Interview de Fidélia Ibekwe-Sanjuan, enseignant-chercheur en SIC à l’Université Lyon 3 (mars 2011)

Propos recueillis en mars 2011 par Céline Brun-Picard, initialement publiés dans le Point Com de mars-avril 2011.


Quels sont vos domaines de spécialité en SIC ?

Fidélia Ibekwe-Sanjuan : Mes axes de recherches s’inscrivent dans les grandes orientations de recherches en science de l’information (SI) en France. Depuis la soutenance de ma thèse en 1997, j’ai développé plusieurs thématiques de recherche qui s’articulent autour de trois pôles :

  • un premier pôle sur les objets porteurs de savoir, avec un travail sur l’analyse des discours scientifiques ;
  • un deuxième pôle sur les pratiques humaines et sociales en matière d’élaboration, de partage du savoir, d’accès à l’information, ou autrement dit, sur les pratiques informationnelles (usages des TIC dans le cadre du web 2.0 et recherche interactive d’information) ;
  • un troisième pôle sur la formalisation et le calcul, concernant l’élaboration de dispositifs techniques d’accès à l’information et de veille.

De façon assez remarquable, ces 3 pôles se retrouvent dans le programme tripartite que Marcia Bates (Université de Californie) avait énoncés pour la Science de I’information anglosaxonne. Depuis trois ans, je m’intéresse aussi aux fondements théoriques et épistémologiques des SIC.

Défendez-vous une vision autonomiste, ou une vision plus communicationnelle de la SI ?

F.I.-S. : Ni l’une, ni l’autre. La SI dans le contexte français ne peut pas vivre sans la science de la communication (SC) et vice versa. Les deux branches ont fusionné dès la naissance des SIC en 1974 et il serait mal venu aujourd’hui de prôner une scission, ne serait-ce que parce que l’une ne peut survivre sans l’autre.

Il est vrai néanmoins qu’il y a toujours eu des problèmes d’incompréhension. Certains collègues de SC seraient en peine de dire ou de comprendre ce que font leurs collègues de SI et vice versa. Personnellement, je mets ce problème d’incompréhension sur le fait qu’on n’a pas eu suffisamment de tronc commun dans nos formations et que lorsque ce tronc commun existe, il commence trop tard dans nos cursus, souvent juste avant la thèse. Cela est sans doute aussi lié au fait que les SIC étant une interdiscipline, elles recueillent un flux qui vient de plusieurs autres disciplines, des sciences humaines mais aussi des sciences. Ainsi, ces personnes arrivent déjà avec un bagage en licence voire en master propre à leur discipline d’origine. Lorsqu’elles intègrent une formation en infocom, elles l’intègrent à un niveau de spécialisation (M1 ou M2, Thèse). Elles ne voient donc pas les matières de l’autre spécialité.

Je me souviens avoir eu un ou deux cours en communication durant mon DEA SIC mais c’est tout. J’en garde des souvenirs très vagues. Avant, je n’avais jamais entendu parlé de l’école de Palo Alto, de la communication de masse. J’ai suivi un premier cycle en langues et en littérature. Ma connaissance des problématiques de communication est demeurée superficielle mais je travaille à présent à étoffer ma culture générale en communication.

Sans doute les chercheurs en communication méconnaissent-ils aussi souvent la science de l’information. J’ose espérer que la nouvelle génération sera plus ouverte aux thématiques des SIC dans leur intégralité. Les SIC doivent construire un vrai tronc commun qui permette à tous ceux qui désirent faire carrière dans la discipline d’avoir une vision globale des problématiques, des paradigmes, des concepts et des théories qui fondent la discipline, et ce assez tôt dans leur cursus.

En 2007, vous avez démarré un nouveau chantier de recherche sur les bibliothèques participatives sur le web. Pouvez-vous nous en dire plus ?

F.I.-S. : Effectivement, j’ai démarré cet axe de recherche durant ma délégation à l’Université de Drexel. J’ai été interpellée par l’émergence du concept de « participatory libraries » en Amérique du Nord. L’objectif avoué est de changer radicalement le métier du bibliothécaire afin de le mettre en phase avec l’évolution d’un public qui est devenu, dans le sillage du web 2.0, un ”public 2.0”, à savoir un public qui ne veut plus être consommateur d’information mais producteur, diffuseur et échangeur. En France comme aux Etats-Unis, les initiatives se multiplient dans des bibliothèques pour aller à la rencontre des usagers 2.0, ceux qui habitent les espaces virtuels des réseaux sociaux. Certaines bibliothèques ont créé des comptes Facebook, Twitter.

Le catalogue, produit phare des bibliothèques, évoluerait vers un blog, appelé « catalogablog  ». Ces nouveaux catalogues se présentent pour l’instant comme des blogs utilisés pour annoncer des nouveautés, en permettant aux lecteurs de laisser des commentaires. Certaines plateformes ont déjà intégré cette possibilité d’annotation par le public (LibraryThing, CiteUlike). Elles permettent aux gens qui aiment les livres de tagger les livres qu’ils ont lus, de les recommander en fonction de ce l’usager saisit, etc. Cependant, ces plateformes ne sont pas des catalogues des bibliothèques au sens strict du terme, comme par exemple celui du SCD de Lyon 1. Ce qui est visé, nous dit-on, c’est de faire évoluer les catalogues des bibliothèques vers celui de la Redoute ou celui d’Amazon, en autorisant des annotations du public. On n’en est pas encore là. On est encore au début de ce mouvement de participatory libraries.

La participation du grand public soulève des questions épistémologiques, théoriques et pratiques. La question de savoir jusqu’où on peut intégrer la participation du public se pose. Si on ouvre vraiment les catalogues des bibliothèques aux tagging collaboratif, quid de la cohérence des artefacts d’organisation des connaissances produits ? Qui contrôle le contenu ? Néanmoins, soulignons qu’il y a eu des cas de tagging collaboratif réussis : la bibliothèque du Congrès américain a appelé son public à l’aide pour étiqueter une collection de photos. Des amateurs ont pu compléter les informations dans ces catalogues.

Le chantier que j’ai démarré a pour objectif d’observer les mutations au sein des organismes documentaires face au paradigme participatif du web 2.0, et d’étudier la réception de ces nouveaux services du web 2.0 mis en place par les bibliothèques. Cette étude sera menée à l’échelle internationale, notamment dans les deux aires francophone et anglosaxonne.

En savoir plus :

  • Le site de Fidélia Ibekwe-Sanjuan : http://fidelia1.free.fr/