Nouvelles parutions – Mai 2012

PECQUEUX, Anthony (dir.), « Les bruits de la ville », Communications, n°90, 2012, ISBN : 978-2-02-106425-4

Ce numéro fait sien un apparent paradoxe concernant les sons en ville : d’un côté, la baisse du seuil de tolérance auditive face à des bruits jugés de plus en plus nombreux ; de l’autre, une incapacité à imaginer une ville silencieuse, comme s’il ne pourrait plus alors s’agir d’une ville. Les différents auteurs prennent le parti d’en faire un point de départ et un révélateur de la richesse d’une problématique orientée sur les bruits de la ville. Tout son intérêt se situe dans cet entre-deux parfois déroutant, entre gêne et nécessité des bruits, entre des définitions divergentes voire conflictuelles des mêmes (types de) sons : suivant qui les émet, les moments et les territoires où ils sont émis, etc. Cela signifie que les sons ne sont pas appréhendés ici en eux-mêmes ou pour eux-mêmes, mais en tant qu’ils constituent un point d’accès pertinent pour analyser les mutations urbaines, et certaines mutations du lien social urbain. L’argument central déployé tout du long de ce numéro consiste à s’intéresser, à partir des sons, moins au paysage sonore en tant que tel, qu’au « paysage des activités » auquel ils donnent accès. C’est pourquoi les différents auteurs de ce numéro s’attèlent à rendre le plus finement possible les expériences urbaines des agents sociaux, en accordant une attention spécifique à leurs activités perceptives (principalement auditives) et expositions sensorielles (principalement sonores), et à leurs conséquences sociales.

DAKHLIA, Jamil, Les politiques sont-ils des people comme les autres ?, Paris, Editions Bréal, 2012, 144 p., ISBN : 978-2-7495-3099-4

Accusés d’étaler leur bonheur privé mais se plaignant de l’intrusion des médias dans leur intimité, raillés pour leurs accointances avec le show-biz mais taxés de ringardise s’ils n’ont pas le bon look ou des artistes à la mode pour les soutenir. Bon gré, mal gré, nos dirigeants auraient-ils définitivement basculé dans la politique spectacle en ce début de XXIème siècle ? La « peopolisation politique » étonne ou, plus souvent, agace, voire inquiète. Mais cette évolution est-elle si récente ? Comment peut-on l’expliquer ? Et quels sont surtout ses enjeux pour la vie démocratique ? Dépassant la simple polémique, l’auteur revient sur l’histoire de ce phénomène et le met en perspective avec l’évolution de la médiatisation de la sphère politique à l’étranger, permettant ainsi de mieux comprendre cette « nouvelle » forme de communication dont l’enjeu central est la démocratie.

Jamil Dakhlia est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Nancy 2, chercheur au CREM (Metz) et au LCP (CNRS, Paris). C’est un spécialiste de la sociologie de l’audiovisuel, de la peopolisation de la politique et des médias.

BARBET, Denis et DESMARCHELIER, Dominique (dir.), «Publicité et politique », Mots. Les langages du politique, n° 98, mars 2012, Lyon, ENS Editions, ISBN : 978-2-84788-356-5

Si l’influence des techniques publicitaires commerciales sur les campagnes politiques semble désormais admise, l’effet inverse, mettant en évidence les parodies et détournements politiques dans la communication publicitaire, semble plus récent, donc plus étonnant. À partir de plusieurs campagnes commerciales, ce dossier aborde les rapports entre publicité et politique en traitant une forme de « politisation » du discours publicitaire, voire du discours antipublicitaire. Ce sont principalement ces transferts entre la publicité et le politique qui sont visés : on pense en particulier à des messages ou campagnes faisant référence, selon une « logique de rebond », à une thématique ou à l’actualité politique et électorale, lorsque des campagnes commerciales surfent sur l’actualité de la compétition électorale ou recourent à des slogans politiques.

DELPORTE, Christian, Les grands débats politiques. Ces émissions qui ont fait l’opinion, Paris, Editions Flammarion / Ina, 2012, 445 p., ISBN : 978-2-08-126990-3

« Vous n’avez pas, M. Mitterrand, le monopole du cœur ! », « Vous êtes devenu l’homme du passif », « Dans les yeux, je le conteste »… Si ces répliques fameuses appartiennent à notre mémoire collective, c’est qu’elles ont été prononcées devant les caméras et entendues par des millions de téléspectateurs : la vie politique, sous la Vème République, se joue à la télévision. À travers les grands débats rassemblés ici, c’est ainsi toute l’histoire politique des cinquante dernières années qui s’offre au lecteur. Il y retrouvera les grands tribuns – de Georges Marchais à Jean-Marie Le Pen en passant par Pierre Mendès France, François Mitterrand, Nicolas Sarkozy ou François Hollande – se livrant à des joutes verbales tantôt grandioses, tantôt dérisoires ; il reconnaîtra les thèmes qui ont agité la France et soulevé les passions : Mai 68, le traité de Maastricht, mais aussi l’énergie nucléaire, le chômage, l’immigration… Lire aujourd’hui ces échanges, c’est retrouver la puissance d’une parole quasi théâtrale et les émotions d’une histoire qui s’écrit en direct ; c’est toucher du doigt comment la télévision, avec ses codes et ses exigences, a modifié notre façon de faire de la politique ; c’est enfin revivre, à quelques années de distance, ces grands moments qui ont fait l’opinion.

Christian Delporte est Professeur des universités en histoire contemporaine et Directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est notamment spécialiste  de l’histoire du journalisme et des médias et de l’histoire de la communication politique.