Piar, Christophe, Comment se jouent les élections. Télévision et persuasion en campagne électorale, INA Editions, 2012, 312 p., ISBN : 978-2869382008

L’ouvrage de Christophe Piar analyse l’influence des médias sur la vie politique, ainsi que le contenu et les effets de l’information médiatique sur le comportement électoral. L’auteur – Maître de Conférences en Sciences politiques – est un spécialiste de l’opinion publique, des élections et de la communication politique[1].

Les campagnes électorales constituent des moments importants dans l’activité des journalistes politiques puisque c’est généralement au cours de ces périodes que la vie politique est la plus intensément couverte par les médias. L’auteur cherche à savoir si les médias de masse peuvent former « la conscience publique des campagnes électorales, de quelle manière les décrivent-ils et les font-ils exister » (p. 69). Il s’interroge sur les critères qui permettent aux journalistes de choisir les événements susceptibles d’être médiatisés mais également sur la perspective adoptée pour traiter les faits sélectionnés.

Pour répondre à ces questions, Christophe Piar étudie les logiques et les contraintes qui participent à la fabrication de l’information télévisée en période électorale, ainsi que leurs conséquences sur son contenu. Pour cela, il analyse la couverture médiatique de campagnes électorales selon le type de scrutin, le jeu et l’enjeu de l’information médiatique, la couverture thématique des acteurs politiques et les effets des médias sur le sentiment de compétence politique. La méthode consiste à coder des communications langagières (articles, discours, conversations…) et des supports visuels (par exemple des émissions télévisées) pour pouvoir en observer les caractéristiques. Le corpus est constitué des deux principaux journaux télévisés français (le vingt heures de TF1 et de France 2) afin d’évaluer la nature de l’actualité à laquelle les téléspectateurs ont été exposés au cours des six mois précédant le second tour des élections présidentielles de 1981, 1988, 1995, 2002 et 2007. Il procède de même pour d’autres événements électoraux[2].

Il évoque un risque d’influence de la télévision sur les choix électoraux et détaille les moyens d’influence suivants :

– avec la « persuasion directe », les messages les plus intenses ont un impact plus élevé que les messages moins intenses ;

– avec l’« effet d’agenda », les médias orientent l’attention du public sur certains objets plutôt que d’autres ;

– avec l’« effet d’association », ils incitent les citoyens à voter pour le candidat que la couverture de la campagne associe le plus au problème qu’ils considèrent comme étant le plus important ;

– avec l’« effet de cadrage », ils imposent une définition des enjeux, des acteurs et des événements politiques que les électeurs reprennent à leur compte (p. 221-222).

Christophe Piar fait une série de conclusions et de constats. Il montre que les journalistes présentent davantage les campagnes électorales comme un spectacle et comme une compétition pour le pouvoir que comme un moment de délibération en vue de la résolution des problèmes collectifs. Les médias privilégient le jeu aux enjeux en recourant à la « dramatisation », la « personnalisation »  et la « fragmentation » (p. 105) dans les récits sur les candidats à l’élection présidentielle.

L’auteur parle du principe de la crédibilité sectorielle selon lequel les candidats ont intérêt à insister sur les thèmes sur lesquels ils sont réputés plus crédibles que leurs adversaires et, à l’inverse, à éviter ceux sur lesquels ils sont considérés comme moins crédibles. Cependant, en insistant sur les thèmes pour lesquels les candidats bénéficient d’une plus grande crédibilité, les médias ont tendance à empêcher un véritable dialogue de se dérouler. En même temps, les événements qui surviennent dans l’information générale les contraignent à prendre position sur des sujets pour lesquels ils ne sont pas forcément avantagés.

Christophe Piar affirme que l’utilisation de la télévision comme principale source d’information a un effet positif plus réduit sur l’accroissement de la « compétence politique subjective » que l’usage des autres médias. La télévision semble en effet être le média qui traite les campagnes électorales le moins en profondeur. Dès lors, les individus qui utilisent principalement la télévision pour s’informer acquièrent peut-être moins de connaissances politiques, comprennent peut-être moins bien la vie politique, et se sentent donc peut-être moins compétents dans ce domaine.

Cet ouvrage présente un intérêt considérable pour comprendre les mécanismes de fonctionnement des médias pendant les campagnes électorales, la nature des relations entre les trois acteurs que sont les médias, les politiques et les citoyens, ainsi que pour voir l’impact de la télévision sur la vie électorale.

Elmira Prmanova


[1] Il travaille également au département Opinion de l’institut de sondages CSA.

