recourt aux sciences du langage pour analyser les traits linguistiques du discours, à l’histoire pour déceler ce qui relève de la modernité, de l’orléanisme à la Guizot ou du pétainisme, et aux sciences politiques pour comprendre Nicolas Sarkozy dans son temps. Il pose le verbe comme essence du politique et le volontarisme verbal comme définition du sarkozysme.