Nouvelles parutions – Novembre 2012

EVENO, Patrick, Histoire de la presse française, de Théophraste Renaudot à la révolution numérique, Paris, Editions Flammarion, 2012, 304 p., ISBN : 9782081269750

Depuis près de quatre siècles, la presse représente le principal moyen d’information, de connaissance et de loisirs des Français. Le journal a contribué à établir et conforter la démocratie ; il a permis de tisser le lien social et a forgé la culture de masse.

L’aventure de la presse peut se lire à travers les journaux, mais elle peut aussi être racontée, comme dans ce livre, par les portraits des hommes et des femmes qui ont fait la presse : écrivains et hommes politiques, directeurs de journaux et reporters, ouvriers et employés, mais aussi crieurs et porteurs. Les hôtels de presse, les cathédrales industrielles, les affiches et les objets donnent à voir cette vie intense qui rythme le quotidien de nos villes et campagnes.

Depuis quelques années, dans une conjoncture difficile, la presse peine à trouver un nouveau modèle économique et rédactionnel face à la montée en puissance de la diffusion numérique : l’information permanente et transportable lui fait concurrence. Fortes de centaines d’années de pratiques et de savoir, elle peut toutefois se réinventer en changeant de support.

DE HOYOS, José Carlos et PÉRENNEC Marie-Hélène (dir.), Langue et Manipulation, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012, 240 p., ISBN : 9782862726045

Que la langue soit l’instrument privilégié de la manipulation est une évidence et nombreux sont les ouvrages consacrés à ce rapport. Ce livre se distingue des précédents par le fait qu’il traite de la manipulation selon trois axes généralement peu étudiés  : manipulation et politique des langues, manipulation dans et par le discours scientifique, relations entre manipulation et séduction. L’ensemble de l’ouvrage, issu d’un colloque qui s’est tenu à Lyon en novembre 2009, se situe dans le cadre méthodologique de la linguistique du discours. L’appartenance des auteurs à des aires culturelles différentes a montré que de Cuba à la RDA en passant par les Philippines, des grammaires du XVIème siècle aux manuels de conversation actuels, les stratégies manipulatoires se ressemblent et que le discours scientifique lui-même ne saurait échapper à la manipulation quand il ne se met pas à son service. La traduction systématique de tous les exemples permet l’accès des articles aux lecteurs non familiers des langues représentées.

LEGLISE, Isabelle et GARRIC Nathalie (dir.), Discours d’experts et d’expertise, Bern, Editions Peter Lang, 2012, 227 p., ISBN : 9783034312257

L’activité d’expertise et les discours d’individus érigés ou auto-proclamés en experts sont devenus omniprésents dans la société contemporaine. Cet ouvrage traite des discours et rapports qu’ils fournissent ou qui sont produits en leur nom. Il confronte les points de vue de plusieurs champs disciplinaires des sciences humaines et sociales : sciences politiques, droit, sociologie, sociologie politique, sciences de l’information et de la communication, analyse conversationnelle, linguistique et analyse de discours sont ainsi convoqués. L’ambition de ce livre est de faire communiquer les apports de ces approches avec les analyses de corpus attentives aux contraintes et aux effets sociaux dont le langage est porteur. Il traite de trois thèmes : expertise et médias, expertise et justice, expertise et citoyens. En caractérisant les discours qui sont produits, il interroge les liens entre expertise et savoir, rapproche expertise et manipulation et montre les liens entre expertise et pouvoir.

GLEVAREC, Hervé, La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Paris, Editions Ellipses, 2012, 160 p., ISBN : 9782729874414

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ? À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.

Audrey Arnoult – Docteure en Sciences de l’Information et de la Communication

Attachée Temporaire à l’Enseignement et à la Recherche à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon depuis 2010 et rattachée au laboratoire Elico.

 

Question 1 : Vous avez soutenu en décembre 2011 votre thèse sur le sujet « La médiatisation des troubles liés à l’adolescence dans la presse quotidienne nationale (1995-2009) », pouvez vous nous retracer votre parcours de doctorante ?