[2] Six mois précédant les référendums sur la construction européenne de 1992 (traité de Maastricht) et de 2005 (traité constitutionnel européen), et au cours des dix semaines précédant les élections européennes de 1984,  1989, 1994 et 2004 ; les législatives de 1986, 1993 et 1997 ; les régionales de 1986, 1992, 1998 et 2004.

Nouvelles parutions – Novembre 2012

EVENO, Patrick, Histoire de la presse française, de Théophraste Renaudot à la révolution numérique, Paris, Editions Flammarion, 2012, 304 p., ISBN : 9782081269750

Depuis près de quatre siècles, la presse représente le principal moyen d’information, de connaissance et de loisirs des Français. Le journal a contribué à établir et conforter la démocratie ; il a permis de tisser le lien social et a forgé la culture de masse.

L’aventure de la presse peut se lire à travers les journaux, mais elle peut aussi être racontée, comme dans ce livre, par les portraits des hommes et des femmes qui ont fait la presse : écrivains et hommes politiques, directeurs de journaux et reporters, ouvriers et employés, mais aussi crieurs et porteurs. Les hôtels de presse, les cathédrales industrielles, les affiches et les objets donnent à voir cette vie intense qui rythme le quotidien de nos villes et campagnes.

Depuis quelques années, dans une conjoncture difficile, la presse peine à trouver un nouveau modèle économique et rédactionnel face à la montée en puissance de la diffusion numérique : l’information permanente et transportable lui fait concurrence. Fortes de centaines d’années de pratiques et de savoir, elle peut toutefois se réinventer en changeant de support.

DE HOYOS, José Carlos et PÉRENNEC Marie-Hélène (dir.), Langue et Manipulation, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012, 240 p., ISBN : 9782862726045

Que la langue soit l’instrument privilégié de la manipulation est une évidence et nombreux sont les ouvrages consacrés à ce rapport. Ce livre se distingue des précédents par le fait qu’il traite de la manipulation selon trois axes généralement peu étudiés  : manipulation et politique des langues, manipulation dans et par le discours scientifique, relations entre manipulation et séduction. L’ensemble de l’ouvrage, issu d’un colloque qui s’est tenu à Lyon en novembre 2009, se situe dans le cadre méthodologique de la linguistique du discours. L’appartenance des auteurs à des aires culturelles différentes a montré que de Cuba à la RDA en passant par les Philippines, des grammaires du XVIème siècle aux manuels de conversation actuels, les stratégies manipulatoires se ressemblent et que le discours scientifique lui-même ne saurait échapper à la manipulation quand il ne se met pas à son service. La traduction systématique de tous les exemples permet l’accès des articles aux lecteurs non familiers des langues représentées.

LEGLISE, Isabelle et GARRIC Nathalie (dir.), Discours d’experts et d’expertise, Bern, Editions Peter Lang, 2012, 227 p., ISBN : 9783034312257

L’activité d’expertise et les discours d’individus érigés ou auto-proclamés en experts sont devenus omniprésents dans la société contemporaine. Cet ouvrage traite des discours et rapports qu’ils fournissent ou qui sont produits en leur nom. Il confronte les points de vue de plusieurs champs disciplinaires des sciences humaines et sociales : sciences politiques, droit, sociologie, sociologie politique, sciences de l’information et de la communication, analyse conversationnelle, linguistique et analyse de discours sont ainsi convoqués. L’ambition de ce livre est de faire communiquer les apports de ces approches avec les analyses de corpus attentives aux contraintes et aux effets sociaux dont le langage est porteur. Il traite de trois thèmes : expertise et médias, expertise et justice, expertise et citoyens. En caractérisant les discours qui sont produits, il interroge les liens entre expertise et savoir, rapproche expertise et manipulation et montre les liens entre expertise et pouvoir.

GLEVAREC, Hervé, La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Paris, Editions Ellipses, 2012, 160 p., ISBN : 9782729874414

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ? À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.

