Les enjeux de l’inscription : tensions et négociations dans la rédaction d’un rapport

Par Clémence Emprin, doctorante en SIC au sein du laboratoire C2SO, pour son intervention dans le cadre du séminaire ALECSIC sur l’écriture (18.03.2011).

Mon travail de thèse sur le fonctionnement médiatique des projets de recherche m’a amené à participer à l’animation d’un programme de recherche. Le programme DIVA « Agriculture, biodiversité et action publique » regroupe 10 projets dont les chercheurs partagent une préoccupation : renforcer leurs liens à l’action publique. Une ancienne représentante des services de la Direction de la Nature et des Paysages du Ministère en charge de l’environnement et moi-même avons procédé à une série d’entretiens qui a donné lieu à une mise en discussion collective puis à un rapport écrit. Devenant moi-même actrice d’un processus communicationnel propre au programme, je souhaite revenir sur un moment particulier de cette expérience, l’écriture du rapport.

Ce moment d’écriture, les interactions entre moi et ma collègue professionnelle de l’action publique, éclaire certaines tensions de notre propre sujet de recherche commun. J’aborderai dans mon intervention trois « problèmes » auxquels cette écriture à deux mains m’a confronté.

  • La première tension porte sur le regard normatif de ma collègue, approche que j’ai essayé de mettre à distance sans être toujours consciente de la nature de mon enrôlement. Le fonctionnement et les difficultés de passage à une action collective DIVA trouve ici une résonance particulière.
  • La deuxième tension porte sur le statut donné à nos différentes productions, s’agit-il de
    résultat ? Comment expliquer les divergences de points de vue et quel sens donner à nos
    négociations ?
  • Enfin, c’est le rôle de l’apport conceptuel et de l’attraction de la notion de
    frontière, boundary object (Star&Griesemer, 1989) ou boundary organization (Guston, 2001), qu’il s’agira de comprendre.

Problématiser les modalités d’engagement du chercheur dans des situations de
communication, ici la co-écriture d’un rapport, semble particulièrement riche (Le Marec, 2002). L’exercice donne en effet à voir des rapports au collectif, à l’écriture et aux sciences qui peuvent guider le chercheur dans son travail d’analyse.

Céline Brun-Picard

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lyon - Université Lyon 1 - ELICO EA4147

More Posts

A propos de : « Journalistes engagés »

Compte-rendu de Lise Jacquez. Initialement publié dans le Point Com de mars-avril 2011.

Sandrine Levêque, Denis Ruellan (sous la dir.), Journalistes engagés, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 180 pages.
ISBN : 978-2-7535-1211-5


Cet ouvrage collectif publié fin 2010, explore les modalités des relations entre le journalisme et l’engagement politique à partir des contributions de huit chercheurs. Les articles composant l’ouvrage présentent des analyses variées, basées sur des approches méthodologiques mêlant sociologie et analyse des discours (à titre d’exemples : entretiens et analyse quantitative d’un corpus d’articles dans le travail d’Eugénie Saitta, entretiens, observations ethnographiques et analyse qualitative de publications écrites dans celui de Benjamin Ferron). Les combinaisons de méthodes constituent d’ailleurs un des points les plus stimulants de l’ouvrage en ce qu’elles soulignent à quel point l’analyse des discours permet de mieux comprendre, en les mettant en perspective, les pratiques observées sur le terrain et les postures revendiquées par les acteurs dans les entretiens et vice-versa.

Dans l’introduction, Sandrine Levêque situe l’ouvrage dans le contexte actuel des débats sur le journalisme. Elle constate ainsi que la figure du journaliste « désengagé » et « neutre » qui semblait s’imposer dans la définition de l’espace journalistique tend à être remis en question : « (…) débat sur ce que doit être le journalisme aujourd’hui, plaidant pour un retour à un journalisme de combat, un journaliste acteur à part entière de l’espace public. » (S. Levêque, p. 10.) L’auteur rappelle que ces débats ne sont toutefois pas nouveaux et que le journalisme est un « monde en crise perpétuelle depuis le milieu du 19ème siècle » (p.10), structuré par des injonctions contradictoires entre engagements et distanciations.

Revenant à la situation actuelle, Sandrine Levêque souligne alors un paradoxe dans les dénonciations actuelles de « l’allégeance »  des médias aux classes dominantes et au système capitaliste : « Les journalistes seraient ainsi dans un cas de figure paradoxal où ils seraient sommés d’abandonner (par la socioanalyse) leurs allégeances inconscientes (liées à leurs trajectoires et à leurs positions dans un système économique qui les aliènent) pour adhérer « consciemment » et volontairement à un projet politique, ce qui sur les mêmes fondements, pourrait aussi leur être reprocher. » (p. 13.). Cette remarque invite à interroger les conditions de possibilité d’un journalisme engagé voire d’un journalisme militant dans un contexte où les garanties du professionnalisme journalistique restent largement liées à l’adoption d’une posture distanciée par rapport aux sources et aux opinions et dans lequel l’engagement politique peut apparaître a priori comme stigmatisant.

C’est cette interrogation qui traverse toutes les contributions de l’ouvrage. L’article de Denis Ruellan introduit ainsi de manière stimulante la réflexion sur l’engagement journalistique à travers l’étude des représentations des reporters au cinéma, dans laquelle il souligne combien l’engagement, au sens large du terme, est constitutif du métier de journalisme : « L’engagement est le système, il n’est pas le problème. Le problème, c’est de croire que l’on puisse être journaliste sans s’engager : dans son métier, dans l’histoire, dans la vie des autres, dans des relations plurielles, dans sa vie, la coexistence de toutes ces facettes exigeants des ajustements fins et toujours particuliers. » (p. 29).

Ce sont ces ajustements que les autres contributions de l’ouvrage explorent à partir de trois thématiques principales :

  1. La dépolitisation des espaces médiatiques marchands,
  2. Les stratégies mises en place par les journalistes pour tenter de relier et de rendre compossibles ou de transformer engagement professionnel et engagement militant
  3. L’investissement militant dans les arènes médiatiques. A titre d’exemple, dans cette dernière thématique, l’article de Benjamin Ferron sur le journalisme alternatif au contre-sommet de Cancun en 2003, montre particulièrement bien les difficultés pour les journalistes-militants à conjuguer « l’information de la cause » et « la cause de l’information » (p.117).

Ces difficultés se traduisent sur le terrain en une (re)division du travail d’information entre communicants du mouvement social chargés des relations presse et journalistes alternatifs chargés de produire de l’information inédite sur ce mouvement.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2495