Mon sujet de thèse s’inscrit dans la continuité de mon premier travail de recherche – mon mémoire de fin d’études réalisé à l’Institut d’Etudes Politiques sous la direction d’Isabelle Garcin-Marrou – qui portait sur le traitement médiatique de l’anorexie mentale dans la presse quotidienne d’information générale et dans la presse magazine de santé. J’avais montré que le sujet était relativement peu traité par la presse quotidienne alors que le corps médical le considère comme un problème de santé publique. J’ai souhaité poursuivre ces questionnements en élargissant mon objet de recherche aux troubles de l’adolescence (suicide, consommation d’alcool, usage de drogues, anorexie, etc.).

J’ai bénéficié d’une allocation de recherche pendant trois ans puis j’ai été recrutée comme Ater à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon ce qui m’a permis de financer ma thèse. J’ai également été monitrice – à l’Institut Universitaire de Technologie de Bron et à l’Institut de la Communication à Lyon 2 – pendant les trois premières années de ma thèse.

En parallèle, j’ai participé à trois reprises à l’organisation des Doctoriales (journée d’études de l’Ecole doctorale EPIC). Je garde de très bons souvenirs de cette expérience qui m’a permis à la fois de me familiariser avec les « rouages » de l’organisation d’un événement scientifique et de travailler avec des doctorants d’autres champs disciplinaires.

 

Question 2 : Comment votre problématique et démarche de recherche se rattache-t-elle aux SIC ?

L’enjeu de ma thèse était de comprendre quels sens les journaux donnent à des conduites qui constituent à la fois des transgressions médicales, sociales voire juridiques mais qui témoignent de la souffrance psychique des adolescents. L’intérêt résidait également dans la compréhension de la construction (ou non) de ce sujet comme un problème de santé publique. Mon analyse se voulait comparatiste et diachronique. Par conséquent, j’ai choisi de travailler sur une longue période (1995-2009) et sur plusieurs quotidiens nationaux (Le Monde, La Croix, Le Figaro, Libération et L’Humanité).

Mon travail s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire. J’ai mobilisé des références historiques pour étudier la généalogie de l’adolescence et pour comprendre l’évolution des problématisations de l’anorexie, de la consommation de drogues, de l’usage d’alcool et du suicide. Le concept de carrière, emprunté à la sociologie de la déviance, m’a permis d’envisager la performance adolescente de façon séquentielle et temporelle. Enfin, pour réfléchir aux rapports entre médias et santé, je me suis appuyée à la fois sur travaux en Sciences de l’Information et de la Communication et en Sciences politiques.

Mes analyses reposent sur une démarche à la fois quantitative et qualitative. L’analyse quantitative porte sur les 989 articles de mon corpus. J’ai eu recours à un logiciel de traitement d’enquêtes (Modalisa) pour étudier la couverture médiatique des différents troubles de l’adolescence. Je voulais voir quelle visibilité chaque journal accordait aux différentes conduites qui constituent mon objet de recherche et comment cette couverture évoluait. Les résultats m’ont permis de constituer un second corpus (en choisissant les articles les plus « représentatifs ») pour l’analyse qualitative. Celle-ci se focalise sur cinq troubles : l’anorexie, le suicide, l’usage de drogues, la consommation d’alcool et les troubles de l’adolescence en général. Pour l’analyse de ces sous-corpus, ma méthodologie se fonde sur la sémiotique narrative greimassienne, l’analyse lexicale et énonciative.

 

Question 3 : Comment a évolué ton projet de thèse initial ? Comment a-t-il été « impacté » par le travail sur ton terrain ?

J’ai défini mon projet de thèse au moment de ma candidature pour l’allocation de recherche. En première année, j’ai commencé par des lectures sur l’adolescence – un des thèmes principaux de ma thèse – mais très vite je me suis penchée sur la constitution du corpus car j’avais besoin de « concret » pour avoir le sentiment d’avancer. J’ai été amenée à définir et construire mon objet de recherche (les troubles de l’adolescence) et, devant l’ampleur du corpus, j’ai abandonné l’étude des discours télévisuels qui figurait dans mon projet d’allocation. Je suis ensuite revenue aux lectures tout en codant l’intégralité de mon corpus avec Modalisa. Cette étape a été assez longue. J’ai été confrontée aux « aléas » de l’indexation des articles sur les bases de données que j’utilisais et recommencer partiellement la constitution de mon corpus (et donc le codage de mes données)… tout en essayant de construire mon cadre théorique. Ce travail de construction de l’objet de recherche a été primordial dans ma recherche et a aussi orienté mes lectures.