Nouvelles parutions – Mai 2012

PECQUEUX, Anthony (dir.), « Les bruits de la ville », Communications, n°90, 2012, ISBN : 978-2-02-106425-4

Ce numéro fait sien un apparent paradoxe concernant les sons en ville : d’un côté, la baisse du seuil de tolérance auditive face à des bruits jugés de plus en plus nombreux ; de l’autre, une incapacité à imaginer une ville silencieuse, comme s’il ne pourrait plus alors s’agir d’une ville. Les différents auteurs prennent le parti d’en faire un point de départ et un révélateur de la richesse d’une problématique orientée sur les bruits de la ville. Tout son intérêt se situe dans cet entre-deux parfois déroutant, entre gêne et nécessité des bruits, entre des définitions divergentes voire conflictuelles des mêmes (types de) sons : suivant qui les émet, les moments et les territoires où ils sont émis, etc. Cela signifie que les sons ne sont pas appréhendés ici en eux-mêmes ou pour eux-mêmes, mais en tant qu’ils constituent un point d’accès pertinent pour analyser les mutations urbaines, et certaines mutations du lien social urbain. L’argument central déployé tout du long de ce numéro consiste à s’intéresser, à partir des sons, moins au paysage sonore en tant que tel, qu’au « paysage des activités » auquel ils donnent accès. C’est pourquoi les différents auteurs de ce numéro s’attèlent à rendre le plus finement possible les expériences urbaines des agents sociaux, en accordant une attention spécifique à leurs activités perceptives (principalement auditives) et expositions sensorielles (principalement sonores), et à leurs conséquences sociales.

DAKHLIA, Jamil, Les politiques sont-ils des people comme les autres ?, Paris, Editions Bréal, 2012, 144 p., ISBN : 978-2-7495-3099-4

Accusés d’étaler leur bonheur privé mais se plaignant de l’intrusion des médias dans leur intimité, raillés pour leurs accointances avec le show-biz mais taxés de ringardise s’ils n’ont pas le bon look ou des artistes à la mode pour les soutenir. Bon gré, mal gré, nos dirigeants auraient-ils définitivement basculé dans la politique spectacle en ce début de XXIème siècle ? La « peopolisation politique » étonne ou, plus souvent, agace, voire inquiète. Mais cette évolution est-elle si récente ? Comment peut-on l’expliquer ? Et quels sont surtout ses enjeux pour la vie démocratique ? Dépassant la simple polémique, l’auteur revient sur l’histoire de ce phénomène et le met en perspective avec l’évolution de la médiatisation de la sphère politique à l’étranger, permettant ainsi de mieux comprendre cette « nouvelle » forme de communication dont l’enjeu central est la démocratie.

Jamil Dakhlia est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Nancy 2, chercheur au CREM (Metz) et au LCP (CNRS, Paris). C’est un spécialiste de la sociologie de l’audiovisuel, de la peopolisation de la politique et des médias.

BARBET, Denis et DESMARCHELIER, Dominique (dir.), «Publicité et politique », Mots. Les langages du politique, n° 98, mars 2012, Lyon, ENS Editions, ISBN : 978-2-84788-356-5

Si l’influence des techniques publicitaires commerciales sur les campagnes politiques semble désormais admise, l’effet inverse, mettant en évidence les parodies et détournements politiques dans la communication publicitaire, semble plus récent, donc plus étonnant. À partir de plusieurs campagnes commerciales, ce dossier aborde les rapports entre publicité et politique en traitant une forme de « politisation » du discours publicitaire, voire du discours antipublicitaire. Ce sont principalement ces transferts entre la publicité et le politique qui sont visés : on pense en particulier à des messages ou campagnes faisant référence, selon une « logique de rebond », à une thématique ou à l’actualité politique et électorale, lorsque des campagnes commerciales surfent sur l’actualité de la compétition électorale ou recourent à des slogans politiques.

DELPORTE, Christian, Les grands débats politiques. Ces émissions qui ont fait l’opinion, Paris, Editions Flammarion / Ina, 2012, 445 p., ISBN : 978-2-08-126990-3

« Vous n’avez pas, M. Mitterrand, le monopole du cœur ! », « Vous êtes devenu l’homme du passif », « Dans les yeux, je le conteste »… Si ces répliques fameuses appartiennent à notre mémoire collective, c’est qu’elles ont été prononcées devant les caméras et entendues par des millions de téléspectateurs : la vie politique, sous la Vème République, se joue à la télévision. À travers les grands débats rassemblés ici, c’est ainsi toute l’histoire politique des cinquante dernières années qui s’offre au lecteur. Il y retrouvera les grands tribuns – de Georges Marchais à Jean-Marie Le Pen en passant par Pierre Mendès France, François Mitterrand, Nicolas Sarkozy ou François Hollande – se livrant à des joutes verbales tantôt grandioses, tantôt dérisoires ; il reconnaîtra les thèmes qui ont agité la France et soulevé les passions : Mai 68, le traité de Maastricht, mais aussi l’énergie nucléaire, le chômage, l’immigration… Lire aujourd’hui ces échanges, c’est retrouver la puissance d’une parole quasi théâtrale et les émotions d’une histoire qui s’écrit en direct ; c’est toucher du doigt comment la télévision, avec ses codes et ses exigences, a modifié notre façon de faire de la politique ; c’est enfin revivre, à quelques années de distance, ces grands moments qui ont fait l’opinion.

Christian Delporte est Professeur des universités en histoire contemporaine et Directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est notamment spécialiste  de l’histoire du journalisme et des médias et de l’histoire de la communication politique.

Parutions scientifiques

AMEY Patrick et LEROUX Pierre (dir.), L’échange politique à la télévision. Interviews, débats et divertissements politiques, Paris, Editions L’Harmattan, 2012, 222 p., ISBN : 978-2-296-96041-1

La coexistence d’une variété importante de modes de représentation de la politique à la télévision conduit à s’interroger sur le sens de la relation entre acteurs politiques, journalistes, ou professionnels du divertissement dans les divers programmes proposés aujourd’hui aux
téléspectateurs. Peut-on se contenter d’opposer le sérieux et la profondeur de certaines émissions à la légèreté des talkshows qui occupent une large place dans les programmes
contemporains­?­ A­ ­quels types de transformation de l’activité politique, de la télévision ou des attentes des téléspectateurs renvoient l’existence et le succès de ces programmes­ ?

Pour répondre à ces questions, ce volume réunit les contributions de chercheurs (anglais, canadiens, français et­ suisses),­ tous spécialistes de l’analyse des discours journalistiques et politiques. En prenant pour objet d’études des émissions aussi emblématiques que sont notamment Le Grand journal, Vivement Dimanche et On n’est pas couché (en France), Infrarouge (en Suisse), ou encore Tout le monde en parle et Deux lles le matin (au Québec), mais aussi certaines mémorables interviews politiques des chaînes britanniques, les analyses proposées dans cet ouvrage jettent un éclairage neuf et pluridisciplinaire sur les enjeux  contemporains de ces mises en scène de la politique.

 

MERLINO Jacques, Profession reporter. Carnets de route : 1973/1998, Paris, Editions L’Harmattan, 2012, 210 p., ISBN : 978-2-296-56708-5 

Ce livre est le fruit de trente-cinq années de reportages à travers le monde durant le dernier quart du vingtième siècle : guerre du Liban, guerre du Golfe, guerre en Yougoslavie, révolution roumaine, libération des pays de l’Est, famine en Afrique… Il est aussi le témoignage de rencontres exceptionnelles avec Simone de Beauvoir, François Mitterrand, Lech Walesa, Woody Allen, Elie Wiesel… Il est enfin une réflexion sur le métier de journaliste, sa liberté, et ses difficultés de saisir le réel et d’en rendre compte.

Jacques Merlino, ancien rédacteur en chef de France 2, a commencé sa carrière de journaliste au journal Le Monde puis collabora à Elle et L’Express, avant d’intégrer la télévision publique comme grand reporter.

MAYAFFRE Damon, Nicolas Sarkozy. Mesure et démesure du discours (2007-2012), Paris, Editions Presses de Sciences Po, 2012, 368 p., ISBN : 978-2-7246-1243-1

Le sarkozysme constitue une rupture dans l’histoire politique de la Vème République. Dénonçant la pensée unique, rompant avec les codes lexicaux ou la bienséance discursive, Nicolas Sarkozy invente, jusqu’à choquer, une nouvelle forme d’expression dissensuelle au service d’une idéologie néo-droitière ou post-État providence. Discours populaire ou discours populiste ? Réformes sincères ou révolution conservatrice ? Président du peuple ou président des riches ? Sarkozy réhabilite-t-il la politique en abordant des questions fondamentales, comme celle du capitalisme, délaissées par ses prédécesseurs ? Ou l’abîme-t-il en s’abandonnant à des thématiques démagogiques ou compassionnelles, quitte à détourner la réflexion des citoyens vers le fait divers ? Damon Mayaffre révèle, à travers l’analyse de centaines de discours et d’interviews, les mots favoris du président, ses secrets rhétoriques, ses figures de style et les procédés manipulatoires. Il recourt aux sciences du langage pour analyser les traits linguistiques du discours, à l’histoire pour déceler ce qui relève de la modernité, de l’orléanisme à la Guizot ou du pétainisme, et aux sciences politiques pour comprendre Nicolas Sarkozy dans son temps. Il pose le verbe comme essence du politique et le volontarisme verbal comme définition du sarkozysme.