Interview réalisée par Yannis Cosmas, Marie-Sophie Madiba et Elmira Prmanova

Appels à communication

Les sources dans la presse : vérités, rumeurs et mensonges

L’association PILAR (Presse, imprimés, lecture dans l’aire romane) organise une journée d’études sur le thème des sources. Les axes de réflexion s’inscrivent dans l’aire hispanique, des deux côtés de l’Atlantique :

  • Relation entre le journalisme et les sources  dans une perspective diachronique. Construction et transmission des réalités sociales. Rôle du journaliste. Relations avec le pouvoir. Sphères d’influence. Les nouvelles technologies.
  • Information et opinion publique. Les mécanismes de la rumeur. Discours de propagande. L’anonymat des sources.
  • Écritures et genres journalistiques : créer, raconter, inventer.

Date et lieu : le 20 octobre 2012 à Paris

Les propositions (résumé de 500 mots) sont à envoyer avant le 15 avril  2012 à nludec@gmail.com et aranzazu.sarriabuil@orange.fr

Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle22754.html

 

Image, image de soi, image des autres, quels enjeux possibles de recherche ?

Les Doctoriales de l’Ecole Doctorale EPIC proposent aux doctorants en Sciences de l’Education, Psychologie et Sciences de l’Information et de la Communication de s’interroger sur la notion d’image. Héritée, façonnée à partir des valeurs de la société à laquelle appartient son porteur, l’image se définit aussi en contrepoint de celle que  nous  renvoyons  à  l’autre  saisi  dans  sa distinction, ou  plus  indifféremment  aux  autres, dans  le dialogue, l’affrontement, la lutte des libertés ou d’autres modalités des relations interhumaines. Le chercheur s’attachera à comprendre quelles implications cet héritage et cette (ces) représentation (s) ont sur la formation identitaire des individus, leurs parcours d’apprentissage, leurs trajectoires sociales, etc.

Date et lieu : le 2 juin 2012 à Lyon

Les propositions de communication – et éventuellement de posters – sont à envoyer avant le 30 mars 2012 à doctorialeslyon2012@gmail.com

Pour plus d’informations :  http://recherche.univ-lyon2.fr/epic/236-Appel-a-communication-Doctoriales-2012.html

 

Les moteurs de recommandation

 Cette journée d’études co-organisée par les laboratoires Dicen et (CNAM) et Paragraphe (Paris VIII) porte sur les moteurs de recommandation :

Quel est leur historique ? Quels sont leurs impacts sur les habitudes des usagers de l’information ? Qui sont les acteurs scientifiques et commerciaux les plus impliqués ? Quels sont les méthodes et modèles les plus efficients de recommandation ? Quels sont les développements majeurs dans le domaine des plateformes de contenu ?

 Les axes de la journée sont les suivants :

  • Axe 1 : Les moteurs de recommandation et e-commerce, historique
  • Axe 2 : Les moteurs de recommandation, modèles et méthodes
  • Axe 3 : Les moteurs de recommandation et les offres de contenus : développement et bilan
  • Axe 4 :  Impact des moteurs de recommandation sur les usages

Date et lieu : le 11 juin 2012 à Paris

Les propositions de communication (résumé d’une page indiquant l’axe choisi) sont à envoyer avant le 25 mars 2012 à gerald.kembellec@cnam.fr

Pour plus d’informations : http://www.enssib.fr/node/5068

Métiers de l’information, des bibliothèques et des archives à l’ère de la différentiation numérique

Cette 15ème édition du colloque international sur le Document Electronique est ouvert aux chercheurs, aux étudiants et aux professionnels (spécialistes de l’information, concepteurs des systèmes d’information, éditeurs…) concernés par les transformations que connait le domaine de l’info-doc au niveau documentaire, technologique et aussi au niveau du public. Il entend valoriser les recherches sur les métiers de l’information à l’ère du numérique et plus particulièrement du web et de ses technologies qui s’imposent dans tous les services offerts par les centres d’information : la numérisation et les documents numériques, la gestion du cycle de vie des documents, les métadonnées, les réseaux sociaux, les blogs, etc.

 Date et lieu : le 30 avril 2012 à Tunis

Les textes de la communication (entièrement rédigées) sont à envoyer avant le 30 avril 2012 à cide@europia.org

Pour plus d’informations : http://calenda.revues.org/nouvelle23058.html